AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Pitche-moi un classique

18 juillet 2017

Information

Vous pensez que les grands classiques de la littérature sont forcément un peu ennuyeux ? Avec l'équipe de Merci Alfred, on vous prouve le contraire.

Les controverses littéraires (3/9) : Les Fleurs du Mal

20 juillet 2017

Communauté

Notre feuilleton de l'été s'intéresse cette semaine aux Fleurs du mal de Charles Baudelaire, un recueil qui fut l'objet d'un procès pour "outrage à la moralité publique et aux bonnes moeurs."

A la rencontre des membres de Babelio

17 juillet 2017

entretien

Avec 470 000 utilisateurs, on en croise du monde sur Babelio. Pour que la communauté demeure, malgré son ampleur, un endroit convivial où l’échange est à l’honneur, nous avons décidé de vous donner la parole. Rencontre avec araucaria, inscrite depuis le 27 juillet 2011.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

La sélection Babelio des livres de poche de l'été

10 juillet 2017

liste

Une sélection ensoleillée de livres de poche plébiscités par les membres de la communauté Babelio, à choisir selon vos envies pour vous accompagner sur la plage cet été !

Jane Austen, star de cinéma

18 juillet 2017

quiz

Décédée il y a 200 ans, Jane Austen est toujours autant lue et appréciée. Au-delà de ses romans, connaissez-vous tous les films adaptés de son oeuvre ?

Autoédition et lecture numérique : vous avez la parole

12 juillet 2017

Etudes

Babelio et Kindle Direct Publishing lancent un sondage sur l’autoédition et la lecture numérique. Que vous lisiez ou non en numérique, prenez quelques minutes pour répondre à nos questions : des chèques Lire d’une valeur de 100 euros à remporter à l'issue du sondage.

La presse en parle Voir plus
Le calendrier des sorties Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
Homo Erectus
20 juillet 2017
Homo Erectus de Tonino Benacquista
« Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer... » alléguait Marguerite D.

Et Tonino B. de renchérir sur le concept avec son « Homo erectus ».
Car il faut beaucoup les aimer ces hommes en désarroi sur lesquels, avec malice et bienveillance, il a choisi de se pencher. Trois portraits en particulier, trois hommes issus d'une assemblée secrète et insolite, exclusivement masculine, où chacun vient librement se confier sur son rapport aux femmes et ses expériences (parfois calamiteuses) avec icelles.

« Pour Laurence, qui va tout savoir des hommes ! » qu'il a écrit, Tonino, en dédicace de mon exemplaire.
Miam, que je me suis dit.
Bon, « tout savoir »… faut pas pousser (hélas), car tout humaniste qu'il soit Benacquista ne se revendique pas sociologue, évidemment. Pour autant les questions existentielles qu'il aborde ici n'en sont pas moins riches, intéressantes et perspicaces. Raison de plus pour savourer cette comédie de moeurs drôle et grave, agréablement rythmée, teintée de fantaisie truculente et d'affectueuse ironie.

Un roman qu'aimeront les femmes qui aiment les hommes. Un roman qu'aimeront les hommes qui ne se prennent pas au sérieux. Quant aux autres, autant prévenir qu'ici on ne pourra pas grand-chose pour eux.



Lien : http://minimalyks.tumblr.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4824
Où s'imposent les silences
21 juillet 2017
Où s'imposent les silences de Emmanuel Quentin
Quand Matthieu, étudiant flemmard, reconnaît en 2036 sur un tableau remontant à la Renaissance deux des membres de sa famille...
Quand, à la même date, un flic mis à l'écart après la grande pandémie qui a divisé le monde en autant de morts que de survivants est contacté pour faire la lumière sur un cadavre pour le moins étrange...
Quand une femme se sent piégé dans un endroit figé où elle semblerait être la seule à pouvoir bouger...
Quand, immédiatement captivé, on tourne fébrilement les pages pour essayer de savoir où ces trois destins vont vous mener... il est alors trop tard pour revenir en arrière, l'auteur vous ayant, à l'instar de Matthieu, catapulté dans d'autres univers que vous découvrirez d'abord étonné, fasciné et ensuite absolument révolté lorsque un quatrième personnage entre dans cette danse de mondes parallèles. C'est Dimitri, à qui la "Loi" dictatoriale à volé parents, enfance et identité...

Un roman SF avec des inflexions de thriller au style d'écriture sans détours et cependant recherché, au rythme soutenu, sans temps mort et de l'action richement vivifiante.
Emmanuel Quentin vous permet néanmoins de reprendre votre souffle aux moments où il vous laisse admirer -pendant quelques instants seulement- les paysages que son imagination a su faire germer ou encore quand Dimitri prend la parole.
Une histoire de contrastes et de questionnement sur l'absolutisme belliciste et la sujétion, sur le libre-arbitre et la liberté, sur des mondes aux attraits ou désagréments très différents et l'homme qui, éternellement, sournoisement, cherche à maîtriser et dominer.

On n'obtient pas toutes les réponses aux questions qu'on se pose et il y a peut-être quelques invraisemblances (je suis une grande dubitative en matière de "voyages dans l'espace-temps), or, cette fois-ci j'étais tellement dans les ailleurs de l'auteur que là-dessus je préfère m'imposer au silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
La porte
21 juillet 2017
La porte de Magda Szabo
Quel livre!! Pour qui aime les animaux, les vieilles fées acariâtres, les mystères insondables de l'attachement humain, impossible de ne pas en sortir chaviré, ravagé, labouré jusqu'aux tréfonds de l'âme. Depuis que je l'ai terminé, aujourd'hui même, j'ai couru jusqu'à la librairie pour en racheter deux ou trois exemplaires que je compte offrir aux personnes que j'aime le plus - avec consigne de le faire circuler aussi largement que possible autour d'elles.
Un conseil: ne ratez pas ce livre rare, ce livre merveilleux. Sous un récit aux accents de confession, c'est une sorte de conte tissé de mémorables "prises de bec", de remords et d'emportements, de malentendus, de frustrations, avec en majesté cet inoubliable diptyque, évidemment sublimé par le talent de l'écrivain: "Viola", ce chien extraordinaire; Emerence, cette vieille dame " pure comme l'eau", à la vie si riche, si pleine de hauts faits improbables.
Magnifique, émouvante. Insupportable.
Commenter  J’apprécie          110
Quiz à l'affiche Voir plus

La Belgique et la littérature

10 questions
25 participants

Connaissez-vous vraiment Spider-Man ?

10 questions
62 participants

La petite reine en littérature

10 questions
105 participants

Les romans noirs et leurs personnages

11 questions
236 participants

L'été littéraire

12 questions
141 participants

Citations à l'affiche Voir plus

Souri720 juillet 2017
Tant que dure ta colère de Åsa Larsson
Je me souviens comment nous sommes morts. Je me souviens et je sais. C’est ainsi désormais : je sais certaines choses même si je n’y étais pas. Mais je ne sais pas tout, loin de là. Il n’y a pas de règles. Les gens, par exemple : parfois ce sont des pièces ouvertes où je peux entrer. Parfois ils sont fermés. Le temps n’existe pas. Il est comme balayé.
Commenter  J’apprécie          470
Piatka20 juillet 2017
Le prophète de Khalil Gibran
Et votre corps est la harpe de votre âme.
Il vous appartient d’en tirer musique douce ou son confus.
Commenter  J’apprécie          476
ninosairosse21 juillet 2017
Les brumes de l'apparence de Frédérique Deghelt
Hier nos ancêtres tenaient pour fariboles et magie notre réalité d'aujourd'hui. Nous les traitons d'arriérés, nous rions de ces hommes qui ont cru que la Terre était plate, et nous faisons la même erreur.Dans un autre système vibratoire qui ne nous permet pas de les voir spontanément, les âmes sont des énergies qui peuvent se tenir près de nous. Vous verrez ou vous ne verrez pas, suivant l'époque de cette découverte,que dès que les hommes sauront cela, avec preuves indiscutables et scientifiques, ils considéreront avec mépris les pauvres arriérés que nous sommes de ne pas l'avoir compris et découvert assez vite.
p176
Commenter  J’apprécie          370