AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070612961
Éditeur : Gallimard (23/08/2007)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 136 notes)
Résumé :
Jeudi 30 juillet 1914. Adèle commence enfin le journal qu'elle a reçu pour Noël : un ami auquel elle peut raconter sa vie, confier ses espoirs, ses craintes et ses secrets. En ce 1er août 1914, les cloches de l'église de Crécy se mettent à sonner le tocsin à toute volée, c'est la guerre ! Le journal que tient Adèle l'aidera-t-il à avoir moins peur ? Ses frères mobilisés reviendront-ils à la ferme ? Reverra-t-elle Lucien, son filleul de guerre, venu un jour en permis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
Titipanzani
  08 août 2012
Je suis de loin une adepte des romans concernant la guerre mais bon, vu que c'est un journal intime, j'ai tenté. Je ne suis pas déçue de l'avoir lu, ce roman est poignant et crie la vérité. C'est Adèle, qui au départ a 13 ans quand elle écrit son journal intime. On voit sa vie défiler et évoluer d'années en années. Elle décidera d'arrêter d'écrire, de laisser son passé de côté à l'âge de 18 ans. Son journal (bien-entendu écrit lors de la 1ère G.M) lui servira de confident : elle y racontera sa vie à l'arrière et la vie au front (grâce aux lettres que son frère Paul lui enverra). Elle nous confira ses peurs, ses joies, ou encore ses colères, ses difficultés du quotidien et aussi ses amours. C'est un très bon livre, qu'il faut lire au moins une fois dans sa vie, on se sent un peu plus à la place d'Adèle vu que c'est un journal intime et qu'elle emploie donc la première personne. On voudrait l'aider, la soutenir et pourtant on ne peut que lire ce qu'elle nous raconte. Ce livre mérite plus de lecteurs et nous en dit plus sur les douleurs liées à la Guerre. J'ai bien aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
claireo
  07 janvier 2014
Il s'agit du journal intime (fictif) d'une jeune fille de treize ans qui grandit durant la première guerre mondiale. de 1914 à 1919, elle décrit le quotidien du petit village où elle vit, la mobilisation de ses frères, puis de son père, les nouvelles qu'ils reçoivent, l'horreur et l'évolution de la guerre, mais aussi ses sentiments, joies et peines. Les chapitres sont courts et clairs, faciles à lire pour les lecteurs adolescents auxquels le livre est destiné.
Commenter  J’apprécie          300
Ori
  28 juin 2008
Le journal d'Adèle de Paule du Bouchet, Folio junior
Adèle commence son journal le jour de son anniversaire, nous sommes en 1914, et la vie tranquille d'Adèle va être bouleversée par le début de la première guerre mondiale. Elle va alors voir partir ses frères, son père, et tous les hommes du village à la guerre. Redoutant chaque jour de voir arriver le maire, en tenue de deuil, venant annoncer un mort de plus...
C'est une peinture très simple et touchante de la guerre qui est donnée dans ce journal. Adèle ne décrit jamais les combats puisqu'elle n'y assiste pas, mais simplement l'attente. Attente marquée par les travaux des champs, le travail à l'école, l'envoie de paquets à ses frères, et à ce soldat trop loin de sa famille pour en recevoir.
Malgré tout, cela reste très anecdotique comme lecture, et j'ai malheureusement eu l'impression d'avoir déjà lu cent fois cette histoire. J'essaierai bien quand même de l'étudier avec des 3èmes...
Commenter  J’apprécie          160
Mespetitescritiqueslitteraires
  03 janvier 2019
Ce livre jeunesse, conseillé à partir de 11 ans, évoque avec force les tourments de cette Grande Guerre et les conséquences terribles sur la population. du haut de ses 13 ans et demi, Adèle couche sur le papier ses espoirs mais aussi ses peurs les plus profondes. Ce besoin impérieux de parler, de dire ce qui se passe autour d'elle et surtout à l'intérieur d'elle, est renforcé par l'inquiétude grandissante qu'elle peut lire sur le visage de ses parents. Car dans son village De Crécy, la tension monte. Beaucoup pensent que la guerre va éclater.
"Cette inquiétude est très lourde et, justement il faut être fort, garder ses soucis pour soi, pour ne pas augmenter l'inquiétude des autres."
Grâce à ces quelques lignes, on peut deviner le caractère d'Adèle : douce, rêveuse, affectueuse, intelligente, cultivée, ambitieuse, courageuse mais au combien attentive au monde qui l'entoure. Ecrire pour soulager ses angoisses, écrire pour avoir moins peur.
Mais lorsque la déclaration de guerre devient officielle, c'est tout le monde de l'enfance qui éclate en mille morceaux. Adèle regarde, impuissante, ses frères Eugène et Paul partir pour le front. Puis vient le tour de son père. Il n'est alors plus question d'école, la terre a besoin de ses bras : saison des labours, des moissons, des vendanges. Les saisons s'enchaînent, la liste des morts pour la patrie s'allonge, les rêves se ternissent.
"15 ans aujourd'hui. Et mes espoirs envolés. Ou plutôt cachés comme par un gros nuage. La guerre, c'est le temps de la vie qui s'arrête."
Tout au long de son journal, Adèle n'aura de cesse de décrire les conditions de vie extrême à la ville, à la campagne comme au front. le froid, la faim, la peur, le manque de sommeil, l'absence de rêves et de rire remplacée par les trop nombreuses larmes versées.
Mais comme le présage l'alouette survolant les cratères de Verdun, le printemps finit par arriver. Un printemps porteur d'espoir, car Adèle en est certaine, cette année 1918 sera l'année de la paix et elle pourra à nouveau entendre les cloches De Crécy carillonner.
Un roman magnifique, tout en finesse et en tendresse. Drapée dans sa dignité, Adèle quittera le monde de l'enfance et de l'innocence mais gardera, tapi au fond du coeur, le fol espoir d'un avenir meilleur.
Lien : https://mespetitescritiquesl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Milka36
  24 février 2015
Touchant!

