AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Elisez vos titres Nathan préférés

15 juin 2017

Concours

Vous avez aimé Divergente, Nos étoiles contraires ou U4 ? C'est le moment de voter pour élire vos romans ou séries Nathan préféré(e)s ! 20 lecteurs seront tirés au sort parmi les participants et remporteront le livre Nathan de leur choix.

Phaedra Patrick, Prix des lectrices Milady

14 juin 2017

Compte rendu

Après Nadia Hashimi et son roman La perle et la coquille, sacré en 2016 par le Prix des Lectrices, c’est au tour de Phaedra Patrick, écrivain anglaise, de recevoir cette récompense, grâce au vote de plusieurs milliers de lectrices.

J-10 avant le pique-nique

02 mai 2017

Information

L'heure du pique-nique estival de Babelio approche ! Cette édition sera particulièrement festive puisque nous fêterons également les 10 ans de Babelio. Avez-vous pensé à confirmer votre présence ? Rendez-vous le 25 juin dans 6 villes de France.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

Affûtez vos plumes francophones

13 juin 2017

Concours

Jusqu’au 31 août, participez au concours d’écriture Les Plumes Francophones, parrainé par Yasmina Khadra.

Lisez avec nous Le vieux qui lisait des romans d'amour

13 juin 2017

Club de lecture

Le club de lecture vous invite ce mois-ci à lire ensemble Le vieux qui lisait des romans d’amour de Luis Sepúlveda, et de vous envoler pour l'Amazonie à la rencontre de celui qui a trouvé le remède imparable contre la vieillesse : la lecture. Rejoignez-nous sur le forum pour partager vos avis.

Entretien avec Michel Le Bris (2/2)

12 juin 2017

A l'occasion du lancement d'Etonnants Voyageurs 2017 ainsi qu'à celui du partenariat entre le festival et Babelio, nous avons rencontré Michel Le Bris, fondateur du festival, qui s'est confié sur les origines de l'édition de cette année, qui s'intéresse principalement à la notion de démocratie.

La presse en parle Voir plus
Le calendrier des sorties Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
Kalpa impérial
18 juin 2017
Kalpa impérial de Angelica Gorodischer
Il était une fois un empire. Si puissant qu'il n'a pas d'ennemi. Si vaste qu'il semble englober le monde entier. Si pérenne que l'on a perdu le compte de ses dynasties. Qui a connu bien des renaissances. Et qui existe peut-être depuis toujours.
Laissez-vous guider par Angelica Gorodischer, l'Argentine, la conteuse. Elle prend soin de chauffer et d'attiser la curiosité de son auditoire. Au début de chacune de ces onze histoires apparemment disjointes. Contes des mille et unes journées de l'empire. Ou l'on côtoie empereurs et architectes, concubines et généraux, mendiants et ministres, prostituées et révolutionnaires, laquais et tueurs à gages. Où l'on parcourt palais, jardins et bouges, champs de bataille, cités lointaines, caravanes du désert ou jungles du sud.
Des histoires qui lorgnent autant vers le conte que le réalisme magique ou que la fantasy. Des histoires écrites dans un style baroque. Envoûtant. Des contes philosophiques.
Point commun, fil rouge entre toutes ces histoires, les empereurs et les impératrices. Le pouvoir. La manière de bien l'exercer. Les qualités qu'il faut pour cela. Questions pour lesquelles Angelica Gorodischer a des idées de réponses. Ainsi que pour d'autres. Et nous les livre au travers des portraits de ces personnages. Dans ces histoires passionnantes, optimistes et cruelles, désenchantées et enchanteuses.
Cool.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
Le Bison de la nuit
18 juin 2017
Le Bison de la nuit de Guillermo Arriaga
Dans les rues de Mexico rôde le Bison de la nuit.
Le jeune Gregorio Valdés, diagnostiqué schizophrène, s'est suicidé trois semaines après sa sortie de l'hôpital psychiatrique. Il s'est donné la mort en se tirant une balle dans la tête, laissant son meilleur ami Manuel Aguilera et sa petite amie Tania dans un grand désarroi. A leur désarroi s'ajoute la mauvaise conscience. Car Manuel et Tania avaient une relation clandestine, qu'ils abritaient dans la chambre 803 d'un love motel. Gregorio était-il au courant? Est-ce l'existence de ce trio amoureux qui a précipité son geste? Pendant que parents et amis tentent de faire face au deuil qui les frappe, le fantôme de Gregorio se met à hanter Manuel. Ce dernier qui avait été autrefois la béquille d'un Gregorio étrange et faible, pense à la transformation de son ami, dont la démence et les obsessions ont peu à peu dévoré l'entourage. Derrière l'apparente fragilité du jeune homme, se cachait la volonté insidieuse et rampante d'exercer une emprise dont le solide Manuel faisait les frais: « A son initiative, nous nous étions fait tatouer la silhouette d'un bison américain sur le bras gauche. Gregorio avait exigé que nous soyons tatoués avec les mêmes aiguilles, afin que l'encre se mêle au sang de chacun. Au début je n'avais prêté aucune importante à ce tatouage mais au bout de quelques mois ce bison me devint un symbole de plus en plus intolérable. "
Las d'être marqué dans sa chair, Manuel avait fait effacer le tatouage dans la douleur mais la mort de Gregorio a marqué son âme et il ne sera pas si aisé de l'en faire sortir. Surtout lorsque le mort lui a laissé un cadeau d'adieu et que des mystérieuses lettres lui parviennent « Maintenant, le Bison de la nuit va rêver de toi. »

Guillermo Arriaga nous offre le portrait d'un jeune homme qui n'en finit pas de mourir, emportant dans une folie post-mortem ceux qui lui étaient les plus chers. Il tisse sa toile autour de la présence écrasante d'une personnalité perturbée et nous perd. On pense à Rebecca tourmentant la nouvelle Madame de Winter depuis l'au-delà. Les murs de Manderley deviennent toutes les rues de Mexico DF. On pense aussi à George Weaver obsédé par le fantôme de Jenny Ames dans La fille de nulle part. Arriaga possède une écriture très cinématographique, les rues de la ville défilent sous nos yeux chaque fois que les protagonistes tentent d'échapper à l'ectoplasme qu'est devenu Valdès. Le Bison de la nuit devient peu à peu une métaphore du pays où se mêlent la folie et la mort et où les femmes disparaissent sans que cela ne surprenne personne. Le roman, oppressant à souhait, vaut mieux que son adaptation cinématographique ( El búfalo de la noche de Jorge Hernández Aldana) car une fois la page tournée, le lecteur n'échappe pas non plus au mystère du Bison de la nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          463
Le Bal
20 juin 2017
Le Bal de Irène Némirovsky
Une courte nouvelle qui se lit vite et bien grâce à la plume de l'auteure, fluide et efficace.
Dès le départ, on a juste envie d'étrangler ce couple de parvenus ! La mère est une matrone, vulgaire et acariâtre, méprisante envers les domestiques et terrorisant sa fille unique de quatorze ans, Antoinette (confondant dressage avec éducation). Les Kampf pensent qu'un bal serait l'occasion idéale d'affirmer leur flamboyante réussite au yeux de leur entourage. Or, tout ne va pas se dérouler comme prévu, loin de là...
Un récit sans complaisance sur la comédie des apparences, avec la rivalité mères-filles en filigrane (jalousie tacite de la mère, ressentiment amer de la fille). La fin forme un judicieux mélange de cruauté et de pathétisme.
C'est bien connu, la vengeance est un plat qui se mange froid !! :-I

(niveau collège : 4e-3e)
Commenter  J’apprécie          518
Quiz à l'affiche Voir plus

L'été littéraire

12 questions
9 participants

Chats cités

8 questions
42 participants

John Irving contre Brett Easton Ellis

10 questions
29 participants

Comtesse de Ségur

15 questions
87 participants

Quiz Libretto (concours !)

5 questions
389 participants

Citations à l'affiche Voir plus

Oscar Wilde
Lucillius19 juin 2017
Oscar Wilde
Je ne lis jamais un livre dont je dois écrire la critique; on se laisse tellement influencer.
Commenter  J’apprécie          453
William Shakespeare
rabanne18 juin 2017
William Shakespeare
Sage est le père qui connaît son enfant.
Commenter  J’apprécie          410
rabanne18 juin 2017
Des souris et des hommes de John Steinbeck
Son visage en lame de couteau n'avait pas d'âge. Il aurait pu avoir trente ans aussi bien que cinquante. Ses oreilles entendaient plus qu'on ne lui disait, et sa parole lente avait des nuances, non de pensée, mais de compréhension au-delà des pensées.
Commenter  J’apprécie          390