AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266246380
Éditeur : Pocket (09/01/2014)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 105 notes)
Résumé :
«TU VEUX JOUER ?» C'est le message qui s'affiche obstinément sur le téléphone portable trouvé par Henrik Pettersson - loser vivant en marge de la société suédoise. En cliquant sur OUI, HP ne se doute pas que la mise ultime de ce jeu pourrait bien être sa propre vie.
Des messages menaçants. C'est ce que Rebecca, garde du corps, découvre régulièrement dans son casier. Et leur auteur en sait beaucoup trop sur son passé. Que chrche-t-il ? À jouer avec elle ?
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
cannibalector
  24 septembre 2015
Une trilogie suedoise
des as en piratage informatique
les héros sont un homme et une femme
Les méchants représentent une élite économique
ça ne vous dit rien? Moi non plus!
Hp est le type même du jeune glandeur: travail au mac do , juste de quoi se payer son herbe, quelques vols à la tire pour arrondir les fins de mois.
Un jour, il trouve un truc qui ressemble à un mobile, il l'allume.
"Voulez vous jouer? Si oui appuyez sur le bouton rouge"
Il appuie....... Et bonjour les emmerdes!
Rebecca est la grande soeur de HP; elle est flic dans la protection des personnalités.
Elle va trés vite manoeuvrer pour aider son frérot tout en assumant son boulot.

Thriller ciblé sur les 25/40 ans qui ont aimé Millénium
Un véritable jeu vidéo: l'auteur a un vrai talent pour rendre son roman hyper visuel, utilisation des couleurs, de formes précises etc, trés facile à lire, trés simple, pétri de bons sentiments, mais addictif.
A lire pour se vider la tête!
Commenter  J’apprécie          361
tousleslivres
  22 juillet 2013
Dans un train, HP, Henrik Pettersson, trouve, sur un siège, un téléphone portable, il semble ne pas avoir de marque, ce dernier lui demande s'il veut jouer... il ne fait que ça d'ailleurs... HP pense tout de suite à une blague de son copain informaticien et il accepte « pour voir... ».
D'une supposition que ce téléphone n'est qu'une blague, HP va tout de suite entrer dans le Jeu. Dans un premier temps, qui ne durera pas longtemps à cause de l'appât du gain et dans un second temps quand il a vu les vidéos et les commentaires des fans. Ça l'a complètement rendu addictif à ce Jeu. le maître du Jeu va petit à petit le rendre encore plus accroc avec des missions qui « paient » bien et qui semblent faciles à réaliser. Argent et points vite gagnés. Célébrité acquise... tout ce qu'il fallait pour que HP soit accroc !!!
Jusqu'au jour où HP s'aperçoit qu'il n'est pas la star qui croit être devenu, mais surtout, un simple pion dans ce Jeu. C'est alors qu'il va tout mettre en oeuvre pour infiltrer le Jeu.
Une histoire intéressante qui change vraiment de toute ce qu'on peut lire. J'ai tout de même trouvé quelques longueurs, mais si non, j'ai passé un agréable moment.
Anders de la Motte fait ressortir un coté obscure de l'être humain : le plaisir que procure le jeu et surtout le gain tout en y ajoutant le voyeurisme et la conquête de la célébrité... Car pour HP tout ce qui compte, c'est être le premier, que ses vidéos de ses missions fassent le plus de buz. Il ne se rend pas compte de ce que ça implique et que pour lui, le principal c'est qu'il soit remarqué et adulé. Mais quand il s'aperçoit que tout n'est qu'un jeu, un autre jeu, pipé celui-ci, il veut se venger et trouver ce qu'il y a dernière. Mais sa vie n'est-elle pas qu'un jeu, elle même ??? La limite entre le jeu et la réalité est trop infime pour qu'il puisse deviner les deux cotés.
Entre jeu et réalité, le lecteur se prend dans ce jeu là... L'auteur, Anders de la Motte, nous fait suivre des chemins que nous n'aurions pas pris, il nous manipule comme il manipule son personnage... Lui seul sait où nous allons...
J'ai aussi beaucoup aimé le personnage de Mag dit Faroul. Un pur Suédois qui a épousé une musulman et qui c'est du coup converti à l'islam. C'est un génie de l'informatique, mais pas que ça …

Lien : http://tousleslivres.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Pinklychee
  14 décembre 2014
J'ai acheté ce livre un peu par hasard, j'avais envie de lire un bon thriller et le résumé de celui-ci me tentait assez: un jeu façon télé-réalité qui manipule son héros, il n'en fallait pas plus pour me donner envie.
Henrik Pettersson, petit délinquant suédois sans grande envergure, trouve un téléphone portable dans le métro. Sur l'écran, un message s'affiche obstinément: "Tu veux jouer?" HP clique sur "oui", sans se douter une seule seconde des conséquences que va engendrer ce jeu a priori banal.
Rebecca est garde du corps. Depuis quelques temps, elle retrouve des petits mots menaçants dans son casier, dont l'expéditeur semble connaître beaucoup de choses sur elle et son passé. Qui est-il et que peut-il bien lui vouloir?
Les mondes de HP et Rebecca vont se rapprocher inexorablement. Mais si la réalité n'est qu'un jeu, qu'est-ce qui est encore réel?
Je dois avouer que j'ai failli abandonner ce livre dès le début. Je n'accrochais pas du tout, en raison d'une très forte ressemblance avec Addict, de Jeanne Ryan. Un jeu via téléphone portable, des missions à effectuer et où il faut se filmer, les vidéos qui se retrouvent en ligne, différents niveaux à franchir, et des récompenses si la mission est réussie. J'ai vraiment eu une sensation de copier-coller, si ce n'est qu'au lieu de gagner des objets style chaussures de luxe ou smartphone, le héros ici gagne de l'argent: beaucoup d'argent.
Fort heureusement, cela ne dure pas, et bientôt Play se démarque totalement d'Addict. le jeu prend une tournure plus dangereuse et malsaine, puisque HP se retrouve à lancer une attaque contre un défilé royal ou encore à balancer un projectile depuis un pont sur une voiture de police qui protège un éminent ministre.
Bref, les choses tournent mal pour notre héros, qui se retrouve bientôt la cible d'une tentative d'assassinat. Il décide alors de se mettre au vert, mais pas avant de s'être vengé...
J'avoue avoir apprécié le personnage d'Henrik, même s'il s'apparente plus à un anti-héros. Il est intelligent mais flemmard, vit de petits trafics et commet des petits délits. Influençable et en quête de reconnaissance et de gloire, il est une cible idéale pour le Jeu qui l'utilise comme un vulgaire pion.
J'avoue n'avoir pas compris ses relations avec Rebecca au départ, et ce à cause d'une scène que j'ai trouvée un peu floue: résultat j'ai cru qu'ils étaient sex-friends alors qu'en fait ils sont frère et soeur. En même temps, on débarque au milieu d'une scène de sexe, et vu la façon dont ça a été écrit/traduit, il y avait vraiment matière à confusion!
Parlons de Rebecca justement: je n'ai pas vraiment apprécié ce personnage, je l'ai trouvée froide et détachée de tout. Elle a vécu un évènement traumatisant treize ans auparavant, qui a valu à HP de se retrouver en prison à sa place, ce dont elle se sent coupable: du coup, c'est elle qui chaque fois aide son frère à se sortir de ses ennuis. Rebecca s'est forgé une carapace, faisant comme si tout allait bien alors que c'est loin d'être le cas. Certes elle s'ouvre peu à peu, je l'ai d'ailleurs trouvée plus humaine à la fin quand elle réalise qu'elle a aussi droit au bonheur, mais l'évolution est un peu trop lente à mon goût.
L'écriture d'Anders de la Motte est fluide, et suffisamment accrocheuse pour m'avoir donné envie de continuer quand je pensais à abandonner. A certains moments, j'avais beaucoup de mal à reposer mon livre, tandis qu'à d'autres j'avais au contraire du mal à reste concentrée plus de 5 pages d'affilée.
Je pense que cela est dû au fait que je ne connais absolument pas la Suède et que je me suis sentie perdue parmi tous les noms de lieux qui sont évoqués. A la fin, je ne les lisais même plus, vu que j'étais totalement incapable de me repérer.
L'autre détail qui m'a fait tiquer, c'est le thème complot universel: les gens du Jeu sont partout, les attentats c'est leur faute, ce sont des gens qui parient sur l'issue du monde et qui sont prêts à payer pour manipuler les gens ou faire assassiner leurs ennemis dans l'ombre.
Que certains soient prêts à tout, je peux le comprendre. Je ne serais pas étonnée que certaines personnes très riches paient pour faire éliminer leurs ennemis ou pour leur donner une leçon, mais de là à croire que le 11 septembre est lié au Jeu, pour moi ça va un peu trop loin.
De plus, je ne connais pas la moitié des évènements cités dans le roman, une fois encore je ne connais rien à l'histoire de la Suède, du coup j'ai encore eu du mal à suivre, ne sachant pas si tous les évènements politiques cités sont réels ou si certains sont fictifs.
Je pense que l'auteur aurait dû se contenter de moins et rester plus crédible, car l'idée de gens qui se font manipuler pour le simple plaisir de gamers friqués qui parient sur eux était beaucoup plus attrayante.
J'ai également vu après achat que ce livre fait partie d'une trilogie, mais pour ma part je m'arrêterai là: la fin de ce livre clôt parfaitement l'histoire de HP, même si elle nous réserve une surprise que pour ma part je n'avais pas vue venir.
Je crains en effet qu'à force de continuer sur cette lancée l'auteur n'émousse mon intérêt et que ce thème du Jeu ne tienne pas la route sur 2 autres tomes et ne soit alors usé jusqu'à la corde.
Lien : http://pinklychee-millepages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Paco
  30 juin 2014
Au premier abord, mon sentiment était assez négatif face à ce thriller qui utilise comme trame le jeu, l'embarquement d'un joueur dans un monde virtuel/réel qui va sans doute le détruire - ou pas! - à petit feu. du déjà vu mille fois, allant du très bon au terriblement lassant, mauvais et ennuyeux.
Ce thriller-là, et bien oui, je le classerai définitivement dans les bons. Je vous explique pourquoi, mais d'abord je vous parle un peu de l'histoire.
Stockholm, Suède. Henrik Pettersson - HP pour les proches -, petit looser, petit délinquant à la sauvette, tombe un beau matin sur un téléphone portable oublié dans le métro par son propriétaire. Cela peut toujours rapporter, et comme le boulot ce n'est pas trop ça ces temps-ci, il l'embarque. Cet appareil qui semble relativement High Tech déstabilisera un peu notre homme, surtout lorsque ce message apparaîtra sur l'écran:
"Tu veux jouer Henrik Pettersson?"
Imaginant qu'il s'agit d'une bonne blague d'un de ses potes, il acceptera de rentrer dans le jeu. La première épreuve va s'avérer être assez basique, fort peu coriace pour ce spécialiste de l'entourloupe, histoire de mettre notre nouveau joueur en confiance. Il s'agira d'effectuer un petit vol dans un wagon, avec webcam embarquée.
Pettersson va rapidement se familiariser avec les règles qui lui seront dictées par le biais de son nouveau joujou. D'abord assez mitigé, la curiosité et l'appât du gain va tout de même prendre le dessus et susciter un grand intérêt. Il va complètement se prendre au jeu - justement - après avoir aperçu que sur un site web une grande quantité de joueurs étaient en compétition. Visiblement, il y aurait même un classement, le "Maître de ce jeu" posterait les vidéos des joueurs pour établir ce fameux classement. Relativement malsain...
Et bien entendu, un public semblerait être omniprésent sur cette page pour encourager et ovationner ce petit monde!
Pour HP, c'est l'adrénaline qui lui montera au cerveau, tel un liquide à haute pression circulant dans un tuyau trop petit. Il veut prouver, montrer, être reconnu? Néanmoins, chercher un signe d'appartenance qui semblerait méchamment lui faire défaut. Par contre la suite va s'avérer être nettement plus complexe et un peu plus dangereux pour lui.
En acceptant de jouer, respectivement en suivant les instructions, Pettersson va se rendre complice - ou carrément auteur! - de divers incidents non négligeables. Ce qui est assez intéressant, c'est que le choix lui est toujours laissé, en tout cas au début. Mais paradoxalement, le choix qui lui est proposé restera extrêmement restreint étant donné qu'il se sentira boosté à mort. Les choix proposés deviendront désormais dérisoires et c'est cet aspect-là qui est assez subtile dans cette histoire.
Ce jeu qui nous est présenté va nous apparaître sous une forme subtile et minutieuse. Les missions effectuées par les joueurs vont prendre tout leur sens et ainsi constituer un plan d'une assez grande envergure. Chaque pièce du puzzle sera mise à sa place par de nombreuses mains totalement indépendantes l'une de l'autre.
Nous rencontrons également Rebecca Normén, la trentaine, spécialiste dans la protection rapprochée, notamment auprès de la sphère politique. Cette femme flic déterminée et ambitieuse demeurera assez discrète et effacée. D'emblée, le lecteur cédera à son charme assez révélateur, un charme maintenu par le côté intriguant de cette femme qui ne laissera rien transparaître, qui ne se livrera pas facilement.
Nous allons évidemment découvrir quel est le lien qui relie Pettersson et cette femme. Nous allons être témoin d'une vieille tragédie familiale qui sera divulguée au compte-gouttes pour ensuite prendre davantage d'importance. le passé ne reste que rarement en place lorsqu'il a secoué pas mal de monde à l'époque...
Pas besoin de se munir d'un tensiomètre pour vérifier si le courant passe; c'est du courant fort qui traverse les pages et qui les fait tourner à grande vitesse! C'est constant, cela ne descend que très rarement, l'aiguille a plutôt tendance à percuter vers le haut, et ceci depuis le début de l'histoire. Pour un premier roman, cet auteur scandinave a rapidement su maîtriser le rythme d'un thriller.
Intéressant comme l'auteur nous dépeint un homme prêt à tout pour plaire, pour montrer ce qu'il est - ou voudrait être -, pour prouver au monde qu'il existe, mais aussi pour se satisfaire, à la limite de la jouissance totale. Non, je pense même que cette limite est largement atteinte.
Intéressant également de s'apercevoir à quel point l'homme semble avoir besoin de reconnaissance, de se retrouver au sein d'une communauté qui l'admire et qui l'encourage, au dépend même de sa propre intégrité.
Pour moi, le plus grand intérêt dans cette histoire est de savoir si l'homme dont nous parlons cédera ou non aux pressions, aux manipulations qui lui arrivent dans la gueule, même après s'être rendu compte qu'il s'agit probablement d'un piège vicieux.
L'auteur place une trame diabolique qui nous démontre comment nous pouvons facilement manipuler un être, soit mettre en place un pion, le rendre dangereux et déterminé dans ses actions, pour pouvoir l'utiliser dans diverses manoeuvres, ceci en jouant sur son ego, son estime de soi, en fonction de son caractère et de sa personnalité. Bien connaître le sujet pour bien le maîtriser, le manipuler et l'utiliser.
Au final, ce qui doit se passer se produira, mais pas forcément dans la direction que l'on pourrait s'attendre. C'est très vague je sais, mais je ne vais pas non plus vous réécrire l'histoire!
Bonne lecture.
Lien : http://passion-romans.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Caalfein
  18 février 2018
"Play", premier roman (2010) du suédois Anders de la Motte, constitue aussi le premier tome de sa trilogie "Le Jeu".
Ce thriller à l'écriture décontractée, est plutôt agréable à lire si on excepte les nombreux noms de rues et de villes suédoises imprononçables.
L'intrigue est attirante et dès les premières lignes on s'attend à vivre une expérience livresque digne de ce nom. Un conseil pour ne pas risquer la déception, ne mettez pas la barre trop haut. Non pas que le roman soit mauvais, loin de là, mais n'en attendez pas plus que ce qu'il est prêt à vous donner.
Le récit est prenant mais semble confus par moments, peut-être un effet de la façon dont l'auteur a construit son histoire. On alterne, en effet, entre les péripéties de HP et la vie d'un autre personnage, Rebecca Normén. le passage de l'un à l'autre est constant, parfois pour seulement quelques lignes, on peut donc s'y perdre. Autre aspect négatif de cette construction, cela casse le rythme ce qui est dommage même si on peut penser que c'est volontaire.
Un héros donc et un autre personnage central au regard de la part que lui confère l'auteur dans son roman, sans que l'on comprenne vraiment pourquoi. Et oui, jusqu'à la fin on se demande quel rôle joue réellement Rebecca dans le jeu parce qu'au-delà de son lien avec HP on croit pressentir qu'il y a bien autre chose. On suppose que le tome 2 nous apportera un nouvel éclairage.
Henrik Pettersson est le type même de l'anti-héros, un loser attachant qui nous amuse et nous exaspère en même temps. Un grand gamin de 31 ans, insouciant et irresponsable qui rêve de gloire virtuelle. le pigeon idéal pour le Maître du Jeu. Contrairement à lui, Rebecca est réfléchie, sérieuse, acharnée au travail (garde du corps). Une femme de 34 ans à la personnalité plus complexe qu'on ne peut l'imaginer et dont un aspect nous est révélé, l'air de rien, à la fin du roman. Ce personnage n'a peut-être pas fini de nous étonner.
À noter que ce côté, je vous donne des infos que je pose là entre deux, est un petit truc que Anders de la Motte manie très bien. le problème c'est que c'est noyé dans pas mal de bla bla et qu'on risque de passer à côté. Peu de dialogues mais beaucoup de réflexion de la part de HP surtout. On le suit dans ses montées et descentes d'adrénaline lorsqu'il accomplit quelques missions pour le jeu, mais surtout, on suit ses cogitations, ses atermoiements, ses questionnements, ses hypothèses et ses découvertes. Au final, il n'y a pas autant d'action que ce à quoi on aurait pu s'attendre.
Il ne se passe donc pas grand chose mais l'histoire est insidieuse, presque sournoise, elle avance à petits pas, comme le Maître du Jeu, pour nous prendre dans ses filets. La mise en place des personnages se fait ainsi jusqu'à la dernière ligne et encore, on se dit que tout n'a pas été révélé. Idem pour le jeu lui-même. On n'en sait pas beaucoup plus après avoir refermé ce premier tome qu'au début et forcément l'appel du deuxième opus se fait entendre, d'autant plus qu'à la fin, l'auteur se la joue, hop hop hop, ni vu ni connu j't'embrouille encore un peu plus dans une douceur et une bienveillance apparentes. Aussi inattendu que déroutant.
Anders de la Motte arrive ainsi sans forcer, à maintenir la pression par des micros événements et à nous plonger dans les théories les plus folles où big brother a toute sa place. Il s'amuse à nous perdre dans les apparences. On croit comprendre mais il n'en est rien, exactement comme HP.
Bref, cet auteur prend un malin plaisir à jouer sur les ambiguïtés et à semer le doute dans nos esprits jusqu'à la dernière seconde. Il a l'art et la manière de ménager ses effets et de nous faire cogiter.
Et si le Maître du jeu n'était autre qu'Anders de la Motte ? Et si nous, lecteurs, étions tombés dans son piège ? Et si nous étions les manipulés de l'histoire ?
En tout cas, une chose est certaine : le jeu ne s'arrête jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
valou076valou076   27 août 2013
Le candidat semble se considérer comme une victime ou un outsider. Quelqu'un qui, pour une raison inconnue, fait l'objet d'un traitement injuste ou manque tout simplement de chance. Il s'estime donc, à tout point de vue, autorisé à s'avantager lui-même, le plus souvent au détriment des autres ou de la société, sans pour autant avoir à assumer ses actes de quelques manières que ce soit. P.95
Commenter  J’apprécie          20
jessicalejessicale   07 mars 2015
Pour garantir une expérience réussie à toutes les parties, il doit, comme dans tous les jeux, exister un ensemble de Règles du Jeu. Les Règles sont absolues et ne doivent en aucun cas être enfreintes.
Commenter  J’apprécie          10
calerncalern   05 octobre 2014
Gagner n'est pas tout, c'est la seule chose qui soit!
Commenter  J’apprécie          50
CaalfeinCaalfein   18 février 2018
Bienvenue dans une nouvelle dimension du Jeu, un monde où la réalité est un Jeu et le Jeu une réalité. Bienvenue dans l'expérience la plus extrême au monde ! Bienvenue dans LE JEU !
Commenter  J’apprécie          00
MadCGMadCG   16 janvier 2014
Silence, on tourne, lumières, caméras, songea-t-il avec excitation au moment où il lança la pierre par-dessus le parapet.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : jeuxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1622 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..