AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070321746
Éditeur : Gallimard (26/05/1978)

Note moyenne : 4.32/5 (sur 51 notes)
Résumé :
Au fond du cœur, au fond de notre cœur, un beau jour, le beau jour de tes yeux continue. Les champs, l’été, les bois, le fleuve. Fleuve seul animant l’apparence des cimes. Notre amour c’est l’amour de la vie, le mépris de la mort. A même la lumière contredite, souffrante, une flamme perpétuelle. Dans tes yeux, un seul jour, sans croissance ni fin, un jour sur terre, plus clair en pleine terre que les roses mortelles dans les sources de midi.

Au fond... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
michfred
  18 mai 2015
Un recueil passionnant, publié tel que l'avait conçu en 1939 Eluard lui-même. Les textes- méditations ou poèmes en prose,et bien sûr poèmes aussi, "donnent à voir" , en effet, pas seulement la cosmogonie amoureuse et lumineuse du poète, mais aussi sa conception de la poésie, ou encore ses émotions devant d'autres artistes, ses frères en images: les peintres.
Une prédilection pour les pages essentielles de L'Evidence poétique:
"Le poète est celui qui inspire bien plus que celui qui est inspiré. les poèmes ont toujours de grandes marges blanches, de grandes marges de silence où la mémoire ardente se consume pour recréer un délire sans passé."
Un autre coup de coeur pour le chapitre "Peintres" où Eluard montre une incroyable faculté à dire en mots le mystère de Magritte, l'ironie de Max Ernst, la froideur glacée de Delvaux, le noir et blanc magique de Man Ray, la fantasmagorie de Dali.
La meilleure critique d'art n'est elle pas, souvent , une création qui répond en chant amoebée à la première, en utilisant toute la gamme des correspondances et synesthésies?...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
chartel
  06 décembre 2013
"Donner à voir", publié en 1939, est un véritable petit bijou pour les amateurs de littérature. Car il est à la fois oeuvre poétique et réflexion sur les enjeux et la nature de la poésie. Ce que donne à voir Paul Eluard aux lecteurs ne peut laisser indifférent. Quand il dit : « La poésie doit être faite par tous. Non par un », il parle au coeur, il bouleverse notre vieille perception bourgeoise de la poésie. Lire pour égayer son quotidien ne suffit pas, le désir de beauté est bien autre chose. Il est l'expression d'un manque que la simple raison ne peut combler. La poésie est ce qui fracasse les frontières de nos perceptions balisées.
A l'heure où les replis identitaires et individualistes se font de plus en plus entendre, clamer haut et fort la poésie d'Eluard est plus que nécessaire.
Commenter  J’apprécie          101
Cielvariable
  04 janvier 2017
J'ai un parti pris pour Éluard qui est mon auteur préféré de tous les temps!
Comme c'est toujours le cas avec les recueils de poésie d'Éluard, j'ai trouvé celui-ci passionnant. le titre est vraiment bien choisi, car on a effectivement l'impression de voir l'univers du poète à travers ses écrits. Ses émotions sont perceptibles et touchantes, même quand on ne comprend pas tout à fait le sens des propos. C'est encore plus vrai si on lit à voix haute les poèmes. le choix des sons, chez Éluard, est un vrai don.
Commenter  J’apprécie          20
Wozniaksandy
  09 mai 2018
Dans Donner à voir, l'écriture de PAUL ÉLUARD est très belle, et l'assortiment des mots très agréable. le recueil est composé de poèmes en prose qui s'apparentent à des essais, d'extraits de textes, et des citations touchantes, judicieuses et qui font sens. Au regard du contenu très surréaliste de ce recueil, il est préférable de s'intéresser au mouvement et à l'auteur pour comprendre toute l'essence de ces écrits. Un public averti en vaut deux.
Commenter  J’apprécie          20
VACHARDTUAPIED
  02 avril 2013
Les poésies d'Eluard restent toujours dans un coin de mon coeur.....
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   25 juin 2015
LA DAME DE CARREAU


