AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330113307
Éditeur : Actes Sud (12/09/2018)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 316 notes)
Résumé :
Oregon, 1851. Eli et Charlie Sisters, redoutable tandem de tueurs professionnels aux tempéraments radicalement opposés mais d'égale (et sinistre) réputation, chevauchent vers Sacramento, Californie, dans le but de mettre fin, sur ordre du "Commodore", leur employeur, aux jours d'un chercheur d'or du nom de Hermann Kermit Warm.

Tandis que Charlie galope sans états d'âme - mais non sans eau-de-vie - vers le crime, Eli ne cesse de s'interroger sur les i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (76) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  19 août 2018
Alléchée par le visionnage de la bande-annonce du prochain film de Jacques Audiard ( sortie le 19 septembre – casting 5 étoiles Joaquin Phoenix – Jake Gyllenhal – John C.Reilly – Riz Ahmed ), me voilà en train de lire Les Frères Sisters.
Jacques Audiard ? Et suivant les tribulations de ces deux tueurs à gage traquant un scientifique chercheur d'or dans la Californie des années 1850, j'ai plutôt songé ( un peu comme tout le monde ) à Tarantino et surtout aux frères Coen ( période True grit ) : les balles sifflent pour un rien, les vautours ont du taf, tous les codes du western sont là ( ruée vers l'or, saloon, whisky à gogo, casiques locaux, girls, trappeurs, Indiens … ) , les personnages sont loufoques, les dialogues truculents frôlant l'absurde et la digression avec une touche de folie douce. Tiens, on pourrait même être dans un Sergio Leone pour le côté quasi parodique et l'humour.
En fait c'est un hommage subtil et complètement décalé au western. Si l'un des frères, Charlie, est une brute épaisse qui avance sans regarder ni en arrière ni vers demain, celui qui porte la narration, Eli, est complètement différent. C'est un pistolero très fleur bleue qui cherche une "bonne amie", un vrai coeur d'artichaut qui s'amourache à chaque rencontre féminine et n'hésite pas à draguer ( malgré lui ) à l'aide de son dentifrice mentholée ( une révélation pour lui, une curiosité à cette époque-là dans ce milieu là, pages hilarantes ). La traque se transforme en parcours initiatique et philosophique, chaque rencontre amenant à gravir une marche dans l'introspection. Eli aspire à une autre vie et ses pensées sont empreintes de mélancolie et mal être.
Un grand plaisir de lecture grâce au talent narratif de Patrick DeWitt ! On rit, on s'émeut, on s'évade, on réfléchit dans ce western atypique. Très belle fin, atypique, elle aussi.
La bande-annonce du film de Jacques Audiard
https://www.youtube.com/watch?v=N7U4RN6Sjc0
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          775
Roggy
  31 octobre 2018
Patrick de Witt a un véritable sens du rythme et du dialogue. Avec son décor naturel et ses héros attachants en diable, Les frères Sisters regorge de charme et de mélancolie. Derrière des profils très dissemblables les deux protagonistes, deux frères, partagent une belle camaraderie et un amour inconditionnel l'un pour l'autre.
L'auteur exploite de nombreuses discussions entre les frangins pour introduire de véritables sujets tels la jalousie, l'empathie et l'éternelle question du Bien et du Mal que nous portons tous en nous.
Le ton est décalé, noir, caustique. Les chapitres courts permettent d'avancer au galop sur le sillon de ces deux tueurs à gages à travers l'Amérique des grands espaces, des hommes solitaires, qui ressemblent à l'immensité des paysages.
Les codes du carcan du western sont respectés : tueurs froids et insensibles, bains de sang, trahisons, indiens, chevaux, la ruée vers l'or mais aussi les valeurs morales propres aux méchants et aux hors la loi.
Patrick de Witt ne cesse d'ouvrir des pistes, puis laisse le lecteur s'y engager pour continuer tout seul ses réflexions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          677
Iboo
  29 mars 2016
Je n'aurais jamais pensé qu'un jour je lirais un western. Et je n'aurais pas plus pensé que ce genre littéraire ait pu se révéler un coup de coeur pour la jeune amie qui me l'a offert.
Comme quoi on n'est pas à l'abri d'être étonné quand on aime lire et partager !
Et pour ce qui est d'être épatée, je l'ai bougrement été à la lecture de ce roman qui m'a rappelé l'atmosphère des films de Tarantino.
Toute la palette des émotions y est passée : la surprise, le rire, la tristesse, la compassion, l'empathie, la stupéfaction...
Alors, naturellement, il y a l'histoire, cette aventure haute en couleurs que je ne vous résumerai pas - la quatrième de couverture et d'autres lecteurs l'ayant déjà fait. Mais il y a aussi le style d'écriture, d'une remarquable justesse de ton, on y croit, on y est.
Je viens de me taper une sacrée balade d'Orégon en Californie avec Charlie et Eli. Il nous est arrivé des trucs, vous n'imaginez même pas !
Commenter  J’apprécie          590
le_Bison
  05 avril 2016
Deux frères, Charlie et Eli Sister, deux gueules de baroudeurs, de chasseurs de primes, de tueurs à gage, d'assassins sanguinaires et de bêtes sauvages. Une tabarnak de gueule pour ces deux individus patibulaires. Alors que je tente de les suivre sur mon vieux canasson, tant bien que mal tant la sente est caillouteuse et poussiéreuse en Orégon, d'autant plus que cela doit être ma première incursion dans cet état peuplé de castors, je compte les cadavres et les fracas par pagaille par là où les deux frères ont évacué leur frustration.
Le dos fourbu par le cahotement de mon cheval encore plus vieux que moi, je m'autorise une virée au saloon, boire quelques eaux-de-vie que, je le sais, je regretterais le lendemain, et taper le cul d'une pouliche au comptoir avant de la faire monter dans ma chambre. J'aime ce far-west, wild wild west. Les frères Sister sont à la recherche d'Hermann Kermit Warm, chercheur d'or qui a trouvé LA méthode mais qui ne veut pas la divulgué. Autant le dire de suite, cet homme est mort avec deux sauvageons comme « Les Frères Sister ».
Bien mal lui en a pris à ce vieux fou de vouloir échapper à son triste sort. Une longue course poursuite, à dos de cheval où les cadavres peuplent les déserts traversés, jusqu'en Californie. California Dreamin' chantait-on dans le temps, mais ça c'était avant que Charlie et Eli y trainent les éperons de leurs santiags. En fait, malgré leurs sinistres réputations, je m'attache à ses deux frères au caractère bien trempé mais aussi bien différent. Et je perçois une belle dose d'humanité dans le regard d'Eli qui me fait penser que l'âme humaine n'a pas entièrement abandonné les territoires de l'ouest sauvage contrairement aux indiens.
Le whisky donne souvent mal à la tête, les rencontres qui ne finissent pas six pieds sous terre sont souvent inoubliables, Eli a tendance à tomber facilement amoureux dès qu'un sourire de braise le regarde un peu trop, surtout si la paire de jambes sous ce sourire reste un délice. Et quand Eli découvre pour la première fois, les joies de la brosse à dents, cela devient hilarant, et ferai même tomber sous le charme n'importe quelle assistante dentaire, pour peu qu'elles ne s'offusquent pas de ses accès de rage et de son hygiène corporelle un peu douteuse.
Avec ce prix des libraires du Québec et ce prix littéraire du Gouverneur général, je passe un moment mémorable comme le dirait une charmante blonde pour un western littéraire signé Patrick deWitt et arrosé d'un whisky frelaté en compagnie de deux êtres touchants – à leur manière et à celle d'un film des frères Coen. Une oeuvre presque philosophique dont certaines citations, plus profondes qu'elles n'y paraissent, laissent en bouche un gout de réflexion par-dessus la poussière imbibée d'eau-de-vie.
Lien : http://leranchsansnom.free.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          437
Arakasi
  01 août 2014
Charlie et Eli Sisters ne sont pas des angelots, non, mon bon monsieur ! Depuis leur plus jeune âge, ils vivent de plomb et de poudre, gagnant leur croûte en trucidant leur prochain pour le compte de plus fortunés et de plus puissants qu'eux. Une profession pas aussi lucrative qu'on pourrait le croire, étant donné que les deux frangins ne possèdent rien de plus que leurs chevaux et leurs révolvers, mais avec ses bons côtés également : indépendance, liberté, alcool et prostituées en abondance... Cependant, on se lasse de tout, y compris du meurtre, et si Charlie ne vit et ne respire que dans la violence, son cadet Eli raccrocherait bien son holster pour se consacrer à une profession plus pacifiste – vendre des habits, pourquoi pas ? Personne ne vous tire dessus quand vous tentez de lui vendre une chaussette. Mais avant de mettre à bien ce projet, les deux frères Sisters doivent terminer un dernier contrat : aller en Californie pour y abattre un petit chercheur d'or qui aurait eu l'audace de « voler » leur employeur, le Commandeur. Un petit boulot qui devrait se dérouler sans anicroche et au terme duquel les deux frères pourront mettre un terme à leur association et partir chacun de leur côté, Eli vers sa future boutique et Charlie vers de nouvelles tueries et buveries. Sauf que la loi de Murphy s'en mêle et que ce dernier contrat va prendre des allures dangereusement déjantées entraînant les frères Sisters sur des chemins qu'ils n'auraient jamais songé emprunter…
Youpi, encore un western ! Et un bon, qui plus est ! J'ai dévoré avec beaucoup de plaisir ce road-movie atypique, mêlant avec beaucoup de succès humour noir, violence décomplexée et humanité un peu boiteuse. Malgré leur profession sanguinaire, les frères Sisters sont assurément d'excellente compagnie, surtout le narrateur Eli, rondouillard rêveur mais tout à fait capable, malgré son tempérament bon enfant, de tuer son voisin sans plus d'émotion qu'il n'en mettrait à se moucher. le portrait de l'Ouest américain est tout aussi réussi, réaliste et assez sordide, mais baignant également dans une atmosphère douce dingue rendant la lecture particulièrement agréable. Et parce que même les grosses brutes ont un coeur, on a également droit à quelques brefs mais assez touchants moments d'émotion (même s'il faut souligner que ces moments d'émotion sont plus souvent suscités par les chevaux des frangins que par le reste de l'humanité. D'un autre côté, faut voir sa tête, au reste de l'humanité…). le tout donne un excellent roman de divertissement, aussi cocasse que brutal : un vrai bonheur pour les amateurs du genre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341

critiques presse (3)
LaPresse   20 mai 2013
Sombre western et brillante comédie tout à la fois, le deuxième roman de Patrick deWitt raconte les aventures des frères Eli et Charlie Sisters, deux cow-boys engagés par un personnage omnipotent et redouté appelé le Commodore.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeFigaro   10 décembre 2012
Les dialogues sont aussi tordants que chez Tarantino. Les meurtres ressemblent à des gags. La rigolade survient avec une morsure d'araignée qui défigure le héros. Les moments d'émotion sont ceux où on enlève un œil abîmé à sa monture (se munir d'alcool pour désinfecter, s'éloigner pour éviter les ruades).
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaLibreBelgique   11 septembre 2012
Avec cette épopée enlevée et bien menée, Patrick de Witt [...] signe, après "Ablutions", un hommage subtil et décalé aux classiques du western.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   14 janvier 2016
Assis devant la cuvette, je sortis ma brosse à dents et ma poudre et Charlie, qui n’avait pas vu mon attirail jusqu’alors, me demanda ce que je fabriquais. Je lui expliquai, et lui fit une démonstration, après quoi j’inspirai profondément : « C’est très rafraîchissant pour la bouche », lui dis-je.
Charlie réfléchit. « Je n’aime pas ça, rétorqua-t-il. Je trouve ça idiot.
- Pense ce que tu veux. Notre docteur Watts m’a dit que mes dents ne se gâteront jamais si j’utilise cette brosse comme il faut. »
Charlie demeura sceptique. Il me dit que j’avais l’air d’une bête enragée avec ma bouche pleine de mousse. Je répliquai que je préférais avoir l’air d’une bête enragée quelques minutes par jour plutôt que d’avoir une haleine fétide toute ma vie, ce qui marqua la fin de notre conversation sur la brosse à dents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
RoggyRoggy   01 novembre 2018
Tout ce que vous obtiendrez de moi, c’est la Mort. Charlie prononça ces mots tout naturellement comme s’il parlait de la pluie et du beau temps ; un frisson parcourut ma nuque, et mon pouls s’accéléra. Il est merveilleux dans de telles situations, il garde son sang-froid et ne manifeste pas l’ombre d’une crainte. Il avait toujours été comme ça, et même si je l’avais vu à l’œuvre à de nombreuses reprises, j’étais néanmoins chaque fois rempli d’une admiration intacte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
le_Bisonle_Bison   07 janvier 2016
Charlie dit, « J’ai payé vingt-cinq dollars pour une fille à Mayfield. »
L’homme rétorqua, « Vous payerez la même somme ici pour vous asseoir au bar avec elle. Pour coucher avec, il faudra lâcher un minimum de cent dollars.
- Qui paierait une telle somme ? demandai-je.
- On fait la queue ici pour la payer. Les putains travaillent quinze heures d’affilée, et il parait qu’elles gagnent des milliers de dollars par jour. Vous devez comprendre, messieurs, qu’économiser son argent et le dépenser à bon escient sont deux traditions qui ont disparu ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
le_Bisonle_Bison   12 décembre 2015
Autant j'aspirais à la vie tranquille de commerçant, autant Charlie souhaitait continuer à vivre entre passions et violence perpétuelles mais sans plus s'engager personnellement, donnant ses instructions à l'abri d'un rideau de sbires bien armés tandis qu'il se prélasserait dans des chambres au doux parfum où des femmes bien en chair lui verseraient à boire et ramperaient par terre pareilles à d'hystériques nourrissons, le derrière à l'air, frissonnantes de rires, d'eau-de-vie, et de fourberies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
le_Bisonle_Bison   26 janvier 2016
Tu te souviens de mon premier fusil ? Celui que Père appelait ma sarbacane ? Il a arrêté de s’en moquer quand j’ai commencé à lui tirer dessus avec. » Charlie s’interrompit. « J’ai tiré deux fois, une balle dans le bras et une autre dans la poitrine, et c’est alors qu’il est tombé par terre. Il est resté là, allongé, à me cracher dessus, encore et encore… à cracher et à jurer et à me haïr. Je n’ai jamais vu une telle haine de ma vie, ni avant ni depuis. Notre père, étendu là, qui toussait un sang épais et le me crachais à la figure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Patrick deWitt (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick deWitt
Patrick deWitt - Heurs & malheurs du sous-majordome Minor
autres livres classés : westernVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Lucky Luke

Je suis le personnage secondaire "réel" le plus présent dans la série et je fais ma première apparition dans l'album "Hors-la-loi". Dès ma deuxième apparition, dans "Lucky Luke contre Joss Jamon", je prends les traits d'un jeune bandit coléreux, petit, nez retroussé, taches de rousseurs et incisives en avant, je suis la parfaite caricature des jeunes adolescents.

Lucky Luke
Jolly Jumper
Rantanplan
Joe Dalton
Billy the Kid
Calamity Jane
Roy Bean
Buffalo Bill
Jesse James
Sarah Bernhardt
Wyatt Earp
Abraham Lincoln
Edwin Drake
Mark Twain
Allan Pinkerton

15 questions
113 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd jeunesse , bande dessinée , bande dessinée humour , western , western humoristique , bd franco-belge , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..