AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848763418
Éditeur : Philippe Rey (05/09/2013)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 70 notes)
Résumé :
"La Forteresse", 1974: une banlieue faite de poussière et de béton, royaume de l’exclusion. C’est là que grandissent Beatrice et Alfredo: elle, issue d’une famille pauvre mais unie, qui tente de se construire une vie digne; lui, élevé avec ses deux frères par un père alcoolique et brutal. Presque malgré eux, ils deviennent bientôt inséparables au point de s’attirer le surnom de "jumeaux".

Mais ce lien, qui les place au-dessus de leurs camarades, tels ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  02 juillet 2015
24 juin 1987. A force de se côtoyer, ils étaient devenus le portrait l'un de l'autre. Telles deux gouttes d'eau inséparables. On les appelait les jumeaux. Alfredo et Beatrice, Beatrice et Alfredo. Comment vont-ils l'appeler, elle, maintenant que son jumeau est mort?
Les années de plomb en Italie. Un quartier infect d'immeubles délabrés. Des rues sales et poussiéreuses. Des antennes illégales. C'est dans cette terrible cité, la Forteresse, qu'a grandi Bea, entourée de ses parents et son frère, Francesco. Une famille pauvre mais aimante. Au-dessus de leur appartement vivent Alfredo, ses deux frères et son père. Alcoolique dépressif depuis la mort de sa femme, il ne cesse de battre ses enfants. Les cris et les larmes résonnent dans tout l'immeuble. Les deux gamins se rencontrent en 1974. Elle a 9 ans, lui 8. Salement amoché par les coups de son père, Alfredo trouve refuge chez Bea. Une forte amitié se noue aussitôt entre eux. Inséparables, ils font tout ensemble, se disputent aussi mais ne restent jamais bien loin l'un de l'autre, s'aimant plus qu'ils ne le pensent...
De quelle nature est la relation qui unit Bea et Alfredo? De l'amitié? De l'amour? De la passion? Ce qui est sûr, c'est que chacun est lié à l'autre. Etroitement. Inexorablement. Beatrice, la narratrice, nous raconte les années passées avec son jumeau. Les petits bonheurs, les disputes, les déchirures et les retrouvailles qui rythment leur quotidien dans cette Forteresse, cité plus que jamais sombre et déchue. Avec cette impression d'être enfermé et réduit à peu de choses, chacun tente de s'en sortir. Valentina D'Urbano nous livre un roman social intense et poignant et nous décrit avec force cette jeunesse vulnérable mais volontaire. Bea et Alfredo, désireux d'une autre vie, sont terriblement touchants. Porté par une écriture à la fois amère et poétique, ce roman d'une grande justesse dresse avec noirceur le portrait d'une société miséreuse.
J'entends encore et toujours Le bruit de tes pas...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          670
kitou94170
  05 avril 2017
Je viens de tourner la dernière page du roman de Valentina D'Urbano « le bruit de tes pas » et je suis K.O debout. Sonnée comme un boxeur sur un ring qui vient de se prendre une droite dans la figure.
L'histoire, s'étalant sur une période de 15 ans se déroule en Italie, durant les années 70/80, surnommées plus particulièrement les « années de plomb », en raison d'une vague de violence sans précédent (attentats, assassinats...).
Le lieu, La Forteresse, un quartier entier d'immeubles délabrés dans lesquels vivent tous les laissés pour-compte , dans une banlieue sordide en périphérie d'une grande ville, où la misère sociale et l'exclusion sont le lot quotidien de la population.
Là, vivent Béatrice et Alfredo. Inséparables, on les surnomme les jumeaux. Lui est aussi blond qu'elle est brune.
Elle est issue d'une famille pauvre et unie qui se construit une vie à peu près normale. Lui est élevé avec ses deux frères par un père dépressif depuis la mort de sa femme, alcoolique et extrêmement violent. Deux jeunes enfants qui vont grandir ensemble liés l'un à l'autre envers et contre tout, tiraillés par un sentiment d'amour/haine.
Béa aime Alfredo à en mourir, d'un amour exclusif. Alfredo aime Béa mais il y a trop de souffrances et de désespoir en lui pour qu'il puisse l'assumer. Et puis, une différence fondamentale les sépare. Béatrice est forte, Alfredo est faible. Beaucoup trop faible pour lutter contre un destin qui est écrit d'avance.
Car à l'intérieur de « La Forteresse » où règne la misère va s'ajouter un fléau bien plus destructeur : la drogue. Celle qui détruit tout sur son passage : le corps, l'esprit, la confiance et même l'amour.
Mais Béatrice croit plus que tout en la force de son amour pour Alfredo. Elle est persuadée pouvoir le sauver de cette descente aux enfers et surtout pouvoir le sauver de lui-même. Elle refuse de croire qu'il est irrémédiablement perdu. En ne voulant pas renoncer, elle s'épuisera en vain.
Ce roman, c'est l'histoire d'un amour indéfectible et inconditionnel qui fait que l'on est prêt à tout affronter pour l'être aimé, que l'on croit que tout est possible, que rien n'est insurmontable.
Mais comment se battre pour quelqu'un qui refuse catégoriquement d'être sauvé.
Valentina D'Urbano nous livre un roman intense, poignant, magistralement beau en nous décrivant avec justesse le portrait d'une génération perdue, totalement sacrifiée par le pouvoir italien de ces années-là. Sachant dès les premières lignes que cette histoire finit mal, nous nous laissons malgré tout happés par elle pour ne plus la lâcher jusqu'au dernier mot de la dernière page.
Mais c'est aussi une magnifique histoire sur la survie lorsque l'on est amputé de cet être si sauvagement aimé et qui en s'en allant va entrainer avec lui tout une partie de nous-mêmes. Et enfin sur cette rage de vivre enfouie au fond des êtres qui laisse entrevoir malgré tout un tout petit rayon de soleil.
Alors oui, nous ne sortons pas tout à fait indemne d'une telle lecture, et je vous l'avoue humblement quelques larmes ont fini par couler sur mes joues mais qu'il est bon aussi de pouvoir lire un si beau roman et de garder en soi une telle histoire d'amour entre ces deux êtres, Béatrice et Alfredo !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          316
michfred
  07 février 2016

Une prison.
La Forteresse, cette cité délabrée, décatie, squattée par les laissés-pour-compte de la société italienne, où il n'y a ni école, ni pharmacie, ni commerces. Seulement une église, parce qu'on y prie parfois. En vain. Et un cimetière parce qu'on y meurt. Souvent. Et vite. Et violemment.
Une prison.
Celle de la violence: le père d'Alfredo bat ses enfants comme il boit. A fond, à mort. Parce qu'ils ressemblent à leur mère, si blonde, disparue si tôt. Pour s'évader de cette prison -là, il faut une telle violence qu'on y retourne, en prison.
Une prison.
Celle de la drogue où se perdent les enfants battus, où se débattent les enfants perdus. La blanche qui ronge la peau, qui mange les bras, qui étrécit les pupilles, qui dilue la volonté, qui détruit la confiance, qui corrode l'amitié. Et même l'amour.
Une prison.
Celle de l'amour. de l'amour-amitié qui triche avec les mots et les sentiments. de l'amour-haine qui est la seule façon d'aimer dans un monde sauvage, la seule façon de respirer dans un monde asphyxié.
Une prison emprisonnée dans une prison.
Bea aime Alfredo
qui aime la blanche
qui anesthésie la violence
qui enferme dans la cité
qui isole du dehors.
Dans une mise en abyme vertigineuse, Valentina d'Urbano, en cercles concentriques, trace le portrait d'une génération perdue, d'un ghetto social tellement implacable que les années de plomb, si pesantes pour l'Italie, n'eurent aucun effet sur lui.
Une seule lueur d'espoir: l'amour de ses parents, de son frère, de cette famille pauvre mais généreuse, aimante, confiante, courageuse, qui permet à Bea, jumelle amputée de son ombre, de fuir loin de la Forteresse dans une ville normale, auprès d'une amie normale, vivre une vie normale.
Ou du moins le tenter. Loin d'eux.
Un beau récit, poignant et vibrant de colère, où la tendresse se cache derrière les coups de poing ou les coups de gueule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          324
krol-franca
  23 juillet 2014
Il n'y a pas tant de livres que ça qui me tirent des larmes… Celui-ci en fait partie.
Quelle écriture ! Quelle histoire !

Les années de plomb en Italie, les années 70 et 80, la misère sociale et l'exclusion et une terrible histoire d'amitié, d'amour, de survie et de mort.
La Forteresse n'est pas décrite au lecteur, elle s'impose à lui. On y vit, on y est, on fait partie des personnages qui hantent ce lieu.
D'ailleurs, ces fameux personnages ont une force de vérité qui les rend vivants. Ils existent, ils sont faits de chair et de sang, ils ne sont pas des êtres de papier et d'encre. On les côtoie, on les comprend, on les supporte, on les aime. On souffre, on rit avec eux, on a envie de les frapper, on crie, on jure. Et en même temps, ils gardent leurs secrets parce qu'on ne connaît des gens que ce qu'ils veulent bien nous offrir d'eux.
Ce roman nous remue parce qu'à la fois le quotidien décrit ici nous paraît invivable (à nous petits bourgeois nés dans le bon quartier), et à la fois on s'attache (non sans douleur) à ce lieu sordide et à ses habitants.
Une construction en boucle (le roman s'ouvre sur la fin, sur la terrible fin) mais une dernière surprise malgré tout aux dernières pages, une écriture qui mêle poésie et âpreté, et la voix de la narratrice aussi bien capable d'humour que de violence, une voix qui ne me quittera pas de sitôt…
Lien : http://krolfranca.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Bibliozonard
  24 septembre 2013
« L'enfant seul se méfie de tout le monde, pas par choix, mais dépit, pense qu'en guise d'ami son ombre suffit. » **(voir fin d'article)

Un « incipit foudroyant » clame La Republica.
Pas mieux!
Ne rien dire à son sujet est de bonne guerre, à découvrir. En tout cas, c'est cette rage introductive qui m'a donné envie de connaître le fin mot de l'histoire.
En 1974, Béa avait rencontré Alfredo quand ils avaient 8 et 9 ans. Ils vivaient presque tranquilles dans un quartier oublié, la Forteresse. Un squat.
Dans ce livre, Béa raconte cette relation qui est fulgurante, un amour passionnel violent tinté de rêve et de grand désespoir, de soumission, de fatalité. Dans le coin, ils sont tous des enfants et des adolescents livrés à eux-mêmes. Les parents sont absents ou parfois sont là, mais transparent. D'autres sont trop présents en tant que bourreaux. Certains jeunes flanchent, d'autres deviennent plus forts et cherchent l'évasion.
Béa est possessive, Alfredo un passif. Deux inséparables. Elle ne reconnaît pas ses sentiments pour lui. Elle les repousse, elle les subit et pleine de désir. Alfredo est identique de ce point de vue. Deux jumeaux. Ils sont plus que deux meilleurs amis, deux frères et soeurs. C'est Béa et Alfredo, il est évident que l'un ne va pas sans l'autre.
Béa rêve d'une vie normale, sans être désigné du doigt, sans être une fille de basse classe réfugiée dans la forteresse, sans mauvaise réputation qui colle à la peau dès la naissance ; le séjour à la mer est ce symbole. Alfredo à des oeillères, il ne s'autorise pas d'évasion – sauf la drogue — en raison de sa condition d'enfant pauvre, il a été battu et rejeté par le monde extérieur. le quartier l'accepte, c'est son décor, il est ce décor. Ils se contrarient souvent, mais se pardonnent même si ça fait mal des fois. Jusqu'à un point de non-retour…

« Alfredo n'avait pas agi pour me blesser, mais pour imprimer sur ma peau la frontière qui nous séparait du reste du monde. Un signe de reconnaissance, un souvenir. Il m'avait marqué comme un animal. » (P96)

Ce livre relate la vie d'une peuplade entre les murs de briquettes suintantes d'un quartier immondices d'une société pseudo-irréprochable des années '80 en Italie, où la culture de la normalité est aussi impitoyable qu'une mère qui rejette son enfant. Au-delà de l'enceinte où l'individu est toléré, son aura affiche son origine.

« C'était peut-être le milieu qui nous avait produits. On avait peut-être cela dans le sang. C'étaient peut-être les gens qu'on fréquentait, l'ennui, l'absence de buts. La certitude de ne pas pouvoir évoluer, la prise de conscience de l'inéluctable. Dehors, les années se succédaient, et le monde changeait. Au fond de nous-mêmes, on restait figés. »(P193)

L'injustice moleste un non-coupable dès la naissance pour avoir commis un seul acte de mauvaise foi. Celui d'exister au mauvais endroit. Une petite touche d'un peu de tout se retrouve dans ce livre. C'est un peu l'histoire des misérables : l'hymne à l'amour, le roman politique et social non affiché, mais sous-entendu, sauf que c'est un peu plus d'un siècle plus tard et dans des espaces réduit.
En guise de décor, c'est un peu le Val Fourre de Paris transposé à Rome. C'est la forteresse, en somme une de ces nombreuses forteresses qui tache le monde.
Pour la trame, deux ados unis par un lien qui dépasse le coup de foudre, un amour passionnel violent ; donne un bouquin puissant d'émotion, de révolte, de déchirure, de désespoir, de survie…
La prose renforce ce sentiment d'exception, elle pulvérise les convenances, franche, fluide, fraiche. le livre est très intense sur une courte durée. Bien cadré, complet. Étonnant.
Le contexte me ramène à Triburbia de KT Greenfeld publié récemment chez Philippe Rey éditions. Même si l'histoire se déroule dans un contexte opposé : il relate un vécu dans un quartier résidentiel, huppé, etc.… Il me semble que le questionnement est similaire face à la maladie (l'autisme chez Greenfeld, la drogue chez D'urbano), au désir d'évasion, à la différence culturelle, au besoin de reconnaissance, au sentiment amoureux, à la consommation de narcotiques, d'alcools.
Dans les deux cas, tout le monde perd ses repères à un moment donné. Que ce soit dans la soie ou dans la paille, des hommes, des femmes et des adolescents passent le temps à la recherche d'un éventuel bonheur.
Ce roman est un coup de poing bien placé.