Tout jeune, j’ai ouvert mes bras à la pureté.
Ce ne fut qu’un battement d’ailes au ciel de mon éternité,
[…]
Toutes les vierges sont différentes. Je rêve toujours d’une vierge.
À l’école, elle est au banc devant moi, en tablier noir.
Quand elle se retourne pour me demander la solution d’un problème,
l’innocence de ses yeux me confond à un tel point que,
prenant mon trouble en pitié, elle passe ses bras autour de mon cou.
Ailleurs, elle me quitte. Elle monte sur un bateau.
Nous sommes presque étrangers l’un à l’autre,
mais sa jeunesse est si grande que son baiser ne me surprend point.
Ou bien, quand elle est malade, c’est sa main que je garde dans les miennes,
jusqu’à en mourir, jusqu’à m’éveiller.
Je cours d’autant plus vite à ses rendez-vous que j’ai peur de n’avoir pas le
temps d'arriver avant que d'autres pensées me dérobent à moi-même.
Une fois, le monde allait finir et nous ignorions tout de notre amour. Elle a
cherché mes lèvres avec des mouvements de tête lents et caressants.
J’ai bien cru, cette nuit-là, que je la ramènerais au jour.
Et c’est toujours le même aveu, la même jeunesse, les mêmes yeux purs,
le même geste ingénu de ses bras autour de mon cou, la même caresse, la
même révélation.
Mais ce n’est jamais la même femme.
Les cartes ont dit que je la rencontrerai dans la vie, mais sans la reconnaître.
Aimant l’amour.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
lavinia02lavinia02   09 décembre 2012
Tout jeune, j'ai ouvert mes bras à la pureté. Ce ne fut qu'un battement d'ailes au ciel de mon éternité, qu'un battement de coeur amoureux qui bat dans les poitrines conquises. Je ne pouvais plus tomber.
Aimant l'amour. En vérité, la lumière m'éblouit. J'en garde assez en moi pour regarder la nuit, toute la nuit, toutes les nuits.
Commenter  J’apprécie          190
LiliGalipetteLiliGalipette   23 février 2011
Au fond du cœur, au fond de notre cœur, un beau jour, le beau jour de tes yeux continue. Les champs, l’été, les bois, le fleuve. Fleuve seul animant l’apparence des cimes. Notre amour c’est l’amour de la vie, le mépris de la mort. A même la lumière contredite, souffrante, une flamme perpétuelle. Dans tes yeux, un seul jour, sans croissance ni fin, un jour sur terre, plus clair en pleine terre que les roses mortelles dans les sources de midi.


Au fond de notre cœur, tes yeux dépassent tous les ciels, leur cœur de nuit. Flèches de joie, ils tuent le temps, ils tuent l’espoir et le regret, ils tuent l’absence.

La vie, seulement la vie, la forme humaine autour de tes yeux clairs.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
coco4649coco4649   05 novembre 2013
A PABLO PICASSO

I

Les uns ont inventé l'ennui d'autres le rire
Certains taillent à la vie un manteau d'orage
Ils assomment les papillons font tourner les oiseaux en eau

Et s'en vont mourir dans le noir

Toi tu as ouvert des yeux qui vont leur voie
...

C'en est fini des joies greffées sur le chagrin.


II

Un bol d'air bouclier de lumière

Derrière ton regard aux trois épées croisées
Tes cheveux nattent le vent rebelle
Sous le teint renversé la coupole et la hache de ton front
Délivrent la bouche tendue à nu
Ton nez est rond et calme
Les sourcils sont légers l'oreille est transparente

A ta vue je sais que rien n'est perdu.

III

Fini d'errer tout est possible
Puisque le table est droite comme un chêne
Couleur de bure couleur d'espoir
Puisque dans notre champ petit comme un diamant
Tiens le reflet de toutes les étoiles

Tout est possible on est ami avec l'homme et la bête
A la façon de l'arc en ciel

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
patrick75patrick75   21 avril 2015
JE PARLE DE CE QUI EST BIEN

Je parle de ce qui m'aide à vivre, de ce qui est bien.
Je ne suis pas de ceux qui cherchent à s'égarer, à s'oublier, en n'aimant rien, en réduisant leurs besoins, leurs goûts, leurs désirs, en conduisant leur vie, c'est-à-dire la vie, à la répugnante conclusion de leur mort.
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Paul Éluard (109) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Éluard
La victoire de Guernica, Paul Éluard lu par Marcel Lupovici, guitare par Jean Borredon
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
637 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre