AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253055075
Éditeur : Le Livre de Poche (31/05/1997)
3.43/5   7 notes
Résumé :
C'est à un voyage que le lecteur est convié. A travers siècles et civilisations. De la Chine à l'Iran, du Japon aux Indes, mais aussi dans la littérature française, Etiemble promène son regard d'encyclopédiste et traque les grandes figures de l'érotisme. Il réhabilite les subtiles pratiques orientales et condamne sans appel les perversions de l'Occident où, trop souvent, la violence l'emporte sur la délicatesse et le cynisme supplante le sentiment. Une manière de r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Livretoi
  14 mars 2019
Malgré le titre, voici un ouvrage pas si facile à lire et finalement moins érotique qu'il n'y paraît car il est beaucoup question d'histoire, de littérature ancienne, notamment chinoise. L'auteur est très critique à l'égard de la littérature érotique moderne, crue; Plutôt que d'appeler un chat un chat... Etiemble préfère les belles images, le langage fleuri et esthétique nourri par l'imagination, la délicatesse, le culte de la beauté, l'Amour de la femme. Oui à l'acte charnel, mais avec des sentiments et des formes.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   12 février 2017
Dans nos civilisations, il arrive donc que la littérature « érotique » collabore à l’émancipation politique des hommes et des femmes, prouvant ainsi son sérieux, sa vertu. Par malheur, toute révolution triomphante, et fût-elle obtenue par les efforts conjoints de ceux qui réclament la liberté d’aimer et celle de penser, n’a pour premier souci que de brimer l’une, de briser l’autre. Mao proscrit le Jeou p’out’ouan, ou La Chair comme tapis de prière et le King p’ing mei, plus sévèrement même que les plus puritains des empereurs confucéens.

De sorte que seuls les pays capitalistes concèdent aujourd’hui à la littérature érotique, et même pornographique, des libertés qui s’expliquent sans doute par le profit qu’ils en tirent, mais aussi par des raisons moins mesquines : libertine ou obscène, cette littérature défoulerait des instincts qui, faute de cet exutoire, s’assouviraient dans la brutalité, le viol, le meurtre.

Après d’autres, Albert Caraco, dans La Luxure et la mort, soutient âprement cette proposition. Soyez luxurieux, sinon il vous faudra tuer. (p. 47)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LivretoiLivretoi   14 mars 2019
Et dans Amers, de Saint-John Perse, sans que le mot soit prononcé, voici le con : « Semence et sève de douceur, l’acide avec le lait mêlé, le sel avec le sang très vif, et l’or et l’iode, et la saveur aussi du cuivre et son principe d’amertume – toute la mer en moi portée comme dans l’urne maternelle. »
Le revoici chez Aragon : « C’est dans ce sillage humain que les navires enfin perdus, leur machinerie désormais inutilisable, revenant à l’enfance des voyages, dressent à un mât de fortune la voilure du désespoir. Entre les poils frisés, comme la chair est belle : sous cette broderie bien partagée par la hache amoureuse, amoureusement la peau apparaît pure, écumeuse, lactée » ; et voici, transfigurée par l’imagier, les grandes lèvres. Six pages durant, l’exaltation lyrique permet tout, jusqu’à l’emploi du mot con.
En vérité, au poète il n’est rien d’indicible, la technique la plus précise peut prendre cent formes belles, à tous égards irréprochables.

Qu’en ce beau livre trop peu connu : Le Lieu commun, Suzanne Allen voie en « violettes » les grandes lèvres, alors qu’Audiberti en déduit plutôt des « pétales », peu importe ; il importe en revanche qu’on ne se borne pas à l’énoncé anatomique, ni non plus aux « escalopes »… comme le dit en sa langue Pieyre de Mandiargues, « la rose et l’huître qui sont les deux points extrêmes de la substance naturelle de la femme ; » Que ceux qui doutent lisent Le Sexe de la femme, par le Dr Gérard Zwang, ou ses deux volumes sur La Fonction érotique. Ils y découvriront le vrai langage et que l’imagination ne manque ni d’oiseaux ni de fleurs, ni de coquillages pour exprimer l’amour en prose aussi bellement que Breton dans son poème sur sa femme. Ou ceci : « Toisons de feu, prairies, étendards, ruissellements d’or, ébènes incalculables, vers vous, multiples, claquent les voiles des Argonautes. » (Obaldia)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fanfanouche24fanfanouche24   06 juin 2013
Un seul livre d'amour sans doute serait parfait; celui qu'une femme ou un homme parfaitement païen et pur aurait composé, dans son langage secret, pour le ou la partenaire qu'il désire et qu'il aime. Cet ouvrage n'aurait évidemment qu'un lecteur accompli. (p. 55)
Commenter  J’apprécie          50
fanfanouche24fanfanouche24   06 juin 2013
Cette infortunée, esseulée, qui pleure sur un terrain vague du Caire, que nous dit-elle donc sans un mot ? Que, sans amour, l'érotisme le plus intense, le plus réussi en apparence, n'est que leurre, et finalement: désespoir, déréliction. (p. 119)
Commenter  J’apprécie          40
fanfanouche24fanfanouche24   06 juin 2013
Dans nos civilisations, il arrive donc que la littérature "érotique" collabore à l'émancipation politique des hommes et des femmes, prouvant ainsi son sérieux, sa vertu. (p. 47)
Commenter  J’apprécie          40

Video de René Étiemble (6) Voir plusAjouter une vidéo

Etiemble
Bernard PIVOT s'entretient avec ETIEMBLE qui le reçoit dans sa bibliothèque, dans sa maison de la Beauce. Il se définit comme un "emmerdeur" ce qui est pour lui l'éthique de l'écrivain, ayant un certain nombre de valeurs sur lesquelles il ne transige pas : la justice et la vérité, même si pour cela il doit lutter contre les médias. Il s'est fait un certain nombre d'ennemis en tant que...
>Biographie littéraire>Textes présentant des caractères particuliers>Thèmes, sujets particuliers (119)
autres livres classés : érotismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
312 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre