AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
+8
valsing 20 mars 2020

Poèmes à apprendre par coeur

En ces temps de confinement, entraînons notre mémoire en récitant de célèbres poèmes ! Quels sont ceux que vous proposeriez pour cet exercice ? Avec une, deux voire trois strophes ou davantage ... si on peut relever le défi ! Poèmes romantiques célébrant l'Amour, l'Amitié, la Nature...

Thème : littérature française , humour , poésie , romance
Commenter  6


Répondre


18 Réponse(s)

+11
babounette il y a 1 semaine
Celui-ci de Maurice Carëme : Le chat

Le chat ouvrit les yeux,

Le soleil y entra.

Le chat ferma les yeux,

Le soleil y resta.

 

Voilà pourquoi, le soir

Quand le chat se réveille,

J'aperçois dans le noir

Deux morceaux de soleil.
Commenter  6

+10
Bruidelo il y a 1 semaine
La nuit n'est jamais complète
Il y a toujours puisque je le dis
Puisque je l'affirme
Au bout du chagrin une fenêtre ouverte
Une fenêtre éclairée
Il y a toujours un rêve qui veille
Désir à combler faim à satisfaire
Un coeur généreux
Une main tendue une main ouverte
Des yeux attentifs
Une vie la vie à se partager

Paul Éluard

Commenter  1

+9
Tetrizoustan il y a 1 semaine
ce monde de rosée
un monde de rosée pourtant
et pourtant

(Issa)

Récitation demain à la même heure :)
Commenter  5

+9
CallieTourneLesPages il y a 1 semaine
Restons dans les sonnets avec Louise Labé
Étudié au lycée et à la fac ce sonnet m'a toujours plu.

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie;
 J'ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m'est et trop molle et trop dure.
J'ai grands ennuis entremêlés de joie.

 Tout à un coup je ris et je larmoie,
Et en plaisir maint grief tourment j'endure ;
Mon bien s'en va, et à jamais il dure ;
Tout en un coup je sèche et je verdoie.

 Ainsi Amour inconstamment me mène ;
Et, quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me trouve hors de peine.  

Puis, quand je crois ma joie être certaine,
Et être au haut de mon désiré heur,
Il me remet en mon premier malheur.
Commenter  2

+8
isanne il y a 1 semaine
La chauve-souris de Robert Desnos


A mi-carême, en carnaval,
On met un masque de velours,
Où va le masque après le bal ?
Il vole à la tombée du jour.
Oiseau de poils, oiseau sans plumes,
Il sort, quand l'étoile s'allume,
De son repaire de décombres.
Chauve-souris masque de l'ombre.



Commenter  2

+7
deidamie il y a 1 semaine
Un poème d'humour drôle, amusant à faire jouer par les enfants:

Ponctuation, de Maurice Carême:


Ce n'est pas pour me vanter,
Disait la virgule,
Mais, sans mon jeu de pendule,
Les mots, tels des somnambules,
Ne feraient que se heurter.

C'est possible, dit le point.
Mais je règne, moi,
Et les grandes majuscules
Se moquent toutes de toi,
Et de ta queue minuscule.

Ne soyez pas ridicules,
Dit le point-virgule,
On vous voit moins que la trace
De fourmis sur une glace,
Cessez vos conciliabules

Ou, tous deux, je vous remplace!
Commenter  3

+7
LesPetitesAnalyses il y a 1 semaine
Voici ma petite pierre à édifice poétique avec ce poème d'Henri Michaux (Emportez-moi):


Emportez-moi dans une caravelle,
Dans une vieille et douce caravelle,
Dans l'étrave, ou si l'on veut, dans l'écume,
Et perdez-moi, au loin, au loin.

Dans l'attelage d'un autre âge.
Dans le velours trompeur de la neige.
Dans l'haleine de quelques chiens réunis.
Dans la troupe exténuée des feuilles mortes.

Emportez-moi sans me briser, dans les baisers,
Dans les poitrines qui se soulèvent et respirent,
Sur les tapis des paumes et leur sourire,
Dans les corridors des os longs et des articulations.

Emportez-moi, ou plutôt enfouissez-moi.
Commenter  1

+6
SZRAMOWO il y a 1 semaine
Merci pour cette initiative Valérie.
J'adore le poème d'Anna de Noailles, Il fera longtemps clair cesoir

Il fera longtemps clair ce soir, les jours allongent,
La rumeur du jour vif se disperse et s'enfuit,
Et les arbres, surpris de ne pas voir la nuit,
Demeurent éveillés dans le soir blanc, et songent

Les marronniers, sur l'air plein d'or et de lourdeur,
Répandent leurs parfums et semblent les étendre ;
On n'ose pas marcher ni remuer l'air tendre
De peur de déranger le sommeil des odeurs.

De lointains roulements arrivent de la ville
La poussière, qu'un peu de brise soulevait,
Quittant l'arbre mouvant et las qu'elle revêt,
Redescend doucement sur les chemins tranquilles.

Nous avons tous les jours l'habitude de voir
Cette route si simple et si souvent suivie,
Et pourtant quelque chose est changé dans la vie,
Nous n'aurons plus jamais notre âme de ce soir
Commenter  10

+6
sylviedoc il y a 1 semaine
Appris à l'école, tout comme "Le cancre" et "Page d'écriture" du grand Jacques Prévert, je propose "En sortant de l'école", pour voyager un peu...On peut aussi le chanter, ça paraît long, mais se retient très vite.


En sortant de l'école
nous avons rencontré
un grand chemin de fer
qui nous a emmenés
tout autour de la terre
dans un wagon doré

Tout autour de la terre
nous avons rencontré
la mer qui se promenait
avec tous ses coquillages
ses îles parfumées
et puis ses beaux naufrages
et ses saumons fumés

Au-dessus de la mer
nous avons rencontré
la lune et les étoiles
sur un bateau à voiles
partant pour le Japon
et les trois mousquetaires
des cinq doigts de la main
tournant ma manivelle
d'un petit sous-marin
plongeant au fond des mers
pour chercher des oursins

Revenant sur la terre
nous avons rencontré
sur la voie de chemin de fer
une maison qui fuyait
fuyait tout autour de la Terre
fuyait tout autour de la mer
fuyait devant l'hiver
qui voulait l'attraper

Mais nous sur notre chemin de fer
on s'est mis à rouler
rouler derrière l'hiver
et on l'a écrasé
et la maison s'est arrêtée
et le printemps nous a salués

C'était lui le garde-barrière
et il nous a bien remerciés
et toutes les fleurs de toute la terre
soudain se sont mises à pousser
pousser à tort et à travers
sur la voie du chemin de fer
qui ne voulait plus avancer
de peur de les abîmer

Alors on est revenu à pied
à pied tout autour de la terre
à pied tout autour de la mer
tout autour du soleil
de la lune et des étoiles
A pied à cheval en voiture
et en bateau à voiles.
Commenter  7

+6
book-en-stock il y a 1 semaine
Voici ma proposition, poème appris à l'école élémentaire et jamais oublié!!
Pierre de RONSARD
1524 - 1585
Mignonne, allons voir si la rose
A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.
Commenter  2

+6
torpedo il y a 1 semaine
Un poème de Charles Cros

Le hareng saur

A Guy.

Il était un grand mur blanc - nu, nu, nu,
Contre le mur une échelle - haute, haute, haute,
Et, par terre, un hareng saur - sec, sec, sec.

Il vient, tenant dans ses mains - sales, sales, sales,
Un marteau lourd, un grand clou - pointu, pointu, pointu,
Un peloton de ficelle - gros, gros, gros.

Alors il monte à l'échelle - haute, haute, haute,
Et plante le clou pointu - toc, toc, toc,
Tout en haut du grand mur blanc - nu, nu, nu.

Il laisse aller le marteau - qui tombe, qui tombe, qui tombe,
Attache au clou la ficelle - longue, longue, longue,
Et, au bout, le hareng saur - sec, sec, sec.

Il redescend de l'échelle - haute, haute, haute,
L'emporte avec le marteau - lourd, lourd, lourd,
Et puis, il s'en va ailleurs - loin, loin, loin.

Et, depuis, le hareng saur - sec, sec, sec,
Au bout de cette ficelle - longue, longue, longue,
Très lentement se balance - toujours, toujours, toujours.

J'ai composé cette histoire - simple, simple, simple,
Pour mettre en fureur les gens - graves, graves, graves,
Et amuser les enfants - petits, petits, petits.
Commenter  4

+6
xTHX1138x il y a 1 semaine
Tous les poèmes de Prévert pour les petits comme pour les grands, entre humour et Amour...


Pour toi mon amour

Je suis allé au marché aux oiseaux
Et j'ai acheté des oiseaux
Pour toi
mon amour

Je suis allé au marché aux fleurs
Et j'ai acheté des fleurs
Pour toi
mon amour

Je suis allé au marché à la ferraille
Et j'ai acheté des chaînes
de lourdes chaînes
Pour toi
mon amour

Et puis je suis allé au marché aux esclaves
Et je t'ai cherchée
Mais je ne t'ai pas trouvée
mon amour
Commenter  5

+5
yellowsub il y a 1 semaine
Prévert est mon poète préféré parce qu'il ne se prend pas pour un poète et que je n'aime pas la poésie à apprendre par coeur, justement ;-)

L'expédition de Jacques Prévert 


Un homme avec une boîte
Entre au musée du Louvre
Et s'assoit sur un banc
Examinant la boîte
Attentivement
Puis il ouvre la boîte
Avec un ouvre-boîte
Et place soigneusement
Très sûr de lui
Et sur de l'ouate
L'ouvre-boîte
Dans la boîte
Et refermant la boîte
Avec un ferme-boîte
Il pose la boîte
Délicatement
En évidence
Sur le banc
Et s'en va tranquillement
En souriant
Et en boitant
Gagne les rues de la Seine
Où l'attend
Un gros cargo boat
Tout blanc
Et tout en gravissant les marches de fer
De la passerelle du commandant
En boitant
Il examine le ferme-boîte
En souriant
Et puis il le jette à la Seine
A l'instant même
Le navire disparaît
Instantanément.
Commenter  6

+5
ELLELITHELENE il y a 1 semaine
La très chère était nue et connaissant mon coeur, elle n'avait gardé que ses bijoux sonores dont le riche attirail lui donnait l'air vainqueur qu'on dans leurs jours heureux, les esclaves des maures....

Les bijoux de Charles Baudelaire
Commenter  2

+5
Sabrina1988 il y a 1 semaine

Le dormeur du Val - Arthur Rimbaud

C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.


Commenter  4

+4
dancingbrave il y a 1 semaine
Du Jacques Prévert  encore et toujours: Le Jardin

Des milliers et des milliers d'années
Ne sauraient suffire
Pour dire
La petite seconde d'éternité
Où tu m'as embrassé
Où je t'ai embrassée
Un matin dans la lumière de l'hiver
Au parc Montsouris à Paris
A paris
Sur la terre
La terre qui est un astre
Commenter  4

+4
lormari il y a 1 semaine
Je ne voudrais être  
Que le cèdre devant ta maison
Qu'une branche du cèdre
Qu'une feuille de la branche  
Qu'une ombre de la feuille
Que la fraîcheur de l'ombre
 Qui caresse ta tempe
Pendant une seconde

Yvan Goll 1933
Commenter  3

+3
Coyotetired il y a 4 jours
Les hiboux
Sous les ifs noirs qui les abritent,
Les hiboux se tiennent rangés,
Ainsi que des dieux étrangers,
Dardant leur oeil rouge. Ils méditent.

Sans remuer ils se tiendront
Jusqu'à l'heure mélancolique
Où, poussant le soleil oblique,
Les ténèbres s'établiront.

Leur attitude au sage enseigne
Qu'il faut en ce monde qu'il craigne
Le tumulte et le mouvement,

L'homme ivre d'une ombre qui passe
Porte toujours le châtiment
D'avoir voulu changer de place.
Commenter  1


Répondre