AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2366294751
Éditeur : Actusf (20/09/2019)

Note moyenne : 4.59/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Note : une première version de ce livre était sortie en auto-édition sous le titre "Si loin du Soleil". La version "Dans l'Ombre de Paris" est le fruit d'un second travail éditorial avec ActuSF

Depuis des siècles, les humains traitent les fées, dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux.
Lorsque la princesse Yuri reçoit une lettre de son père lui enjoignant de quitter le Japon pour le rejoindre, elle s'empresse d'obéir. Mais... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
FungiLumini
  17 octobre 2019
Je dois avouer que je n'étais pas très emballée par la couverture de ce roman, mais par contre, le résumé me tentait énormément, et j'adore découvrir de nouvelles plumes francophones. Heureusement que je n'ai pas jugé ce livre sur sa couverture, car je serais passée à côté d'une histoire incroyable, un coup de coeur inattendu ! Je remercie les éditions ActuSF, déjà pour l'envoi de ce livre, mais aussi pour leurs publications de jeunes talents francophones, nouvelles plumes pleines de promesses, qui prouvent encore une fois la richesse des genres de l'imaginaire.
On va suivre Yuri, princesse japonaise, promise contre son gré au premier dauphin de France. L'héritier du trône semble un parti parfait, mais elle ne l'aime pas. Elle va saisir la première occasion pour s'échapper, n'hésitant qu'un instant avant de suivre son guide dans les profondeurs de Paris. Elle va alors se retrouver au coeur d'un nouveau monde, dans lequel les humains côtoient les êtres magiques. Une société dans laquelle tout le monde est égal et travaille pour contribuer au bien commun, bien loin de ce que la princesse a connu. Va-t-elle réussir à s'adapter ou les mènera-t-elle à leur perte ?
J'ai trouvé la présentation du monde par l'autrice particulièrement fascinante. Elle nous décrit mille détails, règles, coutumes sans pour autant que cela paraisse long. Il y a la vie dans Paris, mais aussi sous la capitale et sur le Rail : trois façons de voir le monde totalement différentes qui pourtant nous semble presque intuitives tellement on est plongé dans le récit et on découvre les choses en même temps que Yuri. Bien qu'au départ, on ne voit pas très bien pourquoi on nous expose autant certains personnages du Rail, tout est lié, les pièces du puzzle se mettent en place et forment un tout complexe, mais très fluide et dynamique.
L'autrice oppose dans ce récit différentes visions du monde : celle de la ville de Paris est la plus sombre, totalitaire, répressive, avec famine, pauvreté et surtout fossé social important entre les aristocrates, les gens et les fées, rebuts de la pire espèce. le Rail est l'entre-deux : un petit monde plus juste, dirigé par une personne qui veille au bien de tous. Une gestion de famille, où la violence envers les fées n'est pas encore tout à fait réprimée. Sous Paris existe un endroit parfait, utopie cachée dans laquelle tout le monde est égal, tous participent à la communauté grâce à leurs compétences propres, chacun a un toit, de la nourriture, de quoi se vêtir, et bien que des actes répréhensibles y soient encore perpétrés, les peines encourues sont décidées par tous. Une vision qui fait rêver à un monde meilleur.
La richesse de ce livre, c'est aussi ces personnages. Ils ont une telle profondeur, on a l'impression de connaître chacun personnellement tellement on se sent proche et on s'attache à eux. Il y en a pourtant beaucoup, mais chacun ressort à sa façon. J'ai d'ailleurs plusieurs fois eu la larme à l'oeil tellement certaines scènes étaient prenantes et pleines d'émotions ! Yuri va explorer un nouveau monde et surtout découvrir la force de la confiance et de l'amitié. Elle va devoir désapprendre son éducation pour devenir un membre de cette communauté particulière.
Quand les fées, le barde ou encore Sir Edward parlent un dialecte compris d'eux uniquement, l'autrice a fait le choix d'écrire les phrases en anglais. Aucune traduction n'est cependant proposée en note de bas de page. Cela ne m'a pas posé problème personnellement, mais je me suis quand même demandé si ça n'allait pas être un souci pour certains lecteurs qui ne parlent pas anglais. 😮
Sur la quatrième de couverture, il est mis que l'autrice est barde. Je trouve que cela se ressent dans sa manière d'écrire à la fois légèrement poétique, musicale, très dynamique et rythmée. Il n'y a pas un moment où on s'ennuie, on est happé dans ce récit et on ne peut que continuer notre lecture pour connaître enfin le dénouement de cette histoire. Et quel dénouement ! Je n'en dirai pas plus, mais ce fut un passage très intense et bouleversant ! J'ai maintenant hâte de savoir ce qui va se dérouler dans la suite, car oui, il y aura un tome 2 : « L'héritage du Rail ».
Un coup de coeur pour ce roman de Morgan of Glencoe : elle y défend des valeurs essentielles comme la liberté de choix, la tolérance, l'égalité pour tous, avec une multitude de personnages profonds, vrais, auxquels on s'attache énormément, et une dynamique de narration prenante, entre découverte de l'univers du roman et action rythmée. Un premier chant sombre, mais plein d'espoir pour l'avenir !
Lien : https://livraisonslitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
DreamBookeuse
  08 octobre 2019
Le roman commence non pas quand Yuri reçoit cette lettre qui changera à jamais son destin, mais dans les arènes où un combat à mort se prépare. Avec la plèbe en contrebas, leurs cris et leurs soif de sang, le « vulgaire » dirait son père. Il commence avec une Selkie et un Aeling qui se battent à grands renforts de craquements osseux, de coups et de rage. Et je ne sais pas pourquoi je me suis dit : encore une princesse qui va trouver ça dégueulasse, qui va arrêter le combat, faire preuve de bienveillance d'emblée comme si la nature l'avait dotée elle plus que tout autre de cette pureté dont on drape les héroïnes. Mais non. Son regard de glace se promène et si elle ressent du dégoût c'est pour ceux qui acclament ce spectacle macabre. Les fées ne l'intéressent pas. Son rang lui a appris à les mépriser, à les dominer, elle, princesse du Japon. Et dès le début de cette histoire, ce fut, entre elle et moi, une formidable amitié.
Morgan of Glencoe trace le destin hors du commun d'une fille de keltienne (petit pays indépendant et démocratique) et du seigneur Nekohaima, devenue princesse du Japon, ayant survécu à de multiples assassinats et en passe de devenir à la future Dauphine de France, aka, future reine du royaume. Son père a brisé la seule promesse qu'il ne lui avait jamais faite pour la jeter tout droit dans un mariage princier de grande envergure dont elle ne veut pas, dont elle n'a jamais voulu.
C'est à travers son périple que nous rencontrons les fées, le Rail, les Fourmis, les Rats et tout un tas de castes, de personnages, de technologies et de mythes, comme si, d'un seul coup, un imaginaire gigantesque avait ouvert ses portes sur Paris.
1995. Paris. L'uchronie s'installe à mesure que nous avançons sur le rail, comme si, d'un coup, l'ère industrielle avait rencontré les légendes arthuriennes, la renaissance celles du japon, et la technologie (caméra, micro, casque de réalité virtuelle, sisi) les mousquets, épées et autres katanas. le parlé, lui aussi, s'inspire étrangement de notre argot contemporain avec un mélange étrange mais bienvenu d'anglais et de japonais ce qui donne à l'histoire un timbre extrêmement riche et envoûtant. le tout reflète à merveille l'esprit de ce premier volume qui mélange avec brio les fées (selkies, sylphides, spectrales et autres créatures) et l'aristocratie.
A travers son roman Morgan écrit le plaidoyer des opprimés, laissés pour compte et autres que l'on rejette pour leur nature, leur sexe, leurs envies ou leurs goûts. Parce que si le roman offre son lot de rebondissements, empoisonnements et autres manoeuvres politiques, il s'arme aussi de tout un tas d'anecdotes, amusantes ou brutales, sur le monde d'en bas, celui du Rail, et celui, presque trop fade de l'aristocratie. A bien y réfléchir, ce premier volume a de nombreux points communs avec la duologie de Claire Krust parue chez le même éditeur puisque les « hommes » rejettent les fées pour leur nature, leur pouvoir et tout ce qu'ils seraient capables de faire, sans comprendre qu'ils sont tout aussi dangereux qu'eux. Morgan y apporte cependant aussi une touche de féminisme puisqu'on parle également de la place des femmes, de la culture du viol et tant d'autres choses. Cette accumulation de petits événements mis bout à bout pourra certainement en agacer plus d'un mais c'est ce qui permet au personnage de Yuri de se construire à travers cette nouvelle approche, et si sa transformation est lente, elle n'en est que plus réaliste.
Point bonus pour les personnages. Si Yuri est déjà très intéressante, Morgan fait l'effort de développer de très nombreux personnages autour d'elle, tissant une toile complexe mais remarquable. Sir Edward et Taliesin furent des découvertes très riches, tout comme les personnages de Bran, Ren ou encore le petit feu-follet Pyro si enthousiaste. Chacun d'entre eux apporte une touche inattendu au récit avec leur lot d'histoires, construisant une fresque puissante et extrêmement riche. C'est à travers eux que l'on en apprend davantage sur les fées, leurs espèces et leurs particularités, comme le fait que l'on ne surnomme pas une Selkie par exemple. Autant de détails qui étoffent le récit et l'en rendent que plus attrayant.
Je finirais donc en vous parlant de la plume d'une poésie enchanteresse. Bien sûr certains passages sont plus violents, rudes ou même parfois abrupts (notamment le passage du viol qui a peut être manqué d'un peu de finesse) mais l'ensemble est écrit avec une plume fluide qui s'enrichit de nombreux passages en anglais, de chansons ou d'argots créant un ensemble cosmopolite qui se fond parfaitement bien dans le récit.
Je crois que c'est d'ailleurs une des choses qui m'impressionne le plus dans ce roman. L'autrice n'a pas choisi la facilité. Chacun de ses personnages est nuancé, et tout est étudié pour que le récit réponde à la plume et vice et versa. le texte est cosmopolite, les personnages hétéroclites et l'ambiance hétérogènes. Tout se mélange…et ça marche à la perfection !
En résumé
C'est un coup de coeur. Coup de coeur pour ses personnages et pour tout ce qu'ils dégagent (oserais-je dire une âme ?), pour les larmes que j'ai versées et qui me prouvent encore et encore que la fantasy n'est pas que de l'imaginaire. C'est un tout bouleversant et un formidable message de tolérance qui se glisse dans un écran magnifique de magie et de folklore ❤
Lien : https://lesdreamdreamdunebou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TheaBib
  01 septembre 2019
Paris, 1995. Dans ce Paris uchronique, le temps semble s'être arrêté au Siècle des Lumières : la France (ainsi qu'une grande partie de l'Europe) est dirigée par le roi Louis XX, les moyens technologiques sont limités, les avancées sociales inexistantes, dans ce monde où l'aristocratie règne et où le peuple lutte pour sa survie. Dans ce monde d'inégalités, les fées et autres créatures sont tout en bas de l'échelle sociale : craintes, donc méprisées, elles sont considérées comme des animaux.
La condition féminine n'est pas non plus très enviable. Aussi, quand la princesse Yuri, fille de l'ambassadeur japonais à Paris, arrive dans la capitale et découvre qu'on va la marier au fils du roi, elle prend vite conscience qu'en tant que femme, elle n'est rien de plus qu'un ravissant objet docile et décoratif. Révoltée, se sentant trahie, elle n'hésite pas longtemps quand on lui offre une échappatoire à ce destin déjà scellé.
Morgan of Glencoe nous offre ici un excellent roman de fantasy, dans lequel on plonge avec plaisir et qui nous emporte sans qu'on s'en rende compte : les pages se tournent toutes seules ! Je l'ai lu en une après-midi et je n'ai absolument pas vu le temps passer. L'histoire est prenante, mais sans nous étourdir de rebondissements, de retournements de situation. On savoure aussi la douceur de vivre du peuple des Égouts, la simplicité, les petits moments de bonheur. C'est aussi une des forces du roman : une opposition très forte mais subtilement décrite entre le monde des Égouts, sa bienveillance, son humanité, sa douceur et sa tolérance, et la dureté du monde de la surface, fait de violence, de faux-semblants, de manipulation, de mensonges. Les plus humains ne sont finalement pas ceux que l'on croit...
J'ai beaucoup aimé aussi les personnages, très bien construits, complexes, tout en nuances. Les personnages féminins, en particulier, sont une réussite : que ce soit Yuri, Bran, la capitaine Trente-Chênes ou même Levana, elles montrent des portraits de femmes intelligentes, fortes, qui ne sont pas dupes de leur place dans la société mais ne s'en laissent pas conter pour autant.
En bref, un vrai coup de coeur pour ce roman prenant, subtil, élégant, à la fois sombre et lumineux. Un roman envoûtant, où la violence et la noirceur ne sont jamais gratuites, mais servent habilement un propos empreint d'humanité et de bienveillance.
Vivement le tome 2 !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          54
Maliae
  21 septembre 2016
Yuri est princesse, dans un monde qui ressemble aux nôtres, où les femmes sont juste des bibelots et ne peuvent rien faire sans les hommes, où les fées sont traités comme des animaux (voir pire), et où les homosexuels sont des détraqués à abattre. Ce monde est dirigé par trois grande puissances, le Royaume de France dirigé par le pire enfoiré de la planète, j'ai nommé Louis XX, le Sultanat Ottoman et l'Empire du Japon dont le père de Yuri est Embassadeur.
Yuri est un jour rappelé en France, où elle va se rendre compte que son père l'a tout simplement fiancé à Louis Philipe, le prince de France, sans lui demander son avis. Dégoûtée Yuri, va choisir une autre vie, une vie qui lui conviendra mieux.
J'ai totalement adoré ce livre, c'est très difficile d'en parler pourtant. Il y a énormément de personnages qui vont traverser l'histoire, attachants pour la plupart, j'ai eu envie d'en étrangler certains. Les Fourmi (qui travaillent sur le Rail) sont géniales tous autant qu'ils sont, les Rats (qui vivent dans les égouts) sont super pour la plupart, ça au moins j'en suis sûre.
Yuri se trouve au centre de cette histoire et c'est son évolution qui est au coeur de tout. Parce que bien que Yuri rêve de liberté, elle a été éduqué dans la haine de ce qui n'est pas noble, dans l'idée qu'elle était plus importante que les autres. Dans un monde où on faisait tout pour elle, et pour commencer : on l'habillait.
Passant d'un monde où elle était prisonnière mais protégée, aux Égouts où elle va devoir à se débrouiller toute seule mais pour une fois connaître la liberté, Yuri va doucement évoluer. Et j'ai adoré Yuri, malgré les quelques moments où j'avais envie de lui mettre des claques, c'est un personnage hyper attachant, elle est très intelligente, elle sait se montrer ironique, et elle grandit, s'attache, essaye de comprendre, malgré ses préjugés.
Et puis Yuri va être bien entouré, notamment de Bran, la petite Selkie, et également mon personnage préféré. Leur relation est trop belle et m'a foutu des frissons partout plus d'une fois.
On va découvrir plusieurs types de fées, Selkie, Spectraux, Sylfes, Feux follets, Aelings, et chacune ont leurs particularités et leurs personnalités. Comme les feux follets qui sont des hyperactifs, hyper attachants. Pyro et Ashe sont vraiment adorables, et Ashe a réussi à m'émouvoir au point de me faire pleurer, à un moment du livre.
Il y a beaucoup de liens familiales dans ce roman, les familles sont très attachés et très attachantes, et pour d'autres, ils se créent leurs propres familles. Beaucoup de relations sont hyper touchantes, comme celles du barde et de Sir Edward, ou celle de Bran et Sir Edward, ou celle d'Emmanuel et Samuel, ou celle d'Alcyone et Ren (les deux frangins, avec Alcyone en frère surprotecteur, ce qui est adorable).
Une chose que j'ai beaucoup aimé, c'est comment on peut sentir la libération et le changement de Yuri à travers ses vêtements. Etant Japonaise, Yuri porte un kimono long, un kimono qui est comme une prison, qui la force à marcher à petit pas, et petit à petit elle va porter d'autres vêtements.
C'est un livre qui parle de tolérance, tolérance envers les autres espèces, tolérance également envers les autres classes, envers les autres formes d'amour. C'est aussi un livre qui montre que peu importe qu'on soit un homme ou une femme, ce qui compte c'est ce que nous sommes à l'intérieur et ce qu'on désire, qu'on est autant capable d'être forte même si on est née femme. Cette histoire touche au genre, aux différentes formes d'amour, mais on peut aussi voir un passage sur la façon dont les hommes peuvent avoir intégré des idées dangereuses. Comme celle qu'une femme qui dit "non" dit en fait "oui" et qu'on peut la forcer à coucher.
C'est aussi un roman un peu dépaysant, puisqu'on rencontre plusieurs langues (Japonais, Français et Lorien (anglais en fait) se côtoyant) et plusieurs coutumes.
Tout ça sur fond musicale, avec une histoire super intéressante, des personnages avec un sacré caractère (Yuri est hyper maligne et ne se laisse pas faire), d'autres qu'on déteste (graaaaaah Louis XX et son crétin de fils), une intrigue bien ficelée avec quelques mystères dont on n'a pas forcément la résolution dans ce premier tome (et j'avoue que je suis intriguée sur pleiiiiiiiiins de trucs).
La fin de ce premier tome est absolument horrible, d'ailleurs même avant que ça ne devienne horrible, j'ai pleuré. Et je suis vraiment restée sur le cul, je veux la suite tout de suite, j'en ai besoin, ça va être vraiment très très dur de l'attendre.
Ah oui ! Et en parlant de la fin, il est très important de bien tout lire, même après les remerciements, on a le droit à un petit bonus.
En bref, j'ai dévoré ce livre, il se lit hyper facilement, il est passionnant, il est super bien écrit, il traite de sujet qu'on ne voit pas forcément traité en fantasy ce qui le rend original. Morgan maîtrise bien son sujet, son univers et ses personnages, et elle nous fais vivre pleins d'émotions différentes (rire, joie, colère, rage, tristesse infinie).
C'était génial. Alors vas-y court l'acheter !!!
Lien : https://jetulis.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TheEdenofBooks
  27 juillet 2016
Ce roman dystopique décrit un monde où les fées et les humains se côtoient. le Royaume de France, l'Empire du Japon et le Sultanat Ottoman se partagent l'Europe, l'Asie et l'Afrique. Les humains considèrent les fées, dotées chacune d'impressionnants pouvoirs, comme des animaux dangereux, et les traitent, parfois cruellement, en créatures inférieures.
Le livre suit Yuri , une jeune et belle princesse humaine élevée dans la supériorité de sa condition. Son père, le seigneur Nekohaima est ambassadeur du japon.
A 20 ans, Yuri reçoit une lettre de son père lui demandant de venir à Paris pour servir les intérêts de l'Empereur et du clan Nekohaima. Elle prend le train et entame donc un long voyage pour retrouver en France son père qu'elle n'a plus vu depuis sept années. Tout se déroule pour le mieux jusqu'une nuit où une fée guérisseuse est appelée au chevet de la princesse mal en point. le diagnostic tombe: on aurait tenté de l'empoisonner. Elle est sauvée grâce à un antidote concocté par la créature médecin.
Son arrivée à Paris se fête en grandes pompes à la gare avec la présence du roi LouisXX, de la reine et de leur fils, le dauphin Louis-Philippe. Un tel accueil ne signifie qu'une seule chose: que son père l'a sans aucun doute mariée au prince de France sans son consentement. Elle est furieuse contre son père qu'elle n'a plus vu depuis 7 ans. Louis XX étant le roi de toute l'Europe mais aussi un tyran même pour sa famille et son fils n'incarne pas pour Yuri le prince charmant de ses rêves! Elle se voit condamnée à un futur bien sombre. le soir, un bal est organisé en l'honneur des futurs fiancés. Mais tout ne va pas se dérouler comme prévu😉

Extrait:
— Si vous voyez en quelqu'un un homme ou une femme avant d'y voir un être humain, peut-être. Si vous le considérez comme un individu à part entière, tout devient différent. Mais beaucoup de gens pensent comme vous. Trop de gens. À réfléchir en termes de sexe et de genre, ils ne voient plus que ça. Tout comme ils voient les gens comme leur propriété. Ma femme, mon mari, mes enfants… Parfois, ça me donne envie d'être une Selkie, vous savez. Les Selkies ne possèdent rien, et surtout pas les autres. Elles ne connaissent pas la jalousie, puisqu'elles ne connaissent pas l'appartenance.
Mon avis:
Je ne suis pas très friande de lectures numériques… Mais à force de voir les critiques élogieuses de ce livre sur les différents groupes que je suis, j'ai été piquée de curiosité pour ce roman de fantasy. le roman achevé, je me demande comment faire un retour de ce premier tome où tout à déjà été dit (et surtout par des chroniqueurs de talent)!😉
L'auteur nous entraîne dans un monde original peuplé d'humains et de créatures féériques. J'ai été plus que séduite par cet univers enchanteur et dystopique. La personnalité forte des fées (Shura chante moi une douce mélodie) nous touche plus que celles des humains (même si certains comme la princesse Yuri sont très attachants). Les thèmes abordés, à savoir la liberté, les différences sociales, l'amitié etc. donnent une grande profondeur à la société dépeinte dans ce roman. La plume de l'auteur est un délice…
Une mention spéciale pour la fin où je n'arriverai pas à décrocher de ma lecture. Pour l'anecdote, j'avais mis une musique épique et concentrée dans ma lecture, j'ai vivement pesté lorsque la sonnerie du téléphone m'a obligée à faire une pause! (j'avoue même que j'ai vite remballé mon interlocuteur). O:)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
FungiLuminiFungiLumini   17 octobre 2019
– Excusez-moi, mais…tout le monde ici est vraiment sur un pied d’égalité?
– Oui. Sur ce point, Sir Edward est très strict avec les nouveaux arrivants. Au début, nous avons tous du ma à trouver cette place vis-à-vis de l’autre, pourtant si simple, si évidente… Un égal, voilà tout. Qu’importe son espèce, son sexe, son âge ou son rôle.
Commenter  J’apprécie          30
FungiLuminiFungiLumini   17 octobre 2019
Pourtant, pas la moindre émotion ne transparaissait sur son visage lisse et docile, elle le savait. Cette prouesse l’étonnait elle-même : une folle envie de hurler l’emplissait toute entière, tendant à craquer le corset de son éducation rigide. Une éducation dont elle avait intégré toutes les astreintes, sans pour autant en discerner les leçons fondamentales…
La première règle qu’apprenait un aristocrate était : « Ne fais confiance à personne. » Naïvement, elle avait cru que son père n’était pas « personne », qu’il était son père, qu’il…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FungiLuminiFungiLumini   17 octobre 2019
Nous sommes des fées. Ce que je t’ai donné de plus dangereux, fils, c’est la vie. Nous sommes des Fourmis, et si le Rail tombe, nous tombons avec. Naît sur le Rail, meurt sur le Rail.
Commenter  J’apprécie          00
DreamBookeuseDreamBookeuse   08 octobre 2019
Puis il rejeta la tête en arrière et un long hurlement monta de sa gorge pour éclater dans le ciel criblé d’étoiles, un chant qui tenait à la fois du loup et du vent, des vagues et du feu, si puissant qu’il fit trembler le sol autour de lui, sauvage et douloureux, et c’était à la fois une plainte et un appel, un adieu et un salut, plus vieux que le temps et plus jeune que les rêves, pur et effrayant. Ancien. Solitaire. C’était un peu du chant de l’Univers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DreamBookeuseDreamBookeuse   08 octobre 2019
Une musique bleue pleuvait en parfums de lune un peu partout sur le vent, et dans les brumes transparentes dansaient des lueurs sucrées d’acier soyeux. En tout cas, se dit-il, c’était un endroit agréable. Il le connaissait sans doute depuis toujours, cet endroit secret, et il le découvrait pour la première fois à l’instant, ce qui n’avait pas vraiment d’importance, car cet instant était toujours.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2860 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..