AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

La Pitié dangereuse
27 mai 2017
La Pitié dangereuse de Stefan Zweig
Je découvre S.Zweig avec ce livre qui m'a été offert.

Un texte d'une grande justesse qui explore avec finesse les sentiers glissants de la pitié.



La compassion flirte dangereusement avec la vanité, la sollicitude mène à l'exaltation avant de se muer en lâcheté.



En synthèse, l'histoire d'un pauvre bleu pétri de bonnes intentions, candide comme un lapin de six semaines, qui se fait bananer en beauté sans rien voir venir.



Si je reconnais la qualité de l'ouvrage, j'avoue ne pas avoir été embarquée par le roman.

Le style un peu ampoulé et d'interminables longueurs y sont sûrement pour quelque chose...
Commenter  J’apprécie          00
Alors voilà : Les 1001 vies des Urgences
27 mai 2017
Alors voilà : Les 1001 vies des Urgences de Baptiste Beaulieu
Toute mon enfance, adolescence, j'ai été bercée par ces mêmes chroniques in vivo, à table, le soir, professions de mes parents oblige. Alors voilà, parfois c'était drôle, parfois triste, parfois écoeurant, parfois révoltant... A me détourner de cette vocation.

Donc j'étais un peu comme chez moi, en terrain entendu, avec ce journal d'un interne pas ordinaire ! J'ai souri, rigolé, grincé des dents, été émue... La vie, la mort, la maladie, l'humour exutoire, le supplément d'âme, derrière la blouse.

Martin Winckler (La maladie de Sachs, 1998) avait déjà ouvert la voie, et donné la voix aux patients. J'avais adoré sa sincérité et son humanité, son questionnement sur la douleur, l'écoute de la souffrance. Il ne faut pas chercher de la littérature, ce n'est pas la question ici, sinon vous serez forcément déçus.

Baptiste Beaulieu, lui, est de cette nouvelle génération de soignants, avec un regard plus rassurant, compatissant, humain. Mais il ne cache pas non plus ses failles, son impuissance, ses angoisses, en se mettant à la place du patient, à son écoute, par mimétisme.

Les adeptes de Dr House, Urgences, Grey's Anatomy devraient apprécier ces chroniques, glamour à l'américaine à part !! ;-)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
A comme Association, Tome 2 : Les limites o..
27 mai 2017
A comme Association, Tome 2 : Les limites obscures de la magie de Pierre Bottero
on retrouve un auteur que j'apprécie vraiment beaucoup, son style d'ecriture fluide et limpide sans description lourde mais avec quand même un bon descriptif faisant vivre le livre.

on y rencontre le second personnage important de cette serie



malheuruesement, à croire que Botterro le sentait venir, il decrit avec fort detail les balades en moto et la passion qui habite cette auteur pour ce moyen de transport qui malheureusement l'emportera avant qu'il ne puisse finir cette serie
Commenter  J’apprécie          00
Le reste est silence
27 mai 2017
Le reste est silence de Carla Guelfenbein
Ce livre est une boite à émotions, bouleversant et prenant.

L'auteur Carla Guelfenbein nous fait entrer progressivement dans l'intime le plus profond des personnages. Chacun d'entre eux vit avec une souffrance enfouie, larvée. Leur passé est présent et à travers un silence lourd de conséquence,chacun avancent avec peine.

Tommy, jeune garçon de 12 ans va découvrir un secret et va en silence tenter d'en savoir plus. Ce petit Tommy est d'une sensibilité à donner des frissons. On a envie de le protéger, de l'aider, on l'aime !

Juan, le père va quant à lui vivre avec son secret et se réfugier dans son travail sans voir la souffrance psychologique de son fils.

Alma, la nouvelle compagne de Juan va, elle aussi taire une découverte.

Tant de silence qui pourtant résonne avec violence dans la vie de chacun...

Carla Guelfenbein, nous fait un très beau cadeau en écrivant ce livre, il faut le lire et le faire découvrir.
Commenter  J’apprécie          20
Propaganda : Comment manipuler l'opinion en..
27 mai 2017
Propaganda : Comment manipuler l'opinion en démocratie de Edward Bernays
La propagande moderne ou comment adapter l'art militaire du consentement à la vie civile. Dans tous les domaines de la vie civile : mode (en profitant des débuts de la mondialisation et de la notoriété de la France dans ce domaine), culture, éducation (tout en mettant en garde contre la tentation de tout faire pour attirer les entreprises et en oubliant le côté pédagogique) mais aussi politique et santé publique (ou comment faire fumer les femmes américaines et détruire le réseau de transports publics). Là où Bernays apporte une évolution significative, c'est par la prise en compte de plusieurs facteurs : l'évolution de la société américaine, qui s'enrichit et se cultive, son ouverture sur le monde et surtout en prenant en compte les avancées sociologiques, économiques... pour rendre les campagnes plus efficaces. Mais pour Bernays, tant que les intentions sont bonnes... (oui, il semble naïf, hein ? Mais il ne l'est pas, loin de là...)

Tout n'est pas très très intéressant. Une partie est plus applicative : une sorte de manuel à destination des aspirants publicitaires, chargés de relations publiques. Les chapitres que j'ai trouvé les plus intéressants sont les 1ers et le dernier, plus analytiques, qui permettent de comprendre comment tout c'est mis en place. Et qui sont toujours d'actualité en 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
La belle de la mafia
27 mai 2017
La belle de la mafia de Lucas Pierre
les inspecteurs Alex gribovitch et Sophie

Leclerc surveille Etienne grugny un avocat d,affaires,a la réputation légèrement troublante.qui rachète depuis des mois des bars à prostituées.

la police des moeurs a de quoi se poser des questions,mais elle va sans poser

encore plus quand on va retrouver son

cadavre,dans un sous sol ou il avait rendez vous avec une mystérieuse femme aux cheveux châtains.

et voila nos policier embarqué dans une

histoire, mêlant règlement de comptes,

sexe ,et mafia.

une histoire riche en rebondissements.
Commenter  J’apprécie          00
Iznogoud, tome 8 : Le jour des fous
27 mai 2017
Iznogoud, tome 8 : Le jour des fous de Jean Tabary
Goscinny et Tabary pouvaient s'en donner à cœur joie dans une fantaisie des mille-et-une nuits, avec l'infâme Iznogoud !... Avec tous les calembours qui vont avec.

Ce "Jour des fous" est une des heureuses et réjouissantes trouvailles de cet album.

Ces récits, d'ailleurs, peuvent être lus à plusieurs degrés. S'y replonger est un vrai plaisir.
Commenter  J’apprécie          00
Le puits des mémoires, tome 1 : La traque
27 mai 2017
Le puits des mémoires, tome 1 : La traque de Gabriel Katz
Trois hommes se réveillent dans les débris d’un chariot, entouré des cadavres des soldats qui veillaient sur le convoi, sans souvenir de leurs noms ou de leurs origines. Alors qu’ils tentent de découvrir qui ils sont, leur quête va être bousculée par des tueurs déterminés à leur mettre la main dessus. Ils n’ont plus qu’une solution : fuir et se cacher, tout en tentant de découvrir le secret de leur existence…



Si la thématique de l'amnésie n'est pas en littérature quelque chose de novateur en sorte, souvent employée comme postulat de départ en littérature policière, mais aussi dans le genre présent avec notamment Druide d'Olivier Peru, elle est ici traitée en profondeur.



L'univers médiéviste est tout ce qu'il y de plus classique, la grande majorité des romans de fantasy s'y déroulant, mais il est décrit de manière cohérente. Les descriptions souvent introduites par un personnage au rôle subalterne ont un fond de vérité qui crédibilise un monde pourtant connu d'une grande majorité des lecteurs. Si l'univers peut nous apparaître de prime abord pas aussi travaillé que ce que l'on aurait souhaité, c'est somme tout logique et voulu par l'auteur car il est également lié au postulat de départ et doit être dosé afin de correspondre à l'émergence des souvenirs qui affluent du tréfonds de la mémoire des protagonistes principaux, il faut le rappeler amnésiques. Mais ce monde semble très structuré dans l'esprit de l'auteur, ce qui est prometteur pour la suite.



Dés le départ on est immergés dans l'histoire avec ces hommes sans mémoire identitaire mais qui ont gardés une mémoire gestuelle, la curiosité nous tenaille, pourquoi pourquoi étaient-ils enfermés dans ces caisses ? Qui sont-ils réellement et pourquoi sont-ils poursuivis ? Au fur et à mesure l'auteur nous livre des détails sur eux et en même temps qu'eux on découvre leurs qualités, leurs défauts, leurs talents, mais aussi l'univers dans lequel ils évoluent. En même temps qu'ils découvrent le monde, mais aussi par le truchement de nouveaux personnages, l'on découvre ce nouvel univers. Des révélations qui ouvrent la porte à de nouvelles interrogations qui maintiennent, de manière constante le lecteur en haleine.



Utiliser comme thématique principale l'amnésie est à double tranchant. En effet, si cet emploi offre au prosateur une grande liberté d'action pour nous faire découvrir son univers et ses personnages, faut-il encore que ces informations soient divulguées au moment opportun, ni trop tôt, ni trop tard, il ne faut pas que le narrateur extérieur soit en avance ou en retard sur le récit proprement dit. L'exercice de style est ici parfaitement bien exécuté par l'auteur, l'équilibre est savamment dosé, le lecteur découvre pas à pas les informations en même temps qu'elles affluent dans la mémoire déficiente des personnages.



Malgré que les personnages soient constamment pourchassés, que les actions et retournements de situation soient nombreux, on tombe pas dans un récit effréné. L'auteur a su parfaitement dosés ces parties avec des passages plus calmes où les protagonistes se fondent dans la population. Des parties où il en profite pour nous distiller les us et coutumes des habitants de son monde que nous découvrons souvent en même temps que les protagoniste ce qui a pour effet de ne pas générer un sentiment de longueurs, les descriptions étant concises.



L'auteur nous présente un trio bien équilibré, qui fonctionne bien, même s'il est possible d'émettre une toute petite réserve en ce qui les concerne. En effet il apparaît que ceux-ci soient un peut trop calqués sur l'univers des jeux de par la répartition des rôles. Il sont tout de même bien caractérisés avec leurs défauts et leurs qualités, loin des archétypes des héros sans peurs et sans reproches souvent coutumiers du genre. L'auteur a su insérer dans leur psychologie des contrastes de personnalité qui les rend plus crédibles et qui immédiatement attirent l'empathie du lecteur.



Le style de l'auteur est très plaisant, on se sent rapidement happé par l'histoire. Servie par une dynamique soutenue et malgré quelques ellipses qui peuvent parfois quelque peu égarer le lecteur, l'auteur a su donner la parfaite impulsion à cette quête ce qui rend le récit léger et la lecture parfaitement fluide. Les enchaînements sont incroyablement bien travaillés, l'on sent que dans la narration rien n'est laissé au hasard, tous les éléments s'imbriquent entre eux de fort belle manière. Malgré le nombre important de personnages, le style d'écriture donne une grande facilité de lecture qui permet de s'immerger pleinement dans le récit. Aucun chapitre n'est là pour faire du remplissage, comme c'est souvent le cas dans le genre, toutes les pages ont leur utilité, soit pour nous faire découvrir quelque chose, nous étonner ou nous divertir. Le récit est parsemé de touches humoristiques et de situations décalées qui rendent la lecture encore plus agréable.



Même si le début de l'histoire est assez classique et ressemble beaucoup à un jeu de rôles, c'est l'imagination de l'auteur qui fait ici la différence, le traitement narratif de l'histoire est très bien traité et rend une histoire au départ simple plus complexe. Bien que l'histoire ne révolutionne pas le genre l'écriture est si efficace que l'aventure vous emporte avec elle dans une lecture aisée et addictive. Au final, un fantasy française de qualité qui devrait à l'instar de Tolkien et de Georges R. R. Martin plaire à un public plus large que les habituels aficionados du genre.


Lien : http://imaginaire-chronique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Percy Jackson, Tome 1 : Le Voleur de foudre
27 mai 2017
Percy Jackson, Tome 1 : Le Voleur de foudre de Rick Riordan
Ce livre très intéressant mélange le suspense, l'amitié et les dieux grecs.



Je conseille ce livre à toutes les personnes aimant la mythologie.



Il nous explique bien la mythologie et tous les dieux poséidon, zeus et athéna les dieux de la mer,dieu du ciel et du temps, déesse de la sagesse des arts de la guerre et tous les autres

(pour ceux qui ne savait pas)
Commenter  J’apprécie          00
Le train des orphelins, tome 8
27 mai 2017
Le train des orphelins, tome 8 de Charlot
Dans l'Amérique des années 20, Lisa, devenue maire de cette petite ville du Texas tente d'améliorer la vie des orphelins débarqué par trains en leur faisant l'école du soir et en leur construisant une maison. Mais elle devra faire preuve de courage pour venir au bout de ses projets.

Le Joey adulte quant à lui tente de faire le deuil de sa vieille amie en se rendant en Irlande.



Ce tome 8 s'intitule "Adieux" et semble être une fin définitive. La boucle est bouclée comme on dirait, pour les orphelins du train.

Basé sur un fait réel, cette histoire nous a amené dans les pas de quelques orphelins déracinés. Joey, Lisa, Harvey, Anna, Jim... Une histoire très sympathique et agréable à lire sur des destins qui se croisent.



Le dessin de Fourquemin est agréable, fin.
Commenter  J’apprécie          00
Le vieux qui déjeunait seul
27 mai 2017
Le vieux qui déjeunait seul de Léa Wiazemsky
Beaucoup de larmes en lisant ce livre très émouvant ...
Commenter  J’apprécie          00
Royal Saga, tome 4 : Cherche-moi
27 mai 2017
Royal Saga, tome 4 : Cherche-moi de Geneva Lee
Qui se ressemble s’assemble. Rien de tel qu’un couple au passé tumultueux et au caractère bien trempé pour rendre un récit des plus agréables.



Je n’étais pas particulièrement pressée de découvrir l’histoire de Belle et Smith, mais je ressors de ma lecture avec l’envie pressante d’en connaitre la suite. Geneva Lee a su tirer parti tant de ses personnages que de leur situation. Sous couvert de royauté et de mystère, Cherche-moi ouvre la porte à une relation pour le moins périlleuse.



Entre Belle et Smith, on peut dire que les événements ne manquent pas de piquant. D’un côté une jeune femme abandonnée et de l’autre un avocat adulé, de quoi multiplié les obstacles sur leur route. Pourtant, ils se rejoignent naturellement sur plusieurs points tels que le sarcasme et l’envie de repousser leurs limites. Leurs joutes verbales sont cinglantes, vibrantes, directes. L’alchimie entre eux est explosive. J’ai vraiment trouvé très agréable l’approche de l’auteur les concernant.



Je pense que si l’on s’en tient à la surface, il est évident de retrouver quelques similitudes avec cinquante nuances de Grey. Cependant, si l’on peut faire le parallèle sur la situation financière de Smith et son penchant pour la domination, la ressemblance s’arrête là. Belle n’a rien d’une jeune femme naïve, elle m’a plutôt fait l’effet d’une combattante se relevant après une épreuve difficile. Son patron représente tout ce qu’elle a toujours voulu sans jamais en avoir eu la moindre idée. Peut-elle vraiment prendre le risque de remettre toute son existence en cause pour un homme ?



Le récit prend une tournure intéressante avec l’apparition d’Hammond et de Georgia. Au-delà du besoin intense qui se crée entre les personnages, se met en place un plan machiavélique dont on ne découvre que quelques brides durant la lecture. Certes frustrant, mais efficace.



L’évolution de la relation entre Belle et Smith m’a beaucoup plu. Ils oscillent constamment entre haine et affection, entre chaud et froid. Pourtant c’est ensemble qu’ils s’engagent dans un combat à l’aveugle dont on devine aisément la dangerosité pour leur couple, mais également leur vie toute entière.



Geneva Lee m’a surprise, pas tant par la forme de son roman que par le fond. J’ai eu l’impression de me diriger droit dans la gueule du loup. Ce livre regorge de petits détails qui ont tous leur importance. À la façon d’un thriller romantique, l’auteure nous amène à nous poser des questions sur la teneur même de son histoire. J’aime la manière dont elle a construit son roman apportant la juste dose de questionnement sur la suite des événements.



Heureusement, nous n’aurons pas longtemps à attendre puisque le prochain tome est prévu pour le 08/06.
Lien : http://www.voluptueusementvo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La gouvernante suédoise
27 mai 2017
La gouvernante suédoise de Marie Sizun
Marie Sizun a décidé de nous plonger dans ses racines familiales, à travers l'histoire de Léonard et Hulda, depuis la Suède jusqu’à la France. Il est ici question de non-dits, de secrets de famille et de la place particulière occupée par la gouvernante Livia, celle dont on doit taire le nom.

Une écriture fluide pour une histoire forte. Difficile de tourner la dernière page du roman de Marie Sizun, tellement on a l’impression d’appartenir à cette famille.

Commenter  J’apprécie          00
Sur la route d'Indianapolis
27 mai 2017
Sur la route d'Indianapolis de Sébastien Gendron
Etats-Unis, 1976. Lilian, 11 ans, et son père passent quelques jours à Chicago. Le père y est pour raison professionnel le et le fils est gardé par sa tante. Cette dernière doit le mettre dans le bus pour qu’il retrouve son père à l’issue de son rendez-vous à Indianapolis. Mais le trajet ne va pas se passer comme prévu...



C’est un beau roman d’aventure et un voyage dans les années 70 que nous offre ici Sébastien Gendron. Courses-poursuites, kidnapping mais aussi belles rencontres et expériences incroyables ponctueront le voyage de notre frenchy courageux. C’est rédigé simplement, ça dépayse et le petit côté thriller permet de mettre un peu de piment à l’intrigue.

Commenter  J’apprécie          00
Boundary Magic, tome 3 : Boundary Born
27 mai 2017
Boundary Magic, tome 3 : Boundary Born de Melissa F. Olson
J'ai préféré ce dernier tome aux deux précédents.



Même si l'intrigue reste simple et qu'elle est encore une fois loin d'être originale , je l'ai trouvé un peu plus entraînante que les autres. On en apprend davantage sur les origines de Lex et sur les Boundary witches, ça approfondit un peu l'univers qui jusqu'ici n'était que survolé.

On entre à nouveau aisément dans l'histoire et on retrouve sans peine les personnages désormais familiers, même s'il m'est arrivé de ne pas me souvenir de certains personnages très secondaires.

J'ai trouvé que la relation Lex/Quinn stagnait un peu, mais comme ça n'est pas le centre de l'histoire, on s'en fiche un peu.



Bref, un tome de conclusion qui reste dans la lignée de cette trilogie : léger et divertissant, qui fait passer un bon moment de lecture sans être incroyable non plus.
Commenter  J’apprécie          00
Une allure folle
27 mai 2017
Une allure folle de Isabelle Spaak
Roman sans grande prétention mais agréable à lire. L'auteure décide de reconstituer la vie de sa mère et de sa grand-mère, en farfouillant dans de vieilles photos, dans une abondante correspondance, dans diverses archives. En retournant aussi dans les différents endroits fréquentés par ces deux dames. Elle le fait avec une grande pudeur, sans parler d'elle-même, sans dire qu'elle est la petite-fille de Paul-Henri Spaak, un des fondateurs de l'Europe et ministre belge le plus célèbre de l'après-guerre, en ne parlant que dans les dernières pages du double drame qui, on le suppose, la marquera à jamais.

Mathilde, la grand-mère, a fait la "grande vie" dans les années 20, mondaine, snob, anticonformiste et féministe, déjà, elle qui a osé afficher une fille hors mariage. Celle-ci, Anny, fort différente (et encore...) révèle son courage en étant très active dans la Résistance et en sauvant des enfants juifs.

Je crois qu'Isabelle Spaak a pris du plaisir à écrire cette biographie, mais qu'elle avait aussi besoin de le faire pour exorciser le passé.

Un certain plaisir pourrait aussi être au rendez-vous pour qui glisserait ce roman dans la valise de ses vacances.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La prétendue innocence des fleurs
27 mai 2017
La prétendue innocence des fleurs de Franck Calderon
Commenter  J’apprécie          00
Blood Song, tome 1 : La voix du sang
27 mai 2017
Blood Song, tome 1 : La voix du sang de Anthony Ryan
Au travers d'une fantasy plutôt tournée côté épique, le roman nous narre les aventures trépidantes d'un jeune garçon déposé par son père devant les grilles d'un ordre religieux-militaire qui forme les meilleurs combattants du royaume. Tout comme ses camarades de promotion, qui pour la plupart non pas choisi cette voie, la vie va y être rude. Menés par une discipline de fer, les enfants vont au fil des ans subir maintes épreuves qui feront d'eux des représentants de la Foi chevronnés et impitoyables.



C'est donc dans une fantasy à l'aspect plutôt épique que l'auteur nous entraîne dans une histoire classique du genre, à savoir le parcours initiatique de jeunes adolescents. Dés les premières pages le lecteur sera happé par cet univers sombre où les hommes de la Foi sont formés pour pourchasser les apostats. Un univers fait d'amitiés, de trahisons, de mensonges et de duperies. Un univers qui n'est pas sans rappeler la Croisade contre les Albigeois où les puissants et l'Inquisition voulaient au nom de la foi éradiquer les adeptes d'autres croyances.



Dans ce roman découpé en quatre parties narrées par un scribe ennemi à leur royaume que l'auteur va nous distiller une histoire qui s'ancre sur plusieurs années, à laquelle le héros et ses compagnons vont devoir évoluer dans ce monde d'intrigues bien malgré eux.



Chacune des quatre parties de ce roman est introduite par un autre narrateur qui dévoile peu à peu la fin de l'aventure. Une aventure qui dans les deux premières parties s’avère quelque peu linéaire et possèdent, il faut bien le reconnaître quelques longueurs. Dans les deux parties suivantes, les récits ne sont plus chronologiques, l'auteur nous gratifie de beaucoup d'ellipses et de flash-backs qui nous informent dés le début une partie de l'histoire et dévoile un peu le suspense, ceux-ci n'influent en rien sur la qualité du récit.



Malgré ces quelques petits errements mineurs, le récit du début à la fin reste agréable à lire, les deux dernières parties amenant plus de suspense au fur et à mesure que le héros découvre le monde extérieur et insuffle un second souffle à l'histoire, et le lecteur n'a qu'une envie tourner les pages au plus vite.



Si la quatrième de couverture mentionne des auteurs comme David Gemmell, Patrick Rothfuss, il est indéniable, que sans les plagier, l'auteur s'est inspiré de nombreux auteurs de la fantasy et du fantastique, ne serait-ce que pour son héros principal qui fait penser à Fitz Chevalerie de Robin Hobb. Si dans le concept de narrer l'histoire à un scribe confirme l'allusion faite à Rothfuss dans le développement de l'histoire il n'en est rien,à la place d'un livre ennuyant et d'un héros par trop imbu de sa personne, l'auteur nous livre ici une histoire vivante et pleine de rebondissements.



Blood Song c'est un roman aux personnages attachants, outre le personnage principal et ses compagnons, avec lesquels nous découvrons, au fur et à mesure qu'ils évoluent la société du royaume, un panel de personnages secondaires évoluent en même temps, qu'ils soient antipathiques, intriguant,... aucun ne laissera le lecteur indifférent. Ils sont tous très fouillés, avec un passé et une personnalité propre qui les rendent humains.

Si le livre est, avec plus de six cents pages, copieux, il ne souffre d'aucun remplissage et est admirablement servi par une lecture fluide, une histoire prenante qui rendent la lecture des plus agréables. Bien que la narration principale fourmille d'informations et d'événements sur le passé et sur la situation actuelle du royaume, ceux-ci n’interfèrent en aucune manière sur la dynamique qui s’avère excellente.

Malgré une histoire classique et quelques petits défauts de débutants, pour un premier roman l'auteur nous offre une plongée réussie au cœur d'un ordre religieux-militaire. Une lecture passionnante et convaincante qui suscite chez le lecteur la hâte de pouvoir lire la suite de cette histoire à mi-chemin entre la high-fantasy et l'héroïc-fantasy.


Lien : http://imaginaire-chronique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
20th Century Boys, Tome 17
27 mai 2017
20th Century Boys, Tome 17 de Naoki Urasawa
Entre espoir et désespoir la vie humaine ne tient qu’à la réussite de cet espoir.

Ici, dans ce tome 17, on y voit des gens qui se raccrochent à si peu, à cause du désespoir qu’il n’y a rien d’autre sur lequel tenir. Pour d’autres, ils ont abandonné depuis longtemps et pour ceux-là qui sont encore en vie, ils sont comme des morts-vivants.

On y en apprend plus sur la mentalité, et les moyens d’usage de la force qu’a la brigade de la défense de la terre. Mais cela vient du sadisme d’Ami qui fait rendre fous de colère les gens qui veulent à tout prix un vaccin, quitte à s’entre-tuer. Et d’autres acceptent leur sort de se faire prélever leur nourriture alors qu’ils ne mangent pas à leur faim. Tout ça pour nourrir des êtres oisifs.

L’an 3 après Ami, ne fait pas bon d’y vivre…



Toujours un plaisir de lire ce manga 😊

Commenter  J’apprécie          10
Elantris : Intégrale
27 mai 2017
Elantris : Intégrale de Brandon Sanderson
Sur fond d'intrigues politiques et de guerre de religion, Brandon Sanderson nous brode l'histoire d'Elantris, une ville habitée par des demi-dieux beaux et puissants, qui du jour au lendemain est frappée d'une malédiction à la fois originale et pleine de rebondissements. Les habitants ont perdu leurs pouvoirs et sont devenus des zombies. Elantris, la plus belle cité du monde, est devenue un immonde camp de concentration Pour son premier roman, Brandon Sanderson nous offre un monde original. Une notion qui apparaît également dans son cycle Le Fils des Brumes. Une histoire beaucoup trop proche à mon avis de son premier roman, une lecture qui est loin de m'avoir convaincu ayant avorté la lecture en milieu du premier opus.



C'est dans un univers glauque, un cloaque, que nous entraîne à la suite de son principal héros dans le milieu très fermé d'Elantris où celui-ci sera exilé, à la veille de son mariage, en raison d'une malédiction qui frappe les habitants de la cité et des environs. Malgré un milieu plutôt clos, un peu à la manière de Cédric Ferrand dans Watsburg, l'auteur nous brosse un décor très sombre dans un moyen-âge à l'agonie. Le deuxième, ou plutôt la deuxième protagoniste nous apparaît l'héroïne, la princesse qui devait épouser Raorden, le prince héritier qui lui sera présenté comme décédé, alors qu'il est parqué dans l'enclos. C'est à côté de celle-ci à laquelle nous nous prenons très vite d'affection, qui a décidée de rester, que nous allons lutter pour sauver le royaume des coutumes d'un autre âge, d'une conversion forcée et de l'autre du invasion. On frémit pour le premier protagoniste qui se retrouve dans une ville déliquescence où même le concept d'espoir n'existe plus.

Deux personnages forts et charismatiques, qui chacun de leur côté vont lutter, l'un pour survivre, l'autre pour amener des jours meilleurs au royaume, malgré les action de deux prêtres menaçants : un par son intelligence, l'autre par son fanatisme.





Le rythme du roman est haletant, plein de rebondissements on ne s'ennuie jamais, mais l'auteur comme certainement l’auteur aurait pu de son histoire romantique et philosophique, un diptyque car certaines actions, gâchant notre plaisir, laissent un goût d'inachevé car trop rapidement bouclées. Philosophique car l'auteur ne nous offre pas que du divertissement, il en profite pour nous amener à la réflexion sur des sujets qui sont dans notre quotidien toujours d'actualité : l'émancipation des femmes, les conditions sociales, la problématique des affrontements multi-ethnique engendré par l'extrémisme de certaines religions, …



Avec une intrigue maîtrisée de haute volée et une ambiance très particulière, l'auteur réussit, pour un premier roman, a obtenir l'approbation du lectorat, et qui laisse par les jalons posés la possibilité d'une suite. Si Brandon Sanderson m'a convaincu par son must-have d'aventures, la suite de ses écrits n'ont pas réussis le même tour de force. C'est donc avec beaucoup d'introspection que j'aborderais ses futures œuvres. Le rythme du roman est haletant et, le lecteur se prend vite d'empathie pour Sarène qui doit composer avec sa nouvelle condition. Le lecteur imprégné de l'ambiance sombre frémit avec le prince qui se retrouve dans une ville en déliquescence où l'espoir est un vain mot.

Des personnages attachants qui évoluent sur un fond de philosophie et de romantisme, et aussi d'humour Un fond philosophique où Brandon Sanderson invite le lecteur à réfléchir sur des thèmes d'actualité tels les conditions sociales déplorables et l’émancipation des femmes dans certains pays de notre monde actuel.



Elantris est un excellent premier roman, émouvant, à l'ambiance particulière très marquante. Une lecture de fantasy qui restera marquée longtemps dans notre mémoire
Lien : http://imaginaire-chronique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1302 critiques

LeFigaro

1576 critiques

LeMonde

1280 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1476 critiques

Bibliobs

1174 critiques

LePoint

574 critiques

LesEchos

875 critiques

Lexpress

3357 critiques

Telerama

2350 critiques

LaPresse

1538 critiques

LaLibreBe...

923 critiques