AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782894061718
Éditeur : Bibliothèque Québécoise (01/09/2005)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Sept suites poétiques composent le célèbre recueil de Saint-Denys Garneau, Regards et jeux dans l'espace. Chacune de ces suites jalonne le voyage au bout de la nuit du poète de l'errance, de l'ascension et de la chute. Le recueil est savamment et rigoureusement structuré, les diverses parties de l'oeuvre se répondant suivant la dialectique des contraires. Outre le regard et le jeu, associé au monde de l'enfance, déjà présents dans le titre, le poète célèbre la femme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
neimad6891
  03 mai 2012
Tout au long du recueil le mouvement est présent.
Il oscille.
Constamment.
Il va de l'obscur vers la lumière et de la lumière vers l'obscur, on ressent des aspirations en fin de poème qui en disent long et laissent parfois un sentiment d'inachevé ou plane une solitude spatiale.
Un recueil majeur pour la poésie francophone, Regards et jeux dans l'espace ou éclate le Génie de Garneau, une errance, une évidence.
Indispensable pour moi.
Commenter  J’apprécie          80
Cielvariable
  22 janvier 2017
J'ai lu et relu ce recueil de poésie un nombre incalculable de fois, certains poèmes plus que d'autres. J'adore la poésie sombre, triste, voire désespérée de l'auteur. Récités à voix haute, ses poèmes dévoilent une parfaite maîtrise des sonorités qui font sens autant que les vers eux-mêmes. C'est un de mes classiques préférés de la poésie québécoise.
Commenter  J’apprécie          32
turgeonphilippe
  30 mai 2012
Pour féru de poésie seulement, ce recueil n'est pas facile à décrire...Une relecture s'impose afin de vraiment saisir l'ampleur du projet.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   17 octobre 2014
Le jeu

...Une tendre chiquenaude
Et l'étoile
Qui se balançait sans prendre garde
Au bout d'un fil trop ténu de lumière
Tombe dans l'eau et fait des ronds.

De l'amour de la tendresse qui donc oserait en douter
Mais pas deux sous de respect pour l'ordre établi
Et la politesse et cette chère discipline
Une légèreté et des manières à scandaliser les grandes
personnes

Il [un enfant] vous arrange les mots comme si c'étaient de simples
chansons
Et dans ses yeux on peut lire son espiègle plaisir
À voir que sous les mots il déplace toutes choses
Et qu'il en agit avec les montagnes
Comme s'il les possédait en propre.
Il met la chambre à l'envers et vraiment l'on ne s'y
reconnaît plus
Comme si c'était un plaisir de berner les gens.

Et pourtant dans son œil gauche quand le droit rit
Une gravité de l'autre monde s'attache à la feuille d'un arbre
Comme si cela pouvait avoir une grande importance
Avait autant de poids dans sa balance
Que la guerre d'Éthiopie
Dans celle de l'Angleterre.

Nous ne sommes pas des comptables
Tout le monde peut voir une piastre de papier vert
Mais qui peut voir au travers si ce n'est un enfant
Qui peut comme lui voir au travers en toute liberté
Sans que du tout la piastre l'empêche ni ses limites
Ni sa valeur d'une seule piastre

Mais il voit par cette vitrine des milliers de jouets merveilleux
Et n'a pas envie de choisir parmi ces trésors
Ni désir ni nécessité
Lui
Mais ses yeux sont grands pour tout prendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
coco4649coco4649   06 octobre 2014
Le jeu

Ne me dérangez pas je suis profondément occupé


Un enfant est en train de bâtir un village
C'est une ville, un comté
Et qui sait
Tantôt l'univers.

Il joue

Ces cubes de bois sont des maisons qu'il déplace et
des châteaux
Cette planche fait signe d'un toit qui penche ça n'est pas mal
à voir
Ce n'est pas peu de savoir où va tourner la route de cartes
Ce pourrait changer complètement le cours de la rivière
À cause du pont qui fait un si beau mirage dans l'eau du tapis
C'est facile d'avoir un grand arbre
Et de mettre au-dessous une montagne pour qu'il soit en haut.

Joie de jouer! paradis des libertés!
Et surtout n'allez pas mettre un pied dans la chambre
On ne sait jamais ce qui peut être dans ce coin
Et si vous n'allez pas écraser la plus chère des fleurs invisibles
Voilà ma boîte à jouets
Pleine de mots pour faire de merveilleux enlacements
Les allier séparer marier
Déroulements tantôt de danse
Et tout à l'heure le clair éclat du rire
Qu'on croyait perdu
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Lazlo23Lazlo23   03 janvier 2016
ACCOMPAGNEMENT

Je marche à côté d’une joie
D’une joie qui n’est pas à moi
D’une joie à moi que je ne puis pas prendre

Je marche à côté de moi en joie
J’entends mon pas en joie qui marche à côté de moi
Mais je ne puis changer de place sur le trottoir
Je ne puis pas mettre mes pieds dans ces pas-là
et dire voilà c’est moi

Je me contente pour le moment de cette compagnie
Mais je machine en secret des échanges
Par toutes sortes d’opérations, des alchimies,
Par des transfusions de sang
Des déménagements d’atomes
par des jeux d’équilibre

Afin qu’un jour, transposé,
Je sois porté par la danse de ces pas de joie
Avec le bruit décroissant de mon pas à côté de moi
Avec la perte de mon pas perdu
s’étiolant à ma gauche
Sous les pieds d’un étranger
qui prend une rue transversale
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Lazlo23Lazlo23   02 janvier 2016
CAGE D'OISEAU

Je suis une cage d'oiseau
Une cage d'os
Avec un oiseau

L'oiseau dans ma cage d'os
C'est la mort qui fait son nid

Lorsque rien n'arrive
On entend froisser ses ailes

Et quand on a ri beaucoup
Si l'on cesse tout à coup
On l'entend qui roucoule
Au fond
Comme un grelot

C'est un oiseau tenu captif
La mort dans ma cage d'os

Voudrait-il pas s'envoler
Est-ce vous qui le retiendrez
Est-ce moi

Il ne pourra s'en aller
Qu'après avoir tout mangé
Mon cœur
La source du sang
Avec la vie dedans

Il aura mon âme au bec.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
leonceleonce   24 novembre 2020
SAULES

Les grands saules chantent
mêlés au ciel
Et leurs feuillages sont des eaux vives
Dans le ciel

Le vent
Tournent leurs feuilles
D'argent
Dans la lumière
Et c'est rutilant
Et mobile
Et cela floue
Comme des ondes.

On dirait que les saules coulent
Dans le vent
Et c'est le vent
Qui coule en eux.

C"est des remous dans le ciel bleu
Autour des branches et des troncs
La brise chavire les feuilles
Et la lumière saute autour
Une féerie
Avec mille reflets
Comme des trilles d'oiseaux-mouches
Comme elle danse sur les ruisseaux
Mobile
Avec tous ses diamants et tous ses sourires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Hector de Saint-Denys Garneau (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hector de Saint-Denys Garneau
Saint-Denys GARNEAU – Biographie : 1912-1943 (FILM, 1960) Un film de Louis Portugais, écrit par Anne Hébert, produit par l’Office national du film du Canada.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
898 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre