AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234077877
Éditeur : Stock (07/05/2014)

Note moyenne : 2.78/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Sa mère fait tout comme il faut, elle prend du sucre avec une pince, elle ne pouffe pas, elle sourit et baisse la voix pour ne pas déranger même quand il n y a personne. Son père a des chaussettes en fil d Écosse, l été il met des espadrilles bleu marine. Guillemette, elle, rêve de sabots en bois cloutés, d aller au Flunch le dimanche à midi, d intégrer le corps des majorettes et de danser avec les Clodettes.
Ça ne peut plus durer.
À sept ans, sa petit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
petitsoleil
  26 juillet 2014
Un livre court, mais original, sur les souvenirs d'enfance et d'adolescence d'une femme. En vacances au début du livre, on lui annonce la disparition et la recherche de son fils, préado ... Elle se rappelle alors sa propre fugue à 7 ans, et nous embarque dans ses souvenirs singuliers.
Petite fille, elle n'a jamais été à sa place, ne s'est jamais sentie vraiment la fille de ses parents, dans cette famille d'aristocrates, jamais sentie à l'aise dans cette famille nombreuse de filles ... et puis, la vie sans la télé, dans leur château, avec leur voiture "bétaillère" "oui c'est si pratique papa" ...
Elle, elle adore : les cadeaux à Noël et manger plein de chocolats avant, pendant et après Noël ... pas du tout la spiritualité, contrairement à sa mère qui donne des cours de catéchisme ... Elle adore : manger, manger, manger ! Les recettes de cuisine, la viande et la charcuterie notamment ... Et puis, elle adore bouger : les boîtes de nuit, les chorés sur des musiques de Claude François ...
Elle revient sur ses souvenirs dans cet ouvrage au charme singulier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
flightofswallow
  26 juin 2014
Je tiens dans un premier temps à remercier les éditions Stock pour l'envoi de ce livre, qui m'a immédiatement attirée quand je l'ai vu sur leur site, alors même que je ne l'avais jamais aperçu en librairie. Ce titre passe malheureusement inaperçu me semble-t-il, alors que même dans sa simplicité, il aborde des thèmes forts qui ne peuvent pas laisser indifférent. J'espère vous donner envie de le découvrir malgré son prix qui peut en rebuter certains vu le peu de pages…
Sa mère fait tout comme il faut, elle prend du sucre avec une pince, elle ne pouffe pas, elle sourit et baisse la voix pour ne pas déranger même quand il n'y a personne. Son père a des chaussettes en fil d'Écosse, l'été il met des espadrilles bleu marine. Guillemette, elle, rêve de sabots en bois cloutés, d'aller au Flunch le dimanche à midi, d'intégrer le corps des majorettes et de danser avec les Clodettes. Ça ne peut plus durer. À sept ans, sa petite valise à la main, elle annonce à ses parents : « Je vous quitte. »
Le roman, autobiographique visiblement, s'ouvre à notre époque : Guillemette le Vallon de la Ménodière est en vacances avec des amies à elle, quand un brigadier l'appelle pour lui annoncer que son fils préado (12-13 ans donc, par déduction) a fugué. de là part le véritable sujet de l'oeuvre : l'auteure se remémore sa propre fugue à elle quand elle avait sept ans, et prend ce prétexte pour nous raconter son enfance, ses joies et ses peines de faire partie d'une famille aristocratique, avec un nom à particule à vous faire ouvrir grand les yeux comme des ronds de flan.
Guillemette le Vallon de la Ménodière, donc, a grandi dans une famille dont la particule régit la vie : la religion est omniprésente dans son éducation, notamment par sa mère qui est très croyante et est son professeur de catéchisme (premier souci pour cette petite fille) ; la musique qu'elle doit écouter ne peut pas être populaire comme Claude François qu'elle adule pourtant, non, c'est le classique qui prime à la maison, sinon sa mère attrape la migraine ; cette maison d'ailleurs n'en est pas vraiment une, puisqu'il s'agit d'un petit château avec une tour, qui plaît tellement aux ami(e)s de Guillemette mais la met, elle, mal à l'aise ; cette petite fille fait partie d'une famille nombreuse (quatre fillettes au total) qu'elle considère comme une tribu ; et j'en passe et des meilleures. Vu comme ça, on peut dire que l'enfance de Guillemette n'était pas tant que ça à plaindre, même si personnellement je me serais bien passée de la religion et de la musique classique à sa place, ça je le conçois.
Mais plus qu'une interminable plainte, ce livre est avant tout une rétrospective de Guillemette le Vallon de la Ménodière sur son enfance, qu'elle arrive à analyser, disséquer, avec son regard d'adulte, ce qui lui fait prendre conscience d'un tas de choses dont elle ne pouvait pas se rendre compte quand elle était enfant. J'ai beaucoup aimé la réflexion qui s'en dégage, l'auteure réussit vraiment à réaliser que les choses qu'elle trouvait négatives et barbantes à l'époque ont servi à sa construction, qu'elles ont vraiment bâti l'adulte qu'elle est aujourd'hui, qu'elles lui ont permis de devenir la femme qu'elle est et de prendre les décisions qui se sont imposées à elle jusqu'à maintenant. Les choix qu'elle a fait, comme ne pas obliger ses enfants à la vouvoyer, découlent vraiment de l'éducation qu'elle a reçu, et elle en prend pleinement conscience, et en même temps elle arrive à accepter la personnalité de sa mère, les carcans que celle-ci continue à imposer autour d'elle.
Tout au long de cet ouvrage, nous (re)vivons donc des anecdotes, des moments de la vie de l'auteure, tour à tour joyeux, futiles, sérieux, graves. Certains passages m'ont faite rire aux éclats, d'autres m'ont faite réfléchir, et d'autres encore ont su me tirer quelques larmes et rendent le livre plus intense, plus sérieux aussi. Les thèmes abordés, que je ne révélerai pas pour vous laisser la pleine surprise, sont vraiment hétéroclites et tous importants. le seul regret que je pourrais avoir sur ce bouquin, c'est qu'il est un peu court, j'aurais aimé rester en compagnie de Guillemette un peu plus longtemps, car je me suis réellement attachée à l'enfant qu'elle était et à l'adulte qu'elle est devenue.
Et pour conclure, un petit passage que j'ai particulièrement aimé :
" Mon problème, c'est que j'aime tout, j'adore tout, j'aime qu'on m'aime, je suis en manque de tout.
Dans ma famille, on est quatre filles. C'est pas compliqué, on divise tout par quatre, même l'amour de nos parents qui, par-dessus le marché, n'adorent que Dieu."
Lien : http://flightofswallow.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sanguine
  24 juillet 2016
J'avais repéré ce livre à sa sortie parce que le titre m'a fait sourire. Mais comme je le trouvais trop cher en grand format, je me suis dit que j'attendrai de le trouver à la médiathèque ou bien je le prendrai au format poche. J'ai opté pour la deuxième solution puisque ma médiathèque ne l'a jamais acheté, sans doute parce que c'est un livre qui n'a pas trop fait parler de lui ...
Sa mère fait tout comme il faut, elle prend du sucre avec une pince, elle ne pouffe pas, elle sourit et baisse la voix pour ne pas déranger même quand il n'y a personne. Son père a des chaussettes en fil d'Écosse, l'été il met des espadrilles bleu marine. Guillemette, elle, rêve de sabots en bois cloutés, d'aller au Flunch le dimanche à midi, d'intégrer le corps des majorettes et de danser avec les Clodettes. Ça ne peut plus durer. À sept ans, sa petite valise à la main, elle annonce à ses parents : "Je vous quitte."
Je ne sais pas exactement à quoi je m'attendais mais en tout cas, je n'ai pas trouvé mon compte dans cette lecture. On oscille entre l'autobiographie et le récit un peu fantaisiste (ou bien l'auteure a réellement une vie rocambolesque, je n'ai pas bien compris). Je pensais sourire, voire même me marrer, mais au final je n'ai fait qu'esquisser un sourire et je n'ai pas trouvé le roman réellement drôle. Je m'étais peut-être méprise au final ...
Heureusement, ça se lit très vite car le livre est super court ... 128 pages pour mon édition poche, ça ne m'a pris qu'une paire d'heures et encore, c'est parce que j'ai fait des choses entre temps. le récit est hyper rythmé, les chapitres sont très courts et les pages se tournent rapidement.
