AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253011800
Éditeur : Le Livre de Poche (15/11/1986)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Pour ses débuts de professeur, le Père de Maubrun doit affronter une classe hostile, prête au chahut. Quel grief ont contre lui les « philosophes » du collège Pierre-Favre ? Aucun, sinon de remplacer leur cher maître Sauvageot qui vient de mourir. C'est une sorte de baroud d'honneur en mémoire d'un homme très aimé. Pourtant, Denis Prullé-Rousseau, le meneur, obéit à des raisons plus profondes. Le Père de Maubrun discerne vite ce qui, chez Denis, est la part de jeu d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Maphil
  17 juin 2012
Un jeune Jésuite, professeur de philosophie, reprend à quelques semaines des examens, une chaire difficile et la succession d'un professeur laÎc, brillant et adoré de ses élèves. Une lutte s'engage dès le début entre le jeune prêtre et l'un des élèves, Denis, fils d'un grand chirurgien. Denis est seul, son père trop absorbé par son métier - et qui de plus délaisse sa femme - refuse de s'en occuper. le jeune garçon, pur, très intelligent, et qui a perdu la foi, se lance dans un certain anarchisme, attaquant ouvertement, par la voie d'un petit journal qu'il publie, Dieu et les prêtres. Il sera renvoyé, malgré l'intense intervention du nouveau professeur. Denis, muré dans sa solitude, malheureux et insatisfait, tente de se suicider mais n'achève pas son geste. le prêtre n'a pu l'atteindre, bien qu'il s'y soit jeté tout entier.
Commenter  J’apprécie          90
DonaSwann
  13 avril 2016
Dans une institution jésuite fréquentée par des rejetons de bourgeois bien pensants, M. Sauvageot, un professeur de philosophie laïc vient de laisser un vide que ses jeunes élèves ne veulent pas voir combler. Libre penseur, aimant la jeunesse et son métier, il avait conquis des coeurs exigeants et refusant les compromis d'un système qui leur est pourtant doux. La crainte principale de l'un d'eux, Denis Prullé-Rousseau, blessé par le prosaïsme des jeunes de son âge et par les failles parentales, est de voir arriver un professeur issu du clergé qui les catéchise au lieu de stimuler leur esprit critique.
J'avais déjà comparé Michel de Saint-Pierre à François Mauriac, même si je trouve cette fois que ce dernier a un peu plus de souffle ; de plus, ils ont la même prétention, qui fait un peu sourire, de comprendre parfaitement la jeunesse du haut de leurs années et tout à la fois de la stigmatiser (les traiter d'"aristocrates" est un compliment à double tranchant).
Le roman, parfaitement suranné, dépassé, un peu désuet (comment se figurer,de nos jours, qu'un professeur amadouerait une classe hostile... en les interrogeant sur Nietzsche ?) mais plein de charme, celui de ces vieilles demeures bourgeoises de centre-ville et aux Lycées qui leur ressemblent tant, hauts de plafond, grisâtres, d'un luxe propre et mat. Et cela fait un peu rêver, justement, de se rappeler qu'on a pu un jour amadouer des jeunes en les faisant parler d'un Nietzsche qui serait une vieille connaissance à eux, d'apprendre qu'à un receleur, certains jeunes préféraient acheter des disques de musique classique ou baroque plutôt qu'un nouveau mange-disques !
Avec un narrateur omniscient, procédé cher également à Mauriac, nous passons de la frayeur ennuyée du jeune Père de Maubrun, sommé de remplacer une idole pédagogique, à la rébellion surdouée de Denis, aussi tête-à-claques que touchant dans son agressive tristesse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
arnaud6
  01 avril 2011
un livre fabuleux, d'une très grande actualité. Michel de saint Pierre est un écrivain engagé, qui n'hésite pas à se dire catholique. Il sait dépeindre les sentiments humains, avec beaucoup de justesse. Pourquoi n'est-il pas réédité.
Commenter  J’apprécie          10
arnaud6
  01 avril 2011
magnifique. A conseiller
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   02 janvier 2013
Le révérend père Raphaël Menuzzi, dit " La Tigresse ", faisait sa ronde matutinale.
Dans les corridors déserts, il allait, fantôme grassouillet et noir. Le père Menuzzi, préfet des études et de discipline au collège Pierre-Favre, aimait beaucoup son métier. " Autorité, ponctualité, information ", tels étaient ses maîtres-mots. Il eût fait un extraordinaire meneur de jeu dans un réseau d'espionnage - et rien de ce qui se passait entre les hauts murs du collège ne lui était étranger. Petit, dodu, il roulait en silence le long des couloirs. Dans son visage au teint de suif, les yeux de fauve, qui ne cillaient jamais, reflétaient un calme sans pitié. Il devait son surnom à ce regard - à sa tête de chat, toute ronde, aux oreilles bizarrement pointues et velues - et à sa voix souple, volontiers ronronnante, qui parfois mêlait de grondantes menaces à l'on ne savait quelles intonations féminines. Les enfants le redoutaient.
" Un collège de huit cents élèves, disait-il, s'administre comme une ville et se mène comme une armée. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Video de Michel de Saint-Pierre (1) Voir plusAjouter une vidéo

Michel de Saint Pierre "Le milliardaire"
Dans son salon cossu MICHEL DE SAINT PIERRE reçoit Pierre de Boisdeffre pour lui conter les états d'âme du héros de son livre "Le milliardaire"; il explique pourquoi il s'intéresse surtout à "l'élite" !
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
297 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre