AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Arrien (Éditeur scientifique)Emmanuel Cattin (Éditeur scientifique)Laurent Jaffro (Préfacier, etc.)
ISBN : 2080707973
Éditeur : Flammarion (02/04/1999)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.96/5 (sur 219 notes)
Résumé :
L'oeuvre. Ce petit ouvrage résume en peu de pages les principales règles de la philosophie stoïcienne. Dans un style clair et concis, il permet de comprendre rapidement et directement les notions principalement des stoïciens. Il influencera beaucoup de penseurs chrétiens (Pascal, Descartes) et se retrouve plus que jamais d'actualité aujourd'hui. La nouvelle traduction, que nous vous proposons ici, a été étudiée dans le respect total du texte original, pour la plus g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Luniver
  19 décembre 2012
Ce manuel d'Epictète peut constituer une excellente introduction dans le monde de la philosophie : court (une petite heure suffit pour le lire), simple et clair, avec beaucoup d'exemples pratiques, et directement utile, puisque centré sur la question « Comment organiser sa vie pour être heureux ? »
La réponse d'Epictète est assez simple : ne se préoccuper que des choses sur lesquelles on a réellement prise, savoir supporter avec résignation toutes les autres. Notre vie est toute tracée, nos gesticulations inutiles n'y changeront rien, il faut vivre le rôle qui nous est assigné du mieux que l'on peut.
Ce déterminisme peut parfois agacer, surtout que le courant dominant de notre époque enseigne l'exact opposé : avec suffisamment de volonté, on peut venir de tous les obstacles et réaliser tous ses rêves. Epictète a le mérite de nous forcer à réfléchir sur ce qu'on peut vraiment contrôler. Car si l'on place les conditions de notre bonheur dans les mains des autres, il ne faut pas s'étonner que ça puisse de temps en temps mal tourner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
denis76
  22 octobre 2018
J'adore ce mec : )
Encore un chouette livre de philo !
Epictète, esclave phrygien ( actuelle Turquie) né en +50, est vendu à un affranchi romain. Il sera lui-même affranchi, étudiera et enseignera le stoïcisme.
Le manuel enseigne 53 lois destinées aux gens qu'il appelle "ceux qui commencent à se former" à la philosophie [ stoïcienne ].
Son principe est le suivant : on peut influencer ce qui est à notre portée : la réflexion, l'impulsion, l'aversion, la maîtrise, l'endurance, la patience, la volonté, afin d'acquérir la liberté et le bonheur. Comment ? Par la réserve, la confiance, la fermeté, l'absence de peine, l'absence de crainte et l'ataraxie ( Tranquillité de l'âme, notamment chez les épicuriens et les stoïciens ).
Il est inutile d'essayer de changer ce qui est hors de portée : le corps, la possession, la réputation, les enfants.
Le livre fait 150 pages de blablas presque inutiles de grands pontes qui se font mousser, au milieu desquelles les 25 pages d'Epictète ( Manuel ) récupérées par Arrien sont une pépite, avec une volonté d'efficacité éthique : l'oeuvre.
Et encore, je trouve la traduction très moyenne, car certaines phrases ne me semblent pas correctes.
La notion de "rendre" est importante : on ne nous vole pas, nous rendons. Je pense que notre société matérialiste du XXIè siècle a tout faux : nous pleurons sur nos biens, alors que nous n'avons pas honte de notre comportement malpoli et non éthique.
Par ailleurs, quand on est provoqués, mais... c'est par nous-mêmes, car c'est notre jugement de valeur de penser que l'autre qui provoque profère une insulte.
Nos jugements de valeur sont nuisibles, car se faire insulter est l'affaire de celui qui profère, et là, je suis entièrement d'accord : )
La plupart des jugements de valeur condamnent en Bien ou mal, mais il faut nuancer, quantifier et non qualifier. Car qu'est ce que le vrai ? le faux ? L'auteur fustige à plusieurs reprises l'évaluation, qu'il qualifie de jugement de valeur. Sur cette question, il a, à mon avis une sensibilité différente des autres philosophes.
Bon, l'évaluation est un jugement inutile, un commérage : cependant, je pense qu'il en faut un minimum pour recruter quelqu'un.
Enfin, Epictète termine par une éloge de Socrate et une nécessité d'appliquer la philosophie sur le terrain, au lieu de blablater sur la philosophie, un peu comme font Cattin et Jaffro sur son Manuel, d'ailleurs !
Je pense que la philosophie, comme la religion, vise la paix de l'âme. Mais la religion fait du prosélytisme forcené et souvent intrusif ou évaluateur : qui sont les prêtres pour condamner "l'hérétisme" d'un individu ? Au contraire, la philosophie, adepte la liberté de penser, ne force surtout pas les gens....pas assez, à mon avis, car apprendre aux jeunes à penser est formateur.
NB : un exemple d'ataraxie.
Quand Epictète était esclave, son maître "s'amusait" à lui faire mal, à lui tordre la jambe. le philosophe le prévint : "Tu vas la casser".
Ce qu'il fit.
"Je t'avais prévenu."
Epictète boita toute sa vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
lecassin
  14 février 2013
Tout commence par la constatation simple du fait que : « Des choses qui existent, les unes dépendent de nous, les autres ne dépendent pas de nous », avec la précision suivante que dépend de nous, tout ce qui est effet de notre activité – comme l'impulsion, le désir, l'aversion – par opposition au corps, à la propriété, à la considération… qui ne dépendent pas de nous.
Un manuel, au sens grec du terme Enkheiridion : ce que l'on garde sous la main ; pour un usage quotidien.
Pas de grande théorie, ici, « simplement » un condensé de la pensée stoïcienne qui mène au bonheur et à la sagesse dans la mesure où elle est une aide à la démarche qui consiste à apprendre à distinguer ce qui dépend de soi de ce qui n'en dépend pas : appréhender la fatalité telle qu'elle est afin de se trouver dans la position d' être indifférent aux événements extérieurs qui ne dépendent pas de soi, et d'agir au mieux dans les domaines qui dépendent de soi.
Un petit opuscule dont Arien de Nicomède, un de ses disciples, fit l'un des huit livres de son recueil de la pensée d'Epictète.
Un manuel pratique, qui dans l'édition en ma possession (Editions d'art Edouard Pelletan Helleu et Sergent de 1920, exemplaire N° 1518), est complété par : « Entretien de Pascal avec M. de Saci, sur Epictète et Montaigne, d'après le récit de Nicolas Fontaine (1655) », de moindre intérêt à mon goût…
Un livre, qu'en tant que bibliophile, on est (je suis) heureux de posséder…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
finitysend
  24 août 2012
Ce manuel de philosphie active stoique très prisé des amateurs faisait la part belle à Marc Aurel , empereur , dans l'édition précédante .
Je voudrai attirer l'attention sur le texte de ce receuil dont l'auteur n'est pas moins brillant que l'Auguste empereur .
Epictète , esclave ( d'humble extraction ) d'un affranchi de Neron .
Son maître à en croire Diogène laèrce était cruel .
Consideront cette anecdote :
Le maître pour punir Epictète , lui place la jambe dans un instrument de torture . L'esclave lui sourit et il lui dit : " attention tu vas la casser " . Et la jambe cassa et Epictete de rajouter : ne t'avais-je pas dit que tu allais la casser ? "
Il sera acheté par un homme genereux qui finnancera sa formation philosophique . Bannit de la ville éternelle , il enseignera malgré tout , la jeunesse de Rome , mais en Grèce autour de sa pauvre demeure. Aussi pauvre domus , qu'il devint riche .
Epictete est le philosophe de la liberté . de la vraie liberté , car il traitait de la liberté des gens enchaînés que nous sommes tous .
La liberté se tient dans le jugement que nous portons sur nos chaînes .
Sa pensée est pragmatique et très concrète . Elle s'attache aux questions en premier lieu . Car l'examen du réel prime sur l'idée subjective que l'on se fait des chaînes et de la liberté .
Epictete un homme libre, c'est un esclave libre .
Je lui ai attribué cette épitaphe : Epictete invictus : Epictete l'invaincu .
La pensée de l'auteur repose sur l'idée que le monde est bon à defaut d'être juste .
Pour mesurer ce texte à sa juste valeur , deux choses :
Les mots sont faussement simples .
C'est la pensée d'un homme qui à triomphé des traitements les plus abjectes .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Pingouin
  18 juillet 2012
Le titre de cet ouvrage reflète parfaitement ce qu'il contient : un Manuel en ce sens qu'il est à portée de main, que c'est ce dont il faut se servir pour vivre, que c'est ce qu'il faut toujours avoir avec soi. le livre intrinsèque n'est bien évidemment pas ce qu'il convient de porter partout avec soi -quoique ça ne puisse pas faire de mal-, c'est la sagesse qu'il contient que nous devons toujours avoir avec nous.
Épictète écrit cet ouvrage pour ceux qui ne sont pas des sages, ils n'en auront pas besoin, il existe principalement pour ceux qui veulent atteindre la sagesse et est en ce sens un court traité se voulant l'accompagnateur d'une progression qu'il amorcera dans l'esprit de son lecteur. Progression vers la sagesse donc, vers une vie simple et heureuse, conforme à notre essence.

Point de concepts abstraits, tout est ici réuni pour servir pratiquement et immédiatement, sitôt que vous aurez refermé le livre et même durant sa lecture ; conformément à la philosophique antique. Cette conception de la sagesse est ici encore plus poussée que ce que l'on a l'habitude de voir en ce sens que, au fur et à mesure qu'on lit, que l'on a assimilé et adopté les recommandations, de nouvelles prennent forme afin de repousser les limites des premières, sans jamais tomber dans l'abstrait. La base théorique n'y est même pas exposée mais considérée comme une vérité qu'il n'est pas besoin de justifier : les dieux décident de notre sort, nous sommes donc soumis à un déterminisme total, et il ne sert à rien d'essayer de s'en extirper, l'unique façon de s'en arranger étant de vouloir ce déterminisme.
A partir de là, il s'agit d'accepter ce que l'on est et ce que l'on n'est pas, Épictète nous dit que nous sommes sur terre pour jouer un rôle -conformément à notre essence- et que tout en ce monde s'attend à ce que nous le jouions le mieux possible. Rien ne sert de se plaindre ou de se lamenter sur son sort, ce sont les dieux qui l'ont voulu ainsi, la divinité est perfection, et tout ce qu'elle fait de moi ne saurait qu'être de même. A cette fin, il s'agit de mettre au point cette philosophie stoïcienne en considérant, par exemple, la douleur non pas comme un mal mais comme une nécessité, comme quelque chose que l'on ne peut pas éviter, comment faire ? En jouant avec les interprétations, en considérant que tout n'est qu'interprétation et que l'interprétation en tant que telle ne dépend que de moi. Libre à moi de considérer le mal comme une nécessité -et donc comme un bien, puisque la nécessité divine n'est que perfection.
Cet ouvrage n'a donc en aucun cas pour but de théoriser ou justifier cette philosophie, il explique juste comment la mettre en pratique concrètement, il ne saurait donc être une base à une conviction philosophique souhaitant une justification pour être. Mais pour peu que vous acceptiez un déterminisme intégral, sans forcément considérer qu'il tire sa source d'une forme divine, ce livre saura vous apprendre comment être heureux.

Intéressant donc, mais nécessitant je pense une connaissance au moins partielle du stoïcisme pour être apprécié à sa juste valeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   14 décembre 2012
Si l’on vient te dire qu’un tel dit du mal de toi, ne cherche point à te justifier sur ce qu’on te rapporte ; réponds seulement : « Il faut qu’il ne soit pas au courant de ce qu’on peut encore dire sur mon compte ; autrement il ne se serait pas borné là. »
Commenter  J’apprécie          320
PiertyMPiertyM   12 mai 2014
S’il t’arrive un jour d’accorder du poids aux objets extérieurs par désir de plaire à quelqu’un, sache que tu réduiras à néant tes principes de vie.
Commenter  J’apprécie          470
LuniverLuniver   16 décembre 2012
Quand tu fais quelque chose, après avoir reconnu qu’il le faut faire, ne crains pas d’être vu le faisant, quelque défavorablement que le vulgaire en doive juger. Si tu as tort de le faire, évite l’action elle-même ; si tu as raison, pourquoi crains-tu ceux qui auront tort de te blâmer ?
Commenter  J’apprécie          200
PavlikPavlik   25 mars 2015
C'est un signe d'incapacité mentale que de constamment s'occuper de ce qui concerne le corps, comme de donner trop de temps à la gymnastique, au manger, au boire, aux fonctions excrétives, aux choses de l'amour. Mais il ne faut faire tout cela qu'accessoirement, et tourner vers l'esprit toute son attention.
Commenter  J’apprécie          180
dahudahu   23 octobre 2012
Mais, dis-tu, ma patrie resterait sans secours quand je pourrais l'aider. Là encore, de quelle aide parles-tu ? Tu ne peux lui offrir ni thermes ni portiques ? Et alors ? Le forgeron offre-t-il ses chaussures, le cordonnier des armes? Il suffit à chacun d'accomplir sa tâche. En travaillant à fabriquer pour elle un citoyen de plus, plein de loyauté et de respect de soi, ne ferais-tu rien pour elle ? - Si fait. - Donc tu peux par toi-même , lui être utile. - Quelle place aurai-je dans la cité? - Celle où tu pourras rester loyal et digne d'estime. Mais si pour servir la patrie, tu réduis à néant ces vertus, une fois perdus toute loyauté et tout respect de toi, quels services pourrais-tu lui rendre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Video de Épictète (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Épictète
Le Tuto philo #1: littérature et Epictète .L'écrivain et professeur de philosophie Claire Marin se souvient de son premier contact avec la philosophie, à travers la littérature. Elle évoque le Manuel d'Epictète et conseille aux lycéens de voir les questions philosophique qui sont présentes partout dans la société. Révisez le bac blanc avec "Les nouveaux chemins de la connaissance" ---> http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-1
Dans la catégorie : StoïcismeVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie antique, médiévale, orientale>Stoïcisme (45)
autres livres classés : stoïcismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
287 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre
.. ..