En octobre, 1995, Paule du Bouchet publie le journal d'Adèle, un roman touchant au paysage inspiré de son enfance. En effet, il est inspiré par «une nostalgie infinie pour un certain monde rural qui a disparu aujourd'hui, dont elle a connu les dernières années pendant son enfance» (p126)
Dans le roman, nous suivons Adèle, la narratrice, qui vit en Bourgogne. Jeudi 30 juillet 1914, c'est le jour où Adèle commence son journal. Elle nous raconte comment vit son petit village à Crécy: les travaux des champs, les nouvelles du front... Adèle voit les soldats défigurés, amputés revenir au village. La narratrice nous raconte aussi son rêve de devenir institutrice.
J'ai apprécié la lecture de ce roman pour plusieurs raisons.
Tout d'abord, Paule du Bouchet nous fait entrer dans les coulisses de la Première Guerre Mondiale. Ainsi, elle ne nous donne pas à voir le quotidien des Poilus dans les tranchées mais nous met en contact «avec l'arrière» à Crécy. Cela nous montre donc comment les conditions de vie sont dures aussi pour les villageois. En effet, les habitants sont affamés, car ils sont rationnés et envoient des colis de nourriture à leurs soldats: « Les boucheries sont obligées de fermées le lundi et le mardi»(p94) c'est ça le rationnement.
Ensuite, je trouve que ce livre est correctement écrit et il y a peu de personnages ce qui empêche la confusion. J'apprécie que ce roman soit écrit sous forme de journal. Cependant, je trouve que certains passages mériteraient plus de détails: «1septembre: rien»(p19)
Pour conclure, nous pouvons dire que le journal d'Adèle de Paule du Bouchet fait preuve de reconnaissance envers les soldats bien sûr, mais surtout envers les familles des soldats dont la vie pendant la guerre n'a pas été simple non plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
TheWindTheWind   26 mai 2014
24 septembre
15 ans aujourd'hui. Et mes espoirs envolés. Ou plutôt cachés comme par un gros nuage. La guerre, c'est le temps de la vie qui s'arrête. Et quand il reprendra ce sera peut-être trop tard.
Commenter  J’apprécie          340
claireoclaireo   07 janvier 2014
Tu sais , Adèle, quand tu seras institutrice, il faudra leur dire, aux enfants : la guerre ça ne sert à rien. Ca ne sert qu'à ceux qui nous gouvernent
Commenter  J’apprécie          270
ladythatladythat   13 octobre 2014
La guerre ça ne sert à rien. Ca ne sert qu'à ceux qui nous gouvernent. Mais nous, les soldats, qu'on soit français ou allemand, on n'est jamais que de la chair à canon. Et si jamais on s'en sort vivant, quest-ce qu'on aura gagné? Rien.
Commenter  J’apprécie          150
jajadu974jajadu974   04 janvier 2015
Louise qui a dix-sept ans et qui est la fiancée de Paul , et la mère Gervaise.
On ne peut pas s''empêcher , de se dire que, peut -être, ceux qu'on aime s'y trouvent, Paul,Eugène... On ne sait jamais combien de temps le train va rester.
Alors il faut se précipiter. Parfois, les wagons sont ouvert, on voit des hommes couchés dans la paille ou immobiles sur le plancher sanglant.
Commenter  J’apprécie          70
sofy74sofy74   21 janvier 2013
Je ne sais pas pourquoi il y a la guerre. Tout le monde est excité. On chante, on s'embrasse, on dirait une fête.
Commenter  J’apprécie          140
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le journal d'Adèle

Quels sont les prénoms des deux frères d'Adèle ?

Emmanuel & Jean
Eugène & Paul
Louis & Pierre
Côme & Théophile

6 questions
114 lecteurs ont répondu
Thème : Le journal d'Adèle (1914-1918) de Paule du BouchetCréer un quiz sur ce livre
.. ..