AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782358720861
Éditeur : La Fabrique éditions (22/04/2017)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Maintenant est un texte d’intervention. Il peut se lire comme un chapitre supplémentaire d’À nos amis, commandé au Comité Invisible par une actualité écartelée entre attentats, rhétorique antiterroriste, mouvement contre la loi « travaille !», répression féroce, fin de la sociale-démocratie et rumeurs de « guerre civile ». Maintenant vient à la suite d’un mouvement qui a vérifié l’essentiel des conjectures du Comité Invisible – détestation sans appel de la police, e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Hardiviller
  09 janvier 2018
Une vidéo accessible sur la page babelio concernant ce livre est suffisamment éloquente pour que je me dispense d'y ajouter quelques mots . En accord avec " Dire non ne suffit plus " , ce petit livre et les autres écrits du Comité invisible , prônent les actes plus que la contestation .
Commenter  J’apprécie          50
ErnestLONDON
  29 avril 2017
« Ce ne sont pas les raisons qui font les révolutions, ce sont les corps. Et les corps sont devant des écrans. » Dénoncer ne suffit plus à soulever. Même les créateurs de South Park ont renoncé, rattrapés sur le terrain de la satire par la réalité. Face à ce constat, le Comité invisible préconise de passer à l'attaque.
Considérant que la critique du capitalisme financier est désormais moins efficace qu'un « Tiens, tes agios ! » tagué sur la vitrine fracassée d'une banque, il revendique cette parole qui engage parce qu'elle a pris position. En réponse à l'anxiété livide que l'on nous inocule au quotidien, il revendique la fraternité lucide de l'émeute. Déserter, s'organiser, faire sécession, maintenant.
(...)
À lire de toute urgence !
Article complet en suivant le lien.
Lien : http://bibliothequefahrenhei..
Commenter  J’apprécie          30
Duluoz
  28 août 2019
J'attends avec intérêt le prochain essai "du comité invisible" sur l'émergence des "gilets jaunes", mais je craint que son titre ne soit "l'insurrection avortée".
Commenter  J’apprécie          00
cyberbjl
  22 novembre 2018
En phase avec l'actualité de fin 2018, les analyses sont pertinentes et terrifiquement vraies !
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Bibliobs   03 mai 2017
Puisque tout est foutu et qu'il ne reste qu'à s'écouter parler, le Comité invisible livre dans sa dernière partie une ode à l'amour et au communisme, au sens premier de communauté.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
BequeluneBequelune   01 octobre 2017
Nous proposons une autre perception des choses, une autre façon de les prendre. Ceux qui font les lois ne les respectent à l'évidence pas. Ceux qui entendent nous inculquer la « morale du travail » font des emplois fictifs. Les Stups – c'est désormais de notoriété publique – sont le plus gros dealer de shit de France. Et dès que, par extraordinaire, un magistrat est mis sur écoute, on ne tarde pas à découvrir quelles inqualifiables tractations se cachent derrière l'auguste prononcé d'un jugement, d'un appel ou d'un non-lieu. En appeler à la Justice face à ce monde, c'est demander à un ogre de garder vos enfants. Quiconque connait l'envers du pouvoir cesse immédiatement de le respecter. Les maitres ont toujours été, au fond d'eux, des anarchistes. Il leur déplait seulement que les autres le soient. Et les patrons ont toujours eu un coeur de bandit. C'est cette honorable façon de voir les choses qui a de tout temps inspiré aux ouvriers lucides la pratique du coulage, voire celle du sabotage. Il faut vraiment s'appeler Michéa pour croire que le prolétariat ait jamais été sincèrement moraliste et légaliste. Le prolétaire, c'est dans la vie, parmi les siens, qu'il manifeste son éthique, pas dans le rapport à la « société ». Face à la « société » et sa tartufferie, il ne peut y avoir d'autre rapport que de guerre plus ou moins ouverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JeroodJerood   06 août 2020
Nul n’a jamais agi par espoir. L’espoir a partie liée à l’attente, au refus de voir ce qui est là, à la crainte de faire effraction dans le présent, bref : à la crainte de vivre. Espérer, c’est se déclarer par avance sans prise sur ce dont on attend pourtant quelque chose. C’est se mettre en retrait du processus pour ne pas avoir à tenir à son résultat. C’est vouloir que les choses soient autrement sans en vouloir les moyens. C’est une lâcheté. Il faut savoir à quoi l’on tient, et s’y tenir. Quitte à se faire des ennemis. Quitte à se faire des amis. Dès que nous savons ce que nous voulons, nous ne sommes plus seuls, le monde se repeuple. Partout des alliés, des proximités et une gradation infinie d’amitiés possibles. Rien n’est proche pour qui flotte. L’espoir, cette très légère mais constante impulsion vers demain qui nous est communiquée de jour en jour, est le meilleur agent du maintien de l’ordre. On nous informe quotidiennement de problèmes à quoi nous ne pouvons rien, mais à quoi il y aura sûrement demain des solutions. Tout l’écrasant sentiment d’impuissance que cette organisation sociale cultive en chacun à perte de vue n’est qu’une immense pédagogie de l’attente. C’est une fuite du maintenant. Or il n’y a jamais eu, il n’y a et il n’y aura jamais que du maintenant. Comme le sera le demain. L’unique façon de comprendre quelque chose au passé, c’est de comprendre qu’il fut lui aussi un maintenant. C’est de sentir le faible souffle de l’air dans lequel vivaient les hommes d’hier. Si nous sommes si enclins à fuir le maintenant, c’est qu’il est le lieu de la décision. Il est le lieu du « j’accepte » ou du « je refuse ». Il est le lieu du « je laisse filer » ou du « j’y tiens ». Il est le lieu du geste logique qui suit immédiatement la perception. Il est le présent, et donc le lieu de la présence. Il est l’instant, sans cesse reconduit, de la prise de parti. Penser en termes éloignés est toujours plus confortable. « A la fin », les choses changeront ; « à la fin », les êtres seront transfigurés. En attendant, continuons ainsi, restons ce que nous sommes. Un esprit qui pense en termes d’avenir est incapable d’agir dans le présent. Il ne cherche pas la transformation : il l’évite. Le désastre actuel est comme l’accumulation monstrueuse de tous les diffèrements du passé, à quoi s’ajoutent en un éboulement permanent ceux de chaque jour et de chaque instant. Mais la vie se joue toujours maintenant, et maintenant, et maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
stekasteka   27 juin 2017
Le "quotidien" est par prédisposition le lieu qu'une certaine ankylose voudrait préserver des conflits et des affects trop intenses. C'est justement cette lâcheté-là qui laisse tout filer et finit par rendre le quotidien si poisseux et les relations si gluantes. Si nous étions plus sereins, plus sûrs de nous, si nous redoutions moins le conflit et ce qu'une rencontre vient bouleverser, certainement leurs conséquences seraient-elles moins fâcheuses. Et même peut-être pas fâcheuses du tout."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ErnestLONDONErnestLONDON   28 juillet 2017
Ce ne sont pas les raisons qui font les révolutions, ce sont les corps. Et les corps sont devant des écrans.
Commenter  J’apprécie          60
seb9308seb9308   14 mars 2020
Le but de l'institution médicale n'est pas de se soucier de la santé des gens, mais de produire les patients qui justifient son existence est une définition de la santé correspondante. (...)
Ce n'est pas l'échec des institutions de santé que nous ayons fini pars vivre dans un monde de part en part toxique et qui rend tout le monde malade.
C'est au contraire son triomphe.
L'échec apparent des institutions et bien souvent, leur fonction réelle.
Si l'école des gouttes les enfants d'apprendre, ce n'est pas fortuitement :
C'est que les enfants ayant le goût d'apprendre la rendraient presque inutile. Idem pour les syndicats, dont le but n'est manifestement pas l'émancipation des travailleurs, mais plutôt la perpétuation de leur condition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Comité invisible (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Comité invisible
A quelques semaines de la publication en anglais du livre, un chroniqueur de la chaine ultraconservatrice Fox News appelle à lire ce livre dangereux afin de «connaître l'ennemi». Version sous-titrée.
autres livres classés : politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox