AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791028115715
456 pages
Bragelonne (06/04/2022)
  Existe en édition audio
3.5/5   86 notes
Résumé :
Nous sommes en 1963, et Elisa Esposito survit tant bien que mal. Née muette, abandonnée par sa famille, elle travaille de nuit comme femme de ménage au Centre Occam de recherche aérospatiale.

Un soir, elle surprend quelque chose qu’elle n’était pas censée voir : un homme amphibie prisonnier d’une cuve, qui doit être étudié par les scientifiques pour faire avancer la course à l’espace de la Guerre Froide. La créature est terrifiante, mais aussi magnif... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
3,5

sur 86 notes

ghislainemota
  09 janvier 2022
L'année s'annonce pleine de lectures séduisantes et ce roman de Guillermo del Toro et de Daniel Kraus fait parti du lot.
Attirée par une couverture intrigante où une femme enlace une créature écailleuse, je me suis plongée tout de suite dans ces années 60.
Tout d'abord ce sont les personnages qui m'ont interpellé. Notamment l'anti-héros Strickland, homme violent physiquement, odieux dans ses propos racistes et même sadique, gangréné par la guerre de Corée et un supérieur diabolique le général Hoyt.
Elisa l'héroïne est le miroir opposé du militaire , pleine de compassion pour les déshérités de la vie.
C'est donc la capture par Strickland d'une créature mi poisson mi lézard qui va opposer ces deux personnages mais sans véritable affrontement car Elisa est muette. Mais faute de mots la jeune fille, agent d'entretien dans le laboratoire du scientifique saura faire acte de rébellion.
Les autres personnages sont tout aussi fouillés apportant dans cette histoire sombre l'espoir d'une humanité plus juste et plus tolérante. Ils aideront Elisa et le Deus Brânquia torturé par le cynique scientifique qui n'a pas vu l'introduction d'un espion russe dans le F1 de l'OCCAM.
Nous sommes en pleine guerre froide et les deux grandes puissances de l'époque se confrontent pour la primeur de la conquête spatiale.
Mis à part les personnages et l'histoire d'amour, j'ai beaucoup apprécié le contexte historique de ces années 60: la condition féminine et l'emprise du masculin, les minorités méprisées par les classes dominantes tel Giles, ami d'Elisa et son homosexualité refoulé ou Zelda victime du racisme envers les noirs.
Tous ces problèmes sociétaux s'imbriquent avec le statut de l'animal qui est passé d'objet à être sensible; se pose donc le problème de la vivisection.
Même si les auteurs ont décrit des années boomers pleines de noirceurs, leur histoire fantastique explose en espoir. Il faut briser les chaines et laisser parler son coeur pour le progrès de l'humanité .
Un livre merveilleusement délicat que je vais prolonger par le film.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          324
Saiwhisper
  25 mars 2018
Avant même que le film sorte et gagne plusieurs Oscars, j'avais envie de découvrir ce titre dont la couverture envoûtante m'intriguait… Or, lorsque j'ai vu le roman dans les sorties du mois, je n'ai pas hésité ! Merci encore aux éditions Bragelonne pour cet envoi dont je suis ressortie globalement conquise. J'ai beaucoup aimé la façon dont Elisa, femme de ménage et orpheline muette, a tissé une relation lente et progressive avec la créature. Speedy, une amie blogueuse, m'avait fait comprendre que, dans le film, l'attirance était directe, trop facile et réellement malsaine. Pour ma part, je n'ai pas eu cette impression avec le livre : on les voit prendre contact grâce aux oeufs durs, être fascinés l'un par l'autre, communiquer via la langue des signes, se rapprocher peu à peu, s'observer et s'écouter grâce à la musique qui joue un joli rôle dans cette romance naissante. Ce n'est pas si rapide que cela. Certes, on a du mal à concevoir cette union mais, après tout, pourquoi pas ! Si on compare leur amour avec celui de « La Belle et la Bête », c'est quasiment la même chose ! D'ailleurs, si on enlève les éléments historique et que l'on ne garde que l'histoire d'amour, on constate énormément de similitudes comme l'idée de physiques différents, le syndrome de Stockholm, le sauvetage, le triangle amoureux avec un rustre que l'héroïne n'aime pas et une part de la fin que je ne vous révèlerais pas (mais qui m'a agréablement surprise et qui, avec du recul, est assez logique)… On sent que les auteurs se sont inspirés de ce conte populaire. D'ailleurs, le message est le même : parmi tous les personnages, le monstre n'est pas la bête…
