AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières critiques /RSS

Par-delà les siècles
30 avril 2017
Par-delà les siècles de Valérie Faiola
Livia est une jeune femme qui décide un beau jour de prendre sa vie en main, de sortir de l’oppression familiale et d’enfin comprendre la signification de ses rêves qui semblent si réels. En effet, toutes les nuits Livia voit un homme, elle ne le connaît pas, mais sent qu’elle est liée à lui d’une manière ou d’une autre, ce qu’elle prend pour des songes est en fait un don, elle est médium et est capable de voir les morts.



J’ai tout de suite flashé sur la couverture, elle est tout simplement magnifique. Elle illustre parfaitement cette histoire, elle est sombre et mystérieuse mais, également douce, où la lumière tente de se faire une place.

Ensuite, le résumé énigmatique et qui laisse entrevoir un récit occulte a fini de me convaincre. Ce roman mélange différents styles, le fantastique, la romance et le côté historique sont présents et bien dosé. Le brassage des genres et la cohérence du récit permettent une lecture fluide et très agréable. L’auteur nous parle de don, de réincarnation, de découverte de soi et des autres mais, aussi et surtout d’amour, le véritable amour qui survit a toutes les épreuves et qui perdure par-delà les siècles.

L’intrigue met un peu de temps à se mettre en place mais, un fois les bases posés, l’auteur nous emporte dans des lieux et des temps différents avec douceur. L’histoire est mystérieuse et à su me tenir en haleine jusqu’à la dernière page.

Livia est une jeune femme simple a qui la vie n’a pas toujours fait de cadeaux, elle est très attachante. Elle va partir à la découverte de la signification de ses rêves et va se retrouver en quête d’elle-même, de sa véritable identité. Ce qu’elle va découvrir va remettre en question tout ce à quoi elle croyait jusque-là. Un autre monde s’ouvre a elle.

Les personnages secondaires sont très différents les uns des autres, entre amour, sagesse et soutient, tous sont là pour l’aider.

Le fait que Richard, son petit ami, ai sa propre histoire avec ses propres démons à vaincre m’a beaucoup plu, c’est un personnage que j’ai tout de suite apprécié pour son intelligence, sa patience et son humanité.

L’amitié qui lie Livia et Gaëlle est belle et sincère, elles se comprennent et ne se jugent jamais. La meilleure amie de notre héroïne est un vrai petit rayon de soleil, un point d’ancrage pour elle, on ne peut que rêver d’une amitié comme celle-ci.

Les différentes relations, d’amitié et d’amour, sont belles, touchantes et enviables. Même si au début, j’ai trouvé que Richard et Livia tombent un peu trop vite amoureux l’un de l’autre, le lien qui les unis s’explique et rend leur couple encore plus beau.



Pour un premier roman, l’auteur a un plume très mature. Son style est très agréable, fluide, doux, poétique voir romantique. Elle parvient à retranscrire les émotions de Livia avec facilité et efficacité, il est très facile de se mettre à la place du personnage. La description d’objets, de faits historiques ou des lieux que ce soit dans le présent ou dans le passé est détaillée et enrichissante, preuve que l’auteure à fait de nombreuses recherches.

Il y aura un deuxième, et même un troisième tome, j’ai hâte de connaître la suite des aventures de Livia.
Lien : https://labibliothequedeceli..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
L'adversaire
30 avril 2017
L'adversaire de Emmanuel Carrère
Il est délicat de poser une critique sur une œuvre qui n’est pas une fiction, d’autant plus si c’est un fait réel qui est relaté, puisque ça revient à ‘’juger’’ de la situation, contrairement à un ouvrage de psycho, manuel, guide de vie, croissance personnelle où l’on peut être d’accord ou pas avec ‘’l’enseignement’’ ou préceptes de vie. Alors, en spécifiant que je n’adhère aucunement ou cautionne en aucun moment les faits et gestes commis par Jean-Claude Romand, je dois avouer que j’ai trouvé cet ouvrage fascinant. J’ai toujours eu un faible pour la psychologie et surtout par le fait d’essayer de comprendre ce qui se passe dans la psyché de quelqu’un qui décide, volontairement, de commettre l’irréparable, même si ça reste incompréhensible. Carrère nous livre un bouquin riche en informations de toutes sortes, l’enfance de Romand, son adolescence, ses déboires amoureux, ses échecs sexuels… et puis, cette vie qu’il s’invente, s’embourbant de plus en plus dans le mensonge, arrivée depuis bien trop longtemps au point de non-retour. Il a recueilli les paroles d’amis proches de Romand, sa maîtresse, son avocat et jusqu’à cette femme qui lui rendait visite en prison. Il a également correspondu longtemps avec l’accusé et assisté au procès. C’est un beau et grand travail de documentation. Bien que Carrère se permette quelques réflexions personnelles et quelques moments de sa vie, il sait rester juste et objectif devant les faits reprochés, n’allant jamais du côté pathos et du sensationnalisme. Mais on sent bien combien il a parfois été difficile de ne pas sombrer dans le jugement face à l’horreur sur laquelle il a travaillé pendant de longues années. Je respecte largement le travail de recherche et d’écriture qu’il a fait. Je recommande cette lecture largement et pour ma part, je lierai très certainement du Carrère (c’était mon premier)…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Les beaux étés, tome 2 : La Calanque
30 avril 2017
Les beaux étés, tome 2 : La Calanque de Zidrou
Quel bonheur de retrouver la famille Faldérault qui part à nouveau en vacances. Mais cette fois, nous sommes en 1969 et la famille n'est alors pas encore tout à fait celle que nous avons connue dans le tome 1 et donc qu'elle sera en 1973.

Quel régal! Les ingrédients qui avaient fait la réussite du tome 1 sont présent : nostalgie, poésie, humour, beaux sentiments, tendresse, dialogues savoureux, personnages tirés au cordeau et un dessin très réussi...j'ai encore la Calanque dans les yeux et la tête avec une furieuse envie d'y passer mes vacances!

Le petit plus de ce tome est, à mon sens, que cette histoire se déroulant avant celle du tome 1, nous connaissons déjà le devenir de certains projets, de certaines promesses et on ne peut pas s'empêcher d'avoir un petit pincement au coeur.

Ah, vivement le tome 3!
Commenter  J’apprécie          00
L'attentat
30 avril 2017
L'attentat de Yasmina Khadra
Au début j'ai eu du mal à accrocher à ce roman : je trouvais tour à tour qu'il manquait de style pour ensuite dérouler des envolées emphatiques. Et puis j'ai été happée par le contexte (la guerre israélo-palestinienne) doublé de l'intrigue (« Comment une femme appréciée par son entourage, belle et intelligente, moderne, bien intégrée, a pu, du jour au lendemain, se bourrer d'explosifs et se rendre dans un lieu publique remettre en question tout ce que l’État d'Israël a confié aux Arabes qu'il a accueillis en son sein »). Tout le suspens tient en effet dans cette (en)quête du mari : « Je veux savoir ». Celui-ci passe par différents sentiments : choc (« ça me chamboule comme c'est pas possible »), dépression (« Le fond ne sied à personne. Dans ce genre d'enlisement, si on ne réagit pas très vite, on devient spectateur de sa propre dérive »), colère (« Ma femme islamiste ? Que lui avez-vous raconté pour faire d'elle un monstre, une terroriste, une intégriste suicidaire ? »), incompréhension (« à partir de quel moment elle avait commencé à m'échapper ») et même culpabilité (« ce signe que je n'ai pas su décoder avant »). Alors fuyant la gêne, la compassion ou au contraire le rejet de son entourage (« C'est comme ça qu'on dit merci chez vous, sale Arabe ? »), Jaafari part sur les traces de son épouse, essayant de reconstituer ses dernières journées.



Le chirurgien va ainsi plonger dans les entrailles de la guerre : « Tu es bien au chaud dans ta cage dorée, tu refuses de voir notre enfer ». Partout on l'ignore, on le rejette, il s'entête, on le teste, on le cogne : « J'ai en face une organisation bien huilée ». Mais de réponse, aucune. Il se désole de ne pas avoir su (voulu?) voir quelle femme Sihem était vraiment : « Je ne voyais que les joies qu'elle me prodiguait et ne soupçonnais aucune de ses peines, de ses faiblesses... ». Il doute : « Je n'ai plus confiance en l'homme qui n'a rien vu venir de ses malheurs ». Il retourne même en Palestine, cette terre qu'il a autrefois fui, retrouve sa famille, les lieux de son enfance - ses origines, mais la guerre a tout défiguré, rongé, détruit, les bâtiments comme les gens, tous ont précocement vieilli, usés par ce conflit incessant et omniprésent, cet « entêtement qu'affichaient les belligérants à refuser de s'entendre et à n'écouter que leur rancœur assassine » alors que « tout Juif de Palestine est un peu arabe et aucun Arabe d'Israël ne peut prétendre ne pas être un peu juif »... Et « partout, le sentiment de revivre des horreurs que l'on croyait abolies ».



Dès lors, impossible pour ce médecin d'accepter les éclaircissements donnés sur l'acte meurtrier de sa femme : « Je ne me reconnais pas dans ce qui tue ; ma vocation se situe du côté de ce qui sauve ». Impossible « d'accepter que la mort devienne une ambition, une légitimité », impossible « d'assumer le geste de mon épouse ». Impossible, d'ailleurs, de laisser n'importe quelle femme prendre les armes par désespoir ou résignation (« On ne choisit pas son destin, mais c'est bien de choisir sa fin. C'est une façon démocratique de dire merde à la fatalité ») - sauf que Jaafari s'attaque à plus fort et plus vaste que lui : ici, « nous n'avons pas compris grand chose aux prophéties ni aux règles élémentaires de la vie »...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Diderot
30 avril 2017
Diderot de Pierre Lepape
Explorer tout ce qui fait la modernité de Denis Diderot et de son oeuvre, c'est le parti pris par Pierre Lepape dans cette biographie. Style riche, description précise des évènements, analyse des situations en regard de l'histoire contemporaine du 18ème siècle, j'ai adoré cet ouvrage de Pierre Lepape, auteur que je découvrais pour la première fois. Pierre Lepape dépeint avec précision la vie intellectuelle au siècle des Lumières et ses multiples impacts avant la Révolution. C'est une biographie organisée avec dynamisme, les mots valsent de la première à la dernière page et entrainent le lecteur sans répit à partager la vie de Diderot. Un bel ouvrage pour comprendre comment Diderot et le Parti Philosophique ont changé l'Histoire.
Commenter  J’apprécie          10
Bouffon
30 avril 2017
Bouffon de Zidrou
Voici une histoire d'amour, on ne peut pas vraiment dire qu'elle est belle... elle est noire et cynique, cruelle et très crue.

On peut dire que le héros de l'histoire n'est pas vraiment celui que l'on attend. Le fils difforme d'une ribaude violée dans la fange des oubliettes, nourri par une chienne et élevé par des prisonniers torturés pourrissants dans les geôles.

Partant de ce contexte des plus glauques, Zidrou arrive à nous concocter un conte poétique et caustique.

Le dessin est plutôt bon, avec une reconstitution assez cohérente du Moyen-Age.
Commenter  J’apprécie          00
Assez de bleu dans le ciel
30 avril 2017
Assez de bleu dans le ciel de Maggie O’Farrell
ès la première scène, on est ferrés.Nous sommes dans un coin paumé d'Irlande en 2010. Un homme, Daniel, jauge du regard un intrus potentiel porteur de jumelles et d'un appareil photo. Son épouse sera plus expéditive (et plus efficace): elle tire deux coups en l'air. Exit l'intrus.

Qui est cette recluse entendant bien garder sa tranquillité ? Cette femme, subtilement folle, aux dires de son époux, nous le découvrirons progressivement est Claudette, une ancienne star du cinéma , mystérieusement disparue avec son fils des années auparavant. Elle a refait sa vie avec Daniel et tout va pour le mieux mais, son père étant au plus mal, Daniel doit rentrer aux États-Unis. L'occasion pour lui de renouer avec un passé douloureux qui l'entraînera en grande-Bretagne sur les traces de son premier amour Nicola. Mais l'intransigeante Claudette supportera-t-elle les omissions de Daniel ?

Assez de bleu dans le ciel bénéficie d'une construction virtuose, alternant les points de vue et les époques, pour mieux brosser par petites touches le portrait de ces personnages qui nous deviennent très vite proches et attachants. Une manière supplémentaire d’entretenir la tension , ou plutôt les tensions, qui font que jusqu'à la dernière ligne nous avons le cœur qui bat , nous demandant si le roman va se terminer comme nous l'espérons. Une analyse subtile des sentiments et une écriture élégante font de ce roman une pure réussite !



Et zou sur l'étagère des indispensables !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
La vie étoilée d'Ethan Forsythe
30 avril 2017
La vie étoilée d'Ethan Forsythe de Antonia Hayes
Ethan, féru d'étoiles et de physique, bien qu'il n'ait que douze ans, vit seul avec sa mère à Sydney. Il ignore tout de son père, mais une enveloppe va le mettre sur sa piste car ce dernier est revenu en ville.

Avec délicatesse et tendresse, Antonia Hayes nous dépeint le portrait d'un préadolescent doté d’une intelligence et d'une imagination hors-normes ,mais qui a frôlé le pire dans sa toute petite enfance. Un drame auquel son père ne semble pas étranger. Saura-t-il lui pardonner ?

Antonia Hayes, malgré quelques longueurs , compréhensibles car c'est son premier roman, traite d'un thème qui concerne des milliers d’enfants dans le monde, en l'intégrant à un roman d'apprentissage plein de sensibilité. Un petit bonhomme qu'on n’oubliera pas de sitôt, surtout quand il se lance dans des expériences farfelues mais dangereuses !
Commenter  J’apprécie          00
La sieste assassinée
30 avril 2017
La sieste assassinée de Philippe Delerm
Un nouveau recueil de nouvelles dans la lignée de « la première gorgée de bière» qui fut un coup de maître



Philippe Delerm renouvela en 2001 son coup d’essai de 1997 et le résultat fut ce très beau recueil de micro-nouvelles ou de comptines.



A-t-il inventé l’écriture impressionniste ? Quel talent que celui de suggérer des sentiments, des impressions, des états d’âme souvent subtils et fugaces, parfois secrets.



Cet homme sait observer, s’observer, ressentir et mettre les mots justes sur les plus infimes sensations qu’il éprouve, que nous éprouvons tous. Ces instants très éphémères et ténus où nous nous sentons bien, où nous nous sentons mal.



Puis il assemble ses mots de façon telle que ces mêmes petits battements du temps nous piquent, créent une étincelle qui irradie et nous fait ressentir cette émotion qui anima délicatement notre âme. On se sent bien…moins bien parfois, mais notre âme et notre corps, oui, notre corps, voyagent….



Un exercice de haute voltige mais sur un ton peut-être légèrement plus bas que dans son premier recueil ; à moins que ce soit l’effet de surprise qui ait disparu

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
14
30 avril 2017
14 de Jean Echenoz
Ce n’est pas un énième livre sur la Grande guerre – comme ceux qui fleurissent pour le centenaire.



D’abord il a été écrit en 2012. Ensuite, comme l’écrit lui-même l’auteur : « Tout cela ayant été décrit mille fois, peut-être n’est-il pas la peine de s’attarder encore sur cet opéra sordide et puant. »



C’est un livre presque intimiste qui a la guerre comme toile de fond, en toute sobriété.



N’hésitez pas à le lire. Cela ne vous prendra pas beaucoup de temps mais vous vous en souviendrez longtemps.

Commenter  J’apprécie          20
Avalanche
30 avril 2017
Avalanche de Leigh Julia
à trente-huit ans, après avoir renoué avec l'homme dont elle était amoureuse étudiante, la romancière australienne Julia Leigh se lance dans un processus devant aboutir ,en principe, à une grossesse.

D'emblée, elle prévient qu'il ne s'agit pas d'une œuvre de fiction et que "sa propre interprétation de l'histoire peut différer de celles d'autres personnes dépeintes dans le livre."

Elle n'omet rien des dimensions éthiques, corporelles et financières d'un projet qu'elle sera finalement amenée à porter seule, projet sur lequel ne se porte pas que des regards bienveillants : "Dans l'imaginaire public-tel que je le perçois-les femmes qui font des FIV n'ont droit qu'à une sympathie mitigée, pas si différente de celle qu'on montre aux fumeurs à qui l'on diagnostique un cancer du poumon. Implicitement: "vous l'avez bien cherché, alors qu'est-ce que vous espériez ? "

En 132 pages, denses et lumineuses, Julia Leigh parvient à donner à cette expérience forcément intime une dimension riche d'humanité qui intéressera même ceux et celles qui n'ont pas été confrontés à cette problématique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le triomphe des graines
30 avril 2017
Le triomphe des graines de Thor Hanson
L'immobilité d'une plante est un défi à relever pour assurer sa descendance. La plante doit conserver son propre espace vital, et tenir compte des variations saisonnières ou climatiques auxquelles ses rejetons seront confrontés. La graine tient efficacement compte de ces contraintes : récipiendaire du patrimoine génétique de la plante, elle le déplace en un lieu potentiellement favorable, et repousse la germination au moment opportun. Les moyens employés sont divers, et dépendent souvent du mode de dispersion privilégié (éolien chez le pissenlit, par flottaison, via les excréments pour des arbres fruitiers). Ainsi, des graines contiennent une réserve alimentaire pour la future plante, certaines attirent des consommateurs tandis que d'autres les dissuadent chimiquement (croquez dans un piment, vous verrez) ; certaines ont une coque protectrice (noix) mais d'autres en sont dépourvues…



L'auteur met bien en évidence la corrélation entre ces "stratégies" de reproduction et les habitats et caractéristiques de chaque plante. Il insiste aussi sur la place des graines dans l'histoire des civilisations et dans nos vies, d'abord dans l'alimentation humaine. Le propos ne s'adresse pas spécifiquement aux spécialistes ; il est clair et parsemé d'anecdotes intéressantes.

Ainsi, si l'on en apprend sur le café, le cacao, le coton (fibre assurant le transport éolien de graines), et diverses épices, on découvre aussi la cité antique de Massada. Le suicide collectif des habitants de cette cité antique, en 73 après le siège et l'assaut du général romain Flavius Silva, est regardé comme fondateur de la nation israélienne par certains habitants du pays (cet évènement donne aussi son nom au « complexe de Massada », représentation paranoïaque selon laquelle Israël serait condamné à l'isolement et à la survie dans un monde hostile cherchant sa perte).

Vous l'aurez compris, l'auteur quitte parfois le champ de la botanique, mais c'est pour pour moi l'un des intérêts de ce livre, que je recommande à tous les curieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Histoire d'une mouette et du chat qui lui a..
30 avril 2017
Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler de Luis Sepùlveda ()
Un livre pour la jeunesse dont beaucoup d’adultes feraient bien de s’inspirer.



On y découvre la solidarité (des chats), la tendresse (à chaque page), la nature (les conséquences d’une marée noire) et la poésie (eh oui, les chats parlent).



Et la ténacité ! Essayez donc d’apprendre à une mouette à voler ! Mais une promesse est une promesse.



Toutes des qualités qui caractérisent aussi Monsieur Sepulveda.

Commenter  J’apprécie          20
Sanglier
30 avril 2017
Sanglier de Dominique Rameau
Pourquoi son employeuse a-t-elle prêté à Sybille, clerc de son état, sa maison de campagne dans le Morvan pour une semaine ? Le mystère demeure entier et peu importe.

Ce qui importe est la manière dont la jeune citadine (qui ne connaît que quelques noms de végétaux et d'animaux), va progressivement lier connaissance avec les quelques habitants et surtout va se fondre dans la nature, redécouvrant son corps , les éléments et les sensations. Un parcours initiatique qui parlera à tous les amoureux de la nature et du style. On a souvent envie de suivre Sybille, voire de l'imiter...

En apparence,il ne se passe presque rien, l'écriture ne fait pas d'effets de manches mais distille une vraie poésie qui fait qu'une fois le roman dévoré d'une traite, je l'ai aussitôt relu pour mieux le savourer. Un grand coup de cœur !
Commenter  J’apprécie          00
La petite boulangerie du bout du monde
30 avril 2017
La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan
C’est un roman chaleureux, dans lequel on aime s’y réfugier le temps de quelques pages, à la découverte de personnages attachants et vibrants. On referme ce livre avec un sourire aux lèvres, heureux d’avoir découvert une histoire à la fois unique et touchante.
Lien : http://lacourseauxmots.com
Commenter  J’apprécie          00
Songe à la douceur
30 avril 2017
Songe à la douceur de Beauvais Clementine
Quelle découverte que ce livre !

Je connaissais Clémentine Beauvais pour avoir apprécié Les petites reines mais là je sors de ma lecture bluffée.

Ce roman en vers possède une très belle musicalité de bout en bout et se lit tout seul.

Le style est moderne, la mise en page dynamique, et le tout très poétique.

L'histoire d'amour est toute simple mais le style lui donne une portée quasi lyrique.

Un très beau moment de lecture pour moi, que j'ai trouvé très réconfortant.
Commenter  J’apprécie          20
Comme par magie
30 avril 2017
Comme par magie de Elizabeth Gilbert
Elizabeth Gilbert signe un nouveau livre particulièrement intéressant qui nous pousse à nous remettre en question, à nous intéresser à nos blocages et à nos peurs. C’est un livre qui fait prendre conscience de ses capacités de création, qui donne envie de s’écouter un peu plus et de se faire confiance. Une fois le livre terminé, nous sommes remontés à bloc pour entreprendre notre projet de rêve !
Lien : http://lacourseauxmots.com
Commenter  J’apprécie          00
Hugo de la Nuit
30 avril 2017
Hugo de la Nuit de Bertrand Santini
Un roman qui se déguste d’une traite, à la fois sombre et poétique, qui nous apporte quelque chose en plus, une lumière douce et chaleureuse nous emporte dans un monde parfois farfelu et surprenant. Un appel à l’imaginaire et aux rêves !
Lien : http://lacourseauxmots.com
Commenter  J’apprécie          00
Miss Peregrine et les Enfants Particuliers
30 avril 2017
Miss Peregrine et les Enfants Particuliers de Riggs R
L’écriture est enivrante, l’histoire est parfaitement organisée, proposant ainsi un fil conducteur logique et entrainant. Cette île étrange révèle progressivement ses secrets et ses habitants, nous proposant une suite d’évènements de plus en plus palpitants. Le rythme de l’histoire nous entraine à la poursuite du temps, accompagné de personnages captivants. Je n’ai qu’une seule envie : me procurer rapidement le deuxième tome afin de pouvoir de nouveau me plonger dans le monde des enfants particuliers.
Lien : http://lacourseauxmots.com
Commenter  J’apprécie          00
Petit Manuel de Philosophie Pratique
30 avril 2017
Petit Manuel de Philosophie Pratique de François Bacalou
Un beau voyage mixant la philosophie et la vie quotidienne d'aujourd'hui. A lire absolument
Commenter  J’apprécie          10


Suivez toutes les critiques de la presse Voir plus

Actualitte

1276 critiques

LeFigaro

1560 critiques

LeMonde

1242 critiques

Lhumanite

510 critiques

Liberation

1466 critiques

Bibliobs

1165 critiques

LePoint

565 critiques

LesEchos

870 critiques

Lexpress

3340 critiques

Telerama

2327 critiques

LaPresse

1527 critiques

LaLibreBe...

903 critiques