J'ai par contre beaucoup aimé le fait que Guillemette le Vallon de la Ménodière (pfiout, ça prend plus de temps à écrire que Dupont !!) ne fasse aucun jugement de valeur lorsqu'elle parle des personnes qu'elle a rencontré, elle qui est fille de vicomte (ou comte ? je ne sais plus et je n'y connais tellement rien en matière de titre nobiliaire). C'est une lecture extrêmement légère qui ne me laissera pas un souvenir impérissable mais je suis tout de même contente d'être partie à la rencontre de Guillemette.
Lecture estivale, sans plus de prétention ...!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Poniel
  17 septembre 2014
Un ouvrage sympathique, mais pas dément.
Je trouve en fait que le titre est assez trompeur. Je m'attendais davantage à ce que l'auteur nous explique en quoi cela avait été vraiment pénible tout au long de sa vie de devoir être une enfant de Vicomte et Vicomtesse. Au lieu de cela, j'ai vraiment eu l'impression de lire une critique des moeurs de l'époque, de l'éducation qu'elle a reçu, qui n'est me semble-t-il vu ce qu'elle décrit, pas forcément propre à l'aristocratie, mais plus aux normes de l'époque.
Alors oui, bien sûr, certaines anecdotes sont totalement liées au fait qu'elle vient d'une famille aristocratique (par exemple, le vouvoiement aux parents), mais je trouve que pour beaucoup, cela vient plus de l'époque, et de l'éducation d'alors.
Au niveau du style, on est vraiment dans l'anecdotique, avec des chapitres très courts, et un langage écrit très "oralisé". Je dois avouer que ça me bloque toujours un peu de lire un ouvrage dans lequel un auteur ne prend pas la peine d'écrire les négations (j'aime pas...). Quitte à écrire un livre, autant prendre le temps d'ajouter un "n' "... :)
L'ouvrage est court, et se lit donc rapidement. C'est sympathique, mais je m'attendais à plus de rigolade. Bref, un peu déçue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
blablablamia
  26 août 2014
Le titre de ce livre, et l'avis enthousiate de Jean-Louis Fournier (ainsi que la majorette) sur le bandeau m'avaient donné envie de ne pas passer à côté de cette lecture.
Guillemette le Vallon de la Ménodière, alors qu'elle vient d'apprendre la fugue de son propre fils, se souvient de celle qu'elle avait elle-même faite enfant et se remémore son enfance passée dans le château familial avec ses trois soeurs et ses parents à particule, l'éducation qui va avec, entre religion, musique classique et aristocratie... alors qu'elle aurait adoré être la fille du boucher (et qu'elle a bien tenté sa chance mais ça n'a pas marché :-)).
Guillemette le Vallon de la Ménodière en partageant des anecdotes parfois légères, et parfois graves, nous attendrit, nous fait sourire, et nous fait réfléchir sur la vision des adultes à travers le prisme des enfants: "mes parents, comme quasi tous les parents sur la planète Terre, n'ont jamais été des enfants, ils sont nés adultes directement".
Et partage ce sentiment "d'imposture" que l'on peut ressentir lorsque l'on "atterrit" dans un milieu social plein de convictions/traditions auxquelles on ne s'adapte pas aussi naturellement que cela, et contre lesquelles on se cogne en permanence.
Alors même si ce livre est court, et m'a un peu déstabilisée par sa forme d'écriture (j'ai eu le sentiment d'une suite d'anecdotes plutôt que d'un véritable récit), je l'ai trouvé autant amusant que touchant et franchement remuant vers la fin (et sûrement "thérapeutique" pour l'auteur(e)). Avec quelques petites touches de Chatiliez (La vie est un long fleuve tranquille) dedans!
L'intégralité:
Lien : http://blablablamia.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleilpetitsoleil   26 juillet 2014
Je suis restée chez Muriel une heure, puis deux, puis trois, à profiter de ma nouvelle liberté. A rien faire, quoi. Et pour moi, rien faire, c'était une vraie nouveauté, un truc génial, strictement interdit à la maison.

Il faut dire que ma mère donnait facilement dans la suractivité, comme si chaque minute de notre vie était la dernière. On enchaînait les performances sans relâche avec pour seul mot d'ordre : action.

A l'âge de six ans, j'avais déjà tricoté dix pulls tubes, confectionné plus de cinq robes à smocks, déroulé une bonne centaine de mètres de tricotin, fait cinquante mille fois le tour du jardin avec mon vélo, peint, tissé, sérigraphié tout ce qui me passait sous la main.

Alors vous pensez bien, ces trois heures, je les ai remplies, remplies jusqu'à la gueule, de rien, rien du tout, de vent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
petitsoleilpetitsoleil   26 juillet 2014
Des cadeaux, des cadeaux, des cadeaux, impossible de me concentrer sur autre chose. Je pense cadeaux, je mange cadeaux, je respire cadeaux, je vois cadeaux. J'ai lancé le compte à rebours bien trop tôt, j'ai du bolduc plein les cheveux, y a plus un seul chocolat dans mon calendrier de l'Avent, on est à peine le 15 ...

Oh, que j'ai honte !
Oh, que j'aimerais avoir ne serait-ce qu'un tout petit bout de la spiritualité de ma mère que cet événement, pourtant répété chaque année au santon près, transporte. Et pour de bon, en plus. Mais comment elle fait ?

Moi, la naissance de Jésus glisse sur ma peau.
Tiens, quand j'aperçois les Rois mages, devinez quoi ? Je vois des galettes beurre-frangipane. Oh, que j'ai honte ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
petitsoleilpetitsoleil   26 juillet 2014
Moi engluée dans cette petite bourgade de quatre mille habitants bourrée de commerçants, de saisonniers, de gens qui respirent pareil, pensent pareil.
De gens que la différence irrite.
De gens capables de m'apprendre "Ah ca ira, ca ira, les aristocrates à la lanterne ..." rien que pour se fendre la poire une demi-seconde.
Vous y avez pensé, maman ?

"Nan", bien sûr que "nan".
Moi j'ai pas pu ne pas y penser. J'ai composé, triché, menti pour faire partie de la troupe, j'avais pas le courage d'être différente, je voulais me fondre dans la masse. Ils étaient si nombreux, les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
luocineluocine   02 octobre 2014
Moi engluée dans cette petite bourgade de quatre mille habitants bourrées de commerçants, de saisonniers, de gens qui respirent pareil, pensent pareil.

De gens que la différence irrite.

De gens capable de m’apprendre «Ah ça ira, ça ira, les aristocrates à la lanterne…» rien que pour se fendre la poire une demi seconde.
Vous y avez pensé, maman?

«Nan», bien sûr que «nan».
Moi j’ai pas pu ne pas y penser. J’ai composé, triché,menti pour faire partie de la troupe, j ‘avais pas le courage d’être différente, je voulais me fondre dans la masse.

Ils étaient si nombreux les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
petitsoleilpetitsoleil   26 juillet 2014
Madame fume des Dunhiiill, ses ongles sont rouge sang, ses cheveux surgonflés, elle rit beaucoup, sa peau est dorée comme la croûte des croissants de la boulangerie de sa sœur qui se trouve juste en face.
Elle a l'éclat d'un bijou de chez Dior.
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : fugueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1078 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre