AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B00NYK8HGM
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Capitale de la douleur est le premier recueil de Paul Eluard, il parait en 1926. Ce recueil comprend une centaine de poèmes, dont les deux tiers avaient déjà été publiés dans des plaquettes antérieures. Le titre originel prévu était "L'art d'être malheureux" mais au dernier moment Eluard lui substitua "Capitale de la douleur", appellation plus poétique. Mais quelle est cette Capitale, Paris où réside le poète et où il vit douloureusement ou Gala, son épouse, qui est... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
frandj
  26 mars 2017
Actuellement, je redécouvre avec bonheur les poètes français du début du XXème siècle. Décidemment, la nébuleuse surréaliste a été particulièrement douée, féconde et novatrice. Paul Eluard a été l'un des plus grands, transformant tout ce qu'il touchait en (vraie) poésie.
"Capitale de la douleur" (quel beau titre !) rassemble des textes écrits entre 1914 et 1926, généralement courts. Certains sont d'une forme plus hardie que les autres, mais tous sont lisibles facilement. Quelques-uns me semblent des petits chefs d'oeuvre, d'autres accrochent un peu moins mon attention, mais presque tous sonnent très bien. On y trouve des fulgurances et des images doucement suggestives, qu'il faut se garder d'analyser trop rationnellement. Je mets en citation un ravissant petit poème ("Suite") issu de "Répétitions", qui me parait typique.
Commenter  J’apprécie          190
Mondaye
  06 mars 2016
De beaux poème, mais je dois reconnaitre que je préfère les poèmes plus formel, comme les sonnets, les odes, où le rythme est comme une vague qui coule, régulière, où le sens est plus aisé a percevoir.
C'est le premier recueil de poèmes surréalistes que j'ouvre et si je ne suis pas violemment déçue, je reste assez perplexe, un peu perdue.
Les textes sont très beaux, mais trop déroutants.
Commenter  J’apprécie          80
Anaismpessa
  07 septembre 2018
Le Blnheur est une fin en soit
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
aleatoirealeatoire   12 septembre 2019
Inconnue, elle était ma forme préférée,
Celle qui m'enlevait le souci d'être un homme,
Et je la vois et je la perd et je subis
Ma douleur, comme un peu de soleil dans l'eau froide (...)

Le front aux vitres comme le font les veilleurs de chagrin
Ciel dont j'ai dépassé la nuit
Je te cherche par-delà l'attente
Par-delà moi-même
Et je ne sais plus tant je t'aime
Lequel de nous deux est absent

Il fallait bien qu'un visage
Réponde à tous les noms du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
Nastasia-BNastasia-B   27 octobre 2018
L'eau se frottant les mains aiguise des couteaux.
Les guerriers ont trouvé leurs armes dans les flots
Et le bruit de leurs coups est semblable à celui
Des rochers défonçant dans la nuit les bateaux.

LE SOURD ET L'AVEUGLE.
Commenter  J’apprécie          630
meslinoulautremeslinoulautre   15 novembre 2015
Elle se refuse toujours à comprendre, à entendre, Elle rit pour cacher sa terreur d'elle-même. Elle a toujours marché sous les arches des nuits. Et partout où elle a passé. Elle a laissé l'empreinte des choses brisées.
Commenter  J’apprécie          231
Nastasia-BNastasia-B   26 octobre 2018
Un papillon sur une branche
[…]
Son cœur est lourd, la branche penche,
[…]
Pourquoi pleurer la fleur séchée
[…]
Pourquoi pleurer la pensée tendre ?

LE JEU DE CONSTRUCTION.
Commenter  J’apprécie          350
Nastasia-BNastasia-B   12 février 2019
Couleurs douces de la charité, tristesse, lueurs sur les arbres décharnés, lyre en étoile d'araignée, les hommes qui sous tous les cieux se ressemblent sont aussi bêtes sur la terre qu'au ciel.

LA MALÉDICTION.
Commenter  J’apprécie          270
Videos de Paul Éluard (110) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Éluard
Il n'y a plus de preuves de la nuit, Paul Eluard
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
753 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre