AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812400978
Éditeur : Editions Classiques Garnier (09/06/2010)

Note moyenne : 3/5 (sur 3 notes)
Résumé :
« Un bon, un joyeux, un vivace roman », écrivait Monselet en 1854 qui, comme ses nombreux lecteurs du XVIIIe siècle, s'est laissé emporter aux côtés de Bigand, ce héros issu du peuple (mais d'un peuple qui sait lire), laid, petit, curieux, passionné d'indépendance, lancé dans une série d'aventures improbables et de rencontres, qui lui font traverser les registres romanesques les plus divers, à grande allure. Espace ouvert que celui de ce roman où une étonnante expér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Soleney
  16 novembre 2013
Depuis qu'il sait marcher, Bigand est curieux. Très curieux. Trop pour son propre bien, hélas ; puisque ses voisins n'en peuvent plus d'être espionnés et le passent à tabac (alors qu'il avait à peine treize ans... Et la Protection de l'Enfance, alors ?). Pour le sauver, son père se voit contraint de l'enfermer au couvent – eh oui, autrefois, c'était radical. Mais Bigand n'est pas satisfait de cette condition. À l'aide d'un camarade dont il s'est attiré la sympathie, il va se jouer de la naïveté des moines et s'évader… Et c'est alors que sa vie commence vraiment.
C'est une histoire qui paraît extrêmement classique, mais l'humour de l'auteur a su rendre la chose plus… piquante. Certes, pour beaucoup de personnes (dont moi !) il faut se donner un peu de motivation pour se plonger dans un roman du 18e (quoique, pour certain, comme Les Liaisons dangereusesDe Laclos, même pas la peine). Mais ce livre vaut la peine qu'on y jette un coup d'oeil.
L'histoire est d'inspiration picaresque : le récit est à la première personne, le personnage principal est rusé, il sait mettre son intelligence à profil pour se tirer de situations périlleuses, et comme il ne peut s'empêcher de mettre son nez un peu partout, il va de rencontres en rencontres, de péripéties en péripéties. Il commence avec rien : enfuit du couvent, la seule chose qu'il possède c'est son vêtement, mais il parvient petit à petit à grimper l'échelle sociale… La seule différence qu'il y a entre lui et le picaro (héros des romans picaresques), c'est qu'il n'est pas motivé par sa faim et l'avidité.
La Mouche est un roman assez complexe qui utilise beaucoup (trop ?) la mise en abîme : le narrateur nous raconte ses aventures (c'est le récit-cadre), dans lesquelles il raconte une histoire, dans laquelle un personnage raconte son passé, puis il rencontre quelqu'un qui lui raconte ses aventures, et enfin, il invente un mensonge de plusieurs chapitres pour se tirer d'affaire ! Curieusement, j'ai trouvé ces histoires plus passionnantes que le récit-cadre, et j'étais toujours déçue quand elles finissaient. Je dois avouer que je suis très impressionnée par l'imagination de l'auteur, qui a su écrire plus de 500 pages à ce rythme ! L'ennui avec ce type d'histoire, c'est qu'il ne faut surtout pas interrompre sa lecture. Rien qu'en lisant une demi-heure le matin dans le tram, en m'interrompant et en reprenant une demi-heure le soir je me perds ! Suis-je dans une histoire ou non ? Laquelle ?
Le langage du 18e est conservé, mais il est largement compréhensible, et quelques notes de bas de page expliquent la signification de certains mots dont le sens a changé (comme par exemple : un pistolet qui fait rat, c'est une arme qui est enrayée ; employer le vert et le sec dans une affaire, c'est faire des pieds et des mains pour réussir…). Quelques tournures de phrase font un peu pompeuses, mais c'est le siècle qui veut ça^^
Il y a juste un défaut principal : les éditeurs ont conservé la ponctuation du 18e. Donc, il y a très peu de points (souvent remplacés par des points-virgules, voire des virgules) et les dialogues n'ont pas de tirets cadratins et ne reviennent pas à la ligne… Au début, il faut un temps d'adaptation, mais ensuite on arrive presque tout le temps à savoir qui parle et à partir de quand. Et malheureusement, il n'existe pas d'édition en format poche… Si vous voulez l'acheter, il faudra en payer le prix :/
Le deuxième défaut, c'est la fin, qui est tellement incohérente avec le reste de l'histoire qu'on a l'impression que Mouhy l'a écrite avant, puis l'a collée à son manuscrit. C'est un happy end un peu bricolé dont le ton est un peu forcé. le caractère de Laure change du tout au tout en trois pages et sans explication. Elle devient brusquement une jeune fille pleine de vertu, folle amoureuse de Bigand, et ce revirement est tellement incroyable qu'on se détache du personnage. DES personnages, puisque c'est la même pour le père de la jeune fille. Il n'aurait pas hésité à la tuer s'il avait su qu'elle était amoureuse de quelqu'un, mais, finalement, il donne sa bénédiction au jeune couple après qu'ils se soient enfuis avec une bonne partie de sa fortune - le plongeant ainsi dans la ruine. Étrange...
Il y a aussi UNE question que j'aurais aimé poser aux éditeurs : pourquoi ce jaune pipi sur la couverture ? C'est anti-esthétique et n'importe quelle autre couverture serait mieux que celle-là. Difficile de faire pire. Même du bleu serait mieux. Même du blanc, même du gris, même du marron… Mais pas du vert.
Bref, c'est bien dommage, mais cela reste un livre intéressant et pas trop compliqué à lire. Par certains côtés, il ressemble au Roman comique de Scarron (l'humour de l'auteur, les rebondissements, l'ambiance comique de l'oeuvre, etc.).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SoleneySoleney   16 novembre 2013
Je ne pus m'empêcher de me moquer en moi-même du sérieux avec lequel il prenait la fable que j'inventais ; j'avais l'imagination si vive, que de pareilles histoires ne me coûtaient rien ; je repris ainsi le fil de ma narration.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : littérature picaresqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

1 classique = 1 auteur (XVIII° siècle)

Le Jeu de l'amour et du hasard

Voltaire
Marivaux
Beaumarchais

10 questions
144 lecteurs ont répondu
Thèmes : classique , classique 18ème siècle , 18ème siecleCréer un quiz sur ce livre