AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782410008517
128 pages
Editions Belin (07/05/2017)
3.88/5   34 notes
Résumé :
Quelle est l'histoire de l'univers ? Quelle est la nature de l'espace et du temps ? Quelle place occupons-nous dans l'univers ? Nul n'est mieux placé pour répondre à ces questions fascinantes que l'un des plus célèbres astrophysiciens actuels. Avec un style qui ne tient qu'à lui, mariant érudition, humour et intelligence, Neil deGrasse Tyson nous rend soudainement accessibles l'essentiel des grands mystères du cosmos et les principes les plus compliqués de l'astroph... >Voir plus
Que lire après Petite excursion dans le cosmosVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Vérifiez bien vos poches - vous avez pris votre portefeuille ? Vos clés ? Votre téléphone ? Alors c'est parti pour une petite excursion pour tout comprendre du cosmos en compagnie du meilleur des guides....Quelles sont les lois physiques et les forces qui gouvernent la matière ? Qu'y a -t-il entre les galaxies ? Et entre les planètes.
Extrait de la quatrième de couverture.
Magnifique découverte sur le cosmos.
Commenter  J’apprécie          180
On continue la série des livres de Neil deGrasse Tyson avec cette fois-ci, la réédition de la célèbre « petite excursion dans le cosmos ». La première version française de ce livre est parue en 2017 et est rééditée en ce début d'année 2021.

Ce livre a succès vous propose de découvrir l'Univers et quelques une des grandes notions qui le composent, rien que ça.

Embarquons dans cette incroyable aventure cosmique et sur la naissance de notre Univers, objet du premier chapitre. Vous verrez qu'en l'espace de deux minutes à peine, l'univers a déjà bien changé !

Aujourd'hui, il est possible de décrire assez précisément l'histoire de l'univers grâce aux différentes théories développées depuis quelques siècles. On pense spontanément à Newton, Einstein, Planck, etc… Ces génies ont apporté les outils qui nous permettent de mieux cerner notre macro environnement.

Les astronomes évoquent souvent le terme « année-lumière ». Dans le langage commun, on emploie ce terme pour désigner un fait très lointain. En astronomie, ce terme est utilisé pour évoquer les distances. Il est vrai que les distances deviennent très vite considérables à notre échelle. Et parler en kilomètre perdrait très vite tout son sens. Pour vous laisser imaginer, une année-lumière c'est presque 10 000 milliards de kilomètres. Et 10 000 milliards de kilomètres, c'est à peu près la taille de notre système solaire au complet. Un espace ridicule rien qu'au sein de notre galaxie.

La lumière se déplace. Mais elle ne se déplace pas instantanément. Sa vitesse est de l'ordre de 300 000 kilomètre… par seconde ! C'est rapide (rien ne va plus vite que la lumière) mais cela ne comble pas les distances entre les astres. On dit souvent que l'astronomie permet de retourner dans le passé. C'est vrai. Notre galaxie voisine, la galaxie d'Andromède est située à 2,5 millions d'années-lumière. Cela veut dire qu'il faut à la lumière 2,5 millions d'années pour faire le trajet entre la galaxie et votre pupille…

L'espace entre les galaxies n'est pas vide, loin de là ! L'auteur nous l'expliquera tout comme il le fera pour des choses plus exotiques mais qui laissent les astronomes perplexes : la matière noire et l'énergie noire.

Les techniques d'observation s'affinent et elles permettent d'avoir une très bonne idée de ce qui compose l'univers. le seul outil des astronomes est la lumière. Seule cette précieuse source d'information nous donnera les éléments de compréhension.

Quant à la Terre, cette « exoplanète » pour Neil deGrasse Tyson, est-elle seule dans l'Univers ? La vie n'aurait-t-elle pu apparaitre qu'à un seul endroit ? Ceci reste encore un grand mystère…

Mon avis : lors de la première édition, j'avais été fortement déçu pour les larges approximations de traduction. Certaines phrases n'avaient strictement aucun sens.

Pour cette nouvelle édition, le tir a été rectifié et c'est une très bonne nouvelle.

Ce livre est à découvrir, c'est une bonne lecture adaptée aux débutants qui trouveront ici quelques éléments pour mieux appréhender les complexités de notre univers.
Lien : http://astrobook21.blog/2021..
Commenter  J’apprécie          30
Un très bon livre de vulgarisation scientifique centré sur l'astrophysique. Neil deGrasse Tyson est un auteur très connu surtout pour sa série (disponible sur Netflix) "Cosmos : Une odyssée à travers l'univers", qui est très captivante aussi.

Commençons tout de suite par les quelques défauts. "La recette du cosmos" est de loin le chapitre qui m'a le moins plus. Je trouve qu'il était un peu trop centré sur les détails du type la présence de métaux dans l'univers par exemple. Je commençais de même à rapidement me lasser des chapitres sur la matière sombre et l'énergie sombre.

Cependant, en contrepartie, l'auteur est très doué pour nous faire comprendre que l'Homme n'est que poussières d'étoiles et que la Terre n'est qu'un grain de sable parmi une immense plage infinie qu'est la Voie Lactée, elle même située dans un immense océan composé de milliards d'autres plages, et ces plages sont toutes les autres galaxies que l'Homme est capable d'observer à ce jour. Ce livre nous ouvre sur un large domaine qu'est l'astrophysique en parlant un peu de tout, bien que brièvement, mais quand-même bien expliqué, en passant du Big Bang aux exoplanètes.

Mon chapitre préféré est le dernier : "Réflexions sur la perspective cosmique" qui nous conduit à une certaine réflexion métaphysique et philosophique. Tyson est parvenu à nous décentrer et nous faire comprendre que nous ne faisons qu'un avec la Nature et avec L Univers.
Ce chapitre garde le meilleur pour la fin et c'est ce qui me pousse à mettre la note de quatre étoiles.
Commenter  J’apprécie          20
Ce livre se lit comme un roman. C'est vraiment raconté comme une histoire mais rempli de faits justes, prouvés, scientifiques.
Neil deGrasse Tyson est connu comme un très bon vulgarisateur d'astronomie et astrophysique. J'irais jusqu'à dire que c'est un excellent vulgarisateur. Il nous raconte l'histoire de l'Univers, les connaissances que nous en avons et les différentes lois physiques qui le régissent par des explications claires, des exemples concrets. C'est clair, intéressant, pas du tout rébarbatif, et extrêmement agréable à lire !
J'ai adoré !
En plus il nous remet, nous humains à notre place, c'est-à-dire insignifiante dans L Univers, noyés dans la biodiversité, juste un être vivant comme les autres.
C'est un des rares livres d'astronomie/astrophysique que j'ai lu récemment sans aucune erreur de biologie et avec de bonnes connaissances.
Vraiment un excellent livre pour en connaître plus sur L Univers !
Commenter  J’apprécie          40
Il n'y a pas vraiment d'avis à donner sur ce roman qui nous fait complètement voyager ! Petite excursion dans le cosmos nous emporte et nous fait découvrir/redécouvrir des éléments incroyables. En lisant ce roman, je me suis vue sur les bancs d'écoles à apprécier le moment et à découvrir des choses que j'avais complètement oublié et d'autres que je ne connaissais pas. Si vous êtes curieux.ses et que vous voulez en savoir plus c'est le bon roman !
Commenter  J’apprécie          22

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Sommes-nous capables d'admettre que nous avons aussi, collectivement, une vision immature des choses ? Sommes-nous capables d'admettre que nos pensées et nos comportements découlent de la croyance que le monde tourne autour de nous ? Apparemment pas. Et pourtant les preuves sont là. Tirez le rideau qui recouvre les conflits culturels, raciaux, ethniques, religieux ou nationaux de nos sociétés et vous verrez l'ego humain aux manettes.
Et maintenant, imaginez un monde dans lequel chacun, en particulier les gens qui ont le pouvoir et I'influence, possède une vision étendue de notre place dans le cosmos. Avec une telle perspective, nos problèmes rétréciraient - ou ne se poseraient jamais - et nous célébrerions nos petites différences terrestres tout en rejetant le comportement de nos prédécesseurs qui s'entretuaient à cause d'elles.
Commenter  J’apprécie          30
Mais qui pense ainsi de nos jours ? Qui à l'occasion de célébrer la vision cosmique de la vie ? Pas l'ouvrier agricole obligé d'émigrer. Pas le travailleur qui s'échine dans un atelier clandestin. Certainement pas le SDF qui fouille les poubelles pour manger. Il vous faut le luxe de ne pas passer votre temps à survivre. Il vous faut vivre dans un pays dont le gouvernement reconnaît l'importance du questionnement sur notre place dans l'Univers. Il vous faut une société dans laquelle la pratique intellectuelle peut vous mener jusqu'à la frontière de ce qui est connu et dans laquelle vos découvertes peuvent facilement être disséminées. De ce point de vue, la plupart des citoyens des pays industrialisés s'en tirent bien.
Cependant, la vision cosmique a un coût. Lorsque je parcours des milliers de kilomètres pour me placer quelques instants fugitifs sur le chemin de l'ombre de la Lune lors d'une éclipse de Soleil, il m'arrive parfois de perdre de vue la Terre.
Lorsque je réfléchis à notre Univers et à la fuite impétueuse des galaxies enchâssées dans le tissu éternellement en expansion de l'espace-temps à quatre dimensions, il m'arrive parfois d'oublier qu'une population innombrable – dont un nombre disproportionné d'enfants - foule cette Terre sans nourriture et sans abri.
Lorsque je révise les données qui établissent la mystérieuse présence de la matière noire et de l'énergie sombre partout dans l'Univers, il m'arrive parfois d'oublier que chaque jour - à chacune des rotations de la Terre – des gens tuent ou se font tuer au nom d'une conception de Dieu prônée par quelqu'un d'autre, et que ceux qui ne le font pas au nom de Dieu le font en vertu des exigences de tel ou tel dogme politique.
Lorsque je suis les orbites des astéroides, des comètes et des planères, pirouettant comme les danseurs d'un ballet chorégraphié par la gravité, il m'arrive parfois d'oublier que trop de gens ont un mépris éhonté pour les interactions délicates des océans, des continents et de l'atmosphère, avec des conséquences que nos enfants et les enfants de nos enfants paieront de leur santé et de leur bien-être.
Et il m'arrive parfois d'oublier que les puissants font rarement tout ce qu'ils peuvent pour aider ceux qui ne peuvent s'aider eux-mêmes.
Il m'arrive d'oublier toutes ces choses parce qu'aussi grand que soit le monde - dans nos cœurs, nos esprits et sur nos cartes numériques géantes - l'Univers est bien plus grand. Une idée déprimante pour certains, mais une idée libératrice selon moi.
Commenter  J’apprécie          00
Au commencement, il y a presque quatorze milliards d'années, tout l'espace et toute la matière et toute l'énergie de l'univers connu étaient contenus à l'intérieur d'un volume mille milliards de fois plus petit que le point qui termine cette phrase.
Commenter  J’apprécie          90
En dehors des cristaux et des roches brisées, on ne trouve rien de naturellement très anguleux dans le cosmos. Même si beaucoup d'objets ont des formes biscornues, la liste des machins ronds est pratiquement sans fin : elle va des simples bulles de savon aux univers observables tout entiers. L'action de lois physiques toutes simples tend à produire des formes rondes. Cette tendance est tellement universelle que dans nos expériences de pensée nous faisons bien souvent l'hypothèse qu'un objet est sphérique, même si nous savons pertinemment qu'il ne l'est pas du tout, juste pour en tirer quelques enseignements élémentaires. Pour faire court, si vous ne comprenez pas le cas sphérique, c'est que vous ne comprenez pas la physique de base de l'objet.
Commenter  J’apprécie          20
Ici sur Terre, les astrophysiciens de l'université de Cambridge, en Angleterre, eurent un moment de perplexité similaire en 1967. En scrutant le ciel avec un radiotélescope à la recherche de sources intenses d'ondes radio, Antony Hewish et son équipe découvrirent quelque chose de vraiment bizarre : un objet qui pulsait à des intervalles précis et réguliers d'un peu plus d'une seconde. Jocelyn Bell, une étudiante de troisième cycle de Hewish à cette époque, fut la première à le remarquer. Très vite, Bell et ses collègues établirent que la source de ces pulsations était très lointaine. L'idée que ce signal était d'origine technologique - qu'une autre culture émettait des indices de son activité à travers l'espace semblait irrésistible. Comme le raconte Bell : «Nous n'avions pas la preuve qu'il s'agissait d'une émission radio entièrement naturelle... J'étais là, essayant d'obtenir une thèse en travaillant sur une technique nouvelle et voilà qu'une bande de petits hommes verts stupides avaient choisi mon antenne et ma fréquence pour communiquer avec nous.»
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : astrophysiqueVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (82) Voir plus



Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
419 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..