AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Patrice G
Homme, France
Lecteur inscrit le 24/09/2016

272 abonnés     272 abonnements
20 juillet 2023. Mes premiers signes envers l'écriture remontent si je ne m'abuse vers l'àge de 14 ans où j'ai rendu au professeur une composition de texte qui fut lue en classse parce qu' elle avait été jugée remarquable, mais aussi je pense qu'elle fut jugée ainsi pour saluer mes efforts considérant qu'en temps normal, ça ne pouvait venir de moi. J'en avais conscience que j'avais écrit quelque chose d'intéressant, mais mon étonnement vint que je l'avais écrite sans effort, d'une traite, sans pouvoir savoir ce qui m'avait pris ce jour là, et cette source d'inspiration, je me souviens qu'elle était comme l'eau qui coule à la fontaine.
Ce qui passa bien aussi je crois c'est que c'était un travail personnel. Voilà le prélude à mes dispositions littéraires au collège je crois qui se confirmèrent au lycée, mais au lycée à 16 ans, je découvrais Tolstoï, et là je trouvais mon maître qui me passa l'envie d'écrire pour bien longtemps !.. PatriceG


Cette surenchère vers les sommets de la conscience humaine et de la beauté littéraire si pleinement vue de Stefan Zweig, mieux que personne, à propos de Tolstoï quand il écrit ceci : "Mais plus cruel pour lui-même, dans une heure infiniment secrète, Tolstoï, cet implacable génie de l'exploitation du moi, est allé jusqu'à suspecter la sincérité de sa volonté", j'ai envie, passeur minus, de l'illustrer par un extrait de préface inédite de Tolstoï écrite en 1908, il a alors 80 ans, parole prophétique s'il en est : "Je ne puis me tai
Actualités Fil RSS

Pour suivre ses dernières lectures ou découvrir ses critiques de livres :

connectez-vous

{* *}