La narration alternée permet au lecteur de découvrir les pensées de l'héroïne ainsi que celles des personnages secondaires. On se retrouve alors du côté de Richard Strickland, l'antagoniste principal, sa femme Lainie, la créature (mais il faudra attendre environ trois-cent pages avant de connaître ses réflexions), Zelda (la collègue d'Elisa), etc. Parmi eux, c'est vraiment Richard qui m'a marquée. Son caractère est exécrable, il est réellement fou, violent, orgueilleux, méprisable, destructeur et mauvais. Sa folie n'a d'égal que sa brutalité. Un antagoniste perfide comme j'aime détester ! Par contre, je dois avouer que j'aurais souhaité que les protagonistes soient moins manichéens. En effet, on a vraiment la gentille héroïne, le monstre qui va s'humaniser grâce à l'amour, le méchant sans scrupules, les amis qui donnent tout pour leur camarade et les autres. Un peu plus de nuances et moins de stéréotypes… Heureusement que j'ai accroché à l'ambiance, parce que cela aurait pu être rédhibitoire durant ma lecture… Tout comme les quelques longueurs que j'ai ressenties de-ci de-là…
Derrière la romance, on aborde diverses thématiques comme la religion, la course à l'armement, la science, la place de la Femme dans la société, le racisme, la discrimination, etc. Il y a donc de quoi faire ! le fait que ce ne soit pas qu'une simple histoire d'amour m'a plu… Par ailleurs, j'ai grandement apprécié l'ouvrage en lui-même : il y a une hard-cover, des chapitres illustrés ainsi que de superbes croquis accompagnant le récit. Je serai curieuse de voir le film afin de comparer les deux supports ! J'ai surtout envie de voir l'interprétation de Octavia Spencer, la superbe interprète de Minny dans « La Couleur des sentiments » ! Par contre, je regrette le fait que le résumé ET la bande-annonce du film dévoilent les trois-quarts de l'intrigue ! Certes, on est curieux de voir comment cette relation va s'établir, on souhaite découvrir les intrigues secondaires et on veut connaître la fin, mais ce spoil gâche un peu la découverte ! Pour ma part, j'ai pris la liberté de réduire le résumé sur mon blog, afin de ne pas trop en dire… Pour résumer, « La forme de l'eau » est donc un joli roman esthétique et onirique non sans défauts qui a globalement réussi à me convaincre.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
belette2911
  25 mai 2019
Une histoire d'amour entre une humaine et une créature qui a tout du monstre, ça sent le déjà vu, pour ceux qui connaissent "La belle et la bête".
Alors serait-ce ainsi un remake que l'on nommerait "La muette et le monstre amphibie" ?
Non, c'est plus que ça, c'est mieux que ça, c'est différent de ça. On oublie la Belle du conte ou de chez Disney et on découvre une histoire d'amitié, d'amour, différente de tout ce que l'on connait.
Différente car si le scénario pourrait être du réchauffé (tout à été écrit depuis le temps) la manière de nous le présenter est différente, bien amenée, notamment grâce à quelques personnages allant des plus sympathiques ou crétiniste à la Trump.
Elisa Esposito est muette, elle est insignifiante, personne ne la voit, ne fait attention à elle, ne prend la peine d'apprendre le langage de signes, sauf Giles, le vieil homo qu'elle a pour voisin et Zelda, une collègue de travail, Noire, que tout le monde considère comme une moins que rien, vu sa couleur de peau.
Face à ces trois personnages qui ont tout d'insignifiant, de laissés-pour-compte par le reste des gens, nous avons Richard Strickland, une espèce de militaire imbu de sa personne, qui va chercher une créature dans l'Amazonie et qui n'hésitera pas à tuer les témoins ou ceux qui se mettent en travers de la route.
L'archétype de l'Américain qui se prend pour le roi du Monde, qui pense que tout lui est dû, que ce qui appartient aux autres est à lui, enfin, à l'Amérique. D'ailleurs, les autres, ce sont des animaux, ça ne souffre pas, ça ne pense pas…
Bref, le salopard dans toute sa splendeur mais sous la carapace d'enculé de première on a aussi un homme qui a souffert et qui souffre encore. le portrait n'est pas que tout noir et on a l'impression que la rage qu'il passe sur la créature, c'est celle qu'il n'ose pas passer sur son chef, le général Hoyt, celui qui le tient par les roupettes.
Le récit prend le temps de planter son décor, de nous envoyer en Amazonie pour capturer la créature tout en nous faisant entrer dans la psyché de Strickland, dans les pensées de sa femme (Lainie), dans la vie d'Elisa Esposito et des autres personnages qui parsèment de leur présence importante les pages de ce roman (Giles, Zelda et Dmitri Hoffstetler).
