AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Rencontrez Stéphane Michaka

19 octobre 2018

Concours

L’auteur de 'Cité 19' revient avec un roman haletant qui mêle le récit d’anticipation à la quête de l’identité d’un adolescent. Inscrivez-vous dès maintenant pour avoir une chance de recevoir chez vous son dernier roman 'La Mémoire des couleurs' et rencontrer l'auteur à Paris le 20 novembre prochain.

Alain Mabanckou nous présente son dernier livre

22 octobre 2018

Vidéo

Avec 'Les cigognes sont immortelles', Alain Mabanckou explore une nouvelle fois les drames politiques qui se jouent au Congo, et plus largement en Afrique. Nous l'avons rencontré pour en savoir plus sur ce livre, sur son rôle d'ambassadeur de la langue française, et ses coups de cœur de la rentrée littéraire.

Couvertures, quatrièmes de couvertures, bandeaux : qu’en pensent les lecteurs ?

18 octobre 2018

Compte rendu

A travers notre étude sur l'objet-livre, nous avons voulu savoir quel rapport entretiennent les lecteurs aux aspects matériels de cet objet parfois hautement intellectuel. Découvrez les résultats de ce sondage mené sur plus de 6000 membres de la communauté Babelio, et présenté à des éditeurs fin septembre.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

Défendre les animaux, avec Camille Brunel

18 octobre 2018

entretien

"Parce qu’il était hors de question d’écrire un roman de l’extérieur, je suis devenu végétarien et j’ai commencé à militer avec toute la ferveur dont j’étais capable, pour me rapprocher le plus possible du personnage que je voulais décrire." Dans 'La Guérilla des animaux', Camille Brunel met en mots la radicalisation d'un jeune militant animaliste, qui n'hésite pas à en venir aux armes pour protéger les animaux de la folie humaine. Voici notre interview de l'auteur.

Rencontrez Catherine-Rose Barbieri

18 octobre 2018

Concours

Et si un email pouvait changer votre vie, et vous faire voir le monde autrement ? C'est ce qui arrive à Camille, l'héroïne du premier roman de Catherine-Rose Barbieri, entraînée dans un jeu de piste improbable qui va la pousser à dépasser ses préjugés pour enfin décider de la suite de sa vie. Inscrivez-vous dès maintenant pour recevoir le livre et assister à cette rencontre.

Les actualités de Babelio, spécial littératures de l'imaginaire

15 octobre 2018

Vidéo

A l'occasion du Mois de l'imaginaire, nous vous proposons une émission consacrée à ce type de littérature, regroupant des genres comme la science-fiction, la fantasy et le fantastique. Retrouvez dans cette vidéo des interviews d'éditeurs, des concours et autres coups de cœur de l'équipe !

La presse en parle Voir plus
Le calendrier des sorties Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
La politique a-t-elle encore un sens ?
  20 octobre 2018
La politique a-t-elle encore un sens ? de Hannah Arendt
Puissant !
Hannah Arendt pose la question de l'utilité de la politique.
Politique vient de "polis", cité, qui suppose la gestion autonome de la cité dans la Grèce antique. L'auteure retrace le parcours historique de la politique depuis l'antiquité jusqu'au jour de cet écrit, 1959, en passant par les philosophes, l'imposition chrétienne, la Réforme, les guerres et les révolutions, pour arriver à ce que j'appelle la question à la fois cruciale et terriblement pessimiste :
.
"Mais quel but [ politique ] pourrait bien justifier, dans les circonstances présentes, les moyens capables d'anéantir l'humanité ?"
.
Nous sommes en 1959, il y a peu de temps, un nazi allemand fut à l'origine d'un massacre mondial, et notamment la Shoah.
Hannah Arendt, juive allemande, sûrement encore marquée, très concernée, ayant couvert le procès Eichmann, philosophe à l'origine, ayant côtoyé Jaspers, Kierkegaard, Heidegger (ce dernier, de très près ), est d'une intelligence brillante et non conformiste. Je l'ai senti dans cet écrit.
C'est un essai clair, bien écrit, mais inachevé : il manque un schéma de pensée et une synthèse que l'on devine derrière sa superbe analyse originale.
L'auteure fait jouer des concepts :
vie, vivre-ensemble, liberté, violence, espace de dialogue, religion, autour de la notion de "polis" ou "politique". Elle arrive à la conclusion que la politique a été beaucoup plus infléchie par la violence ( guerres, révolutions ) que par la gestion philosophique-royale-ou républicaine des états.
Elle distingue judicieusement "sens", "fins", "but final", et "principes d'action" de la volonté politique. Si "l'honneur" des royautés ou "la vertu" des républiques ne sont plus des convictions, quid de cette course aux armements où, à l'inverse du mot de Kant, "nous vivons dans une paix au sein de laquelle rien ne doit être épargné pour qu'une guerre soit encore possible" ?
.
Partie en 1975 d'une crise cardiaque, je pense qu'Hannah Arendt serait un peu consolée de voir qu'on a réussi, pour l'instant, à faire la paix européenne : )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Salina : les trois exils
  21 octobre 2018
Salina : les trois exils de Laurent Gaudé
Un début avec un cavalier qui surgit de nulle part et arrive dans un village, ça vous rappelle pas quelque chose ? « Le soleil des Scorta » de Laurent Gaudé bien sûr. Mais la comparaison s'arrête là avec son roman culte, il faut plutôt voir du côté de « La mort du roi Tsongor » pour les comparaisons, et le genre surtout. Un conte moderne, une fable mythique, peu importe le qualificatif, on est embarqué dans la maîtrise de l'écrivain conteur.
Un bébé empli de cris du désert est donc déposé par ce cavalier mystérieux devant des villageois médusés, circonspects et dubitatifs.Sissoko Djimba ordonne de laisser faire le cours des choses sans devenir acteur, la chaleur accablante finira bien par faire taire cet avorton de chairs hystérique. Ou les hyènes une fois le soleil vaincu. C'est finalement Mamambala qui défiera les ordres, nommera Salina et l'allaitera. le début d'une intégration défaillante, d'une vie de souffrance et de violence, d'une épopée de vengeance. Tout cela est conté bien plus tard par un de ses fils pour trouver un endroit décent à la dépouille de Salina.
Pas grand chose à dire, c'est admirable comme souvent avec Laurent Gaudé. Captivant, parfait, académique presque. Juste un peu court peut-être, on est à peine entré dans cette histoire fabuleuse que c'est déjà fini.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
Nous rêvions juste de liberté
  19 octobre 2018
Nous rêvions juste de liberté de Henri Loevenbruck
Bonjour à toutes et à tous…

Qu’est-ce qu’un artiste ?

Un musicien qui nous porte au son d’une mélodie ?
Un peintre qui nous capture dans sa toile ?
Un acteur dont le ton est tellement juste que l’on arrive à croire à son personnage ?
Un auteur qui au fil de ses mots, nous fait vivre des centaines de vies ?
Un sculpteur ?
Un magicien ?
Un danseur ?

Pour moi un artiste c’est un peu tout ça, mais c’est surtout celui qui ne se contente pas de voir, c’est celui qui a appris à regarder, qui ne se satisfait pas d’entendre, celui qui a appris à écouter !

Que d'émotions !
Quel superbe roman… Plaisir assuré jusqu’à la dernière ligne.
J’ai découvert Henri Lœvenbruck, le 25/05/2005 avec “Le Testament des siècles” et depuis, j’ai lu la plupart de ses romans. Il fait parti pour moi de la “valeur sûre” de la littérature française.
Je m’étais habitué à un certain style de littérature un peu mystérieuse ou polar…

Mais là, je suis complètement bluffé !

Henri Lœvenbruck a concocté un road-movie incroyable. Poignant, émouvant, tout en subtilité, ancré dans un décor aride le long d’un périple à travers les longues routes des États-Unis. Il délivre une authentique réflexion sur l’amitié, l’amour et les espoirs, à un âge difficile qu’ont nos héros qui se cherchent encore. Qui cherchent leurs libertés.
Mais qui n’a jamais rêvé de liberté ?

Loyauté, honneur, respect.
3 “petits” mots, qui prennent ici tout leurs sens.

3 carnets, pour un roman construit comme un triptyque qui m’a noué les tripes et déchiré le cœur…
J’ai pleuré en arrivant aux dernières pages, j’ai pleuré jusqu’à la dernière ligne.
Mais dans certains cas cela fait du bien…
Il y a de la magie dans ce livre, il y a de la force. Les mots me manquent tellement j’ai été ému par cette aventure.

Henri Lœvenbruck est définitivement pour moi un véritable artiste !

A lire absolument !!!
...
Extrait :
“A l’époque, je crois bien que c’était la première fois que je croisais un type qui lisait plus de bouquins que moi, et c’est peu dire. On gardait ça pour nous, comme un truc un peu honteux, mais, ma parole, quand on était tout seuls, en cachette, on pouvait causer bouquins pendant des heures. Il me parlait de Jack London, de Kerouac, de Salinger ou de Steinbeck, et si les autres nous avaient vus, ils se seraient bien foutu de notre poire. Alex, il connaissait toujours des trucs dont je n’avais jamais entendu parler, il me faisait découvrir des auteurs qui savaient mettre tout plein de mots qui coupaient dans mon ventre, et alors ça faisait du bien de saigner un peu.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Quiz à l'affiche Voir plus

cataquiz

15 questions
87 participants

Camille Claudel

19 questions
22 participants

Réflexions, citations, mots ....(2)

10 questions
92 participants

Oscar Wilde, le Paon Irlandais

15 questions
22 participants

Citations à l'affiche Voir plus

 Dalaï-Lama
Bobby_The_Rasta_Lama   19 octobre 2018
Dalaï-Lama
Ce qui me surprend le plus chez l'homme occidental, c'est qu'il perd la santé pour gagner de l'argent, et il perd ensuite son argent pour récupérer la santé. A force de penser au futur, il ne vit pas au présent, et il ne vit donc ni le présent ni le futur. Il vit comme s'il ne devait jamais mourir, et il meurt comme s'il n'avait jamais vécu.
Commenter  J’apprécie          6515
Théodore de Banville
palamede   19 octobre 2018
Théodore de Banville
L’Automne

Sois le bienvenu, rouge Automne,
Accours dans ton riche appareil,
Embrase le coteau vermeil
Que la vigne pare et festonne.

Père, tu rempliras la tonne
Qui nous verse le doux sommeil ;
Sois le bienvenu, rouge Automne,
Accours dans ton riche appareil.

Déjà la Nymphe qui s’étonne,
Blanche de la nuque à l’orteil,
Rit aux chants ivres de soleil
Que le gai vendangeur entonne.
Sois le bienvenu, rouge Automne.
Commenter  J’apprécie          560
palamede   21 octobre 2018
Le Premier Homme de Albert Camus
Non, un homme ça s'empêche. Voilà ce que c'est un homme, ou sinon…
Commenter  J’apprécie          443
.. ..