AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Julia Kerninon : l'intensité des sentiments

19 juillet 2018

entretien

Dans son dernier roman 'Ma dévotion' (à paraître le 22 août), Julia Kerninon met en scène des retrouvailles entre deux vieux amis et amants, un peintre et une auteur, qui ne se sont pas revus depuis plus de vingt ans. Voici notre interview pour en savoir plus, en attendant la parution.

L'obésité, une fatalité ?

19 juillet 2018

Compte rendu

Il y a quelques semaines, nous recevions la psychanalyste Catherine Grangeard et la journaliste Daphnée Leportois pour évoquer leur roman avec 30 lecteurs. Voici le compte-rendu de cette soirée sous le signe de l'acceptation de soi et de la bienveillance.

Le jeu littéraire de l'été

19 juillet 2018

quiz

La musique et la littérature sont parfois plus proches qu'on le croit. La preuve avec notre jeu de l'été, qui met en relation des chansons avec des écrivains ou leurs œuvres. Vous avez jusqu'au 31 juillet pour participer, et tenter de gagner un roman de la rentrée littéraire 2018 !

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

S'isoler pour se découvrir

16 juillet 2018

Compte rendu

Dans 'Et si tu redistribuais les cartes de ta vie ?', Carole-Anne Eschenazi met en scène Tara, quadragénaire en quête d'elle-même. Isolée sur une île bretonne, elle va prendre le temps de "se rencontrer". L'auteur était chez Babelio récemment, découvrez le compte-rendu de cette soirée ici.

Le prix du Roman Fnac

16 juillet 2018

liste

Ca y est, on connaît les titres des 32 romans sélectionnés pour le prix Fnac, qui sera décerné le 14 septembre prochain par Daniel Pennac. Retrouvez ici la liste complète, ainsi que des informations sur les livres en lice.

La vie de Simone Veil en bande dessinée

13 juillet 2018

entretien

Grande figure du XXe siècle et du féminisme, Simone Veil a fait son entrée au Panthéon début juillet 2018. Sa vie a aussi inspiré une BD à Hervé Duphot et Pascal Bresson, sous le titre 'Simone Veil : L'Immortelle'. Voici l'interview de son scénariste.

La presse en parle Voir plus
Le calendrier des sorties Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
Mon désir le plus ardent
  16 juillet 2018
Mon désir le plus ardent de Pete Fromm
Peut-être que pour mieux cerner ce livre il suffirait de se plonger dans la couverture. Comme si tout y avait été savamment orchestré, soupesé, au millimètres près.
Il y aurait tout d'abord ce rose omniprésent, enclin dans un premier temps à faire fuir l'allergique aux séries rose bonbon, mais prompt à retenir celui qui y verrait des nuances de rouge et un manque si évident de discrétion que ça en deviendrait louche. Forcément. Pour n'y voir au final non plus du rose pur, mais un rouge désenchanté comme du sang délavé, malade. Une subtile annonce d'une histoire d'amour et de vie, annonçant peut-être le thème d'un amour plus fort que tout, allez savoir.
Il y aurait aussi cette photo noir et blanc en bandeau, proclamant de loin une abstraction, invitant à y regarder de plus près. Non ce n'est pas une chevelure ou une crinière que cette main caresse. Tout simplement de l'eau, aussi pure que peut l'être l'eau. Comme si l'histoire était proche de l'élément naturel.
Il y aurait aussi du mouvement suggéré dans ce bandeau, qui n'en doutons plus nous plonge plus précisément dans le scénario. L'eau est dans deux états, calme et sombre en amont de la main, bouillonnante et troublée en aval. Comme si le mouvement suggérait l'avancée de l'histoire. On pourrait croire à un courant que la main tente de retenir, mais c'est sûrement la main qui administre le mouvement, l'obturateur ayant figé tout cela. Une main peut-être tremblante qui sait, dévoilant derrière elle des tourbillons de matière grise comme écumée de myéline, telle des synapses devenues folles. Comme si tout cela avait été fait exprès, pour évoquer une maladie peut-être bien, allez savoir.
Il y aurait encore autre chose, assez subtil en y regardant à la loupe, qui confirmerait l'ensemble des investigations. Le mouvement de l'eau dessine comme une bague sur l'annulaire de la main féminine, et ce malgré le remous. Comme s'il y avait vraiment une histoire de mariage et de couple à l'intérieur, plus forte que les aléas.
Il y aurait ensuite le besoin d'éloigner la couv', pour une vue d'ensemble. Le tout s'éclairerait alors d'évidence, un parfait équilibre comme un petit miracle qui donnerait envie de se plonger dans la lecture. À commencer par le titre.
Mais peut-être que tout ceci ne serait dû qu'au hasard, comme le suggèrerait insidieusement le titre où les mots désir et ardent résonneraient en allitération sur un coup de «d». Ce que semblerait confirmer d'ailleurs d'autres livres de la maison Gallmeister, habituée des couvertures à dominantes unies surplombées d'un bandeau noir et blanc.
Peut-être même que tout ceci ne serait qu'un délire interprétatif du lecteur lambda comme moi, comme si j'étais resté baba devant la couv' à la fin de ma lecture, regrettant que celle-ci se termine, tentant de prolonger en vain le petit miracle. Un peu comme si j'avais eu du mal à me résoudre au point final.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          455
Un bon fils
  17 juillet 2018
Un bon fils de Pascal Bruckner
Autobiographie de Pascal Bruckner.
De lui je n'ai lu qu' "un petit mari", qui ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. C'est donc quelqu'un que je ne connais pas plus que ça.
Et dès le début ça démarre très fort. Petit garçon élevé dans la tradition catholique, il adresse des prières pour que son père décède. Faut dire que le papounet y va fort, on pourrait résumer par : un gros con. Violent, antisémite, raciste, il tape sur sa femme, son fils aussi, parfois c’est juste pour soulager une journée trop chargée. Son attitude forgera le caractère de son fils et celui-ci deviendra en tout son opposé.
Malgré toute cette violence, on ressent tout au long du livre un certain amour de la figure paternel. L'écriture est débridée, empreinte de pudeur et de sensibilité, l'auteur visiblement ne cache rien. Un livre qui n'est pas un règlement de compte mais qui est plus un bilan pour faire le point sur le passé peut-être tout simplement pour mieux l'évacuer.
Commenter  J’apprécie          450
New Earth Project
  18 juillet 2018
New Earth Project de David Moitet
Un roman de science-fiction jeunesse de grande qualité.
Dans cette Amérique de 2125, la Terre n’en peut plus : les océans sont montés de plusieurs mètres, les ressources s’épuisent, l’air est si pollué qu’un smog perpétuel rend invisibles le ciel et le soleil…
La ségrégation s’est accentuée entre les pauvres et les riches : ceux-ci vivent dans des dômes climatisés tandis que les pauvres habitent dans des logements insalubres à l’atmosphère suffocante, la misère progresse car les travailleurs sont remplacés par des robots, l’éducation devient même un luxe, réservée aux enfants des familles riches et à quelques enfants défavorisés qui ont réussi des tests d’admission.
Mais tout n’est pas perdu ! Une planète habitable mais lointaine a été découverte et, chaque semaine, un immense vaisseau spatial sort des usines et emmène un million de colons tirés au sort vers cette nouvelle Terre (new Earth).
Les principaux personnages du roman sont deux adolescents, Isis, une jeune fille issue d’un milieu défavorisé, et Orion, le fils du chef d’entreprise responsable du grandiose New Earth Project.
Les deux adolescents qui sont dans la même classe en viennent à s’apprécier, et même un peu plus…
Or, un jour, Iris et sa famille reçoivent le sésame tant espéré : un billet pour la nouvelle Terre !
Mais les choses ne vont pas se passer comme prévu : Orion et Isis vont faire d’incroyables découvertes concernant la nouvelle Terre, cette destination présentée comme idyllique…
David Moitet a su rendre ses personnages attachants et la Terre qu’il décrit malheureusement trop crédible ; le rythme du roman est soutenu et le suspense à la fin du livre tout à fait prenant.
Un très bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Quiz à l'affiche Voir plus

Quiz féministe

10 questions
36 participants

Combien de temps ?

12 questions
59 participants

Les petites manies des grands auteurs

11 questions
122 participants

Citations à l'affiche Voir plus

Paul Verlaine
palamede   16 juillet 2018
Paul Verlaine
Art poétique

De la musique avant toute chose,
Et pour cela préfère l'Impair
Plus vague et plus soluble dans l'air,
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.

Il faut aussi que tu n'ailles point
Choisir tes mots sans quelque méprise :
Rien de plus cher que la chanson grise
Où l'Indécis au Précis se joint.

C'est des beaux yeux derrière des voiles,
C'est le grand jour tremblant de midi,
C'est, par un ciel d'automne attiédi,
Le bleu fouillis des claires étoiles !

Car nous voulons la Nuance encor,
Pas la Couleur, rien que la nuance !
Oh ! la nuance seule fiance
Le rêve au rêve et la flûte au cor !

Fuis du plus loin la Pointe assassine,
L'Esprit cruel et le Rire impur,
Qui font pleurer les yeux de l'Azur,
Et tout cet ail de basse cuisine !

Prends l'éloquence et tords-lui son cou !
Tu feras bien, en train d'énergie,
De rendre un peu la Rime assagie.
Si l'on n'y veille, elle ira jusqu'où ?

O qui dira les torts de la Rime ?
Quel enfant sourd ou quel nègre fou
Nous a forgé ce bijou d'un sou
Qui sonne creux et faux sous la lime ?

De la musique encore et toujours !
Que ton vers soit la chose envolée
Qu'on sent qui fuit d'une âme en allée
Vers d'autres cieux à d'autres amours.

Que ton vers soit la bonne aventure
Eparse au vent crispé du matin
Qui va fleurant la menthe et le thym...
Et tout le reste est littérature.

(Jadis et naguère)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          534
Pierre Desproges
sabine59   17 juillet 2018
Pierre Desproges

L'amour...Il y a ceux qui en parlent et ceux qui le font. A partir de quoi il me paraît urgent de me taire.
Commenter  J’apprécie          483
Eric76   19 juillet 2018
L'enfant de poussière de Patrick Dewdney
La clairière obscure avait été envahie par un vol de lucioles. Elles virevoltaient en silence, des milliers de lueurs minuscules qui tournoyaient autour du chêne central, comme une procession de bougies féeriques.
Parfois, il y avait un bruissement furtif, un chasseur ailé piquait dans la clairière, une luciole s'éteignait brusquement, et autour, cela faisait comme une vague lumineuse, comme les rides sur l'eau lorsqu'il pleut. Fasciné par le spectacle phosphorescent, j'en oubliai quelque temps les bleus et l'épuisement. " J'ai toujours aimé les bois de Vaux pour ça", fit Uldrick doucement. "A chaque fois, c'est quand tu commences à ne plus la supporter que cette forêt se rachète pour la lune qui vient. Comme si elle avait besoin qu'on l'aime." J'acquiesçai, la bouche entrouverte, envoûté par la danse lumineuse. " On dirait des fées ", fis-je. " On dirait que c'est la nuit qui… qui ondule. " Uldrick me lança un regard étrange par-dessus le feu. " C'est vrai ", fit-il. " On dirait que la nuit ondule. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          424