N'allez pas croire que l'histoire d'amour/amitié entre la créature et Elisa ressemble à du mauvais Harlequin, del Toro a pris le temps de développer leurs différentes rencontres et de quelle manière cela va se dérouler. C'est bien amené et on ne sombre jamais dans la mièvrerie bas de gamme.
Anybref, voilà une histoire d'amour bien foutue, bien fichue que l'on repose sur la table avec une pointe de nostalgie à l'idée de devoir remonter à la surface.
Le tout est de se laisser entraîner par les auteurs et de vibrer pour cette histoire d'amûr non conventionnelle. Si vous ne voulez pas y entrer, vous serez comme Strickland, imperméable à tout.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
FiftyShadesDarker
  29 septembre 2020
Je remercie Audible pour ce service-presse qui date de quelques années déjà. Mais, comme tu pourras le découvrir à travers cette chronique, j'ai eu beaucoup de mal avec cette lecture/écoute…
L'histoire est celle d'Elisa, qui tente de suivre alors qu'elle est muette, qu'elle a été abandonnée par sa famille et qu'elle travaille comme femme de ménage de nuit au Centre Occam. Un soir, elle découvre un homme amphibie prisonnier d'une cuve, présent pour être étudié par les scientifiques. Une fascination née en elle. Elle arrive à établir une communication avec lui et rapidement, la création semble devenir sa seule raison de vivre… Pendant ce temps, Richard, un militaire ayant capturer cette créature, veut tout faire pour la disséquer avant que les Russes s'en emparent… La Guerre froide fait rage à l'époque. Elisa va alors tout tenter pour sauver cette créature.
Il faut savoir que je l'ai écouté et non lu ce roman. Et je pense que si j'avais pu le lire, j'aurais eu un ressenti différent. En effet, j'ai eu beaucoup de mal à me plonger dans ce roman au cause du grand nombre de personnages et du faite que je n'arrivais pas à comprendre de quel point de vu nous nous placions à chaque chapitre. Pourtant, l'univers créé par l'auteur et l'histoire en elle-même étaient très intéressants. Effectivement, j'ai trouvé tout cela très bien développer et très bien imbriquer avec une partie de fantastique et une partie de réel, d'historique. Cela rend la lecture vraiment passionnante. Donc, même si j'ai eu du mal à me plonger dans l'histoire au départ, j'ai quand même apprécié ma lecture.
Par contre, la fin me laisse un peu sur ma faim. Je crois que j'en aurais voulu plus maintenant que j'étais vraiment rentrée dans l'histoire. Puis, il me reste quelques questions sur les personnages.
Du côté des personnages, Elisa est une femme que j'admire vraiment, car c'est une vrai battante. Née muette, abandonnée par sa famille, elle a quand même trouvé un travail comme femme de ménage de nuit au Centre Occam. Un jour, elle découvre quelque chose qu'elle n'aurait pas du voir : l'existence d'un homme amphibie prisonnier d'une cuve. En elle née une véritable passion pour cette créature. Cela va devenir sa raison de vivre. Elisa est vraiment le personnage auquel je me suis énormément attachée. Elle est touchante, courageuse et déterminée, tout ce que j'aime chez les personnages de mes lectures.
A contrario, j'ai eu énormément de mal avec Richard, un militaire brutal, qui parait vraiment sans coeur. Certes, il a un passé compliqué, mais que ce soit dans sa vie privée que professionnelle, j'ai eu du mal avec son caractère… Il est toujours désagréable, un peu sans coeur. Et c'est vraiment le genre de personnages avec lequel j'ai beaucoup de mal… Bref, je ne me suis pas du tout attachée à ce personnage.
Bien sûr, à côté de ses personnages, il y en a d'autres. Mais ils m'ont moins marqué, donc je ne vais pas en parler dans cette chronique et je te laisse les découvrir lors de ta lecture !
Concernant la plume de l'auteure, j'ai trouvé que début que c'était un peu compliqué de rentrer dans l'histoire, mais il y a beaucoup de descriptions et c'est ce qui me plait. Je pense que le fait que j'ai écouté cette histoire et non lu, donc j'ai eu plus de mal à rentrer dans ma lecture…
En général, une lecture vraiment mitigée, mais je pense que c'est dû au faite que j'ai écouté cette histoire et non lue.
Lien : http://www.fifty-shades-dark..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BookishFollies
  28 mai 2021
Il y a quelque temps, j'ai été contacté par Audible pour découvrir ce roman. J'ai tout de suite accepté, car depuis sa sortie, ce livre me faisait de l'oeil. Je ne savais rien de l'histoire, mais la couverture m'hypnotisait.
J'ai donc entamé cette lecture sans savoir à quoi m'attendre. Bien entendu, je me suis interdit de voir l'adaptation cinématographique.
Dès le début de mon écoute, j'ai su tout de suite que ce n'était pas le genre d'histoire que j'avais l'habitude de lire. J'avoue avoir pris peur de ne pas aimer. J'ai parfois du mal à sortir de ma zone de confort livresque. Je ne vais pas vous mentir, il a fallu que je persévère un petit moment, car j'ai eu énormément de mal à entrer dans cette histoire, mais cette mystérieuse créature m'intriguait.
Dans cette histoire, nous allons faire la rencontre d'Elisa qui est muette. Pour subvenir à ses besoins elle travaille comme femme de ménage dans un centre de recherche très secret. Un bon nombre de ses collègues sont aussi exclus de la société et passent assez inaperçus. Une nuit, Elisa et sa collègue vont passer la porte du labo et c'est là que tout va changer. Une découverte inattendue.
Comme je vous l'ai dit plus haut, j'ai dû persévérer au début de ma lecture, car j'avais beaucoup de mal à entrer dans l'histoire. Ce n'est qu'aux alentours du dixième chapitre que j'ai commencé à apprécié ma lecture. Certes, le début de l'histoire est bien présenté, mais malheureusement cela ne m'a pas séduite. Cela est peut-être lié au fait que nous découvrons chaque personnage et un peu plus celui d'Elisa dont nous suivons le quotidien. Elle est femme de ménage et à une vie relativement monotone.
Tout au long de notre lecture, il y a une véritable alternance des différents points de vue et cela peut être à double tranchant. Je peux vous dire que cela l'a été pour moi. Dans mon cas, je me suis sentie frustrée à divers moments. En effet, cela permet de suivre l'histoire sous différents angles, mais cela me frustrait, car le récit se retrouvait alourdi. Dans ce moment-là, j'avais juste envie de revenir aux points de vue qui m'intéressait comme notamment celui d'Elisa. Je n'ai pas apprécié suivre Strickland, car être dans son esprit est un exercice difficile et horrible. Il ne pense qu'à ses propres intérêts.
Il aura attendre plus de la moitié de l'histoire pour me sentir vraiment à l'aise et commencer à l'apprécier. Cela m'a un peu déçu, car j'avais misé énormément sur cette histoire. Cela maintient ce que je pense… Trop d'engouement autour d'un roman engendre trop d'espoir de lecture.
En conclusion, je ressors vraiment mitigée de cette lecture. Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé, mais je ne peux pas affirmer avoir apprécié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
SciFiUniverse   11 septembre 2018
Créer un conte de fée pour une époque troublée... Peu de réalisateurs pouvait le faire et Guillermo Del Toro en fait partie. Onirique, envoûtante, sa romance inspirée de L’étrange Créature du lac noir, était un chef d'oeuvre esthétique à défaut d'être son meilleur film. Et là est le point fort de cet ouvrage magnifiquement édité : même si vous n'avez pas apprécié le film, plonger dans ses coulisses est un régal.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
TPLF   18 juillet 2018
Entre fantastique, romance et horreur, La Forme de l’eau est un véritable hymne à l’amour, à la tolérance et une belle leçon d’humanité !
Lire la critique sur le site : TPLF
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Miss-HashMiss-Hash   11 mai 2022
Imaginez que vous êtes une planète. Ne riez pas. Essayez d'imaginer. Des éternités de solitude, et un jour, votre ellipse vous approche de celle qu'une autre planète. Ne voudriez-vous pas en profiter au maximum ? Ne seriez-vous pas disposé à vous embraser, exploser et vous consumer s'il le fallait ?
Commenter  J’apprécie          00
Miss-HashMiss-Hash   11 mai 2022
Souvent, les créatures les plus intelligentes sont celles qui émettent le moins de sons.
Commenter  J’apprécie          00
Miss-HashMiss-Hash   11 mai 2022
A l'amour, sous ses multiples formes et apparences.
Commenter  J’apprécie          00
missmolko1missmolko1   18 février 2018
Le réveil secoue la table de chevet. Sans ouvrir les yeux, Elisa tâtonne en quête du bouton d’arrêt glacé. Elle était plongée dans un rêve profond, doux et chaud, et elle veut y retourner rien qu’une minute. Mais comme toujours, son rêve se dérobe à sa poursuite consciente. Il y avait de l’eau, de l’eau noire – ça, elle s’en souvient. Des tonnes d’eau qui l’entouraient de toutes parts ; pourtant, elle ne se noyait pas. En fait, elle respirait mieux qu’elle ne le fait dans sa vie éveillée, dans des pièces pleines de courants d’air, dans la bouffe bon marché et l’électricité crachotante.

Des tubas claironnent au niveau de la rue. Une femme crie. Elisa soupire dans son oreiller. C’est vendredi ; l’Arcade Marquee, le cinéma vingt-quatre heures sur vingt-quatre du rez-de-chaussée, diffuse un nouveau film – autrement dit, elle va devoir intégrer de nouveaux dialogues, de nouveaux effets sonores et une nouvelle bande-son à son rituel matinal si elle ne veut pas risquer la crise cardiaque en permanence. Maintenant, des trompettes. Maintenant, une foule d’hommes hurlants. Elle ouvre les yeux et voit d’abord le « 22:30 » affiché par le réveil, puis les lames de lumière du projecteur qui jaillissent entre les lattes du plancher, parant les moutons de poussière de teintes Technicolor.

Elle s’assoit et carre les épaules pour se protéger du froid. Pourquoi ce parfum de chocolat chaud dans l’air ? L’étrange odeur s’accompagne d’un bruit désagréable : un camion de pompiers au nord-est de Patterson Park. Elisa pose ses pieds sur le sol glacé et regarde clignoter la lumière du projecteur. Du moins ce nouveau film est-il moins sombre que le précédent, un truc en noir et blanc appelé Carnaval des âmes ; les riches couleurs qui se déversent sur ses pieds l’autorisent à glisser dans un confortable rêve éveillé. Elle a de l’argent, beaucoup d’argent, et des vendeurs obséquieux lui présentent un assortiment d’escarpins multicolores. « C’est ravissant, mademoiselle. Avec une paire de chaussures pareille, ma foi, vous allez conquérir le monde. »

Au lieu de ça, c’est le monde qui l’a conquise. Aucune quantité de babioles achetées dans des vide-greniers pour quelques pennies et punaisées aux murs ne pourrait dissimuler le bois rongé par les termites ou détourner l’attention des cafards qui s’éparpillent dès qu’elle allume la lumière. Elle choisit de les ignorer ; c’est son seul espoir de traverser la nuit, le lendemain, le reste de sa vie. Elle se dirige vers le coin cuisine, règle le minuteur, plonge trois œufs dans une casserole d’eau et passe à la salle de bains.

Elisa ne prend que des bains. Elle ôte son pyjama en flanelle tandis que l’eau coule. Au boulot, ses collègues abandonnent des magazines féminins sur les tables de la cafèt’, et d’innombrables articles ont informé Elisa des zones précises de son corps sur lesquelles elle doit faire une fixation. Mais les hanches et les seins ne peuvent rivaliser avec les chéloïdes roses et boursouflées des cicatrices sur les deux côtés de son cou. Elle s’enfonce dans la baignoire jusqu’à ce que son épaule nue touche le fond. Chaque cicatrice mesure sept ou huit centimètres de long et file de sa jugulaire à son larynx. Au loin, la sirène se rapproche. Elisa a passé toute sa vie à Baltimore, trente-trois années, et elle peut suivre la progression du camion dans Broadway. D’une certaine façon, ses cicatrices aussi dessinent un plan, pas vrai ? Le plan d’endroits qu’elle préfère ne pas se rappeler.

Enfoncer ses oreilles dans l’eau du bain amplifie les bruits du cinéma. « Mourir pour Chemosh, crie une fille dans le film, c’est vivre éternellement ! » Elisa n’est pas sûre d’avoir bien entendu. Elle presse un bout de savon entre ses mains savourant la sensation d’être plus mouillée que l’eau, si glissante qu’elle pourrait la fendre tel un poisson. Des bribes de son rêve agréable pressent sur elle, aussi lourdes que le corps d’un homme. Brusquement submergée par leur érotisme, elle insinue ses doigts savonneux entre ses cuisses. Elle est sortie avec des hommes et a eu des rapports sexuels, tout ça. Mais cela fait des années. Quand ils tombent sur une femme muette, les hommes profitent d’elle. Pas un seul d’entre eux n’a tenté de communiquer vraiment lors d’un rendez-vous. Ils se sont contentés de l’empoigner et de la prendre comme si, n’ayant pas plus de voix qu’un animal, elle en était un. Ça, c’est bien mieux. Si flou soit-il, l’homme de son rêve est bien mieux.

Mais le minuteur, cet avorton infernal, se met à couiner. Elisa postillonne, embarrassée même si elle est seule, et se dresse dans la baignoire, ses membres luisants et dégoulinants. Elle s’enveloppe d’un peignoir et, frissonnante, revient vers la cuisine où elle éteint le feu et accepte la mauvaise nouvelle dispensée par l’horloge : il est « 23:07 ». Comment a-t-elle perdu autant de temps ? Elle enfile un soutien-gorge au hasard, boutonne un chemisier au hasard, lisse une jupe au hasard. Elle se sentait intensément vivante dans son rêve, mais à présent, elle est aussi inerte que les œufs qui refroidissent sur une assiette. Il y a un autre miroir dans la chambre, mais elle choisit de ne pas le regarder, au cas où son impression serait justifiée et où elle serait invisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
DanieljeanDanieljean   03 mars 2018
Incapable de percevoir Ta forme, je Te trouve tout autour de moi. Ta présence emplit mes yeux de Ton Amour, Elle rend humble mon coeur, Car Tu es parTout.
Commenter  J’apprécie          340

Videos de Guillermo del Toro (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillermo del Toro
Guillermo del Toro revient en salles cette semaine avec “Nightmare Alley”, un film noir dans l'Amérique des années 1940. Régal de tous les instants, ou film infantilisant et bien trop long : nos critiques sont divisés.
Vous avez aimé cette vidéo ? Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/¤££¤14EmqspwO9¤££¤4fHZHvJdM38HA?sub_confirmation=1
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ! Facebook : https://www.facebook.com/Telerama Instagram : https://www.instagram.com/telerama Twitter : https://twitter.com/Telerama
autres livres classés : littérature mexicaineVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

DURETE

Dans la mythologie Grecque qui est le dieu de la guerre

ARRES
ATHENA
HERCULE
ZEUS

1 questions
77 lecteurs ont répondu
Thème : Guillermo del ToroCréer un quiz sur ce livre