AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Raymond Clarinard (Traducteur)
EAN : 9782350871608
247 pages
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (03/03/2011)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.6/5 (sur 665 notes)
Résumé :
Paris, sous le Second Empire. Des centaines de maisons sont rasées et des quartiers réduits en cendres.

Alors que le vieux Paris s'effondre sous les ambitions du baron Haussmann, de nombreux Parisiens protestent sans parvenir à infléchir les ordres d'expropriation.

Dans sa maison de la rue Childebert, à l'ombre de l'église Saint-Germain-des-Prés, Rose Bazelet mène une vie paisible, rythmée par la lecture du Petit Journal, les visites ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (150) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  22 août 2014
Nous sommes à l'époque des grands travaux de rénovation de Paris, travaux d'embellissement et de modernité absolument indispensables pour en faire une ville moderne et salubre.
Rose est née dans cette ville, elle est attachée viscéralement à la maison de son mari Armand. Les évènements majeurs de sa vie se sont déroulés au sein de cette demeure, transmise de père en fils.
Cette maison est décrite comme un personnage à part entière de la famille; elle est imprégnée des joies et des souffrances de ses hôtes, elle vibre de leurs émotions, chaque pièce rappelle un souvenir.
Par ses lettres adressées à son mari défunt, Rose raconte le cauchemar qu'elle vit avec la destruction du Paris qu'elle connaissait. Elle se sent comme une étrangère dans cette ville.
Les hordes d'ouvriers ressemblent à une armée d'hommes armés de pioches et de pelles, avec à leur tête le baron Haussmann et l'Empereur . Paris ressemble à un champ de bataille avec ses avalanches de briques, ses éboulements.
Ces hommes sont comme des envahisseurs , avides de pouvoir, arrogants, en quête de gloire. Ils démantèlent les existences de ces parisiens qui n'ont d'autre choix que l'exil. le nouveau Paris ne sera pas pour eux.
Rose est entourée de personnages attachants et on découvre à travers eux, le Paris d'autrefois, avec ses boutiques et la chaleur humaine de ses occupants.
À travers ces lettres , elle nous dévoile son secret le plus douloureux, enfui au fond d'elle depuis tant d'années.
Très beau roman épistolaire, dans lequel on ressent les émotions de ses habitants de ce Paris de 1850 , leur désarroi face aux décisions arbitraires.
Rose , Alexandrine la fleuriste, et Gilbert le chiffonnier sont attendrissants, ils se comprennent et se respectent, on devine sans en connaitre les détails, qu'ils trainent avec eux un passé douloureux .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
Cath36
  08 avril 2012
Paris au temps du baron Haussmann, Paris qui meurt et renaît dans les soubresauts de travaux gigantesques, Paris qui voit disparaître une partie de son histoire pour s'ouvrir à la modernité.
On retrouve dans ce livre les thèmes chers à Tatiana de Rosnay : le deuil, l'absence, la mémoire et la fidélité. J'ai eu quelque peu l'impression de feuilleter un album de cartes postales anciennes en lisant ce texte, riche en humanité et en générosité : :"Imaginez un flot sans fin de calèches et de passants. Tout le monde semblait parader, exhiber atours, joaillerie, coiffes alambiquées, gorges généreuses, rondeurs des hanches... Les boutiques exposaient leurs marchandises en une profusion étourdissante de choix, de textures et de tons. Des cafés lumineux étalaient leur clientèle sur les trottoirs, sur des rangs et des rangs de petites tables, ses serveurs entrant et sortant avec précipitation, le plateau brandi bien haut"
Tatiana de Rosnay écrit avec une grande sensibilité, d'une écriture volontairement surannée, un peu "vieille France". Elle sait rendre avec beaucoup d'intuition ce clair-obscur de la mémoire qui, telle une bougie, vacille doucement en éclairant le présent de la lumière du passé, tout en donnant à son histoire cette patine qui est celle de ces vieux objets dont nous ne nous servons plus mais dont nous ressentons encore toute la vie dont ils ont été porteurs.
Il y a dans ce roman le charme profond et simple des vieilles demeures d'autrefois : on s'y sent chez soi dès qu'on pose le pied à l'intérieur, même si on ne fait qu'y passer. Je ne l'ai quitté qu'à regret, fermant le volet de ses ultimes pages sur leurs fragrances de nostalgie, d'amour et de fidélité au temps révolu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
joedi
  07 août 2012
Les faits se déroulent à Paris, capitale française. le Baron Haussmann, affublé du sobriquet de Baron éventreur fait exproprier des rues entières. Son plan, la réalisation de grands boulevards.
Rose écrit à son mari décédé sa vie quotidienne qui est loin d'être ennuyeuse, son refus de cette expropriation qui la bouleverse. Je ne suis pas fan des romans épistolaires, j'ai donc fait une exception en lisant celui-ci jusqu'au bout et cela en valait la peine. Lorsque l'on se promène, on ne peut imaginer la douleur qu'ont subie les habitants expropriés pour la réalisation de ces grandes avenues qui participent à la beauté d'une capitale.
Commenter  J’apprécie          370
jeunejane
  05 mars 2017
Les faits se passent en 1850 sous Napoléon III. Les plans de Paris sont modifiés, les rues s'élargissent pour ressembler à celles que l'on connaît aujourd'hui et ce, sous la conduite du baron Haussmann.
Des habitants doivent quitter leurs maisons qui vont être abattues. Parmi eux, Rose, une dame de soixante ans qui refuse de quitter sa maison située tout près du boulevard Saint-Germain.
C'est par des lettres qu'elle va nous faire revivre son passé.
Elle reste absolument sourde aux fracas et tremblements engendrés par les machines de démolition. Elle a décidé de ne pas quitter les lieux.
Rose semble détachée de la vie, elle ne veut pas se reconstruire dans un autre lieu.
Les habitations sont des thèmes souvent traités dans les romans de Tatiana de Rosnay :
- dans "Elle s'appelait Sarah" l'appartement et la cache du petit garçon occupent une place importante.
- dans "Le voisin", tout un mystère autour du voisin du dessus va s'organiser
- dans "La mémoire des murs", la dame qui occupe l'appartement se sent mal à l'intérieur de l'habitation.
"Rose" avec cette vieille dame insensible au chamboulement est le roman de Tatiana de Rosnay que j'ai préféré avec bien sûr " Elle s'appelait Sarah" qui est pour moi inoubliable.
Voilà de nouveau un roman que je redécouvre en lecture rapide avec mes notes. Je l'avais lu en première lecture en 2014.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
Oliphant
  17 juillet 2014
Rose Bazelet, une femme d'une soixante d'années est née à Paris et vit depuis son mariage rue Childebert dans la maison qui a vu naître son mari et dans laquelle elle a vécu les moments les plus forts de sa vie, qu'ils soient sources de joie ou de malheur… Depuis une quinzaine d'années, Haussmann, le préfet de Paris durant cette période du second empire, entreprend de grands travaux de restructuration et de destruction en vue d'une ville plus moderne et plus propre. le jour où Rose reçoit la lettre qui lui apprend que sa rue, et donc sa maison, vont être détruites, elle ne peut laisser cet endroit qui représente sa famille, l'amour pour son mari, ses souvenirs d'enfance et de vie d'adulte réduit en poussière sous l'action d'un préfet qu'elle juge dénué de compassion.
Tout comme Boomerang, Rose a été un roman lu très rapidement, difficile à lâcher. Tatiana de Rosnay semble avoir la bonne recette pour nous livrer des histoires prenantes. Sous la forme de lettres écrites à son mari, Rose nous présente des passages de sa vie, de sa rencontre avec son mari, sa belle-mère et tous les habitants qui font vivre la rue qu'elle affectionne tant. L'amour de cette femme pour ses proches, qu'ils soient de sa famille ou des voisins qu'elle croise depuis des années est attendrissant. Les thèmes développés : les secrets de famille, l'attachement aux racines, la douleur de la mort et la maladie sont finement introduits et développés dans l'histoire. le combat de cette femme forte nous livre une fin poignante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280


