AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782277124757
306 pages
Éditeur : J'ai Lu (04/01/1999)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 110 notes)
Résumé :
A travers la galaxie il ne restait à l'homme que deux ennemis parmi toutes les formes de vie intelligente.
Les Ezwals, originaires de la planète Carson, gigantesques et farouches créatures douées de télépathie et irréductibles à toute alliance.
Les Rulls, êtres insensibles, capables de revêtir n'importe quelle apparence, et qui poursuivaient l'homme d'une haine constante.
C'est à ces deux adversaires que Trevor Jamieson, l'explorateur interstell... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
lecassin
  28 mars 2020
Entre autres sagas, Alfred Elton van Vogt, publie dans les années 60 le cycle du Rull, composé de « Le premier Rull », une nouvelle, suivie de « La guerre contre le Rull », un "roman"...
Les Rulls, êtres vermiformes capables de prendre diverses apparences, dont l'humaine, possèdent une technologie supérieure aux humains, auquels ils s'opposent afin de contrecarrer leur projet d'unification dans le cadre d'une fédération cosmique.
S'opposent également à cette fédération, les Ezwalls de la planète Carson, créatures télépathes...
Trevor Jamieson devra déployer toute son énergie à convaincre les uns et les autres, jusqu'à dans son propre camp de coopérer face à la menace que constitue les Rulls, ennemis de toute intelligence, hors la leur.
Un bon Van Vogt qui ne parvient jamais à se hisser au niveau du meilleurde l'auteur, tant l'impression est bizarre : il semble que les différentes parties du livre constituent un tout fini ; un livre qui ressemble fort à la réunion de différentes nouvelles dans un même volume, costituant un cycle.
Le démarrage avec Jamieson et l''Ezwal est un peu laborieux sur la planète Eridan II, mais au fil des chapitres, le talent de van Vogt et son imagination débordante, se font de plus en plus accrocheurs.
Un passage particulièrement réussi : celui qui amène Dex, le propre fils de Jamieson, 9 ans, parti en mission découvrir l'origine du « bruit » sur les Chantiers, sur ordre de du Franc Jeu...
Une lecture vivifiante qui en amènera d'autre du Même auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Bookworm84
  15 août 2015
Ce qu'il y a de bien avec l'été, ce sont les brocantes. Et au milieu du bric-à-brac, on trouve parfois des livres, des vieux poches jaunis qui fleurent bon la SF d'antan, sous des couvertures à l'esthétique parfois discutable mais qui promettent des voyages intergalactiques plein d'aventures.
A. E. van Vogt fait partie des auteurs dont seuls quelques romans – tels que À la poursuite des Slans ou La Faune de l'espace – sont encore réédités, étant devenus des classiques de science-fiction. Mais il a aussi signé de nombreux autres romans, moins connus et désormais épuisés, dont La guerre contre le Rull.
Ainsi que le titre le proclame, le roman nous présente un monde futur où l'homme a colonisé l'espace et rencontré d'autres espèces intelligentes. Mais le contact est loin de se faire pacifiquement : les Ezwals, une espèce télépathe dont on peut voir un spécimen sur la couverture, sont peu enclins à fraterniser avec les humains. Quant aux Rulls, une espèce vermiforme capable de prendre l'apparence d'un être humain grâce à un jeu de lumières, leur exploration galactique est motivée par la volonté de conquérir. Une espèce guerrière avec qui aucune négociation n'est donc possible.
Le héros du roman, Trevor Jamieson, occupe un poste élevé dans la hiérarchie humaine. Sa connaissance du terrain en font un expert dans la façon d'approcher des êtres d'autres espèces et de gérer avec succès des situations catastrophiques. Ce qui va lui arriver plus d'une fois ! Ainsi, Jamieson va régulièrement se retrouver bloqué sur des planètes inhospitalières, en compagnie d'un Ezwal, ou d'une femme bien décidée à l'assassiner, ou encore d'un Rull. Il devra aussi gérer une crise familiale lorsque son fils se retrouvera aux mains des Rulls ainsi qu'une autre, militaire, quand un Ezwal paniqué va s'échapper.
Les différentes aventures de Jamieson offrent une balade plaisante, bien que mouvementée, dans divers décors. Ce qui m'a le plus intéressée, ce sont bien sûr les espèces extraterrestres imaginées par l'auteur : à l'instar de la Faune de l'espace, c'est tout un bestiaire original qui nous est présenté. le héros, malin, s'en sort bien entendu à chaque fois mais, ma foi, cela participe au charme de l'ouvrage, qui se lit sans prise de tête.
Mon seul reproche est pour les quelques passages machistes, qui sont sans doute le reflet de l'époque du roman (publié pour la première fois en 1959) mais qui m'ont tout de même fait grincer des dents. Déjà que les personnages féminins sont rares dans ce roman, ils se retrouvent en plus cantonnés dans un rôle soit de femme au foyer qui doit rester en retrait, soit d'une veuve éprise de vengeance que Jamieson va se charger de remettre à sa place (au foyer, donc…).
Hormis cela, La guerre contre le Rull est un planet-opera certes daté, mais qui se lit sans déplaisir – si l'on fait abstraction des passages misogynes – et qui propose un récit typique de la SF des années 60. À retenir surtout pour ses extraterrestres et ses planètes étrangères.
[Lire la critique sur le blog]
Lien : https://lullastories.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
chechuan
  01 septembre 2013
Impressionnant,
Van Vogt est un auteur que j'adore.
J'aime beaucoup son univers.
Ce roman est un de ceux que j'apprécie le plus.
Au terme d'un suspens incroyable, on découvre les dessous d'une guerre interminable à laquelle se livrait deux peuples.
La chute est si marquante qu'elle s'est gravée en mon souvenir.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
PatlancienPatlancien   25 février 2021
De grands animaux allaient et venaient au bas de l'arbre, tandis qu'il se cramponnait à son perchoir précaire loin au-dessus d'eux. Sept fois au cours des quelques premières heures, des choses monstrueuses grimpèrent à l'arbre, miaulant et bavant d'appétit féroce et, sept fois, son pistolet lança un mince faisceau d'énergie destructrice. D'énormes carnivores à l'armure d'écaillés dont l'approche ébranlait le sol vinrent se repaître de la chair odorante... et s'en allèrent.

Moins de la moitié de la nuit était passée ! A ce rythme la charge de son fulgurant ne durerait pas jusqu'au matin... pour ne rien dire de la nuit prochaine, de la suivante, et des autres. Combien de jours faudrait-il pour atteindre le disque-parachute... en admettant qu'il puisse le retrouver ? Combien de nuits... combien de minutes survivrait-il après que son arme fut devenue inutile ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
finitysendfinitysend   19 mai 2012
Il comprenait dans un coin reculé de son esprit le genre d'antagonisme qui peut exister entre des formes de vie intelligentes.Mais son développement émotionnel n'avait pas atteint ce stade .Et ainsi ,seul le sentiment de communication et de parenté restait dominant .
Commenter  J’apprécie          180
lecassinlecassin   23 mars 2020
Les humains ont créé ce qu'ils appellent une civilisation, qui est, en fait, une barrière matérielle entre eux et leur environnement.
Commenter  J’apprécie          180
liberligerliberliger   16 mars 2014
Les êtres humains ont créé ce qu'ils appellent la civilisation, qui est en fait, une barrière matérielle entre eux et leur environnement. Cette barrière est si complexe et si peu maniable que son simple entretien occupe l'existence entière de la race. Individuellement, l’homme est un esclave frivole, sans s'en douter, qui passe sa vie dans une soumission totale à l'artificialité et meurt misérablement de quelque faiblesse de son corps ravagé de maladies. Et c'est ce débile arrogant, avec sa volonté insatiable de domination, qui est le plus grand danger existant pour les races sensées et indépendantes de l'univers !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lecassinlecassin   22 mars 2020
L'adaptation à un environnement difficile est l'objectif logique de l'être supérieur.
Commenter  J’apprécie          140

Video de A. E. van Vogt (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de A. E. van Vogt
Frédéric Beigbeder vous dit pourquoi il aime Le monde des non-A de A.E. Van Vogt et San-Antonio de Frédéric Dard
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

LNHI-42805

A.E. van Vogt... Quels prénoms se cachent derrière le A et le E?

Andreas Emil
Alfred Elton
Ambrosius Erik

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : A. E. van VogtCréer un quiz sur ce livre