AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Citation de CapduBearn


CapduBearn   12 décembre 2017
Le Secret du Haut Béarn de Jean Capdevielle
C’était l’entre-deux, ce moment qui n’est plus la nuit et pas encore le jour. L’homme titubait, il arrivait du Jardin public. Le Gave d’Aspe était boueux, marron, fort de la puissance de ses eaux. Le brouillard intense et l’humidité régnante n’aidaient pas à penser que c’était une belle journée qui commençait. Il se retint plusieurs fois à la rambarde du pont Sainte Claire pour ne pas tomber. Le chien, un roquet noir avec le dessous de la gueule blanc et un vilain poil, sautillait, tournant autour de son maitre pour attirer son attention. L’homme sombre, comme seule réponse, lui balança un coup de pied qui n’atteint que le vide, au risque de s’écrouler dans le caniveau.

Des galets se cognaient emportés par les flots tumultueux de la rivière dans un sourd grondement inquiétant. Les maisons hautaines comme de vieilles duchesses, fatiguées par le poids des ans, se collaient les unes aux autres surplombant les rives, adossées à la colline. Elles dormaient, sans lumière, en silence. Aucune voiture ne passait, il faisait froid. Les arbres sans feuilles, gris, blanchis par le givre ne faisaient qu’augmenter la désolation de cette petite sous-préfecture du fin fond du pays. C’était une ville sans histoire, sans prétention, elle attendait juste que les jours passent en tentant de ne pas faire de vague à travers l’histoire.

L’homme et le chien passèrent devant le tribunal, masse inquiétante dans la brume. Ils descendirent la petite rue pour rejoindre l’autre pont où Manet avait peint un tableau un siècle plus tôt, en tout cas il y avait longtemps, l’esprit de l’homme ne s’en souvenait plus. Les vapeurs d’alcool ne s’évaporeraient pas avant de longues heures. Un volet claqua, puis un deuxième, un autre répondit plus haut vers la rue Palassou.

Le chien sauta sur le muret du pont et se mit à le traverser prestement. Il aimait ce frisson que donne le danger. Son œil fixa un tas de tissus qui passait sous le pont, sur les hautes eaux du gave d’Ossau. La veste en croix flottait mal. Le chien de son regard avisé se dit que ce n’était pas un simple tas de chiffon, il aboya. Son maitre fit une embardée à ce moment là et vivement l’animal sauta sur la route pour essayer de le ramener dans le droit chemin....
Commenter  J’apprécie          00