critiques presse (2)
LeFigaro   27 mars 2012
«Rose» est un roman très sensible, presque doux malgré la violence des démolitions et des expropriations.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeSoir   14 juin 2011
Entretien avec Tatiana de Rosnay : "Rose est peut-être mon livre le moins grand public, poursuit Tatiana de Rosnay. Il est écrit dans un style plus recherché, peut-être plus précieux. Mais bien sûr, j’admets le qualificatif d’auteur populaire ! Pourquoi le réfuterais-je ? Populaire, ça peut aussi signifier “qui a plein d’amis”, et ça me va ! "
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (101) Voir plus Ajouter une citation
nouka2000nouka2000   07 février 2015
« J'étais tellement folle de chagrin que je ne parvenais pas à comprendre votre calme. Je me rappelle avoir pensé : face à la mort d'un enfant, les hommes sont-ils plus forts que les femmes parce qu'ils ne mettent pas au monde ? Les mères ne sont-elles pas attachées à leurs enfants par quelque lien secret, intime et physique que les pères ne peuvent connaître ? »

« Personne ne se souviendra de la rue Childebert, de la rue d'Erfurth, la rue Sainte-Marthe. Personne ne se souviendra du Paris que nous aimions, vous et moi »

« Oh, quelle douleur, quelle horrible douleur. Je ne peux la laisser entrer. Je dois lutter, ne pas lui céder. Si je le fais, je sombrerai en elle, elle me videra de mes forces. »

« D'ici une centaine d'années, quand les gens vivront dans un monde moderne que nul ne peut imaginer, pas même les plus aventureux des écrivains ou des peintres, pas même vous, mon amour, quand vous vous plaisiez à envisager l'avenir, les petites rues paisibles dessinant comme les allées d'un cloître autour de l'église seraient enfouies et oubliées, pour toujours. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
missmolko1missmolko1   25 juillet 2011
je souhaiterais tant gouter de nouveau à la délicate senteur de votre peau, mes lèvres brulent de vous couvrir de mille baisers, mes mains frémissent à l'idée de caresser les courbes de votre corps désirable que je suis le seul à connaitre et à vénérer. Je veux vous sentir onduler contre moi sous la tendresse de mes caresse, sous la violence suave de mon étreinte ; j'ai faim de votre amour, je veux savourer la douceur de votre chair, votre intimité. Je veux retrouver l'extase fiévreuse que nous partageâmes en tant qu'amants, mari et femme profondément, véritablement amoureux, là-haut dans le royaume paisible de notre chambre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
jeunejanejeunejane   05 mars 2017
Les poèmes de Mr Baudelaire regorgent d'images, de sons et de couleurs...Mon préféré est"Le flacon", où les odeurs recèlent des souvenirs, et le parfum ressuscite le passé. Je sais que la senteur des roses me rappellera toujours Alexandrine et la baronne. L'eau de Cologne et le talc, c'est vous, mon amour. Le lait chaud et le miel, voilà Baptiste. La verveine et ma menthe, Maman Odette. Si vous aviez été là, je vous aurais lu ce poème, encore et encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
kathelkathel   22 avril 2012
Souvenez-vous des premiers beuglements des porteurs d'eau, juste après l'aube, qui montaient vers nous alors que nous étions encore au lit, émergeant lentement de notre sommeil. Les robustes gaillards longeaient notre rue et passaient ensuite dans la rue des Ciseaux, avec dans leur sillage un âne fatigué chargé de tonneaux. Souvenez-vous du chuintement régulier des brosses des balayeurs et du carillon matinal de l'église, si près que l'on pouvait croire que la cloche sonnait dans notre propre chambre, et comment Saint-Sulpice, non loin de là, répondait en écho, en harmonie. Le début d'un nouveau jour notre rue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
CyrielFCyrielF   11 juin 2012
D'ici une centaine d'années, quand les gens vivront dans un monde moderne que nul ne peut imaginer, pas même les plus aventureux des écrivains ou des peintres, pas même vous, mon amour, quand vous vous plaisiez à envisager l'avenir, les petites rues paisibles dessinant comme les allées d'un cloître autour de l'église seraient enfouies et oubliées, pour toujours. Personne ne se souviendra de la rue Childebert, de la rue d'Erfurth, la rue Sainte-Marthe. Personne ne se souviendra du Paris que nous aimions, vous et moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Tatiana de Rosnay (65) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tatiana de Rosnay
Vous pouvez dès à présent regarder le replay de notre rendez-vous "Livres en Live" avec Tatiana de Rosnay mené sur la page des librairies du groupe Furet du Nord et Decitre
Dans cette rencontre menée par Fabrice Baumann, libraire Decitrepro, Tatiana de Rosnay évoque son dernier roman "Les fleurs de l'ombre" ainsi que de nombreuses anecdotes ! https://www.decitre.fr/auteur/109359/Tatiana+de+Rosnay
______________________________________________________________ Depuis 1907, Decitre a développé un réseau de 10 librairies en Rhône-Alpes. Ses libraires sont reconnus pour leur expertise et leur passion des livres, dans les domaines de la connaissance comme du loisir.
Permettre à chaque lecteur de trouver ses livres et à chaque livre de trouver ses lecteurs est l'objectif quotidien de chacun de ses 400 collaborateurs.
Retrouvez nous sur : http://www.decitre.fr/ Les librairies Decitre près de chez vous : http://www.decitre.fr/nos-librairies
Facebook : https://www.facebook.com/Decitre/?fref=ts Twitter : https://twitter.com/Decitre?lang=fr Instagram : https://www.instagram.com/librairiedecitre/ Pinterest : https://fr.pinterest.com/decitre/
Bonnes lectures !
+ Lire la suite
autres livres classés : haussmannVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tatiana de Rosnay (assez difficile)

Quel est le titre de son premier roman ?

L'appartement vide
L'appartement témoin
L'appartement voisin
L'appartement secret

10 questions
154 lecteurs ont répondu
Thème : Tatiana de RosnayCréer un quiz sur ce livre

.. ..