AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2752907664
Éditeur : Libretto (02/11/2012)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.87/5 (sur 100 notes)
Résumé :
Véritable petit bijou, ce roman épistolaire publiée en 1824 se présente comme une variation sur la jalousie et ses affres. Confrontée à l'image obsédante de son amant disparaissant dans la calèche d'une autre beauté au sortir de l'opéra, notre héroïne tente de comprendre et de calmer les milles émotions qui l'assaillent. Au cours d'une nuit d'insomnie et d'une journée perdue à guetter un signe de celui qui -semble-t-il vient de la trahir, elle ne trouve d'autre cons... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
Malaura
  09 février 2013
Quel délicieux roman que celui-ci et quelle belle idée les éditions Libretto ont eu là de redonner ses lettres de noblesse à ce charmant petit ouvrage largement méconnu, écrit en 1824 par la comtesse Constance de Salm (1767-1845) !
« Chacun brille un instant, nul ne brille toujours », disait résignée, celle qui fut pourtant en son temps une célèbre femme de lettres dont les salons réputés accueillaient la fine fleur de l'intelligentsia parisienne. Après avoir brillée de mille feux au sein de l'élite culturelle française du début du XIXème siècle, la comtesse De Salm avait peu ou prou sombrée dans les oubliettes de la littérature. Qu'il est bon pourtant de découvrir l'unique, le seul roman de cette femme moderne, féministe avant l'heure, laquelle n'a cessé tout au long de sa vie de défendre le droit des femmes et prôner leur égalité dans le domaine des Arts en un siècle encore bien frileux en matière de parité artistique entre homme et femme !
Elle n'avait jusqu'alors qu'écrit des ouvrages dits « sérieux » (poèmes, épîtres, tragédies) ; certains lui en faisant reproche, elle répondit par ce court roman épistolaire révélant toute la sensibilité de son caractère et sa grande connaissance des sentiments et des mouvements de l'âme propres à son sexe.
L'exaltation, la ferveur, l'idéalisme qui distinguent communément la première moitié du XIXème siècle, si passionnément romantique, si lyriquement inspiré, nous incitent à célébrer ce roman avec la plus vive ardeur et le plus grand enthousiasme, tant le charme délicieusement suranné de cette oeuvre exquise nous à transportée et conquise !
Constance de Salm y dépeint de façon admirable, avec autant de justesse que de raffinement, les épanchements du sexe féminin lorsque l'Amour a pénétré les coeurs et avec lui la cohorte de sentiments enflammés qui égarent bien souvent les esprits de la plus cruelle des manières si l'on ne leur impose pas un tant soit peu de raison.
Mais la raison est-elle seulement possible lorsqu'on est à ce point épris que mille petits tourments viennent aiguillonner le bonheur d'aimer et d'être aimé et «qu'une secrète anxiété se mêle à l'enchantement de la passion » ?
« L'amour est la chose la plus douce et la plus amère "… L'héroïne de « 24 heures d'une femme sensible » va éprouver en l'espace d'une nuit et d'une journée, tout ce que recèle d'âpre et de sucré, d'amer et de doux, ce proverbe d'Euripide, et tout ce que l'amour peut inspirer de fièvre, d'ardeur, de crainte, de fougue, d'incertitude et de tourment lorsque le poison de la jalousie vient infecter la plus petite parcelle de l'esprit.
Au terme d'une soirée au concert, l'amant de la dame est parti en calèche avec une autre, la belle et coquette Mme de B. ! « Et seuls, seuls dans une voiture ; les vêtements se touchent, les mains se rencontrent, on respire le même air ; on est homme, on est femme…Ah !... »
Dès lors, éperdue d'amour et de doute, cette femme sensible et passionnée, imagine le pire, et ne sachant que faire pour apaiser ses inquiétudes, se met à écrire à l'amant peut-être perdu.
44 lettres rédigées le long de ces 24 heures entachées de désespoir, d'attente, d'espérance, dans lesquelles elle livre tout de ses émotions, de ses pensées, de ses faiblesses.
Tout le registre de la passion amoureuse s'exprime dans ces lettres, les atermoiements du coeur, les errements de l'âme, les questionnements, les supplications…Les moments d'abattement alternent avec l'emballement des sens, la révolte de l'orgueil outragé succède à la résignation du coeur meurtri, le désir de pardon et d'oubli vient ponctuer le sentiment de l'honneur bafoué…et les tentatives de raison garder sont vaines car la jalousie, mauvaise conseillère, pare chaque agissement de l'être aimé des couleurs blafardes de la trahison et de l'infidélité.
C'est la leçon morale que Constance de Salm tente de transmettre au fil de son ouvrage, montrant dans cette représentation excessive des transports amoureux, jusqu'à quelles extrémités peuvent conduire les égarements de la passion et les conséquences plus ou moins graves qui peuvent en résulter.
Le ton vif, lyrique, emporté, les sentiments exacerbés, poussés à leur paroxysme, offrent un vrai bonheur de lecture, enivrant, tonique, vivifiant.
Certes, un lecteur de notre époque, si désespérément tiède dans la formulation et l'expression des sentiments, pourrait être un brin décontenancé face aux débordements excessifs de ce personnage féminin qui se pâme, pleure, rie, tremble, gémit, se meurt, se languit et passe par toute la palette des sensations les plus vives.
Mais c'est justement là, dans cette démesure, cette emphase, cette souveraineté du coeur sur l'esprit et la raison, que réside l'effet proprement exaltant et enthousiasmant de ce petit roman. Ce caractère insensé que l'amour inflige à ceux qui en sont atteints. Car qui n'a jamais vécu ces moments de crises, ces instants de doute et d'incertitude où tout ce qui lie deux êtres épris l'un de l'autre semble irrémédiablement compromis ? La passion n'a pas d'âge, quelle que soit l'époque elle conserve toujours la couleur rouge du feu qui la consume. Constance de Salm, en femme avertie, l'a remarquablement saisi.
« 24 heures d'une femme sensible » est une peinture du coeur féminin qui, par la pétulance et l'aisance d'un style plein de ferveur, réussit à ravir follement les esprits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
Annette55
  21 juin 2017
Voici un roman épistolaire publié en 1824.
Au cours d'une nuit d'insomnie et d'une journée perdue à guetter un signe de cet amant- qui semble t-il- vient de la trahir, l'héroïne trouve une consolation en lui écrivant quarante - quatre lettres rédigées durant vingt- quatre heures entachées de doute, de fièvre, de désespoir, d'orgueil blessé, de déshonneur, d'infortune...d'attente, d'amour éperdu ...
Ce que je retiens surtout, c'est la saveur de la Langue ( en équation avec la société du XVIII° et du XIX ° siècle qui inspira Stefan Zweig ) , le bel usage du passé simple , le raffinement pour traduire ce chant et ces cris de douleur infinie, de passion effrénée, de désespoir intime, d'émotions intenses, de sensations mêlées exacerbées , un portrait saisissant et des plus justes des affres du sentiment amoureux à son paroxysme .
Une peinture exaltée et raffinée, subtile et touchante des épanchements féminins , l'excès de tendresse , de jalousie, jetés sur le papier dans la crise, l'exaltation, le désordre !!" Moi, trahie, abandonnée, perdue, moi, je n'emporte au moins que la douleur d'avoir été trompée !....."
" le coeur humain est inexplicable...."
" le feu des arts ressemble à celui de l'amour: il enivre, il absorbe, il isole de l'univers et de soi - même ..."Adieu, lâche et indigne amant !"

Au final, des lettres au style et à l'écriture magnifiques enflammées, passionnées, rageuses, désespérées, un cri d'amour qui revisite la passion amoureuse ! Une femme qui se meurt d'amour !
Une plume superbe,savoureuse , un bijou dont nous aurions envie de citer nombre d'extraits , dont la fin est surprenante !
Mais ce n'est que mon avis , bien sûr !
L'unique roman de cet auteur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          445
juliette2a
  22 février 2012
Ce livre est un vrai petit bijou ! Dans ce roman, nous suivons le désespoir d'une jeune femme en l'espace de vingt-quatre heures à travers quarante-quatre lettres qu'elle écrit à son mari. Ce dernier a disparu la veille au soir en rentrant dans la calèche d'une autre femme, une certaine Mlle de B***. L'héroïne nous livre ainsi sa tristesse, son incertitude, son passé comme son avenir...Cette demoiselle est touchante, et je dois dire que la fin m'a réjouie !
Ce livre m'a vraiment marquée car le style de l'auteure est tout à fait charmant..Pour conclure, je conseille ce livre (qui a inspiré Stefan Zweig entre autres) à tous les amateurs des romans épistolaires, à ceux qui sont intéressés par la société des XVIIIème et XIXème siècles ainsi que à tous ceux qui veulent vivre une magnifique expèrience littéraire !!! MERVEILLEUX.
Commenter  J’apprécie          370
Gwen21
  17 février 2015
Court roman épistolaire écrit par une femme de lettres française, spécimen suffisamment rare pour qu'on y prête attention.
Une quarantaine de lettres - la plupart fébrilement écrites par une amoureuse passionnée qui se croit trahie - nous dévoile une belle plume pleine de sensibilité - quoique parfois trop emphatique - ainsi qu'une connaissance approfondie de la nature humaine, et plus particulièrement du sentiment amoureux.
Cette peinture de la jalousie et de la passion que nous offre la princesse Constance de Salm a vraiment de quoi interpeller le lecteur, par sa force et son intensité mais aussi par son indéniable poésie.
Malgré tous ses atouts, ce récit ne m'aura touchée que très superficiellement. J'ai été dérangée par les emportements fougueux - parfois fantasques - de cette femme jalouse jusqu'à l'excès et qui, oubliant son éducation et son rang, perd totalement le contrôle de sa raison, de ses sentiments et de ses actes. La fièvre qu'elle met dans toutes ses pensées et dans toutes ses actions, en cette fatale journée où elle est sans nouvelle de l'être aimé, m'a semblé découler d'un esprit quelque peu instable, en tout cas fragilisé. Or j'ai eu du mal à concevoir que cette fragilité venait uniquement d'une méprise, du simple fait d'avoir vu son amant raccompagner une autre femme chez elle. Ce manque de confiance en l'amant, n'est-il pas en fin de compte un manque de confiance blâmable en la nature du sentiment que les lie ? A plusieurs reprises, cette jeune et jolie veuve fortunée, qui a vraiment tout pour être sûre d'elle, va chercher à se raccrocher au bon sens et à la justesse de sa raison mais sans pouvoir s'éviter la noyade dans le pathos ni la chute dans le ridicule. A mes yeux, la violence de sa passion est à rapprocher de l'hystérie ; j'ai souvent eu l'impression d'être en pleine tragédie racinienne sauf que, transposée dans un salon parisien du début du XIXème siècle, le tout a sonné assez faux à mes oreilles, et avant même de connaître le fin mot de l'histoire, j'en étais déjà à excuser l'amant et à lui trouver de réelles circonstances atténuantes dans le cas où son infidélité aurait été avérée.
***ALERTE SPOILER***
Enfin, un tel déploiement de passion, un romantisme si exacerbé, des sentiments si vifs et un désespoir si profond qu'il place sa victime au bord du tombeau, auraient bien mérité un autre sort qu'une happy end vivement tirée du chapeau.
Le mieux est encore de vous faire votre propre idée ; la lecture de ce roman vous prendra à peine deux heures.

Challenge de lecture 2015 - Un livre dont le titre contient un nombre
Challenge PETITS PLAISIRS 2014 - 215
Challenge 19ème siècle 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
missmolko1
  15 mai 2013
Je suis conquise par ce petit bijoux que j'ai dévoré du début a la fin sans m'arrêter.
Ce roman épistolaire brosse le portrait d'une femme dévorée par l'amour et la passion. Elle a vu l'homme qu'elle aime partir avec une autre femme et fébrile, se croyant trahie, elle lui écrit plusieurs lettres pendant 24h. Les sentiments de cette jeune femme sont décrit à la perfection, elle passe par le doute, le désespoir, l'excitation... le lecteur suit ses souffrance et revit le temps de quelques passages leur histoire d'amour.
Le style et l'écriture sont magnifiques et nous font voyager au XIXème siècle.
La fin m'a surprise, je m'attendais absolument pas a cette chute mais l'on ne peut que s'en réjouir!
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
Commenter  J’apprécie          330
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
MalauraMalaura   07 février 2013
Ô femmes, c’est pour vous que j’accorde ma lyre ;
Ô femmes, c’est pour vous qu’en mon brûlant délire,
D’un usage orgueilleux bravant les vains efforts,
Je laisse enfin ma voix exprimer mes transports.
Assez et trop longtemps la honteuse ignorance
A jusqu’en vos vieux jours prolongé votre enfance ;
Assez et trop longtemps les hommes, égarés,
Ont craint de voir en vous des censeurs éclairés ;
Les temps sont arrivés, la Raison vous appelle :
Femmes, éveillez-vous et soyez dignes d’elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
MalauraMalaura   06 février 2013
Qu’est-ce que cette vie qui nous échappe à chaque instant et que nous remplissons si légèrement d’amertumes ? Un supplice, si l’on souffre ; un délire, si l’on est heureux ; et toujours de la vie, de la vie que l’on dépense, que l’on prodigue, qui ne reviendra plus, qui emporte tout ; tout, même l’amour !
…Viendra un temps où nos âmes cesseront de s’entendre, de se confondre ; où notre froide cendre sera le seul reste de ce feu qui nous dévore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
sylviesylvie   04 décembre 2008
L'amour !... Qu'est-ce que l'amour ? ... Un caprice, une fantaisie, une surprise du coeur, peut-être des sens; un charme que se répand sur les yeux, qui les fascine, qui s'attache aux traits, aux formes, aux vêtements même d'un être que le hasard seul nous fait rencontrer. Ne le rencontrons-nous pas ? rien ne nous en avertit, ne nous trouble...nous continuons de vivre, d'exister, de chercher des plaisirs, d'en trouver, de poursuivre notre carrière comme si rien ne nous manquait!... L'amour n'est donc pas une condition inévitable de la vie, il n'en est qu'une circonstance, un désordre, une époque... que dis-je ? un malheur ! une crise.. une crise terrible.. elle passe et voilà tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
mandarine43mandarine43   20 mars 2011
Le soleil éclaire déjà mon cabinet solitaire. J'ai voulu éloigner ces tristes pensées ; j'ai tenté de m'occuper, de me distraire. J'ai pris ma palette, mes pinceaux ; j'ai tout disposé, et je me suis mise à l'ouvrage. Le feu des arts ressemble à celui de l'amour ; il enivre, il absorbe, il isole de l'univers et de soi-même. A mesure que je travaillais, des rayons de lumière semblaient traverser mes esprits. Je reprenais ma raison et mon équilibre ; je sentais seulement mes moyens s'exalter et s'agrandir du reste d'émotions involontaires qui bouillonnaient encore dans mon sein. Tout à coup (qui peut prévoir les effets de l'amour ?), tout à coup ces terribles souvenirs sont revenus m'assaillir : ils se sont emparés de mes facultés avec la rapidité de l'éclair ; ils m'ont comme enlevée de mon siège. J'ai tout jeté là, je marchais avec précipitation, j'étais hors de moi, je croyais respirer du feu ; mais l'agitation du corps semble calmer le trouble de l'âme. Insensiblement j'ai retrouvé quelque tranquillité ; j'ai pu m'asseoir et écrire. Me voilà donc ; me voilà plus raisonnable ; du moins je le crois.
Non, tu ne me trahiras pas, tu ne trahiras pas ces serments tant de fois répétés ; tu ne les profaneras point par des sensations étrangères ; tu ne le pourrais pas. Il v a dans l'amour autre chose que l'amour, une union plus intime encore, des rapports qu'il n'appartient pas aux âmes communes de comprendre ni de sentir, un entraînement d'un être vers l'autre, qui ne tient à rien de ce que la pensée peut définir. C'est par l'accord involontaire de ces sentiments, de ces délices inconnues, que nous sommes unis, chère âme de ma vie ! Que peut une Mme de B *** contre des liens si sacrés ? Ce quelle peut ! ah ! qu'osé-je dire ? L'amant le plus fidèle, le plus intime même, a-t-il jamais su résister aux provocations de la coquetterie ? Eternelle supériorité de mon sexe sur le tien ! Quelle est la femme qui, sans se croire dégradée, a pu même supporter la pensée de s'abandonner à l'être qui lui est inférieur ? Quel est l'homme dont les désirs ont pu être arrêtés par cette seule pensée ? Au nom de tout de qui t'est cher au monde, douce moitié de moi-même, ne m expose plus à ces cruelles tortures ! Veille avec plus de soin sur notre bonheur. Hélas ! qu'est-ce que cette vie qui nous échappe à chaque instant et que nous remplissons si légèrement d'amertumes ? un supplice, si l'on souffre ; un délire, si l'on est heureux ; et toujours de la vie, de la vie que l'on dépense, que l'on prodigue, qui ne reviendra plus, qui emporte tout ; tout, même l'amour !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JoohJooh   02 septembre 2014
Ah ! enivrons-nous, au moins, pendant ce court passage, de tout ce que l’amour a de plus pur et de plus ardent ; ne souillons pas ses délices par des erreurs et des craintes vulgaires ; et, dans tous les instants de notre existence où nos cœurs s’élanceront l’un vers l’autre, que l’amour seul les embrase, et que l’ombre même du soupçon n’ose s’approcher de nous !...
Commenter  J’apprécie          230
autres livres classés : roman épistolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3385 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..