AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Privat (10/03/2011)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Espagne, janvier 1939. La République vit ses dernières heures et la guerre civile touche à sa fin. Aidées par les armées allemandes et italiennes, les troupes rebelles du général Franco battent définitivement l'armée républicaine espagnole sur le front de l'Est et se dirigent vers Barcelone. Un demi-million de civils et militaires, craignant la répression du futur régime totalitaire, fuient la Catalogne via les Pyrénées pour rejoindre la France. Cet exode, aussi mas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
caro64
  10 avril 2011
"La Guerre d'Espagne, comme toutes les guerres, a renversé brutalement, tragiquement, le cours de l'histoire nationale espagnole, pendant près de quarante ans (ce qui, à l'échelle d'une existence individuelle, est considérable); elle a durablement infléchi la culture, le savoir, l'éducation, l'intelligence vers des horizons barbares, elle a broyé des centaines de milliers de vies en les condamnant à la répression ou à l'exil. Elle a aussi forgé des destinées auxquelles très peu de gens de tous bords et de toutes conditions étaient préparés, mais qui ont su faire face à une énergie et un courage admirables. le cas d' Alvaro de Orriols n'est sans doute pas le plus connu parmi les exilés de l'Espagne républicaine de 1939, mais il n'en est pas moins exemplaire. (...)
Les Feux du Perthus restent quand même, sous la plume du narrateur, une extraordinaire aventure humaine, avec ses moments d'angoisse et même de désespoir, ses épisodes où le tragique de la mort omniprésente, le feu, le sang versé, les bombardements, mais aussi où la "picaresque" espagnole et la débrouillardise, la solitude entre vaincus, obligent à réinventer en permanence un quotidien hasardeux. C'est qu'il en faut de l'énergie pour assumer le naufrage de l'exode, sans savoir à quoi ressembleront les heures qui suivent. Et pourtant le ton ferme, lucide, le plus souvent comme distancié devant tant de difficultés, énergique envers et contre tout, avec des dialogues savoureux, parfois même avec une pointe d'humour, de cet humour noir espagnol qui serait la politesse du désespoir; passer des nuits incommodes sur les fauteuils d'orchestre d'un petit théâtre de province, par exemple, pour un dramaturge reconnu, ne manque en effet pas de piquant avec un peu de recul, mais il est difficile de ne pas y voir le renversement radical d'une vie où l'on n'est plus ni auteur ni acteur de la grande représentation qui se donne au-dehors, mais un pauvre spectateur condamné à l'inconfort et au silence, dans un drame qui se joue sans lui, et contre lui."
Serge Salaùn
Historien, spécialiste de l'Espagne,
Professeur à l'Université Paris III-Sorbonne Nouvelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
caro64
  26 mai 2011
En janvier 1939, la guerre civile espagnole arrive à son dénouement. Les troupes franquistes approchent de Barcelone. Un demi-million de civils et les restes de l'armée républicaine se dirigent dans le chaos vers la frontière française. Parmi eux l'écrivain Alvaro de Orriols et sa famille. Ce poète et dramaturge, reconnu et acclamé, va connaître les affres de la fuite à pied, des bombardements de civils, des nuits sans sommeil sous la pluie, etc... Par une suite de hasards et de coups de chance, il arrive à rejoindre Bayonne où un cousin est déjà installé et où il va se retrouver dans un camp de concentration. Il décide alors d'écrire le journal de cet exode.
Alvaro de Orriols nous livre un témoignage exceptionnel sur la Retirada *. Le récit est admirablement écrit et… passionnant ! Minutieusement, Orriols reconstitue heure par heure ce que lui, sa famille et ses compatriotes ont vécu et, miracle de l’écriture, nous sommes emportés dans une fuite sans fin, sous le fracas des bombes et au milieu d'un désordre indescriptible. Dans ce "sauve-qui-peut" jouent la peur, l’égoïsme, la ruse, la cruauté. Mais aussi, de temps en temps, la fraternité et la solidarité, la compassion. Malgré tout, il faut survivre, au moins pour les autres et marcher vers la lumière, vers "les feux du Perthus", le titre du journal. Pourtant, tout cela nous est conté sans pathos, "le ton est toujours ferme, lucide, le plus souvent comme distancié devant tant de difficultés, énergique envers et contre tout, avec des dialogues savoureux, parfois même avec une pointe d’humour, de cet humour noir espagnol qui serait la politesse du désespoir."
Les feux du Perthus est une histoire profondément tragique, bouleversante, une histoire vraiment poignante et captivante que vous lirez sans discontinuer, en apnée jusqu’à la dernière page. De plus, elle est illustrée d’admirables dessins peignant des situations du moment et qui la rend encore plus forte car Orriols était aussi un très bon dessinateur. Une histoire pour ne pas oublier. Remarquable ! Je ne peux que vous conseiller sa lecture.
* La retirada mot traduisant l’exil espagnol d’un demi-million d’espagnols s’étale entre fin janvier et début février 1939 suite à la chute de la deuxième république et à la victoire du Général Franco.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Thierrydiegolea
  10 octobre 2016
Les Feux du Perthus : Journal de L'exode espagnol/ Alvaro de Orriols
Le col du Perthus est un col des Pyrénées sur la frontière franco-espagnole, entre les Pyrénées-Orientales en Languedoc-Roussillon et la province de Gérone en Catalogne.Culminant à une altitude de 290 m, c'est l'un des cols transfrontaliers les plus bas des Pyrénées.
Originaire de Barcelone, Alvaro de Orriols est un écrivain aujourd'hui bien oublié, mais qui eut, en Espagne, son heure de gloire, ami de Lorca et de Machado, célèbre pour un recueil de poèmes intitulé « Nervio », et surtout pour des pièces de théâtre, comme « Rosas de Sangre »,.
Militant du Parti socialiste espagnol, Alvaro de Orriols participe avec sa famille, après la victoire de Franco, à l'exode des Républicains, civils et militaires, qui fuyaient vers la France. Il abandonne à Madrid sa maison et tous ses biens et perd, dans la fuite, deux valises qui contenaient toute son oeuvre.
Enfermé quelques mois, en 1939, dans le camp de concentration du Polo-Beyris, il devint professeur d'espagnol, à Itxassou, auprès d'orphelins de la guerre d'Espagne, s'installe en août 1940 à Bayonne, vivant d'abord à Saint-Esprit, puis dans le quartier des arènes où il demeura jusqu'à sa mort, le 18 novembre 1976.
de cette terrible expérience de l'exode, Alvaro de Orriols a tiré un récit, « Las Hogueras del Pertus, diario de la evacuacion de Cataluña », déjà publié en 1995 à Paris et en 2008 en Espagne, mais qui n'avait jamais encore été traduit en français. Il s'agit pourtant d'un témoignage exceptionnel
Etant lui même bilingue, le Bayonnais Didier Damestoy a traduit pour la première fois en français le livre de son grand-père pour lui rendre un vibrant hommage mais aussi pour aussi pour que L Histoire ne reste pas méconnue par les autres descendants des Républicains.
le texte est accompagné de soixante-neuf dessins d'origine qui sont, eux aussi, de la main l'auteur, ancien élève des Beaux-Arts de Madrid.
Ce récit raconte l'histoire d'un immense naufrage de la défaite historique et nationale des Républicains En effet, nous sommes en janvier 1939, au dénouement de la guerre civile espagnole, la République espagnole vit ses dernières heures. le renversement de la République a broyé tout aussi bien la culture, le savoir, l'intelligence ainsi que des milliers de vies d'hommes et de femmes condamnés à vivre l'exil,Un demi million de civils, militaires fuient la Catalogne pour atteindre les Pyrénées pour rejoindre la France, craignant la répression d'un régime totalitaire. Alvaro de Orriols raconte sa participation à cet exode jour après jour.
Ce récit est un témoignage exceptionnel où la mort et l'angoisse se côtoient en permanence.Les années passent. Les gens oublient ou tentent d'oublier. L'auteur, lui se refuse à oublier, au contraire, il veut laisser à tous ses proches, ainsi qu'aux lecteurs un témoignage écrit bouleversant. Témoignage qu'il considère davantage comme un documentaire sur la fin de la République espagnole Ceux qui ignorent les circonstances atroces dans lesquelles des milliers de républicains ont quitté leur pays pour connaître l'exil en France ne pourront plus en dire autant. Quant aux acteurs, eux qui ont vécu ces heures de douleur ne peuvent pas oublier, l'épouvantable vision de ces journées tragiques.
le lecteur ne peut pas ignorer le malheur de toutes ces familles qui, épuisées par la marche mais aussi et surtout par l'angoisse qui les étreint tout au long de ce parcours,n'ont qu'un seul objectif, celui de sauver leurs proches.
Il faut aussi penser à tous ces descendants républicains qui n'ont pas connu un grand oncle parce qu'il a été fusillé au combat et dont on n'a jamais retrouvé le corps. On ne peut s'empêcher de se souvenir d'une grand-mère, ou d'un grand-père qui au soir de sa vie,vous regarde et croit reconnaître en vous ce frère mort à la guerre civile d'Espagne en 1939.