« T'es l'enfant seul ?
Je sais que c'est toi.
Viens-tu des bas-fonds ?
Ou des quartiers neufs ?
Bref, au fond tous la même souffrance. » **
(Oxmo Puccino "L'enfant seul" 1999)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   02 juillet 2015
Parfois, on oublie les choses qu’on a vécues. On les laisse de côté parce qu’elles semblent infantiles, absurdes, et on les abandonne, on les refoule. Puis un événement vient les ramener à votre mémoire. Et la vision de la réalité se modifie.
C’est une sorte d’étang. Son eau est claire, inerte. Mais si l’on jette un caillou dedans, elle s’agite, se remplit de terre, se trouble.
Cette terre qui salit l’eau était là, immobile, avant qu’une main décide de la faire remonter à la surface. Mais ça ne durera pas, bientôt tout rentrera dans l’ordre.
C’est un cycle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
marina53marina53   02 juillet 2015
Quand meurt celui qu'on aime, quelque chose vous saisit au ventre et vous retient. Pas le cœur, non, les battements cardiaques ne changent pas, le sang circule, la poitrine est indolore, le pincement au cœur n'est qu'une invention de ceux qui écrivent des romans-feuilletons dans l'hebdomadaire du jeudi.
Le douleur qui vous plie en deux concerne l'estomac.
Elle ne fait pas mal comme un coup de poing, c'est pire. Elle part de l'intérieur, vous égratigne la gorge, vous noie les entrailles et referme tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
marina53marina53   02 juillet 2015
C'était peut-être le milieu qui nous avait produits. On avait peut-être ça dans le sang. C'était peut-être les gens qu'on fréquentait, l'ennui, l'absence de buts. Le certitude de ne pas pouvoir évoluer, la prise de conscience de l'inéluctable. Dehors, les années se succédaient, et le monde changeait. Au fond de nous-mêmes, on restait figés.
On n'avait pas de raison de vivre, on n'était pas capables d'en trouver une. On vivait, un point c'est tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
AproposdelivresAproposdelivres   30 septembre 2013
24 juin 1987
Les jumeaux, voilà comment les gens nous appelaient.
Ils disaient qu'on était identiques, même si on ne se ressemblait pas.
Ils disaient qu'on était devenus le portrait craché l'un de l'autre à force de se côtoyer, deux gouttes d'eau. J'étais devant l'église.
Les graviers blancs se faufilaient dans mes sandales, me torturaient les pieds. Mais je n'y faisais pas attention, je continuais mon chemin jusqu'à l'ombre du parvis.
Vue de loin, l'église du quartier est un énorme blockhaus gris maladroitement encastré entre les immeubles. On dirait qu'on l'a fichée, enfoncée dans un trou trop étroit. Pourtant elle est là depuis des années et, de près, on la voit pour ce qu'elle est : quinze mètres de béton et des petits vitraux apparemment noirs, une porte renforcée, au sommet une croix tordue et toute rouillée qui tient comme par miracle.
On l'appelle la Pagode.
Ici, tout a un surnom. L'église, c'est la Pagode. Le quartier, c'est la Forteresse.
Et nous, on était les jumeaux.
Aujourd'hui aussi on nous a appelés comme ça. Il y avait un tas de gens dans l'église, ils murmuraient tous la même chose. Je ne me suis pas retournée, j'ai parcouru d'un pas lent la nef au sol brillant, et ils se sont écartés devant moi. Ils me regardaient à la dérobée, parce qu'autrement c'est mal.
J'ai eu l'impression d'être importante, au centre de l'attention, et j'ai trouvé absurde que cela m'arrive ainsi. Il me semblait que tous les yeux étaient pointés sur moi, même si les gens avaient l'air hébété, l'air de ne pas savoir quoi faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AproposdelivresAproposdelivres   30 septembre 2013
Ne vous inquiétez pas, avais-je envie de leur dire. Personne ne sait jamais quoi faire dans ces cas-là.
J'ai déposé le tournesol sur le cercueil et un baiser à l'endroit qui correspondait probablement à sa tête.
Puis j'ai rebroussé chemin du même pas lent et suis sortie.
Vu du parvis, le tournesol paraissait assez lourd pour tout écraser.
Les gens nous appelaient les jumeaux. Maintenant j'ignore comment ils m'appelleront.
Peut-être, enfin, par mon prénom, Béatrice. Un prénom particulier, insolite par ici.
Ma mère l'avait entendu prononcer à la télévision dans un film qui parlait d'une princesse.
Qui sait, l'idée de la princesse lui a plu, sans doute - je ne lui ai jamais posé la question.
La journée est belle. Un ciel encore bleu surplombe la Forteresse.
Je suis retournée à l'église et j'y suis restée jusqu'à la fin, assise au premier rang. J'ai écouté la messe, me suis levée aux bons moments, ai fait semblant de prier comme les autres.
Malgré la fatigue, l'envie de dormir et la nausée, j'ai simulé la dignité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Valentina d'Urbano (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valentina d'Urbano
Lily Guillard, éditrice chez Philippe Rey nous présente le second roman de Valentin d'Urbano "Acquanera"
autres livres classés : drogueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox

Autres livres de Valentina d'Urbano (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
500 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre
.. ..