AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707301027
Éditeur : Editions de Minuit (01/01/1945)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Ce volume rassemble des poèmes de Paul Eluard (1895-1952) publiés pendant la Seconde Guerre mondiale, le plus souvent dans la clandestinité sous des pseudonymes tels que Jean du Haut ou Maurice Hervent, dans différents recueils, revues et brochures (dont L'Honneur des poètes, Minuit, juillet 1943 et Europe, Minuit mai 1944). Ainsi le recueil Poésie et vérité 1942, publié en octobre 1942 aux Editions de la Main à la Plume, et dans lequel figurent « La dernière nuit ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Gabrielle_S
  25 août 2015
Composé durant la Seconde Guerre Mondiale et surtout durant la période de l'Occupation (dans la clandestinité et sous divers pseudonymes : Jean du Haut ou Maurice Hervent), ce recueil d'une vingtaine de poésies de Paul Éluard est tout à la fois une mise en abyme de la barbarie, un acte de résistance et un cri d'espoir.
Mise en abyme de la barbarie, car il ne s'agit pas unilatéralement d'une dénonciation de l'horreur nazie, ou des méfaits de l'Occupation, ou de la présence hostile d'une armée ennemie en territoire conquis, mais bien de l'exposition sans cesse réitérée de l'inhumanité opposée aux visages de l'humanité. En quoi et comment les ténèbres s'attaquent, nuisent, tentent d'anéantir, de corrompre, d'humilier la vie, la beauté, la fraternité, les valeurs humanistes que prônent Éluard.
En quelques vers, Éluard resitue les méfaits de l'Occupation allemande, avec les problèmes pour s'alimenter. le gouvernement de Vichy avait accepté de fournir entre 400 et 500 millions de francs par jour pour payer les réparations dues aux nazis. En liquidité, en nature, biens, travail. Dans le poème Les belles balances de l'ennemi, la logique inique cachée derrière le système de réparations est démontée : le manque de vivres entraîne la malnutrition, voire l'inanition. Pour la barbarie, « faire justice », c'est littéralement tuer.
« Des privations ont fait justice des enfants
Ô mon frère on a fait justice de ton frère
Du plomb a fait justice du plus beau visage » (Les belles balances de l'ennemi)
Les enfants, la fraternité, la beauté sont détruits par la barbarie, alors que le système est présenté comme juste. D'où l'emploi du terme « justice », faire justice. La barbarie, c'est aussi la mise en place du mensonge généralisé. Ainsi dans le poème Un petit nombre d'intellectuels français s'est mis au service de l'ennemi, on peut lire :
« Ils nous ont vanté nos bourreaux
(…)
Belles paroles d'alliance
Ils vous ont voilées de vermine
Leur bouche donne sur la mort »
Ce n'est pas seulement le système collaborationniste qui est dénoncé, mais bien le mode de pensée, de fonctionnement, la logique intrinsèque de la propagande collaborationniste qui débouche sur la mort. La barbarie fait des mots des balles qui empoisonnent et qui tuent.
C'est pourquoi les barbares assassinent les poètes, les porteurs de vérité :
« Garcia Lorca a été mis à mort (…)
Saint-Pol-Roux a été mis à mort (…)
Decour a été mis à mort » (Critique de la poésie)
Dans cet esprit nihiliste, on pourrait croire que l'ennemi seul, l'autre, ici le Français, est visé par les misères, l'asservissement, la destruction. Erreur, Paul Éluard sait (et le dit, nous le dit, à travers les âges) que la barbarie est totale et que les nazis, avant de souiller, asservir et tuer les autres Européens ont d'abord sévi chez eux, en Allemagne :
« Partout la mort la misère
Et l'Allemagne asservie
Et l'Allemagne accroupie
Dans le sang et la sanie
Dans les plaies qu'elle a creusées » (Chant nazi)
Aussi, dans ce même élan d'absolue vérité, Éluard pointe-t-il du doigt les vainqueurs français (et par extension tous ceux à la libération, en France, mais aussi dans les autres pays libérés) qui se sont livrés à l'épuration.
« La victime raisonnable
À la robe déchirée
Au regard d'enfant perdue
Découronnée défigurée
Celle qui ressemble aux morts
Qui sont morts pour être aimés (…)
Souillée et qui n'a pas compris
Qu'elle est souillée
Une bête prise au piège
Des amateurs de beauté » (Comprenne qui voudra)
En exergue, Éluard écrit dans ce même poème : « En ce temps là, pour ne pas châtier les coupables, on maltraitait des filles. On allait même jusqu'à les tondre. »
La tonte des femmes, leur humiliation publique révoltent le poète d'autant plus que les victimes d'hier deviennent les bourreaux d'aujourd'hui. Car la barbarie ne se soucie pas d'appartenance ethnique, nationale, idéologique. Paul Éluard sait que ce sont ceux qui se sont abaissés le plus servilement sous le joug nazi qui sont les plus virulents contre des malheureuses, des proies faciles à vaincre. La lâcheté, la médiocrité, l'iniquité triomphent… même durant la Libération qui aurait due être un grand moment de bonheur et de joie. Les vrais coupables, les grands collaborateurs s'en sortent avec des peines sommes toutes légères ou sont graciés. Cri du coeur du poète, mais aussi leçon de l'histoire.
Suite de la critique sur mon blog...
Lien : https://momentscritiques.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          02
chartel
  09 décembre 2013
J'ai été étonné de voir que ce recueil de poèmes écrits pendant la Seconde Guerre mondiale par Paul Eluard, avec le célèbre « Liberté », ne fut pas plus populaire sur babelio.com. La réédition par Les Editions de Minuit en 2012 pourra peut-être combler ce manque. L'ambiance de Paris occupée, le climat délétère et la haine, souvent contenue, parfois explosive, des humiliés, transpire de ses poèmes. Mais Eluard sait aussi figurer la passivité égoïste ou la lâcheté générale de ses compatriotes. Usant de mots simples, de formules aux abords anodins, qui nous font parfois croire à une trop évidente « facilité » de ces poèmes, Paul Eluard a montré, comme un autre grand poète de ces tristes temps, René Char, que la poésie est aussi une remarquable force de résistance.
Commenter  J’apprécie          60
frandj
  22 octobre 2018
Paul Eluard, surréaliste et communiste, était un écrivain engagé. Ces poésies, publiées en 1942 et 1944, ont été inspirées principalement par la guerre et l'occupation allemande. L'extrême âpreté de la lutte contre la Wehrmacht et ses alliés est très sensible. Dans le poème intitulé "Les vendeurs d'indulgence", Eluard écrit notamment ces vers: « Il n'y a pas de pierre plus précieuse / Que le désir de venger l'innocent ». La haine et l'exigence du châtiment pour les traîtres – les maîtres-mots du PCF, à la fin de la guerre – peuvent paraître aujourd'hui un peu excessives, mais c'était dans l'air du temps...
D'un point de vue purement littéraire, je ne suis pas captivé par toutes ces poésies – loin de là. La fameuse "Liberté", un peu trop galvaudée, ne suscite pas chez moi une admiration sans bornes. Je préfère d'autres textes, comme "La halte des heures" que je mets ici en citation.
Commenter  J’apprécie          20
Wozniaksandy
  18 janvier 2018
Ce recueil est fabuleux. J'ai été conquise par les vers puissants d'Eluard, si justes pour qualifier la guerre. Ses poèmes nous transportent, ils sont lourds de tristesse et d'un passé qui ne passe pas. Chaque mot est un coup, il marque au fer rouge notre esprit et nous laisse presque haletant à la fin de chaque poème. Bien plus qu'un recueil de poésie, c'est un amas d'émotions, sorte de récit historique mêlé à un témoignage bouleversant. Je le recommande vivement, ne serai-ce que pour l'aspect historique et la qualité littéraire.
Commenter  J’apprécie          20
Chasto
  05 novembre 2018
Poésie et littérature mises en bouclier face à l'hégémonie guerrière de l'époque.
De simples mots pour une simple bataille, une simple chose. La liberté d'être et de penser.
Textes à faire découvrir non pas comme de simples repères d'un temps et d'une politique totalitaire mais bien en tant que combat d'une démocratie face à un idéal dévastateur.
Que le plus grand nombre puisse en saisir la force et la faiblesse afin de ne pas à revoir ce genre de chose.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   18 juillet 2017
Au nom du front parfait profond
Au nom des yeux que je regarde
Et de la bouche que j'embrasse
Pour aujourd'hui et pour toujours

Au nom de l'amour enterré
Au nom des larmes dans le noir
Au nom des plaintes qui font rire
Au nom des rires qui font peur

Au nom des rires dans la rue
De la douceur qui lie nos mains
Au nom des fruits couvrant les fleurs
Sur une terre belle et bonne

Au nom des hommes en prison
Au nom des femmes déportées
Au nom de tous nos camarades
Martyrisés et massacrés
Pour n'avoir pas accepté l'ombre

Il nous faut drainer la colère
Et faire se lever le fer
Pour préserver l'image haute
Des innocents partout traqués
Et qui partout vont triompher.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
cprevostcprevost   01 novembre 2012
Nous n’avons jamais commencé
Nous nous sommes toujours aimés
Et parce que nous nous aimons
Nous voulons libérer les autres
De leur solitude glacée

Nous voulons et je dis je veux
Je dis tu veux et nous voulons
Que la lumière perpétue
Des couples brillants de vertu
Des couples cuirassés d’audace
Parce que leurs yeux se font face

Et qu’ils ont leur but dans la vie des autres.
Commenter  J’apprécie          70
sabine59sabine59   09 mars 2016

Le feu réveille la forêt
Les troncs les coeurs les mains les feuilles
Le bonheur en un seul bouquet
Confus léger fondant sucré
C'est toute une forêt d'amis
Qui s'assemble aux fontaines vertes
Du bon soleil du bois flambant

Garcia Lorca a été mis à mort

Commenter  J’apprécie          90
chartelchartel   09 décembre 2013
Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

[…]

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te reconnaître
Pour te nommer

Liberté.

[Première et dernière strophes du poème "Liberté"]
Commenter  J’apprécie          70
Gabrielle_SGabrielle_S   25 août 2015
Puisque l’espoir sort des pavés
Sort des fronts et des poings levés
Nous allons imposer l’espoir
Nous allons imposer la vie
Aux esclaves qui désespèrent (…)
La douceur et le deuil de savoir qu’aujourd’hui
Nous avons tous compromis la nuit.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Paul Éluard (110) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Éluard
Il n'y a plus de preuves de la nuit, Paul Eluard
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
739 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre