AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Etonnants Voyageurs : découvrez quelques auteurs présents

16 mai 2018

Vidéo

Avec près de 300 auteurs invités, le Festival international du livre et du film de voyage a de quoi attirer de nombreux lecteurs et cinéphiles. Si vous n'avez pas encore eu le temps de réviser, découvrez ici quelques auteurs qui seront au festival, du 19 au 21 mai.

Vaincre ses peurs avec Sandrine Catalan-Massé

16 mai 2018

Vidéo

L'agoraphobie n'est pas une fatalité. C'est ce que nous montre cette auteur dans son livre 'Dépêche-toi, ta vie n'attend plus que toi !'. Elle était chez Babelio en avril pour rencontrer ses lecteurs, et tourner une vidéo pour évoquer son livre en 5 mots. La voici.

Les pique-niques Babelio sont de retour !

15 mai 2018

Communauté

Vous les attendiez avec impatience ? Ils sont de retour ! Les pique-niques Babelio bien sûr, qui cette fois s'exportent encore plus loin de Paris. En 2018, nous vous proposerons cet événement dans 15 villes, dont certaines hors de France ! Découvrez les détails ici.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

A la rencontre des membres de Babelio

15 mai 2018

entretien

Comme chaque mois, nous vous faisons rencontrer un Babelionaute à travers une interview. Cette fois, c'est le voyage qui est à l'honneur, à travers la bibliothèque de le_Bison, qui évoque pour nous ses lectures et auteurs fétiches.

En route pour l'Italie avec Mélanie Taquet

15 mai 2018

Compte rendu

L'auteur de 'Reste aussi longtemps que tu voudras' était chez Babelio le 19 avril dernier pour rencontrer ses lecteurs et répondre à leurs questions. Voici le compte-rendu de cette soirée sous le signe du secret, de l'amitié, et de la ville de Florence.

Défi d'écriture de mai

09 mai 2018

Communauté

En mai, le voyage est à l'honneur sur Babelio. Participez à ce nouveau défi d'écriture qui prend pour thème le voyage, et tentez de remporter un livre !

La presse en parle Voir plus
Le calendrier des sorties Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
Imaginer la pluie
  18 mai 2018
Imaginer la pluie de Santiago Pajares
Comment imaginer la pluie, quand on n'a connu que le désert ?

Question qui est l'essence même de cet étonnant roman post-apocalyptique, le roman de Ionah, jeune garçon élevé (quel joli mot quand on y pense) par le seul être humain qu'il ait jamais connu, sa mère.

Elle et lui, deux rescapés, seuls, recentrés sur l'essentiel, la vie, la survie sur leur asile de sable au milieu du néant.

Un sujet qui a priori ne respire pas l'allégresse et pourtant, ce conte humaniste est pétri d'espérance et de poésie pure comme un ciel de désert. Car par le regard innocent de Ionah, vierge des conditionnements vains de « la vie d'avant », l'univers originel se reforme sous nos yeux, radieuse métaphore d'un espoir de renaissance pour notre humanité.

Et qu'y a-t-il au-delà de « ce néant qui n'est que sable » ?
L'océan ?
La civilisation ?
Ne compte pas sur moi pour la réponse. Mets-toi plutôt en route aux côtés de Ionah sur ce chemin initiatique hors du commun. Une traversée du désert que tu ne regretteras pas.


Et pour le partage, merci Piatka ; )


Lien : http://minimalyks.tumblr.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6912
L'Art de la ruse
  18 mai 2018
L'Art de la ruse de Frédéric Joignot
Les Caractériels, de Théophraste, une oeuvre immortelle. Ô combien rusé d'axer un discours sur la ruse autour des fâcheux. On les connaît tous, ces gens aux comportements parfois insupportables. Qui vous empoisonnent d'autant plus la vie qu'ils sont parfois vous-même. L'auteur les passe en revue avec verve et précision en un panorama large.

Du coup la ruse dont il est question ici consisterait à se prémunir de ces gens, à les désamorcer, à les « guérir » en somme, non pas avec des théories psychanalytiques, riches pour le théoricien et enrichissantes pour le praticien, mais par exemple en usant des thérapies brèves de l'école de Palo Alto, incarnées surtout ici par Milton Erickson, dont les anecdotes savoureuses le rapprochent du « trickster » des mythologies, le fripon salutaire, tel Loki, Coyote, Nasr Eddin Hodja ou Noël Godin. Par la ruse, le thérapeute parvient à basculer le point de vue, provoquer une prise de conscience, comme une maïeutique.

J'essaie d'évoquer la diversité des sujets abordés dans ce livre, et des rapprochements, qui incluent histoires de thérapies, anecdotes personnelles, bouts de légendes, évolution des sociétés, blagues, insultes, l'art de la guerre de Sun Zi ou l'art de résiser aux hommes dans les sociétés ultra patriarcales, etc.

J'ai particulièrement apprécié le portrait du réactionnaire. On en connaît tous de ces raseurs suprêmes donneurs de leçons toujours fâchés contre quelqu'un ou quelque-chose, et pour qui tout était mieux avant. Les faire remonter à Théophraste et leur donner une dimension pathologique a plus de classe que les appeler « vieux cons ». Un bon bagage théorique pour s'équiper dans les luttes de la vie.

Un livre stimulant et agréable à lire. Une erreur de deux ou trois lettres, et un intrus, ont pu se glisser dans cette critique. C'était une ruse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Le jour de votre nom
  18 mai 2018
Le jour de votre nom de Olivier Sebban
Dis-moi comment tu t'appelles, je te dirai qui tu es.
Traqué par son beau-père, franquiste convaincu, Álvaro Diaz, juif espagnol, quitte l'Espagne au cours de l'hiver 1939 après de longues années d'errance, laissant derrière lui sa femme et ses deux enfants. De l'autre côté des Pyrénées, il s'accroche à la vie, à ses souvenirs, et à un carnet noirci par sa soeur Esther. Elle y a couché leur histoire, et un secret familial bien gardé. Leur patronyme n'est pas le bon. Leur père, un héros de la guerre civile fusillé au début du conflit, s'appelait Isaac Alvares, et non Diaz, et était natif de Tanger.
Pour Álvaro, son nom véhiculait son identité. Désormais hanté par le parcours de son père et par ce patronyme originel révélé qui le bouleverse, il tente tant bien que mal de survivre, d'abord dans l'épouvantable camp de concentration de Gurs, où il reste presqu'une année dans des conditions effroyables, sous la menace continuelle du lieutenant Davers et de Buisart, le directeur du camp, puis dans la clandestinité. Le jour de votre nom est l'odyssée noire d'un nouveau juif errant, du camp au maquis, de la résistance à la déportation, quand deux destins, celui du père et celui du fils se télescopent.
J'ai rarement lu de lignes aussi fortes ces dernières années sur l'exil, l'enfermement, l'humiliation et la rage intérieure qui pousse un individu à aller de l'avant et faire ce qu'il estime juste.
« Pourquoi nous enferment-ils dans des camps, demanda-t-il?
- Parce qu'ils ont peur du déferlement. Parce qu'ils n'ont rien prévu pour nous et nous mettent en attente. Quand ils sauront quoi faire et comment faire pour nous envoyer au diable, ils nous y enverront. Moi, d'ici-là, comme beaucoup d'entre nous, je serai mort. »
La partie consacrée au camp de Gurs est particulièrement marquante. Olivier Sebban restitue sans pathos ce que fut la vie des internés dans ce lieu qui n'avait rien à envier aux camps allemands, dans la boue, au milieu des rats et des blattes, dans le froid, et la faim. Il raconte les maladies, les brimades, les brigadistes au bout du rouleau qui se pendent dans les baraques, les cadavres que l'on enterre à la hâte au petit matin.
L'errance d'Álvaro Diaz est une belle et tragique histoire servie par une trame historique très riche que je ne suis pas prête d'oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5810
Quiz à l'affiche Voir plus

Camus - L'étranger (niveau IMPOSSIBLE)

10 questions
5 participants

Un jour, un titre

15 questions
470 participants

Le bon prénom

10 questions
551 participants

Ciel, mon mari !

11 questions
210 participants

Citations à l'affiche Voir plus

Haruki Murakami
palamede   21 mai 2018
Haruki Murakami
Ce dont les hommes ont besoin, c'est de quelque chose de beau, d'agréable, qui leur fait croire, au moins partiellement, que leur existence a un sens.
Commenter  J’apprécie          531
Cricri124   18 mai 2018
Trois chevaux de Erri De Luca
Ce n’est pas le jour qui vient, c’est la nuit qui se retire.
Commenter  J’apprécie          433
palamede   18 mai 2018
Pensees, reflexions et maximes suivies de premieres poesies tableaux de la nature de François-René de Chateaubriand
Nuit de printemps

Le ciel est pur, la lune est sans nuage :
Déjà la nuit au calice des fleurs
Verse la perle et l’ambre de ses pleurs ;
Aucun zéphyr n’agite le feuillage.
Sous un berceau, tranquillement assis,
Où le lilas flotte et pend sur ma tête,
Je sens couler mes pensers rafraîchis
Dans les parfums que la nature apprête.
Des bois dont l’ombre, en ces prés blanchissants,
Avec lenteur se dessine et repose,
Deux rossignols, jaloux de leurs accents,
Vont tour à tour réveiller le printemps
Qui sommeillait sous ces touffes de rose.
Mélodieux, solitaire Ségrais,
Jusqu’à mon cœur vous portez votre paix !
Des prés aussi traversant le silence,
J’entends au loin, vers ce riant séjour,
La voix du chien qui gronde et veille autour
De l’humble toit qu’habite l’innocence.
Mais quoi ! déjà, belle nuit, je te perds !
Parmi les cieux à l’aurore entrouverts,
Phébé n’a plus que des clartés mourantes,
Et le zéphyr, en rasant le verger,
De l’orient, avec un bruit léger,
Se vient poser sur ces tiges tremblantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370