Merci à Monsieur Didier Damestoy qui grâce à sa traduction permet à tous ces descendants républicains d'approfondir ses connaissances dans le domaine de la Guerre Civile espagnole.

Lien : http://www.babelio.com/monpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Maylin
  17 septembre 2015
Un livre remarquable de vérité remis en lumière par son petit-fils qui parle de son grand-père avec beaucoup d'émotion.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
caro64caro64   26 mai 2011
Ce sera pour cette nuit, la salle du théâtre municipal. C’est ce que nous pouvons trouver de mieux si nous ne voulons pas couchés par terre dans les halls glacials du ministère. (…) Il n’y a pas d’ouvreurs, naturellement. Chacun choisit le siège qui lui convient le mieux. Dans les loges, on aperçoit de curieux groupes familiaux. Certains sont installés dans leurs étranges appartements depuis pusieurs jours. On dirait qu’ils ont pris un abonnement. (…) Avec les lumières latérales allumées, la salle donne l’impression de revivre ses classiques « entractes » des jours passés. Et l’on s ‘attend même, d’un instant à l’autre à voir les feux de la rampe et le grand rideau se lever pour pénétrer dans un monde merveilleux de le fiction scénique.
Mais… il ne se passe rien. Cette fois, le drame est dans la salle, et c’est le grand rideau qui semble nous regarder, d’un air surpris, et de se demander, inquiet :
"Mais que font-ils"
Nous venons dormir, monsieur le rideau ; simplement dormir. (…)
Mais, alors que je me perds dans ces sombres réflexions la quasi-totalité des lumières s’éteignent. Sa clarté s’en trouve sensiblement réduite ; dans la douce pénombre les toussotements cessent., les têtes s’inclinent , et le public lassé d’attendre une représentation qui n’aura jamais lieu, éclate en un concert de ronflements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
caro64caro64   26 mai 2011
Que vais-je faire, maintenant ? Quelle force, quel optimisme, quel pouvoir d’illusion, quel délai me faudra-t-il pour tout recommencer ? Impossible ! Impossible !...
Je sens qu’une lâcheté désespérée s’empare de moi, que mon esprit vacille et devient fou, et avec une inconscience aveugle, j’attrape mon pistolet. Je n’ai qu’un désir : en finir une fois pour toutes. Je suis complètement effrayé de devoir vivre pour survivre. (…) Mais en voyant mes deux enfants qui franchissent la porte et qui viennent vers moi, ma main se retrouve désarmée , le pistolet tombe au sol, et je les prends toutes les trois dans mes bras en pleurant comme un gosse.
Elles ont raison : ma vie ne m’appartient plus . Elles leurs appartient à eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
caro64caro64   26 mai 2011
Ni la plus belle prose, ni le meilleur pinceau, ni le vers le plus abouti du plus grand des poètes, ne parviendraient à capter la grandissime beauté du tableau qui s’offre à nous. (…) Imaginez une de ces formidables crèches que font les enfants la nuit de Noël. (…) Imaginez un grand autel gigantesque plongé dans la pénombre ; un autel gigantesque qui aurait pour base une poignée de montagnes. (…) Ce n’est qu’ainsi, en vous approchant de la pauvre peinture d’une copie imparfaite, que vous entreverrez, en partie, la beauté de ce magnifique spectacle des feux du Perthus.
Feux symboliques !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
caro64caro64   26 mai 2011
Le chemin – une pente douce – est agréable à parcourir. Dire qu’hier ce même trajet nous paraissait interminable ! Mais le pré sourit, là-bas, en bas, sur notre droite, tacheté de camions et de chariots, de linge blanc étendu sur l’herbe et de feux qui tourbillonnent dans l’air à la recherche de l’azur. Qui aurait cru qu’ici même, dans ce petit coin de « crèche de Noël » souriant et verdoyant, nous aurions connu l’horreur d’une nuit dantesque !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
caro64caro64   26 mai 2011
Nous nous sentirons en sécurité que lorsque nous serons sur la route qui serpente au pied de la montagne. S’étendant sur toute la vallée, elle se perd au loin, dans les nuages de brume. Une fourmilière humaine la recouvre entièrement. Vu depuis ces hauteurs, on dirait un immense reptile. Un reptile noir et silencieux, qui se traîne sur des pattes invisibles.
Commenter  J’apprécie          70

autres livres classés : retiradaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Alvaro de Orriols (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2212 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre