AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur le theme : developpement durable (7)
Classer par :   Date   Les plus appréciées
La Fonte des glaces
24 janvier 2019
La Fonte des glaces de Joël Baqué
Depuis qu'il est veuf, Louis n'a plus goût à grand chose. C'est une curieuse rencontre qui va remettre sa vie en branle : dans une brocante, il tombe nez à nez avec un manchot empereur. A partir de là, de l'Antarctique au Grand Nord, la vie de Louis va prendre un tout autre tour. Joël Baqué, déjà remarqué pour La mer c'est rien du tout en 2016, donne corps à un héros solitaire, vulnérable et mélancolique qui se retrouve embarqué dans une aventure rocambolesque qui le transforme en héraut de la cause écologique. Profondément attachant et débordant de tendresse, La Fonte des glaces a presque des airs de roman feel-good. Mais la constante exigence stylistique et la poésie lunaire de Joël Baqué, ainsi qu'une certaine dimension politique, donnent toute sa singularité à ce texte modeste mais brillant.
Commenter  J’apprécie          10
L'Arbre-Monde
21 janvier 2019
L'Arbre-Monde de Richard Powers
C'est LE roman que l'on attendait sur l'écologie, et il n'y avait sans doute que le génial Richard Powers pour lui donner toute sa puissance politique et narrative. Au départ, ils sont neuf, neuf personnages comme autant d'arbres d'une même forêt, de ramifications secrètes et entrelacées, de destins inextricablement reliés à la cause environnementale. Il y a Nick, garant de l'un des derniers châtaigniers d'Amérique ; Mimi, héritière d'un mystérieux talisman de jade ; Adam, chercheur sceptique sur l'activisme radical ; Ray et Dorothy, amoureux de la forêt mouvante dans Macbeth ; Douglas, vétéran de guerre miraculeusement sauvé par un banian ; Neelay, génie informatique qui excelle à coder le vivant ; Olivia, messagère revenue d'entre les morts ; Patricia, enfin, botaniste visionnaire et auteure d'une thèse révolutionnaire sur la communication des végétaux. Autour d'elle, les consciences s'éveillent, les luttes se forment. de l'activisme à l'éco-terrorisme, les champs d'action convergent au service d'une espèce bien plus intelligente, solidaire et organisée que la communauté humaine : les arbres - car ce sont eux les véritables héros de Richard Powers - un écosystème unique qui a su s'adapter et se régénérer depuis des millénaires. Sur le siècle foisonnant que déploie le roman, chaque vie semble alors bien peu de choses, jusqu'à son propre effacement. Les générations passent, les arbres observent, la nature transmet. A nous maintenant de savoir l'écouter. C'est tout le sens de ce roman dense et virtuose, une expérience de décentrement aussi riche qu'inédite, qui fait le pari d'une fraternité entre le monde humain et végétal, la seule qui puisse nous sauver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Doggerland
10 avril 2019
Doggerland de Élisabeth Filhol
A vingt mètres sous les eaux, entre les côtes de l'Angleterre et celles du Danemark, s'étend le Doggerland, vaste île engloutie il y a quelques milliers d'années dans la mer du Nord. Ancien lieu de peuplement humain, ce grand banc de sable suscite l'intérêt des géologues et des anthropologues, mais aussi la convoitise de l'industrie pétrolière. Dans son troisième roman, Elisabeth Filhol déplie l'histoire de ce territoire perdu en même temps que celle de Margaret, chercheuse en géosciences qui, alors que la tempête Xaver déferle sur l'Europe du Nord, s'apprête à revoir Marc, un amour de jeunesse.
A l'intersection du temps court des passions et du temps long de la dérive des continents, Elisabeth Filhol construit un roman d'une grande modernité qui tisse les vies de ses personnages à d'écrasants enjeux économiques et écologiques. Tour à tour méditation contemplative sur la transmission et chronique alarmante des transformations qu'impose l'homme à son environnement, Doggerland est un exercice de décentrement étonnant, qui révèle toute la poésie des discours scientifiques.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Le livre de Yaak : Chronique du Montana
24 janvier 2019
Le livre de Yaak : Chronique du Montana de Rick Bass
La vallée de la rivière Yaak, dans le nord du Montana, est un des espaces les plus sauvages des Etats-Unis. Essentiellement peuplée par des coyotes et des grizzlys, elle abrite tout de même une centaine d'habitants, parmi lesquels l'écrivain Rick Bass qui lui a consacré une grande partie de son oeuvre. le livre de Yaak, chronique d'un quotidien fait d'austérité et de patience, d'ennui parfois, retrace le lent passage des saisons et les nombreux instants d'émerveillement de l'homme face à la nature.

A cette vie toute de lenteur s'oppose l'urgence qui préside à l'écriture du livre, plaidoyer pour la préservation de la vie sauvage. Dans la lignée des grands noms du nature writing, de John Muir à Edward Abbey, Rick Bass nous alerte aussi sur les dangers qui pèsent sur sa vallée… Et livre un beau témoignage élégiaque de ce monde sur le point de disparaître.
Lien : https://balises.bpi.fr/Conte..
Commenter  J’apprécie          00
Les anges radieux
21 janvier 2019
Les anges radieux de William T. Vollmann
Sur tout le continent américain, la guerre fait rage. Face à un groupe d'hommes dont l'intention est d'électrifier le globe, les insectes résistent, bien décidés à asseoir leur hégémonie. Entre uchronie et science-fiction, Les Anges radieux fait le portrait acide d'une humanité insectoïde, et émiette l'Histoire américaine - de la conquête de l'Ouest à l'explosion de la Silicon Valley - pour mieux la disséquer.
Chez Vollmann, le dispositif narratif - baroque voire labyrinthique - compte autant que le récit en lui-même. La réalité se fait instable au gré de la narration, glisse entre les doigts comme une anguille ou se trouve soudain prise de convulsions. Critique du capitalisme, du rêve américain et du tout-technologique, opposé à un imaginaire libertaire lui aussi sur le déclin : William T. Vollmann brasse et malaxe les grands thèmes du roman américain contemporain dans une forme qui ne se fixe aucune limite, tutoyant dès ce premier roman les grands aînés que sont Thomas Pynchon ou Kurt Vonnegut.
Lien : https://balises.bpi.fr/litte..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Kiruna
12 avril 2019
Kiruna de Maylis de Kerangal
Les touristes qui se rendent à Kiruna, porte du Grand Nord aux confins de la Suède, n'y vont pas pour sa mine. Première mine de fer du monde, à la fois par la quantité et la qualité, celle-ci attire pourtant des travailleurs du monde entier et assure la prospérité de toute la région.

En résidence à Kiruna dans le cadre du programme “Mineurs d'un autre monde”, Maylis de Kerangal s'est intéressée aux travailleurs qui peuplent la mine, et aux menaces d'effondrement des sols qui pèsent sur la ville, conduisant à un vaste projet de déménagement urbain. Elle en tire un reportage bref et attachant au style concis, sans effets ni excès, loin de ses fictions à l'écriture exubérante. Une plongée fascinante dans le coeur d'une ville pas comme les autres, et un bel hommage aux hommes et surtout aux femmes qui, depuis le milieu du XIXe siècle, composent avec cet environnement hostile et les exigences toujours plus pressantes de la production et du rendement.
Commenter  J’apprécie          50
Walden ou La vie dans les bois
28 janvier 2019
Walden ou La vie dans les bois de Henry David Thoreau
"J'ai écrit ces pages, ou tout au moins la plus grande partie d'entre elles, alors que je vivais seul, dans les bois, à un mile de mon plus proche voisin, sur la rive de l'étang de Walden…" En 1845, Henry David Thoreau décide de vivre dans une cabane qu'il a lui-même bâtie au fond des bois. Loin de la société des hommes, il se recentre sur l'essentiel : l'observation de la nature, le rythme des saisons, le temps de méditer.
Fustigeant le consumérisme, il aspire à une vie simple, libre et ascétique. Aujourd'hui, la nouvelle traduction de Jacques Mailhos aux Éditions Gallmeister nous permet de (re)découvrir toute la mesure de cette oeuvre fondatrice : ne boudons pas notre plaisir !
Commenter  J’apprécie          20