AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Marquer les ombres
24 septembre 2017
Marquer les ombres de Veronica Roth
Je fais partie de ceux qui n’avaient pas du tout aimé Divergente. C’est donc un peu sceptique que je me suis lancé dans le dernier roman de en date de Veronica Roth : marquer les ombres. Je voulais toutefois laisser une seconde chance à cette Auteure de me convaincre.



J’avoue que les débuts ont été laborieux. Je m’ennuyais ferme dans cette nouvelle saga qui commence et par 3 fois j’ai mis ma lecture de côté. Mais mon côté tenace m’a poussé à persévérer et bien m’en a pris d’ailleurs ! Je m’explique :



Comme je l’ai dit, on met donc un certain temps avant de rentrer dans cette histoire, mais une fois que l’on y parvient on découvre un univers original et intéressant, avec une science-fiction qui n’est pas sans rappeler la Fantasy par moments, avec notamment les combats dans les arènes, les dons-flux et les préparations de potions.



C’est aussi une sorte de space-opéra avec de nombreux personnages, issus de diverses planètes composées de nombreuses villes. Heureusement un glossaire explique tout en fin de livre !



On est dans du Veronica Roth donc je ne surprendrai personne en disant qu’évidemment il y a une romance qui s’installe peu à peu entre les 2 principaux protagonistes, ce qui ravira certains lecteurs et en rebutera d’autres.



Mais fort heureusement, il y a aussi de l’action, avec notamment vers la fin du livre une scène qui ne sera pas sans rappeller aux plus vieux lecteurs les intrigues de Mission Impossible.



Enfin, le livre se termine sur une fausse révélation, que je dévoilerai pas ici.



Pour conclure je dirai que ce premier tome fait en quelque sorte office d’introduction, et constitue une bonne surprise dont on a hâte de connaitre la suite !
Lien : https://cinquantenuancesdeli..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Crazy Love
24 septembre 2017
Crazy Love de Joh Harper
Eva, son frère Elliott et le meilleur ami de ce dernier, Alex, ont fait les quatre cent coups ensembles. Eva n'a jamais pu avouer ce qu'elle ressentait à Alex, alors qu'elle prend son courage à demain, lors du mariage de son frère et après un baiser enflammé entre elle et Alex, ce dernier repart au bras d'une autre, terriblement déçu, Eva, décide de ne plus faire confiance aux hommes. Jusqu'au jour où Léo, entre dans sa vie et la chamboule. Alors qu'elle s'apprête à donner sa chance à Léo, voilà que débarque son frère Elliott ainsi qu'Alex qu'elle n'a pas revenu depuis deux ans. Comment se passera la cohabitions avec Alex ? Pourquoi lui fait-il toujours autant d'effet ?



L'auteur nous offre une romance aux multiples rebondissements, on ne s'ennuie pas une seconde, on est surpris tout du long de notre lecture. De plus, on a qu'une envie de savoir qui d'Alex ou de Léo gagnera le cœur d'Eva, et on ne peut que s'attacher à ses personnages.



Eva est une héroïne qui forte en apparence, mais qui est chamboulé par ses deux mâles qui mettent le paquet pour la faire craquer, qui arrivera à gagné son cœur ? Alex ? Léo ? D'ailleurs, qui ne le serais pas face à ses deux spécimens.



Une romance qui m'a littéralement embarqué, j'ai été suspendu aux lèvres des protagonistes avec qu'une envie de savoir qui sera l'heureux élu, tout en ne voulant pas finir ma lecture trop vite. Pour ma part, c'est un coup de cœur pour l'histoire d'Eva et Alex ainsi que pour la plume de l'auteur qui est fluide, prenante, et captivante et stupéfiante qu'il est impossible d'y résister.
Lien : https://l.facebook.com/l.php..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
The first love melt in ultramarine
24 septembre 2017
The first love melt in ultramarine de Yuki Ringo
Voici un genre que je n’ai pas l’habitude de lire et pourtant voici un manga que j’ai beaucoup apprécié. Il raconte une très belle histoire d’amour entre deux lycéens, sur fond de harcèlement scolaire et de violences sexuelles. Il aborde en effet le thème de la persécution que les homosexuels peuvent subir. Tout ceci est traité avec subtilité et justesse.



J’ai trouvé le dessin très beau et limpide.



Que dire de plus si ce n’est que The first love melt in Ultramarine est une très belle histoire d’amour, tout en finesse, avec des scènes d’amour entre les 2 protagonistes qui restent soft et sans vulgarité. L’Amour avec un grand « A », celui là même qui est universel et qui ne devrait pas poser problème qu’il soit entre 2 êtres de sexe opposé ou bien du même sexe.
Lien : https://cinquantenuancesdeli..
Commenter  J’apprécie          00
Dans le Jardin de l'Ogre
24 septembre 2017
Dans le Jardin de l'Ogre de Slimani Leila
Après avoir eu un coup de coeur l’année dernière pour Chanson douce, j’avais très envie de découvrir également le premier roman de Leïla Slimani.



Une fois de plus, la plume de la romancière est accrocheuse et le thème ne manque pas d’originalité avec l’histoire de cette jeune femme victime d’addiction sexuelle.



L’auteure se glisse avec réalisme dans la peau de cette héroïne prisonnière de ses pulsions au quotidien. Jamais rassasiée, accumulant les mensonges, Adèle va s’autodétruire peu à peu.



Pas de jugement ici dans ce récit et le ton est juste. J’ai été touchée par la fragilité de la jeune femme, par sa souffrance et sa lutte constante face à ses désirs.



Leïla Slimani frappe fort avec ce roman dérangeant qui nous offre le portrait percutant d’une femme esclave de ses pulsions sexuelles.
Lien : https://mesechappeeslivresqu..
Commenter  J’apprécie          00
Paranormale Antiquité : La mort et ses démons e..
24 septembre 2017
Paranormale Antiquité : La mort et ses démons en Grèce et à Rome de Catherine Schneider
Je suis une petite nature, les stryges m'ont fait peur... je me suis accrochée quelques pages ensuite, mais cette image est revenue me hanter. Finalement, j'ai rendu le bouquin à la médiathèque sans l'avoir fini...



Cela étant, un chouette livre pour se renseigner sur le paranormal dans l'Antiquité, voir les survivances de ces récits dans nos fictions d'aujourd'hui, et puiser des idées pour écrire des textes à thèmes !
Commenter  J’apprécie          00
L'Appel du Coucou
24 septembre 2017
L'Appel du Coucou de Robert Galbraith
Ici on a affaire à une nouvelle saga, cette fois-ci policière, où l’on suit le détective privé Cormoran Strike, dans ses enquêtes.



Alors d’abord, j’ai trouvé ce dernier très sympathique. Cormoran Strike est un ancien policier militaire, ayant perdu une jambe au combat, fraîchement séparé de sa compagne et accessoirement fils d’une ancienne rock star. C’est aussi un vrai colosse au caractère bien trempé. Alors, oui j’avoue un j’ai eu un vrai coup de cœur pour son personnage.



J’ai également beaucoup aimé, sa secrétaire intérimaire, Robin, une jeune femme efficace, qui prend de nombreuses initiatives et n’a pas froid aux yeux.



Ces deux là réunis confèrent un duo de choc !



Concernant l’intrigue elle est vraiment bien ficelée et truffée de détails très malins. Si bien que même si j’ai soupçonné le vrai coupable à plusieurs reprises, je n’étais jamais sûre de rien et du coup j’ai aussi soupçonné d’autres protagonistes. Ainsi le doute a subsisté tout du long du roman, jusqu’au dénouement final où Cormoran Strike démontre qu’il n’est pas né de la dernière pluie et qu’il est un fin limier !



En bref, j’ai vraiment pris plaisir à suivre cette enquête avec 2 personnages attachants et je lirai donc les 2 autres tomes qui sont sortis, à savoir Le ver à soie et La carrière du mal.
Lien : https://cinquantenuancesdeli..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Comment vivre en héros ?
24 septembre 2017
Comment vivre en héros ? de Fabrice Humbert
Humbert Fabrice – "Comment vivre en héros ?" – Gallimard/NRF, 2017 (ISBN 978-2-07-274119-7) 416 pages



Fabrice Humbert poursuit l'exploration d'un monde qu'il connaît bien (cf recension de son précédent livre intitulé "Éden utopie"), celui de la gauche bobo-caviar-socialo

- qui détruisit le Parti Communiste dès avant la chute du mur de Berlin – remarquable portrait du père du héros, Marcel, ouvrier communiste, mais par ailleurs fruit du déclassement des descendants des agriculteurs –,

- cette "gauche" amalgamée et sciemment cocufiée par le Parti Socialiste de Mitterrand (qui instaure le scrutin à la proportionnelle en 1986 pour tirer des limbes le Front National),

- qui détourne et capte à son profit la nébuleuse cultureuse et tout particulièrement les "petits profs" engendrés par ces parents communistes, milieu par lequel le PS d'un Strauss-Kahn/Dodo-la-Saumure parvient à prendre le dessus dans l'ancienne "banlieue-rouge" (on voit même passer le Braouezec – certes orthographié avec une faute d'orthographe dans le patronyme -, pitoyable gauchiste égaré qui appela à voter pour le jupitérien freluquet Macron).

Tout ceci magistralement rendu à travers le parcours public du personnage central, dénommé Tristan.



Mieux encore, Fabrice Humbert parvient également, sans voyeurisme, à restituer une bonne part de la vie privée de ce couple improbable formé par Tristan (issu d'une famille ouvrière communiste) et son épouse Marie (issue d'une de ces familles de la gauche caviar qui se proclamait rocardienne, pôvre Rocard littéralement pulvérisé, humilié par son vicieux Tonton, avant de découvrir le monde du fric), doublant ces parents de leur progéniture, un Alexandre au destin (un peu trop) tragique, une Julie à l'image (un peu trop appuyée) de ces myriades de jeunes femmes "émancipées, libérées, battantes" (et tout et tout, la liste des adjectifs est quasi inépuisable) abondamment proposées en modèle absolu dans les colonnes de "Elle" et autres feuilles de choux de même acabit.



Seule ombre au tableau : ce récit –certes fort bien mené – ressemble plus à un compte-rendu, une chronique, un état de l'existant qu'à une œuvre littéraire. Pour ma part, je n'y retrouve pas la qualité du style qui faisait l'originalité de "l'Origine de la violence", de la "Fortune de Sila" et même d' "Eden utopie".

Dommage.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le diable dans la ville blanche
24 septembre 2017
Le diable dans la ville blanche de Erik Larson
Formidable travail de recherches historiques, livre dense, presque trop, je n'ai pas était séduit par le style et ait préféré les anecdotes du style le paysagiste qui a fait central park est celui qui a travaillé sur l'expo, le père de Walt Disney a travaillé également sur l'expo, Cody a donne des spectacles là-bas, la 1ère grande roue y a vu le jour etc...

Le livre est proposé comme un thriller, je conteste, pour moi c'est un ouvrage historique.

Larson a voulu opposer les deux faces de l'Amérique que l'on nous vend souvent capable du meilleur et du pire, je salue l'effort mais son livre manque de rythme.
Commenter  J’apprécie          00
Chasseuse de la nuit, tome 1 : Au bord de l..
24 septembre 2017
Chasseuse de la nuit, tome 1 : Au bord de la tombe de Jeaniene Frost
Il y a ici tous les ingrédients pour faire une bonne série :



De l’action, de l’aventure, des sentiments, pas trop de sexe (ce qui est surprenant pour une bit-lit) et une mythologie originale et intéressante autour des vampires.



Les 2 personnages principaux Cat et bones, sont attachants et il y a même un brin de psychologie dans les relations qu’entretiennent Cat et sa mère.



Que dire de plus, sinon qu’après avoir terminé le tome 1, j’ai très envie de me jeter sur le tome 2.
Lien : https://cinquantenuancesdeli..
Commenter  J’apprécie          00
La passe-miroir, tome 3 : La mémoire de Babel
24 septembre 2017
La passe-miroir, tome 3 : La mémoire de Babel de Christelle Dabos
Le 3e Tome de la saga Pass-Miroir fût à mon goût un peu moins bon que le 2e.

Une partie de cette raison est dû au fait que ce tome est consacré essentiellement à Thorn et Ophélie. La présence d’Archibale, la Tante Roseline et Bérénilde m’a manqué. Je trouve qu’ils apportent un plus à l’histoire et ils sont hyper attachant...

Mais qui dit nouvelle arche dit nouveaux personnages et nouveau décor! Babel est une cité très en couleur, climat tropicale et très censuré. Ca ne rigole pas! Cela dit c’est agréable de découvrir un peu plus de ce monde éclater, quitter le froid du polaire. J’étais surprise par les differentes contrariétés qu’il y a sur cette arche. Les différences de niveaux socials sont encore plus accentué qu’au Pôle.



Dans ce 3e opus, notre liseuse devient étudiante au Mémorial. Elle apprend à affrondrir ses “lectures” et souhaiterait devenir une virtuose dans son domaine pour avoir accès aux livres du Secrétarium. Je dois dire que quand j’ai compris à la fin du 2e tome que l’on changeait d’arche, je m’étais imaginer voyager, découvrir comme si l’on partait pour un road trip. Finalement, le voyage s’est vite arrêter et notre pauvre Ophélie se doit de travailler d’arrache pied car la concurence n’est pas des moindre. Christelle Dabos, nous a tout de même fait découvrir Babel et sa culture grâce à son ingénuosité.

Que se passe-t-il entre Thorn et Ophélie? Je prefére de rien dire, je ne veux spoiler personne ;)



A mon goût, ce tome était consacré à prépaprer le terrain pour le 4e et dernier tome de la saga. Les lectures d’Ophélie nous en apprennent beaucoup et pourtant il y a toujours cette part de mistère autour de Dieu et de l’Autre.

Les derniers chapitres sont juste “Whaaa” et promettent une suite just ENORME!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La première fois que j'ai été deux
24 septembre 2017
La première fois que j'ai été deux de Archibald Ploom
Je ne vais pas vous mentir, ce qui m'a fait lire ce livre, c'est tout simplement la couverture. J'ai été charmée, je l'ai trouvé parfaite, attirante et j'ai tout de suite voulu découvrir ce qui se cachait derrière ces magnifiques couleurs... J'aurais peut-être dû chercher à en savoir davantage.



Je me suis retrouvée en présence d'une romance, une jolie histoire d'amour, une première fois. Karen va avoir 18 ans, elle n'a jamais eu de petit ami, elle ne s'y intéresse pas du tout, elle préfère s'investir dans ses études. Ses deux meilleurs amis, Mélanie et Jonathan ne la quittent plus. Mélanie est bien différente, elle aime faire l'amour et ne se prive pas de sortir avec tout un tas de garçons sans que l'histoire ne dure plus de 2-3 jours. Jonathan est réservé, il n'a jamais embrassé une fille mais rêve d'être le grand amour de Mélanie qui, de son côté, ne s'en soucis guère.



Mais lorsque Tom, un jeune anglais va débarquer dans leur lycée, la vie de Karen va changer. Elle va découvrir l'amour, le vrai. Mais va-t'elle réussi à vivre cette histoire pleinement? Elle va lui proposer un défi. Réussiront-ils à le gagner?



Dans ce roman, on trouve également de l'histoire, Karen et Tom ayant des similitudes historiques familiales.Des petites touches du passé que j'ai appréciées.



J'ai beaucoup aimé le personnages de Mélanie qui pense être la plus heureuse des jeunes filles mais qui se voile la face. Sa personnalité m'a plu, elle est fragile, un peu perdue, mais se montre plutôt positive et joyeuse. Quant à Karen, je dois avouer que je ne l'ai pas bien aimé, elle peut paraitre parfois hautaine et bien trop sérieuse. Elle ne profite pas assez de la vie et reste sur ses réserves, c'est dommage, mais c'est telle qu'elle que l'auteur a voulu la dépeindre.



La fin est très intéressante, je ne m'y attendais pas du tout. Mais n'y-a t'il pas une suite de prévue Monsieur Ploom?



Une belle romance mais une écriture un peu trop "lourde", des longueurs auraient pu être évitées pour en faire un roman plus épuré et plus rythmé.
Lien : http://leslecturesdemaryline..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Trois jours chez ma tante
24 septembre 2017
Trois jours chez ma tante de Ravey Yves
C'est un article de Culturebox qui m'a décidée à lire Trois jours chez ma tante, d'Yves Ravey. J'étais donc très heureuse de pouvoir le sélectionner parmi l'offre de Masse Critique et très contente de le recevoir! Je me suis jetée sur la lecture :-)



La journaliste de Culturebox (Laurence Houot) n'y dit-elle pas la vérité? Si, mais de manière beaucoup plus positive que je ne le ferais, lecture faite.



C'est vrai, l'auteur s'attarde "sur les petits détails anodins" qui "ne font pas avancer l'intrigue. Ils posent un décor, une ambiance." C'est vrai que l'ambiance est "pesante, oppressante" et que le suspense monte peu à peu. Enfin, dans les trois dernières pages... et encore: j'avais deviné.



Même chose pour "la pincée d'humour noir": c'est vrai, on la trouve, en cherchant bien ;-)



Bref, j'ajouterais: par bonheur, ça se lit en une heure trente...
Lien : http://adrienne.skynetblogs...
Commenter  J’apprécie          00
A la vie à la mort, tome 1 : Pierrot le fou
24 septembre 2017
A la vie à la mort, tome 1 : Pierrot le fou de Rodolphe
Février à novembre 1946. Le gang des tractions terrorise la France et réalise le casse du siècle en braquant la Poste de Nice. Menée par Pierrot le fou qui devient le premier malfaiteur de l’histoire à porter le titre « d’ennemi public n°1 », la bande écume Paris et la province semant la mort et la désolation sur son passage.



Rodolphe adapte ici plus ou moins fidèlement son récit publié en 2015 « La légende de Pierrot le fou ». La chronologie est davantage bousculée, c’est plus rythmé, plus visuel (forcément !) mais les nombreuses ellipses risquent de perdre en route plus d’un lecteur peu au fait de l’histoire du fameux « gang des tractions » ayant terrorisé pendant quelques mois une France à peine libérée de l’occupant allemand.



L’album s’ouvre sur la mort de Pierrot, fait un crochet par sa rencontre avec Joe Attia en Tunisie pendant son service militaire, s’attarde sur la formation du gang, revient sur le passé de résistant et de collabo de son chef. Se dresse au fil des pages le portrait d’un opportuniste prêt à tout pour s’enrichir, d’un homme à femmes séducteur, d’une tête brûlée préparant méticuleusement chacun de ses coups mais capable de coups de sang ravageurs.



C’est bien mené, prenant, la narration est fluide, le dessin parfaitement au service du récit. Beaucoup de choses restent en suspens à la fin de ce premier tome, même si on sait depuis le début comment tout cela va se terminer puisque l'album s'ouvre sur la mort de Pierrot. Quoi qu'il en soit, vivement la suite.




Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cent ans de Solitude
24 septembre 2017
Cent ans de Solitude de Gabriel Garcia Marquez
Il y a longtemps déjà, un ami, que j'ai hélas perdu de vue, m'avait conseillé de lire ce livre.

A l'époque, l'épaisseur du roman, de même que son thème, m'avait un peu rebuté.

J'en étais encore à ma période "je lis des nouvelles parce que ça se lit vite"...

L'ami en question étant bien avisé en matière de lecture (il m'avait déjà fait lire Perutz et Irving), je suivi son conseil...

Bien m'en pris, car, prés de trente ans plus tard, arrivé sur Babelio, c'est tout naturellement que je plaçait Cent ans de solitude dans mes six livres pour une île déserte.



Inutile de tenter de résumer ce roman.

Le lire est une expérience de lecture presque magique.

La prose de Garcia Marquez, est à l'image de la forêt tropicale, foisonnante et touffue.



On peut relire Cent ans de solitude un nombre infini de fois, il y a toujours une nouvelle raison de s'étonner, de s'émerveiller....

Dire que l'on aime un livre prend tout son sens si l'on dit que l'on aime celui-ci !
Commenter  J’apprécie          30
Le bureau des jardins et des étangs
24 septembre 2017
Le bureau des jardins et des étangs de Didier Decoin
Une écriture agréable emprunte de poésie qui nous fait plonger au coeur du Japon médiéval. Un conte plus q'un roman, fait d'images oniriques. Des personnages extravagants et attachants qui jalonnent le cheminement initiatique de Miyuki, la jeune veuve d'un modeste pêcheur de carpes, Katsuro, fournisseur du bureau des Jardins et des Etangs de la cour de Heiankyo dont le souvenir l'accompagne tout au long de son périple.

Un peu d'ennui sur la fin malgré tout, dont on ne sait finalement pas quoi vraiment penser.
Commenter  J’apprécie          00
Hawkeye, tome 4 : Rio Bravo
24 septembre 2017
Hawkeye, tome 4 : Rio Bravo de Francesco Francavilla
Que dire si ce n'est que ce final est du même acabit que le reste de la série, c'est-à-dire excellent ! Les idées foisonnent encore pour nous dépayser. Le duo Fraction/Aja casse les codes habituels du comic pour nous emmener sur des territoires visuels et scénaristiques peu communs voire originaux.



Une série incontournable avec de nombreux arguments positifs à commencer par sa longueur : 4 tomes seulement.
Commenter  J’apprécie          00
Les trois saisons de la rage
24 septembre 2017
Les trois saisons de la rage de Victor Cohen-Hadria
Voila un bon bout de temps que ce roman est dans ma PAL et c'est avec un challenge que je ne suis décidée à l'en sortir. Je ne suis pas totalement conquise mais mon bilan n'est pas complètement négatif.



La forme est un peu complexe et il m'a été difficile de m'y retrouver. On a d'abord un échange de lettres entre plusieurs personnages puis vient ensuite le journal intime d'un médecin de campagne qui retourne en arrière dans la passé. Heureusement l'écriture de l'auteur est belle et on se prend finalement au jeu. Le médecin brosse également un portrait de la médecine de XIXe siècle et l'on ne peut qu'être ravie d'être nés a notre époque. Saignées, peu d'hygiène, pas d'anesthésiant.... bref on se dit que la médecine a beaucoup évoluée.



Ce personnage qui nous livre ses pensées est attachant et j'ai pris plaisir a le suivre. On se rend compte que son métier est épuisant et que mémé s'il voit un montagne de patient chaque jour, il est bien seul dans la vie. Heureusement, il a quelques maîtresses pour se consoler.



Bref, c'est une bonne découverte a déguster par petites touches. Il faut bien prendre son temps, pour vraiment apprécier le récit. Pour terminer, je dirais que la fin m'a surprise, elle arrive rapidement, et de manière brutale. Je ne m'y attendais pas, mais je n'en dis pas plus et je vous laisse découvrir le roman et vous en faire une idée.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
24 vues du mont Fuji par Hokusai
24 septembre 2017
24 vues du mont Fuji par Hokusai de Roger Zelazny
La seule critique que j'ai à faire va à l'éditeur : j'adore cette collection mais pour ce texte j'ai 2 remarques.

Les 2 concernent la 4e de couverture.

Comme d'autres lecteurs l'ont dit avant moi, elle en dit trop.

Et surtout je lis "autant de tableaux reproduits dans l'ouvrage".

?????

Perso, je ne les ai pas et je me disais justement en lisant que ça aurait été bien d'avoir une petite reproduction en début de chapitre, voire (dans le pire des cas, mais je connais aussi le problème du coût quand il y a des images) un flash code vers, je ne sais pas, l'expo virtuelle de la Bnf par exemple !



Sinon, quel vision ce Zelazny !

Quand on pense que ce texte a été écrit il y a 35 ans, aux balbutiements de l'Internet...

Just fab !
Commenter  J’apprécie          00
Le kleptomane
24 septembre 2017
Le kleptomane de Thierry Robberecht
Voici un polar bien ficelé qui accroche le lecteur autour d'un sujet peu traité : la kleptomanie.

Le malade ici est le père et l'enquête menée par Mathieu et Frédéric est une véritable preuve d'amour filial. L'intrigue fonctionne et passionne jusqu'au bout mais un léger excès sur les impacts de cette kleptomanie est à déplorer...un peu exagéré mais toutefois crédible.
Commenter  J’apprécie          10
J'aime le sexe mais je préfère la pizza
24 septembre 2017
J'aime le sexe mais je préfère la pizza de Raphael Thomas
Je remercie Babelio et les éditions Flammarion de m'avoir permis de découvrir J'aime le sexe mais je préfère la pizza, de Thomas Raphaël, et de participer à la rencontre-écrivain du jeudi 21 septembre, à Paris.



J'aime le sexe mais je préfère la pizza est un recueil de quinze chroniques autobiographiques, petits récits qui ne suivent pas un ordre chronologique. On découvre Thomas Raphaël adulte à Prague, on repart avec lui quelques jours dans sa famille en Dordogne avant son entrée en 6ème, puis dans un camp de vacances aux Etats-Unis… Chaque récit est détaillé, l'écriture est agréable, fluide, les anecdotes sont pleines d'humour. Je ne comprends pas très bien le titre, mais j'ai trouvé cette lecture sympathique.

Voilà la critique que j'aurais pu écrire la semaine dernière. Plus maintenant.



Il est vrai que dans l'intervalle, j'ai pu participer à la rencontre-écrivain organisée par Babelio. J'ai écouté avec attention Thomas Raphaël nous parler de ses chroniques, mais aussi l'auditoire (pour la plupart, des lectrices, mais aussi quelques lecteurs) réagir et poser des questions. S'il est bien clair que les chroniques sont autobiographiques, il s'agit pour l'écrivain de décrir des moment plus ou moins importants de sa vie, des histoires qui ont contribué à façonner sa personnalité. Toutes sont authentiques, ont été reprises de son journal intime. Car l'authenticité est à la base même du récit. Tout est vrai. Il n'y a aucun tabou, aucune provocation. L'humour, l'autodérision permettent de prendre du recul face à des événements vécus peut-être comme des échecs, de les transformer.



Ces quelques clés de lecture ont donné plus de sens, plus de relief à la première lecture trop simple que j'avais pu faire des chroniques. La personnalité sympathique, dépourvue de toute agressivité, méchanceté, aigreur de l'auteur m'a beaucoup plu. Sa façon spontanée de parler de sa vie, mais aussi de sa vie personnelle et intime – son homosexualité - m'a donné à réfléchir ; ce souci de transparence totale interpelle. C'est un regard vraiment intéressant. Je n'ai pas été la seule car plusieurs lectrices (et un lecteur je crois) ont pris la parole, ont entamé un débat passionné et au final contribué à faire de cette soirée un moment très original, qui s'est poursuivi pendant la séance de dédicaces et même après avec Pierre Krause qui avait animé la rencontre et posé les bonnes questions.

En ce qui concerne l'explication du titre un peu « accrocheur », voilà ce que j'ai compris : les chroniques parlent d'amour, de sexualité….choses qui peuvent être vécues comme « compliquées, difficiles». A contrario « La pizza » représente quelque chose de beaucoup plus simple… et peut-être de tout aussi agréable…. ? Mais ce n'est que mon interprétation….



Hier – samedi - j'ai relu J'aime le sexe mais je préfère la pizza. Et j'ai ri au passage sur les champignons et les loirs….Et j'ai joué au loto avec la mère de l'auteur… Et j'ai passé un moment en Italie à déguster un petit morceau de pizza avec Hélène qui est pourtant anorexique.



En conclusion. Une belle lecture, une source de réflexion. Une rencontre encore plus belle.

Thomas Raphaël, on a l'impression de l'avoir toujours connu. On aimerait bien faire partie de tous ses amis.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1438 critiques

LeFigaro

1651 critiques

LeMonde

1494 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1548 critiques

Bibliobs

1241 critiques

LePoint

609 critiques

LesEchos

888 critiques

Lexpress

3427 critiques

Telerama

2419 critiques

LaPresse

1627 critiques

LaLibreBe...

995 critiques