Accueil Mes livres Ajouter des livres
Découvrir
Livres Auteurs Lecteurs Critiques Citations Listes Quiz Groupes Questions Prix Babelio
EAN : 9782070454266
272 pages
Gallimard (20/06/2013)
3.63/5   259 notes
Résumé :
Première parution en 1947.

Dessins de Man Ray illustrés par les poèmes de Paul Éluard.

Acheter ce livre sur

Fnac Amazon Rakuten Cultura Momox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
3,63

sur 259 notes
5
12 avis
4
7 avis
3
8 avis
2
2 avis
1
0 avis

chartel
  04 septembre 2014
Mais qu'est-ce que ces critiques sur Babelio à propos des Mains libres ? Un recueil qui se lit « trop vite » ? des poèmes « trop courts » ? Depuis quand une oeuvre poétique se juge-t-elle à l'aune de sa longueur ? A-t-on plus de plaisir à engloutir un litre de piquette que de stimuler ses papilles avec la simple gorgée d'un grand cru ? Je trouve, au contraire, que cette brièveté est une force. Ce recueil se présente comme une oeuvre simple, dépouillée, libre de toute lourdeur formelle. de plus, il faut bien lire la page de titre : « Dessins de Man Ray illustrés par les poèmes de Paul Eluard. » le poème devient ici illustration et c'est cette posture qui est intellectuellement et artistiquement excitante. Car on lit les poèmes d'Eluard en tant que tel, avec la curiosité de savoir ce qu'il entend par illustration littéraire. On remarque ainsi qu'illustrer n'est pas la transposition textuelle de tel ou tel élément de description, mais plutôt un accompagnement du dessin par des résonnances, des similitudes et des correspondances.
Les Mains libres , c'est petit… comme un petit bijou !
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          30 3
Mahpee
  02 novembre 2014
S'il est vrai que les poèmes de Paul Eluard sont parfois abstraits, il n'en reste pas moins qu'ils nous interrogent. Ils ne nous parlent pas forcément au premier abord mais c'est la marque de fabrique des surréalistes, se poser les bonnes questions et trouver ou pas une réponse, le début d'un sentier qui ouvre des horizons nouveaux.
Les magnifiques dessins de Man Ray, dans le plus pur style surréaliste, s'accordent avec bonheur aux poèmes de Paul Eluard et font de ce recueil un petit bijou qu'on ne se lasse pas de feuilleter.
Commenter   J’apprécie          32 1
araucaria
  17 avril 2014
Ce recueil de poèmes est illustré par Man Ray. Il se lit très vite car les poèmes sont très courts. Justement peut-être un peu trop brefs, pareils parfois à des citations, alors je suis restée un peu sur ma faim.
Lien : http://araucaria20six.fr/
Commenter   J’apprécie          35 1
ATOS
  05 octobre 2013
Image et poésie. Lignes en mots, courbes en marge. Image. Image et poésie. Exaltation du visible et du lisible. Figure antique, l'ekphrasis n'a jamais cessé d'évoluer. Quittant le descriptif elle n'a jamais cessé de tendre vers l'harmonique.
C'est au 20 e siècle que sa libération s'est opérée.
Appolinaire, Cendras, Delaunay, Breton, Miro, Ponge, Char, Michaux, de Chirico, Picasso, Ernst, Eluard, Man Ray. Et tant d'autres. ..
L'image et l'écrit n'ont plus alors à se répondre, ni à se dire, mais naturellement ils ont à s'entendre.
« Les Mains libres », ouvrage d'art, regroupant textes d' Paul Eluard et dessins de Man Ray en est un parfait exemple.
Il ne faut pas rechercher l'illustration des formes. Il s'agit là de contempler une composition.
Les deux formes se détachent l'une de l'autre. Non pas pour s'écarter l'une de l'autre mais pour s'entendre à se compléter l'une l'autre et de cette façon leur permettre de naturellement se sublimer.
Cet écart, si l'on peut le nommer ainsi, cette respiration de l'esprit, ce vide si l'on tente un rapprochement avec la grande tradition de la peinture chinoise, permet à l'une et l'autre forme de parfaitement se détacher, se «  juste à poser », pour que l'une et l'autre entrent en résonance et que naturellement se crée un attachement entre elles.
C'est en ce détachant du descriptif que cette figure a trouvé sa forme la plus pure.
Deux objets, poésie et image, créent alors l'espace nécessaire afin que se fasse entendre l'harmonie de leur accord, tel la montagne avec le fleuve, tel l'arabesque avec le trait. Nous voyons ainsi naître de l'union de deux arts différents un art à part entière.
C'est alors qu'apparaît la troisième image, la vision intérieure née de l'harmonie de l'ensemble ainsi devant nous, composée.
En fuyant la concordance mimétique, Man Ray et Eluard créent une évidente et pure sonorité.
Chaque « objet » pouvant « être » indépendamment l'un de l'autre, mais se trouvant sublimés par leur rapprochement, comme si celui ci en créant un « chant » magnétique faisait entrer chaque objet, le visible et le lisible, en vibration, provoquant ainsi la sonorité de leur accord.
Et cette figure n'est pas réservée à la poésie et à l'image, elle peut être produite par tous les objets : image et musique, couleurs entre elles, formes entre elles, lumière et geste, peinture et nature, matière et parfum, corps et langage, rythme et silence, etc …. La composition repose sur l'accord et non sur l'objet.
« Les Mains libres » c'est justement cela, l'évocation de ce «  tout possible » de l'Art , chant libre que Paul Eluard et Man Ray nous font ici magnifiquement entendre.
Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          16 0
Giraud_mm
  06 mars 2020
Une collection de dessins noir et blanc de Man Ray, datant de la seconde moitié des années 30, illustrés poétiquement par Paul Éluard à la même époque. Les textes sont courts et percutants. L'ensemble fonctionne parfaitement.
Un beau livre au format poche !
Lien : http://michelgiraud.fr/2020/..
Commenter   J’apprécie          31 0

Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
Moovanse Moovanse   03 août 2015
Elle est noyau figue pensée
Elle est le plein soleil sous mes paupières closes
Et la chaleur brillante dans mes mains tendues

Elle est la fille noire
et son sang fait la roue

Dans la nuit d’un feu mûr.


Le DON - p24

accompagné d'un dessin de Man Ray : femme nue a la posture érotique, tête renversée aux longs cheveux délacés, dos cambré, gorge offerte, tendue vers le désir.


+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          38 4
fanfanouche24 fanfanouche24   25 juin 2014
-Femme portative-

D'un effet solennel dans la solitude

Terrestre dérision de la femme
Quand son coeur est ailleurs

Si ce que j'aime m'est accordé
Je suis sauvé

Si ce j'aime se retranche
S'anéantit
Je suis perdu

Je n'aime pas mes rêves mais je les raconte
Et j'aime ceux des autres quand on me les montre.
( Poésie gallimard, février 2014, p.115)
Commenter   J’apprécie          34 0
marlene50 marlene50   13 janvier 2021
OU SE FABRIQUENT LES CRAYONS

La dernière hirondelle
A tresser une corbeille
Pour retenir la lumière
La dernière à dessiner
Cet oeil déserté

Dans la paume du village
Le soir vient manger les graines
Du sommeil animal

Bonne nuit à la pensée

Et j'appelle le silence
Par son plus petit nom.

(Dessin en noir et blanc : une colline, un village, en guise de clocher un crayon qui pointe sa mine au ciel, et un très long serpent qui entoure le village)
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          16 1
marlene50 marlene50   22 janvier 2021
LA LECTURE

Au centre de Paris
La pudeur rêvassait

Le bouquet du ciel sans nuages
Dans un vase de maisons noires

Quand elle n'a pas le temps
Elle n'en est que plus belle

On n'en finit pas d'apprendre
Le ciel ferme la fenêtre
Le soleil cache le plafond.


(illustration : un visage caché par un livre et surtout une belle main . Man Ray et les mains...)
Commenter   J’apprécie          18 0
patrick75 patrick75   20 juillet 2014
L'AVENTURE

Prends garde c'est l'instant où se rompent les digues
C'est l'instant échappé aux processions du temps
Où l'on joue une aurore contre une naissance

Bats la campagne
Comme un éclair

Répands tes mains
Sur un visage sans raison
Connais ce qui n'est pas à ton image
Doute de toi
Connais la terre de ton coeur
Que germe le feu qui te brûle

Que fleurisse ton oeil
Lumière.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          15 0

Videos de Paul Éluard (91) Voir plus Ajouter une vidéo
Lecture de Notre besoin de consolation est impossible à rassasier de Stig Dagerman et concert autour des oeuvres de Théodore de Banville, Gérard de Nerval, Paul Eluard et Rabindranath Tagore.
« C'est l'angoisse de la séparation qui s'épand par tout le monde et donne naissance à des formes sans nombre dans le ciel infini. C'est ce chagrin de la séparation qui contemple en silence toute la nuit d'étoile en étoile et qui éveille une lyre parmi les chuchotantes feuilles dans la pluvieuse obscurité de juillet. C'est cette envahissante peine qui s'épaissit en amours et désirs, en souffrances et en joies dans les demeures humaines, et c'est toujours elle qui fond et ruisselle en chansons. »
L'Offrande lyrique, Rabindranath Tagore, traduit par André Gide.
Ces émotions douces et amères qui nous secouent ne sont-elles pas universelles ? Ne sont-elles pas l'essence même de notre existence ? Deleyaman, groupe franco-américain dans la veine céleste de Dead Can Dance, aborde ces questions vibrantes, parle d'art, d'amour, de beauté et de contemplation comme des réponses à nos contraintes existentielles.C'est une amicale collaboration artistique entre le groupe et Fanny Ardant qui a donné naissance à cette création. Au travers d'un texte lu, elle dialogue avec le groupe sur une musique créée par Deleyaman. Avec le son du doudouk, le groupe d'Aret Madilian interprétera les titres français de sa discographie
Fanny Ardant : voix Béatrice Valantin : voix, clavier Aret Madilian : piano, clavier, guitare, percussion Guillaume Leprevost : basse, guitare Artyom Minasyan : doudouk, plul, pku Madalina Obreja : violon Gérard Madilian : doudouk
Création en partenariat avec le Trianon Transatlantique de Sotteville lès Rouen – Scène conventionnée d'intérêt national art et création chanson francophone.
À écouter – Deleyaman, « Sentinel », 2020. Plus d'informations sur www.deleyaman.com À écouter : https://deleyaman.bandcamp.com/album/sentinel
+ Lire la suite
autres livres classés : poésie Voir plus
Acheter ce livre sur

Fnac Amazon Rakuten Cultura Momox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
985 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètes Créer un quiz sur ce livre

.. ..