AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Demain il sera trop tard
18 août 2017
Demain il sera trop tard de Tixier J-C.
Dans cette société futuriste, le système a été refondu. À la naissance, chaque individu est exposé à un test qui lui permet de connaître sa durée de vie. À partir de là, sa vie entière est régit par son terme. Les longs termes disposent d’avantages que les courts termes fantasment et l’antagoniste entre les termes accroît de jour en jour. Pourtant, un grain de sable va venir ébranler tout le système en place. Un grain de sable pas si minuscule, puisque chacun a ses raisons pour se battre contre ces nouvelles technologies et leurs créateurs qui dirigent le monde.

Ce livre m’a rappelé le film « Time Out » que j’avais adoré. Les codes de la science-fiction y sont, sans pour autant tomber dans des clichés sans fins que j’ai de plus en plus de mal à apprécier.

L’histoire est longue, environ 440 pages, ce qui nous permet non seulement nous imprégner de l’univers, mais également de cerner les codes de cette société par le biais d’une description précise, permettant une immersion totale. Mais ce qui m’a le plus marquée, c’est la personnalité des personnages. Chacun est dépeint avec soin, avec des personnalités, un passif et une manière de ressentir les émotions totalement différentes.

Virgil en premier lieu, est un personnage qui a toujours vécu en paix avec ses deux parents et quand le couperet tombe, sa réaction est cohérente. On abandonne les clichés habituels pour un personnage imparfait, que l’on prend plaisir à suivre. Virgil est d’abord égoïste, un brin hautain, mais plus l’histoire évolue, plus il va comprendre ce qui lui arrive et s’engager dans un combat qui le dépasse parfois et qui l’amènera à rencontrer de belles personnes, mais aussi à souffrir. J’ai adoré Virgil, justement parce qu’il n’est pas parfait, il est vrai, il ressent de vives émotions qui l’amène parfois à prendre de mauvaises décisions.

Enna est également un personnage que j’ai adoré. Elle est sombre et agit de manière inconsidérée et égoïste dans bien des situations, mais elle a souffert et on la comprend. On ressent cette rage bouillonnante qui la consume et son besoin de vengeance.

Lou est ma petite préférée. Elle est brillante et sous ses allures d’agent secret, j’ai adoré sa sensibilité.

Au départ, j’ai eu un peu peur de me lasser de cette lecture, pourtant l’action commence immédiatement, mais comme l’univers nous est inconnu, on peut rapidement se retrouver perdu. Hors, j’ai bien fait de continuer, puisque dès le cinquième chapitre, j’étais accro et je ne pouvais plus m’arrêter. On a envie de comprendre le pourquoi du comment et surtout de suivre les personnages dans leurs aventures.

La plume est très accessible, en bon YA et surtout d’une grande fluidité. Les dialogues, surtout, sont parfaitement réalisés et donnent un rythme soutenu à cette histoire déjà pleine d’action et de rebondissement.

L’intrigue en elle-même est géniale. Le travail autour de ce livre m’a vraiment impressionnée et chaque mot, chaque technologie du système comporte un nom. La fin est une fin relativement ouverte et j’ai vraiment apprécié, cela permet de ne pas terminer brutalement et de laisser le loisir au lecteur de faire jouer son imagination.

L’ambiance du livre est souvent très oppressante et l’auteur réussit merveilleusement à nous transmettre les moments de panique, de peur, de soulagement. Quant au sujet, il traite d’oppression, de totalitarisme, de séparatisme, de politique défaillante guidée par des lois bioéthiques largement refondues. C’est à la fois intéressant et fort comme sujet et je trouve intéressant de le traiter ainsi, surtout pour ce public.

Outre la question d’éthique générale, j’ai été amené à me poser des questions quant à notre époque, à l’heure où on est capable de créer des bébés médicaments pour sauver un être malade, à l’heure où la nature commence à être totalement bridée par l’homme, ne sommes nous pas en train d’arriver inexorablement vers cette société peu élogieuse ?

La mort est également un sujet qui revient sans cesse et qui nous oppresse, comment vit-on quand on se sait condamner à mourir quelques années? Comment peut-on mettre un enfant au monde, si on sait qu’il va mourir avant nous? Beaucoup de questions et de moments de détresse psychologique dans cette dystopie. C’est perturbant et à la fois grisant pour le lecteur de ressentir la tension liée à cette peur constante de mourir.

Je suis passée par toutes sortes d’émotions avec ce livre, l’énervement, la tristesse, le dégoût, le sentiment d’injustice profonde qui m’a donné mal à l’estomac plus d’une fois, mais également la hargne puis l’espoir. Certains passages sont très forts et les disparités qui y sont mentionnées m’ont fait sortir de mes gonds, avant de réaliser qu’elles existent déjà dans notre monde. Une belle leçon !

En bref, une histoire originale, écrite avec précision et fluidité avec des personnages attachants et réels et un sujet profond et bien mené qui nous pousse à réfléchir et nous offre un panel d’émotion rare. Une très belle découverte.
Lien : https://lilyn.fr/2017/08/18/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Céleste, ma planète
18 août 2017
Céleste, ma planète de Timothée de Fombelle
Un court roman au style enlevé, plein d'humour et de tendresse ! Néanmoins, je m'interroge toujours sur certains réflexes de la littérature jeunesse : le héros n'évoque que sa mère pour se plaindre du fait qu'elle est absente, ne rentre jamais du travail, un travail de cadre dans une grande société. Certes, on a tous envie de hurler à la mère indigne ! Mais où est le père ? Etrange ! Une mère cadre, est une mauvaise mère. Les autres parents de ce court roman sont deux pères, pauvres, travailleurs mais présents, aimants, attentifs... et la mère de l'héroïne, pauvre, sans travail, absente, même pas droit à une parole, mais "bonne mère"... Je me doute que ce ne sont pas les intentions de l'auteur de conspuer les mères diplômées qui travaillent et font carrière, mais j'en ai assez de trouver toujours latentes ces critiques dans une partie de la littérature jeunesse, d'autant plus qu'elle est insidieuse et distille aux ados un message subliminal : une mère doit se sacrifier pour être acceptable, un père qui est présent et normalement aimant est un père admirable...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Rose givrée
18 août 2017
Rose givrée de Cathy Cassidy
Je crois qu'on ne présente plus Cathy Cassidy, auteur fraîche et pétillante, aux titres de livres qui sont à croquer et des premières de couvertures qui font saliver ! Cathy Cassidy revient avec un one shot des plus génial ! Et oui, nous ne sommes pas loin d'un coup de cœur pour cette histoire, c'est pour vous dire !





Cathy Cassidy nous offre un beau roman à nous mettre sous la dent 😁.





Jude est une jeune ado intelligente, discrète et sérieuse pour son âge. Elle est parfaite, l'ado rêvé pour des parents comme moi mais voilà, elle vit dans une famille pas très orthodoxe ! Son père est le sosie du king, Elvis Presley et oui, rien que ça ! Quand à sa mère, elle est coiffeuse mais elle a tendance à vite déraper et de ne pas filer droit...





Jude vit avec ses grand-parents car ses parents se sont séparés. Sa vie parfaite et bien rangée va pour son plus grand malheur vite déraper... J'ai faillis oublier de vous parler de ce garçon qui est fou amoureux d'elle, Carter qui va y mettre son grain de sel...





Les chapitres sont courts, ce qui permet une belle lecture fluide et agréable pour le jeune lecteur. L'histoire est intéressante, captivante et magnifiquement bien écrite. Les émotions sont bien présentes et ce que va vivre Jude est vraiment émouvant.





L'auteur aborde plusieurs sujets assez délicat comme la séparation des parents qui est difficile à vivre pour les enfants, l'alcoolisme ou encore la mort. Je trouve que les sujets abordés dans ce livre jeunesse sont un peu dur mais bien traités.





Jude est une ado admirable. Malgré sa situation familiale assez compliquée, elle ne laisse rien paraître. Sa force de caractère lui permet de tenir la tête hors de l'eau, j'ai été en admiration devant cette jeune fille. Pour ses treize ans, je l'ai trouvé mature et malheureusement, c'est la situation dans laquelle elle se trouve qui l'a fait grandir aussi vite.





En conclusion, je conseille la lecture de ce one shot qui est vraiment bien écrit, qui aborde des sujets sensibles pour des ados de plus de 13 ans, parce que oui, je pense que les plus jeunes pourraient ne pas apprécier la lecture de ce livre à sa juste valeur...
Lien : http://leslecturesdeladiablo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La couronne des sept royaumes, Tome 2 : Le ..
18 août 2017
La couronne des sept royaumes, Tome 2 : Le prince Tavis de David-B Coe
Qu'on se le dise, David B Coe écrit de la fantasy intimiste, un peu àl a manière de Robin Hobb. En témoigne ce à quoi il s'attache, les relations entre personnages, le développement d'un univers politique et social dans lequel vous ne rencontrerez ni barbare, ni sorcier du chaos, ni dragons, ni princesse à sauver. Il s'attache à décrire un univers fantastique pratiquement en dehors des codes conventionnels. On se croirait presque dans un pan de l'histoire du moyen âge à la différence que tout ici est imaginaire.

Si le premier tome tardait à se mettre en place et rebutait les plus impatients d'entre vous, cette suite elle entre un peu plus dans le vif du sujet. L'histoire progresse peu mais bien, puisque les quelques événements importants et non moins majeurs vont marquer ce second tome et l'auteur s'attarde sur leurs implications, et ce dans tous les domaines. Mais il s'attache surtout et avant tout à ses personnages. Il sont l'histoire et ce sont eux qui la fabriquent. La multiplicité des personnages ne gêne en rien la compréhension de l'histoire tant l'auteur maîtrise la progression de son récit; il est d'ailleurs à noter que le découpage de cette édition favorise cet aspect, les chapitres sont de bonnes tailles et généralement consacrés à un même ensemble de personnages. Personnages qu'il développe autant dans leurs relations, leurs actions interdépendantes les unes des autres. Il analyse à la fois leur psychologie ( il n'est pas rare de se retrouver dans la tête de tel ou tel personnage avant ou après une décision ou une réflexion), et leurs rapports ainsi que les incidences et leur évolution. De fait, les personnage acquièrent une profondeur et une dimension plus que conséquentes, leurs personnalités bien distinctes finissant par s'imposer et se détacher. Si j'avais un peu de mal avec les patronymes dans le premier tome, ce n'est désormais plus le cas, et ce, du fait de la très forte et très juste caractérisation de chaque personnage important. Je note d'ailleurs que l'auteur ne prend pas la peine de les décrire en détail, si ce n'est par quelques éléments physiques et/ ou physionomiques qui restent largement restreints. Au contraire, il dresse un portrait très distinct dans leur place, leur présence et leurs interactions dans et avec l'histoire. Ainsi le lecteur ne s'attache pas à une apparence physique spécifique mais bien à une personnalité. C'est ce qui rend le récit de David B Coe intéressant et attachant, malgré sa longue mise en place.

Les derniers chapitres de ce tome montrent l'importance et la place des Quirsis au sein de cet univers si riche, et démontrent à quel point leur rôle va l'influer de manière majeure.

Il s'agit là du tome qui a fini de me convaincre de lire le cycle entier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Un hippie sur la route
18 août 2017
Un hippie sur la route de James Hadley Chase
L'un des meilleurs romans de Chase, à classer parmi les grands romans policiers.
Commenter  J’apprécie          00
Hunger Games, tome 1
18 août 2017
Hunger Games, tome 1 de Collins Suzanne
Super livre avec un univers bien construit et très attractif. Des personnages principaux attachant, une histoire fabuleuse avec un très gros suspense. Toujours plus d'obstacle horrible à surmonter, ce qui empêche de lâcher le livre. Je l'ai moi même terminer en une demi journée ( et une bonne partie de la nuit). On se perd un peu entre les gentil, les méchant et ceux qui sont dans le même pétrin mais ça ajoute de la trahison qui peu surgir a tous moment.
Commenter  J’apprécie          00
Chicago Requiem
18 août 2017
Chicago Requiem de Carine Foulon
http://liliandtheworldofbooks.blogspot.be/2017/08/chicago-requiem-lu-par-gwen.html



Tout d'abord, il faut savoir que cette histoire se déroule dans les années 20, donc, le temps des verbes sont pour la plupart au passé simple et il y a du vocabulaire d'époque (logique me direz-vous). Ensuite, tout au long du roman, on change de personnage tout le temps. Il faut vraiment être concentré sinon on arrive plus à suivre! Il faut un petit temps d'adaptation.



En ce qui concerne l’intrigue, nous sommes le plus souvent William Handerson, jeune homme en couple avec Susan et leurs deux enfants. Il a une soeur Mérédith, une vraie garce! Inutile de dire que je ne l'aime pas du tout.



En conclusion, ce livre m'a vraiment donné du mal. Étant donné que je n'aime pas finir les livres, j’ai tenu bon et je ne regrette pas, car l’intrigue devient intéressante vers les 150 pages. J'ai appris à apprécier William, j'ai eu de l'empathie pour lui... Combien de fois je me suis dit, oh le pauvre.

Le synopsis m'avait vraiment donné envie, de lire ce livre, j'ai été déçu. Néanmoins, l'intrigue est vraiment bien trouvée et entraînante. On ne devine pas la fin. Bravo Carine Foulon.

Cette histoire ne m'a pas convaincu, mais elle vous conviendra peut-être, car il y a des idées et un déroulement surprenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Qui a tué Heidi ?
18 août 2017
Qui a tué Heidi ? de Voltenauer Marc
Un livre tout particulier pour moi puisque Marc m'a fait l'immense honneur de participer aux relectures. J'ai pu, pour la première fois, voir l'évolution d'un livre, le travail acharné des modifications, les changements, les doutes, les interrogations et croyez moi...c'est un travail de très très longue haleine !!!

Mais quel partage et quelle magnifique aventure ! Un véritable bonheur 🙂

Alors ? Vous êtes prêts ?

On pose tout. On s'installe. On s'assure de ne pas être dérangé. On éteint son téléphone. On débranche la sonnette (Couper le fil rouge ou ....était-ce le vert ?😁)

On se plonge dans ce livre qui fera à coup sûr un strike !

A vos marques ! Prêt ! Partez !

La couleur est annoncée. Un prologue qui nous fait clairement comprendre que ce ne sera pas une simple balade de santé ! On croche sa ceinture et on attaque !

On retrouve avec plaisir l'inspecteur Andreas Auer et toute la clique après la folle enquête du "Dragon du Muveran".

Des personnages qui vont, d'ailleurs, prendre de la dimension, de l'ampleur et qui vont surtout se retrouver la tête la première dans une machine qui semble ne plus pouvoir s'arrêter.

Que diable vient faire un tueur à gage à Gryon ? Qui est "L'homme qui s'enivrait du parfum de sa mère" ? Que s'apprête-t-il à faire ? Qui est Heidi et pourquoi donc a-t-elle été tuée ? Qui est Mangiafuoco ? Qui est l'usurpateur et pourquoi ?

Un rythme effréné. Des concordances dans les personnages savamment disposées qui font que tous ou chacun pourraient être le coupable. C'est clairement ce qui est mené avec la plus grande maestria dans cet opus.

Un petit côté Läckberg avec ce style très nordique mais à la sauce demi-suisse. Un joli clin d'œil à Thomas Harris et au "Silence des agneaux". Les initiés reconnaitront les scènes 😉

Une scène où, par contre, l'on trouve un personnage que seul les amateurs de polar suisse reconnaîtront et c'est même pas sûr, faut être attentif ! Joli clin d'œil, c'est génial ! Bravo les amis 🙂

L'inspecteur Andreas Auer devient véritablement un personnage étoffé avec cette deuxième histoire. On s'attache à lui pour de bon et pour le coup, on est foutu ! Plus émotionnel, on le découvre avec ses forces mais surtout ses faiblesses. Comme un ami, on vit ses aventures avec empathie et je ne vous dis qu'une chose... Il va clairement être mis à mal dans cet épisode !

Une belle évolution dans le style et dans la plume pour un deuxième livre et ce n'est que le début...La bonne nouvelle ? Les péripéties d'Andreas, c'est certainement pas fini mais chut je ne vous ai rien dit 😇

Encré dans un contexte 100 % suisse avec tous les détails du folklore et c'est jubilatoire !

Un excellent parcours musical.

Des personnages haut en couleur, au destin tragique pour certains mais qui ont finalement tous de bonnes raisons de....

Une homosexualité omniprésente, défendue d'une jolie manière dans cette normalité qui lui est due.

Des descriptifs excellents, comme celui que j'ai choisis en extrait. Un passage qui m'a particulièrement fascinée, criant de vérité. L'odeur de la mort, je la connais. Elle est ancrée en moi à tout jamais et en lisant ces quelques lignes, j'ai retrouvé chaque molécule de cette odeur dont personne ne veut donner de nom, dont personne ne veut même parler...c'est fort !

On nage, on se retrouve la tête sous l'eau, on essaye de regagner la berge, on essaie de trouver...c'est lui ! Mais oui c'est lui ! Mais non ! Et pourtant...je croyais...j'ai pensé...

C'est bon ou j'en rajoute encore pour vous faire saliver ?

Une chose est sûre Gryon n'est définitivement plus un charmant petit village tranquille où il fait bon vivre !

Et encore une chose...Un conseil...Soyez vigilant... Chaque petit détail, chaque petite chose pourrait être un indice ...Bien que je vous défie de dénouer ce sac d'embrouilles et de trouver le coupable.

Allez ! Soyons fou ! Je paye un souper à celui qui trouvera avant la fin qui est "l'homme qui s'enivrait du parfum de sa mère" !!!

(Sangpages@bluewin.ch pour les paris 😁)
Lien : https://sangpages.com/2017/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Changement de décor
18 août 2017
Changement de décor de David Lodge
Très drôle et très bien construit. On reconnaît l'exercice de style du professeur de lettres, qui rédige chaque chapitre comme un exercice de style (le roman épistolaire, le narrateur omniscient, le dialogue théâtral...). On espère ne pas reconnaître les vies des profs d'université, entourés d'étudiants/es plus ou moins libérés et plus ou moins politisés de la fin des années 60... Clichés revendiqués sur l'Amérique vs l'Angleterre, humour british féroce, j'adore!
Commenter  J’apprécie          00
The beer bible
18 août 2017
The beer bible de Jeff Alworth
Avec sa prose engageante, son style informel et détendu, mettant l'accent sur l'hédonisme, sur le plaisir de déguster, sur la découverte des styles, the beer bible est une excellente approche pour qui voudrait aborder le monde enchanteur de la bière sans se perdre dans des considérations trop techniques.



Ce manuel constitue une excellente source d'information avec, pour chaque style de bière présenté, des approfondissements historiques, des description succinctes, des notes de brassage, des développement sur l'évolution des bières, des anecdotes pertinentes, des conseils de styles de bières similaires à votre genre préféré et la présentation des breuvages les plus représentatifs à déguster d'urgence.



Un excellent livre de vulgarisation, discrètement didactique, richement illustré, bénéficiant d'une présentation attrayante, décliné sur un mode informel, sympatrique et moderne.
Commenter  J’apprécie          10
Neverland
18 août 2017
Neverland de Timothée de Fombelle
Neverland, c’est le monde de l’enfance. L’auteur se souvient, ressent à nouveaux les bribes de son passé qui faisaient son enfance.



Dans ce livre plutôt court, vous ne trouverez pas une véritable histoire, mais des mots pleins de poésie qui racontent l’enfance, celle de l’auteur, évidemment, mais également l’enfance en générale et fera certainement remonter des souvenirs en vous.



Un très beau texte qui me donne (enfin !) envie de découvrir le reste de sa prose !
Lien : https://girlkissedbyfire.wor..
Commenter  J’apprécie          00
Gazoline Tango
18 août 2017
Gazoline Tango de Franck Balandier
À ne pas manquer. Tout y est sans désordre aucun. de la gestation de Benjamin dans le ventre de sa mère jusqu'à ce qu'il soit capable de voler de ses propres ailes, non sans difficultés. Des bruits et les hurlements

agressifs de côté de la paroie abdominale, perçus par un embryon qui s'épanouit comme il le peut dans le liquide amniotique un tantinet chaotique. le refus de la maman tétanisée par la peur d'en assumer l'existence future, au point d'imaginer se débarrasser de ce nouveau-né encombrant. Et puis une "drôle" de cohortes d'amis bizarres, qui vont amener Benjamin avec son casque visé sur les oreilles, le héros à maturité si on peut appeler celà comme ça. Une bande de personnes toutes plus bizarres, dans une cité bizarre, un piège pour ceux qui n'y mettent jamais les pieds, dans une banlieue des oubliés. Il s'agit bien là d'une véritable chronologie, bien au delà d'un simple roman. Il n'y a rien de simple. C'est un livre majestueux et tendre. Un vrai régal avec des anecdotes poétiques savoureuses, truffées d'une authentique bienveillance. Un humour pas forcément noir et pourtant du noir, il y en a dans ce récit, bien "persillé" à point, mais pas que!....Juste de quoi le lire d'une seule traite. Bref, le déguster d'un bout à l'autre. C'est pour dire que l'enfance, et la vivre comme un enfant, c'est loin d'être facile. La mienne, mon enfance m'a interpellé dans ce très beau livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Anonymous : Souviens-toi du 5 novembre
18 août 2017
Anonymous : Souviens-toi du 5 novembre de Anonymous
Un thriller politique qui met en scène une véritable théorie du complot et qui trouve ses sources il y a plus de quatre siècles.



En débutant cette lecture, je ne connaissais rien aux Anonymous ou au personnage de Guy Fawkes. Un côté historique qui m'était totalement inconnu et que j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir.



Au fil des chapitres on va passer d'un présent (qui nous est futur) à un passé vieux de quatre siècles. Une histoire qui fait référence à des personnages illustres, célèbres, dont on va découvrir un aspect insoupçonné de leur vie. On débutera l'histoire à son commencement pour se rapprocher de plus en plus du présent. J'ai adoré la partie sur Shakespeare tandis que je me suis sentie plus étrangère sur les autres. Surtout de par les noms des protagonistes, j'ai eu le sentiment que les faits, les situations, se répètent sur les différentes époques.



Un récit où on a beaucoup de mal faire la distinction entre l'historique et le fictif. J'ai souvent ressentie l'envie de faire quelques recherches afin de savoir si les faits évoqués sont réels ou juste sortis de l'imagination de l'auteur. Il fait référence à des meurtres connus, qui ont réellement eu lieu. Des doutes qui ne m'auront pas quitté durant toute ma lecture.



Une histoire qui fait peur. Parce qu'elle met en avant les projets top secrets du gouvernement. Une élite, Octopus, qui a tout pouvoir et s'adonne à une sorte de lavage de cerveau, de reconditionnement pour amener des personnes à leur servir d'esclave en leur enlevant toute volonté. Et puis les pirates informatiques capables de provoquer un véritable cahot. Qu'une personne assisse derrière son écran puisse engendrer la fin du monde, de la vie telle qu'on l'a toujours connu, la fin des puissances mondiales.



La plume de l'auteur est agréable et le fait de passé sans cesse d'une période à l'autre donne un bon rythme au récit. Ne pas avoir la culture des faits ou personnages évoqués a quelque peu compliqué ma lecture. Mais, même en tant que néophyte, j'ai ressenti du plaisir à plonger au coeur de cette machination.
Lien : http://unmondedepassionsetde..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Un certain M. Piekielny
18 août 2017
Un certain M. Piekielny de François- Deserable
D'abord, c'est très très mal écrit. Et à vrai dire c'est le livre typique du jeune homme qui croit en son propre génie , et écrit pour se mettre en scène lui-même sur le dos d'un autre. Gary, évidemment, n'aurait jamais fait ça. L'ironie de cour de récré avec laquelle FHD parle de la guerre est honteuse (et encore une fois : qu'est-ce que c'est mal écrit !) C'est bourré de jeux de mot style L'Express (cf. la première page : un personnage parle d'enterrement de vie de garçon, mais FHD enlève le "vie de garçon" pour fabriquer un quiproquo... Oh la belle idée ! oh l'originalité !)

C'est très bébé dans les idées. Une enfilade de lieux communs à propos de l'imagination, de la mémoire, de l'écriture. De toute évidence, FHD, n'a pas beaucoup lu, et/ou très mal lu. Il le dit lui-même : il s'y est mis tard... Il ferait bien de continuer à lire à mon avis et de ne pas, comme il le dit, "gâcher les arbres de la forêt" (quel mot d'esprit ! il demande pardon aux arbres ! quelle originalité vraiment !)

Résumé du livre : des lieux communs partout, extrêmement mal écrits, par un jeune narcissique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Dictionnaire des belgicismes
18 août 2017
Dictionnaire des belgicismes de Michel Francard
Pour entrer en la Belgique par ses mots, si vous n'êtes pas belge.

Pour connaître prendre conscience de votre identité linguistique, si vous êtes belge.

Un dictionnaire très complet, qui identifies les belgicismes par régions et donne en outre leur caractère plus ou moins (archaïsme, mode récente...)
Commenter  J’apprécie          00
Un fils en or
18 août 2017
Un fils en or de Shilpi Somaya Gowda
Si vous désirez :

Un livre très distrayant,

Une histoire touchante,

Des personnages hauts en couleur,

Découvrir les us et coutumes de l'Inde, même les plus barbares, notamment en ce qui concerne les femmes,

Presque sentir les odeurs de terre mouillée, l'argile des poteries de Leena, et celles de l'hôpital de Dallas,

Un roman magnifique, avec des héros ordinaires, et d'autres extraordinaires,

Une oeuvre addictive, les 520 pages défilent (trop vite) et un style efficace,

Passer un très bon moment,

Alors ce livre est fait pour vous.







Commenter  J’apprécie          00
La vie très privée de Mr Sim
18 août 2017
La vie très privée de Mr Sim de Jonathan Coe
Comme toujours chez Coe, du cynisme, de l'absurde et beaucoup d'humour. Tellement bien fait qu'on en sort quasi aussi déprimé que le personnage!
Commenter  J’apprécie          00
Les heures lointaines
18 août 2017
Les heures lointaines de Kate Morton
Un bon gros roman pour un été paresseux dans une chaise longue . Il y en a des heures de lecture dans ce pavé (un peu trop peut être ?) mais comment ne pas être envoûté par cette terrible histoire familiale avec un patriarche auteur d'un livre best seller "la véridique histoire de l'homme de boue" qui a enchanté des générations de lecteurs, ses trois filles qu'il tient étroitement sous sa coupe à coups d'interdits et de chantage affectueux, et surtout le château dans lequel ils vivent Midelhurst, cette demeure fastueuse qui peu à peu sombrera dans l'abandon.

A l'automne 1939 pour protéger les enfants des bombardements aériens, les londoniens expédiaient leur progéniture à la campagne et la jeune Meredith a été évacuée vers Midelhurst où elle a vécu une année extraordinaire découvrant la littérature et l'écriture avec les trois soeurs Blythe et nouant une amitié exclusive avec Juniper la plus jeune d'entre elles.

Meredith a toujours gardé le silence sur cette période de sa vie qui l'a pourtant profondément marquée et sa fille Edith brûle d'envie de découvrir son secret. Elle va se rendre à Mildehurst pour visiter le château où elle sera reçue par trois vieilles dames dont l'une a perdu la raison . Elle ne se doute pas alors qu'elle va mettre le pied dans un engrenage qui la conduira à s'attacher à la demeure et à ses habitantes et à mettre au grand jour de terribles secrets qui ont été enfouis dans les coeurs mais aussi ailleurs....

L'idée d'alterner les récits entre la période de la seconde guerre mondiale et la période contemporaine et de mettre le projecteur du récit sur l'une ou l'autre des femmes qui en sont les héroïnes, n'est pas neuve mais le processus fonctionne quand même bien et contribue à relancer l'intérêt du lecteur. Tous les personnages sont attachants et même émouvants, bien que leurs réactions paraissent anachroniques de nos jours, illustrant le poids des traditions dans une société d'avant-guerre qui n'avait pas beaucoup changé depuis l'époque victorienne.

J'ai apprécié la mise en avant de la littérature dans ce roman tournant autour du livre du père mais aussi de ceux de Saffy, qui ne cessera sa vie durant de noircir des pages sans jamais se publier, du journal de Meredith , de la vocation d'éditrice de sa fille Edith.

Une preuve de plus que les australiens sont fascinés par la Grande Bretagne et s'approprient avec brio les fondamentaux du roman anglais pour le plus grand bonheur des amateurs du genre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le Chat du Rabbin, tome 1 : La Bar-Mitsva
18 août 2017
Le Chat du Rabbin, tome 1 : La Bar-Mitsva de Joann Sfar
Drôle, tendre, intelligent, parfois impertinent. Un lecture qui invite par l'absurde à la tolérance.
Commenter  J’apprécie          00
Dr La Mort
18 août 2017
Dr La Mort de Jonathan Kellerman
Un bon roman policier, très agréable à lire, avec tous les ingrédients du genre qui, certes, n'est pas révolutionné mais il serait dommage de bouder son plaisir. Un roman qui, même s'il n'est pas "super nerveux", maintient notre attention et bénéficie, en prime, d'une fin inattendue.
Commenter  J’apprécie          00


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1390 critiques

LeFigaro

1605 critiques

LeMonde

1412 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1536 critiques

Bibliobs

1213 critiques

LePoint

595 critiques

LesEchos

885 critiques

Lexpress

3402 critiques

Telerama

2419 critiques

LaPresse

1579 critiques

LaLibreBe...

958 critiques