AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques (617)
Classer par :   Date   Les plus appréciées

La rivière
24 janvier 2019
La rivière de Esther Kinsky
Dans ce roman magistral, Esther Kinsky nous livre le récit, dans une langue somptueuse, de la “vie balagan” d'une femme ayant déposé ses bagages dans la banlieue de Londres, près de la rivière Léa. On ne saura rien - ou si peu - de la narratrice, de sa vie, des raisons qui l'ont amenée dans cette banlieue du nord-est ; ceci n'est finalement pas important. Dans ce quartier cosmopolite, nombreux sont comme elle, jamaïcains, hassidims, croates, des voyageurs débarqués, pour quelques jours, parfois quelques heures. le lecteur est invité à naviguer en eaux troubles lors des expéditions qui conduisent cette femme le long de cet affluent de la Tamise, de ses sols marécageux, des morceaux de vie qu'elle recueille et assemble dans sa chambre.

A la manière des alluvions du fleuve, quelques rares souvenirs personnels émergent, la mort de son père, une enfance près du Rhin, ses lieux de transit (Israël, Canada, Hongrie). Ce sont les riches descriptions des lieux, quasi-topographiques, ou encore tout ce qu'elle observe de monde mis à distance, liées à une langue parfaitement maîtrisée, riche et poétique, qui rendent ce livre magique.
“La boue de chaque rivière souterraine possède une couleur qui lui est singulière et porte sa propre histoire. Aussi la palette de couleurs des briques de Londres est-elle la plus riche du monde."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Les Hauts de Hurle-Vent
24 janvier 2019
Les Hauts de Hurle-Vent de Emily Brontë
Imaginez-vous un presbytère isolé au coeur du Yorkshire, dans une lande sans cesse battue par les vents. Entre les murs austères, une jeune fille prend la plume et écrit l'une des plus sombres et violentes histoires d'amour de tous les temps. Tissé par une obsédante narration à deux voix, Les Hauts de Hurlevent raconte l'histoire passionnée de Catherine Earnshaw et de Heathcliff, un orphelin que Mr Earnshaw décide d'élever comme son fils. Leur relation, aussi amorale que fusionnelle, aura le destin tragique des amours contrariées et la puissance des paysages sauvages. Sombre, âpre, envoûtant, Hurlevent demeure un mystère, celui d'avoir été écrit par une jeune fille recluse et solitaire, qui avait tout compris aux tourments de l'âme humaine. Son oeuvre est intense, furieuse, éternelle - hantant à jamais les plaines du Yorkshire et notre imaginaire.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          161
À la ligne : Feuillets d'usine
02 juin 2019
À la ligne : Feuillets d'usine de Joseph Ponthus
“L'usine c'est pour les sous.” Parce qu'il ne trouve pas de travail dans sa branche, Joseph Ponthus finit par se résoudre à accepter des missions d'intérim dans l'industrie agro-alimentaire. de l'univers clinique et froid des abattoirs et des usines de conditionnement de fruits de mer, il ramène chaque soir quelques lignes d'écriture, des “feuillets d'usine” comme autant de minutes volées au travail si harassant qu'il empêche de penser et de rêver.
Une ligne à la fois, restituant le rythme haché de la chaîne de travail, il décrit les tâches infinies, violentes et insensées, et la fatigue et la douleur qui empoisonnent les jours de repos. Avec un dépouillement qui n'exclut en rien une attention à la beauté surgissant dans la rigidité mécanique des journées de travail, Joseph Ponthus livre un témoignage nécessairement engagé où brillent avec un éclat particulier les figures des camarades de galère, héros malgré eux d'une réalité sordide.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          130
Les délices de Tokyo
25 janvier 2019
Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa
C'est la semaine du goût, et on a puisé dans nos souvenirs de lecture pour choisir les romans les plus gourmands... On commence avec une pâtisserie qu'on aime particulièrement : les dorayakis japonais, liés pour toujours au roman de Durian Sukegawa, Les délices de Tokyo ! - - -
Dans un coin de Tokyo, le jeune Sentarô prépare et vend des dorayakis, ces petites pâtisseries japonaises à base de pâte de haricot rouge. Peu passionné par son métier, il subit le morne quotidien de sa boutique, dont la faible clientèle ne suffit pas à rembourser ses dettes. Un jour de printemps, Tokue, une vieille dame aux doigts déformés, se présente avec une demande inhabituelle : mettre son savoir-faire au service de sa cuisine. D'abord sceptique, Sentarô accepte son aide après avoir goûté son incomparable pâte de haricots rouges. Bientôt, c'est tout le quartier qui se précipite pour déguster les savoureuses pâtisseries confectionnées par Tokue. Odeurs, chaleur, crépitements, textures... Si Durian Sukegawa met délicieusement nos sens en éveil, c'est pour mieux nous parler du temps qui passe, de transmission et de générosité, tout en explorant un pan méconnu de l'histoire de son pays. On en sort apaisé et revigoré, certain que les dorayakis n'auront plus jamais tout à fait la même saveur...
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Les vestiges du jour
24 janvier 2019
Les vestiges du jour de Kazuo Ishiguro
On doit sans doute à Kazuo Ishiguro d'avoir écrit l'un des romans les plus délicieusement anglais qu'il soit. Au crépuscule de sa vie, le majordome Stevens se remémore les années de l'entre-deux-guerres passées au service de l'influent et ambigu Lord Darlington. Entre fierté et regret, il s'interroge sur le sens d'une vie entièrement dédiée au devoir et se souvient d'une femme qu'il a aimée, dans l'ombre du silence et des non-dits. Chef d'oeuvre de retenue et de mélancolie, Les Vestiges du jour est un roman magnifique, qui mêle avec une subtilité rare l'intime et la grande Histoire.
Lien : https://balises.bpi.fr/litte..
Commenter  J’apprécie          132
Là où chantent les écrevisses
28 décembre 2020
Là où chantent les écrevisses de Delia Owens
En 1952, dans un marais côtier de Caroline du Nord, les enfants Clark se retrouvent avec leur père violent après le départ de leur mère. Quand ses frères et soeurs partent, Kya reste avec son père qui lui apprend à naviguer et à pêcher mais se montre cruel. Fascinée par les oiseaux, elle se réfugie dans les marais, peignant et collectionnant toutes sortes d'objets. Mais une lettre envoyée par sa mère va déclencher la colère du père et entraîner son départ. A 10 ans, Kya est alors livrée à elle-même et doit apprendre à survivre. Quand elle rencontre Tate, ils s'apprivoisent, unis tous deux par un même amour de la nature et une connaissance parfaite du monde animal et végétal qui les entoure, superbement décrit par Delia Owens, zoologue. On voit grandir Kya sur vingt ans, indépendante et combative. le récit alterne passé et présent, s'ouvrant sur la découverte du corps d'un homme dans les marais en 1969, et met en place deux intrigues parallèles dont on découvre peu à peu les liens. Un premier roman magnifique qui s'inscrit dans le genre du “nature writing” et relève à la fois du roman de formation, avec ses épreuves et ses rencontres bonnes ou mauvaises qui accompagnent l'évolution du personnage, et du roman policier, avec l'enquête et ses rebondissements et un procès mémorable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
De pierre et d'os
25 septembre 2019
De pierre et d'os de Bérengère Cournut
Tout commence par un craquement énorme sur la banquise, qui retentit au coeur de la nuit : la glace se fracture et engloutit une jeune femme inuit dans la brume arctique. Séparée de sa famille, Uqsuralik tâche de survivre dans des conditions extrêmes de froid, de fatigue et de faim, jusqu'à croiser la route d'un autre groupe auquel elle se joindra pour échapper à une mort solitaire. Dans ce paysage instable de fjords et d'icebergs, peuplé d'animaux terrestres et de créatures marines, dans ce désert immense où le froid brûle la peau et les âmes, notre narratrice grandit et chemine. Habile dans l'art de chasser, résistant aux dangers et aux esprits qui rôdent et vivent parfois dans les êtres qu'elle croise, elle surmontera l'absence de ceux qu'elle aime, les deuils et les affronts, et découvrira la puissance d'enfanter, en s'initiant aux pouvoirs chamaniques guérisseurs.

Ce roman, achevé au cours d'une résidence d'écriture au Muséum national d'histoire naturelle, est tout à la fois une initiation et un voyage. Ponctué de chants qui font entendre la voix de différents personnages et qui approfondissent la poésie du texte, de pierre et d'os nous plonge dans la tradition d'un peuple et d'une culture grâce à un minutieux travail de documentation. Mais sa force se trouve bel et bien dans ce rythme propre de l'imaginaire qui assoit, dans la rudesse d'une longue nuit polaire, la métamorphose d'une femme, d'une mère, qui se bat pour que continue d'éclore une vie fragile mais toujours renouvelée.


Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Voyage avec un âne dans les Cévennes
28 janvier 2019
Voyage avec un âne dans les Cévennes de Robert Louis Stevenson
Ce n'est pas une aventure très exotique que cette randonnée d'une quinzaine de jours que relate Robert Louis Stevenson dans Voyage avec un âne dans les Cévennes. Et pourtant, ce journal d'une traversée de la Lozère et du Gard reste un des récits de voyage les plus populaires du XIXe siècle. Ce succès jamais démenti, Stevenson le doit avant tout à un personnage secondaire étonnant, l'ânesse Modestine, têtue mais affectueuse... Mais aussi à la façon pittoresque dont il décrit la campagne française en cette fin de siècle, qui offre aujourd'hui un dépaysement à la fois spatial et temporel absolument irrésistible !
Commenter  J’apprécie          120
Le Mur invisible
24 janvier 2019
Le Mur invisible de Marlen Haushofer
En une nuit, la narratrice du Mur invisible se retrouve coupée du monde, dans le pavillon de chasse des amis chez qui elle passait quelques vacances. A peine a-t-elle le temps de s'interroger sur la mystérieuse paroi transparente apparue soudainement tout autour de la forêt ou sur la raison pour laquelle toute vie semble figée derrière celle-ci : il faut commencer à s'organiser pour survivre.

Entre la robinsonnade et le récit post-apocalyptique, le roman de Marlen Haushofer s'offre d'abord comme une chronique austère de la vie dans les bois, qui implique chaque jour de chasser, cueillir ou cultiver sa subsistance. Au-delà, le rapport de la narratrice à sa solitude contrainte esquisse un éloge de la vie en retrait de la société des hommes, et peut même se lire comme une ode à l'émancipation féminine.
Lien : https://balises.bpi.fr/Conte..
Commenter  J’apprécie          120
Histoires de la nuit
14 avril 2021
Histoires de la nuit de Laurent Mauvignier
Dans le hameau des Trois Filles seules, la famille Bergogne mène une existence simple, loin de l'agitation du monde. Patrice, éleveur, a repris l'exploitation familiale, où il vit avec sa femme, Marion, et leur jeune fille, Ida, à deux pas de leur unique voisine, Christine, artiste peintre venue se mettre au vert.
Mais la vie à la campagne n'est pas toujours un long fleuve tranquille. Très vite, la sérénité apparente se fissure. Lettres anonymes reçues par Christine, frustrations de Fabrice, indifférences de Marion, méfiance larvée entre les deux femmes… jusqu'au coup de théâtre qui fait basculer le récit social dans le polar : l'intrusion dans la maison, au cours de la soirée d'anniversaire de Marion, de trois hommes qui semblent surgis de nulle part.
Histoires de la nuit, c'est le titre du livre de contes que lit Marion à sa fille, le soir, avant qu'elle ne s'endorme. Des histoires terrifiantes, comme celle qui frappe les personnages de ce huis-clos oppressant, magistralement orchestré. Mauvignier construit un thriller efficace, tout en brossant un portrait sans concession de la vie rurale, de l'intimité domestique et de la violence sociale. Récit au rythme lent, phrase qui serpente et se cherche, disséquant les pensées et états d'âmes des personnages dans de longues digressions, mais suspense insoutenable: l'auteur réussit la gageure de faire d'un roman Minuit un véritable page turner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Les racines du ciel
31 août 2019
Les racines du ciel de Romain Gary
Dans les années 1950 au Tchad, un homme fait circuler une pétition pour empêcher le massacre des éléphants, décimés par milliers. Lorsqu'il prend les armes, incendie des dépôts d'ivoire et tire sur des chasseurs, c'est la stupeur dans l'administration coloniale. Que veut vraiment cet homme, très vite érigé en héros par certains ? Agit-il uniquement pour la préservation de la faune africaine, ou a-t-il d'autres ambitions politiques, à un moment où l'idée d'indépendance commence à faire son chemin en Afrique Equatoriale Française ? Alors qu'une traque s'organise, les nombreux personnages de ce roman polyphonique prennent partie pour ou contre Morel, objet de tous les fantasmes et de toutes les rumeurs. Tantôt tourné en ridicule, haï, traité d'idéaliste ou de misanthrope, tantôt porté aux nues, incarnant par son combat la liberté et l'humanisme le plus audacieux, cet ardent défenseur de la nature renvoie tous les protagonistes à leurs contractions, à leurs conflits d'intérêt et bien souvent, à leurs fragilités personnelles. Son obstination farouche les questionne et les pousse à agir. Avec ce roman foisonnant qui embrasse des thématiques écologiques et politiques sur fond de colonialisme, Romain Gary dessine un personnage inoubliable, et montre que le respect des animaux n'est pas incompatible avec les exigences du progrès. Un prix Goncourt 1956 d'une actualité confondante.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Les dames de Kimoto
07 mai 2019
Les dames de Kimoto de Sawako Ariyoshi
A Wakayama, au sud de la baie d'Osaka, il est une légende qui se transmet de mère en fille : il est de mauvais augure de remonter le fleuve pour se marier. Respectueuse des coutumes ancestrales, Toyono a élevé sa petite fille Hana dans la plus pure tradition japonaise et arrangé un mariage avec un riche propriétaire terrien. Installée de l'autre côté du fleuve Ki, Hana est à son tour une épouse modèle, entièrement dévouée à son mari. En réaction, sa fille Fumio aspire à une existence libérée de tous carcans, résolument tournée vers le monde moderne. C'est sa fille Hanako, la dernière née, qui parviendra, enfin, à relier les valeurs des femmes qui l'ont précédée. A travers quatre générations, Les dames de Kimoto nous immerge intimement dans un Japon en pleine mutation. En racontant l'histoire du point du vue des femmes, Sawako Ariyoshi dresse un portrait saisissant et raffiné de la condition féminine au tournant du XIXe siècle. Portant fièrement leur lignée, Hana, Fumio et Hanako sont le magnifique miroir d'une société en mouvement, à la recherche d'un équilibre tissé entre transmission et émancipation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
L'Ile mystérieuse
30 avril 2019
L'Ile mystérieuse de Jules Verne
Alors qu'ils ont fui en ballon la guerre de Sécession qui fait rage aux Etats-Unis, Cyrus Smith et ses quatre acolytes sont pris dans une violente tempête. Jetés sur les rives d'une île déserte au milieu du Pacifique, ils décident de s'installer le plus confortablement possible en espérant des secours. Mais leur rationalité se heurte à d'étranges événements qui leur donnent l'impression que l'île agit selon sa volonté propre, et qu'une force inconnue veille sur eux...
L'Île mystérieuse est une des robinsonnades les plus rigoureuses qui soient, presque un manuel de survie à avoir sur soi en cas de naufrage. Débrouillards et versés dans toutes les sciences, les cinq héros s'improvisent aussi bien forgerons que chimistes, agriculteurs ou encore architectes et recréent à eux seuls une micro-société industrielle, finalement bien éloignée des rudimentaires constructions de Robinson. Éloge de la camaraderie et du travail, l'Île Mystérieuse porte des valeurs très ancrées dans son époque mais brille du talent de conteur exceptionnel de Jules Verne, chantre de la technologie et du génie humain.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
L'ordre du jour
28 janvier 2019
L'ordre du jour de Éric Vuillard
1938 : l'Europe tremble face à l'Allemagne, qui vient d'entrer en Autriche. Pourtant, à bien y regarder, cette démonstration de force vire au ridicule, une série de pannes transformant la colonne des tanks allemands en embouteillage géant. Mais ce n'est pas ce que l'Histoire retiendra ; de même qu'a été oubliée cette réunion, cinq ans plus tôt, qui vit 24 grands industriels allemands accepter de soutenir financièrement le parti nazi...

Eric Vuillard, au travers de ces deux épisodes, nous invite dans les coulisses de l'Histoire pour interroger la façon dont celle-ci se construit et se fantasme. Loin du lyrisme de 14 juillet ou de Tristesse de la terre, deux de ses plus belles réussites, L'Ordre du jour dissèque froidement les conditions de l'émergence de l'Allemagne nazie.
Commenter  J’apprécie          110
La Vie mode d'emploi
21 janvier 2019
La Vie mode d'emploi de Georges Perec
Il n'est pas indispensable de maîtriser toutes les subtilités du bi-carré latin ou de la polygraphie du cavalier, deux des contraintes qui président à l'agencement de la Vie mode d'emploi, pour en apprécier le génie. Car on pourra tout aussi bien apprécier l'improbable diversité des romans en germe que contient chaque chapitre et la peinture hyperréaliste d'un immeuble bourgeois - comme jamais ne l'auraient rêvé Balzac ou Zola -, ou se réjouir de déceler quelques motifs récurrents comme celui du puzzle, symbole de création comme de brouillage du sens.
C'est là le signe de la générosité et de la gourmandise du Perec romancier : empruntant aussi bien à des règles mathématiques complexes qu'au registre du jeu, il offre au lecteur, dans l'espace d'une maison de poupées, un terrain d'investigation vaste comme le monde.
Lien : https://balises.bpi.fr/litte..
Commenter  J’apprécie          110