AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

La filmographie d'Alfred Hitchcock... en 10 livres

13 août 2018

Vidéo

Le 13 août 1899 naissait le maître du suspense Alfred Hitchcock. Pour fêter son anniversaire, nous vous invitons à (re)découvrir les livres qui ont inspiré ses films.

Lecture commune d'août : Le Bal Mécanique

10 août 2018

Communauté

"Un siècle, une famille, l’Art et le temps. Vous êtes invités au Bal mécanique." C'est le roman de Yannick Grannec qui a été choisi comme lecture commune du mois d'août. Lisons-le ensemble.

Du roman à l'écran

10 août 2018

Vidéo

Sans compter le film sur Mary Shelley, de nombreuses adaptations de romans sortent en salles en ce mois d'août. Découvrez-les à travers notre vidéo.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

Mais pourquoi sont-ils aussi méchants ?

10 août 2018

quiz

Tous ces personnages de la littérature mènent la vie dure à nos héros. Mais quelles sont leurs raisons au juste ? En ont-ils seulement une ?

Jouez autour de la musique et de la littérature

03 août 2018

Communauté

Vous aimez jouer et vous passez autant de temps à lire qu'à écouter de la musique ? Alors découvrez la deuxième partie de notre jeu de l'été consacré aux liens qui unissent musique et littérature.

Concours : partagez vos lectures de l'été

03 août 2018

Communauté

Vous emportez un livre avec vous au bord de la plage ou de la piscine ? Prenez en photo votre lecture de vacances et postez-la avec le #lecturesdevacancesbabelio sur Instagram !

La presse en parle Voir plus
Le calendrier des sorties Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
La bonne vie
  16 août 2018
La bonne vie de Matthieu Mégevand
Distordre, tordre, l’ordre, le corps, le langage, la vie jusques à la transparence. Déjeter, torturer, tortuer jusqu’à n’être plus rien. S’injecter des clés pour entrouvrir des portes, un monde inconnu jusqu’à s’abîmer.

Fermer les yeux pour tout détruire, ouvrir les veines au venin pour construire, s’échapper et renier la vie. Le bonheur en intraveineuse, pour extirper le souffle, la fatalité. Le chaos pour exister, exulter dans ce monde en ruine issu de l’horreur.

Comment survivre dans ce vide, quérir la vision, la création apaisante, le chemin vers cet Orient utopique. Comment briser les dogmes, être son propre Rimbaud, son propre cadavre, faire de son existence un grand jeu irrémédiable.

Se perdre tel fut le destin de Roger Gilbert-Lecomte, poète maudit, honni, météore de ces années d’après-guerre. Jouer, défier sans cesse, refusant le quotidien dans sa banalité et sa platitude, celui qui s’opposa à André Breton et ses surréalistes fut vaincu par les expédients et la fatalité. La bonne vie, nous entraîne dans l’existence nocturne de ce visionnaire, de l’amitié à la déchéance solitaire, de l’aura naissante dans les cendres de Reims, à l’ombre diaphane du Paris culturel. Dans ce désir de négation, de plaisir présent, de révolte métaphysique, la déstructuration est inéluctable, corps, âme, amis abandonnent peu à peu le grand jeu, le poète empoisonneur public.

Matthieu Mégevand nous plonge dans cette tourmente humaine et littéraire, un voyage toxique dans les arcanes des « phrères » et la prose opiacée des Daumal et Gilbert-Lecomte.

Merci à Babelio et aux éditions Flammarion pour cette masse critique spéciale.
Lien : https://leserrancesdelgabier..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          275
L'enfant aux cailloux
  17 août 2018
L'enfant aux cailloux de Sophie Loubière
Elsa Préau, institutrice et directrice d'école à la retraite, a une vie bien réglée.
Elle lit, fait ses courses, fait la cuisine, écrit des lettres à qui veut bien les lire et espionne ses voisins.
A force, elle finit par se persuader que quelque chose cloche dans la maison d'à côté.
Cette famille, les Desmoulins a 2 enfants. Sauf que, de temps en temps, le dimanche, Adèle Préau croit en apercevoir un autre toujours assis sous le même arbre, à jouer avec les mêmes cailloux.
Alors, à cet âge avancé, lorsque l'on prend quelques médicaments pour dormir ou calmer ses angoisses, est-on bien sûr de ce que l'on voit ?
Elsa en est persuadée, cet enfant est en danger et elle décide de mettre en place un plan pour le sauver.

Voilà tout ce que je peux vous dire de l'histoire construite par Sophie loubière en en révélant le moins possible. Toute la réussite de ce roman réside dans ce que je ne vous dis pas.
J'aimerai pouvoir en dire plus, pour vous donner envie de l'ouvrir mais ce serait vraiment vous gâcher une grosse partie du plaisir des découvertes successives, surtout en deuxième partie de roman.

Je ne peux que vous parler de mon expérience de lecture.
Le début a été très très fastidieux. J'ai failli le refermer plusieurs fois, pas par ennui mais pas incompréhension totale de la trame de l'histoire. Il faut dire que l'auteur prend son temps pour poser son personnage central, Elsa. Puis elle prend son temps pour que vous ayez vos certitudes. Quand elle est bien sûre de votre avis bien arrêté, elle déconstruit tout, insinue à nouveau le doute, et reconstruit tout sous un angle différent. Si bien que vous passez votre temps à osciller entre ce que vous croyez être, et ce qui pourrait être.
La façon dont elle le fait est très ingénieuse car vous ne la voyez pas venir.
Alors folle ou pas folle la vieille ? Vous vous poserez la question 258 fois environ.
Ces chapitres là sont donc construits de manière labyrinthique pour faire écho au fonctionnement du cerveau d'Elsa : c'est le fouillis total dans sa tête, et du coup dans la nôtre aussi.

Dans la seconde partie, la tension monte crescendo.
Sophie Loubière distille des informations au compte-gouttes et fait des révélations qu'il est absolument impossible de voir venir.
Là encore, elle prend un malin plaisir à balader le lecteur dans un sens, puis dans l'autre, le laissant seul à ses appréciations qui de toute façon seront fausses !
J'ai particulièrement aimé la façon dont elle nous laisse juger des événements pour nous donner, plus tard, un élément nouveau qui va nous amener à reconsidérer les choses sous un nouvel angle. Ne jugez pas trop vite, vous ne savez pas tout....
Jusqu'à la dernière page, elle vous met KO debout.
La fin est juste dingue !! Ca fait bien longtemps que je n'ai pas lu un bouquin qui apporte autant de révélations et du coup, un éclairage tellement différent sur les événements que ça vous donne envie de relire le début pour en apprécier la saveur (vous savez le début qui vous ennuyait presque à mourir ?)

Enfin bref, je ne sais pas si ma chronique est très claire car je n'ai au final pu parler de rien. Je ne peux pas non plus vous parler des thèmes abordés, ce serait trop en dire là aussi.

Il faut ABSOLUMENT lire ce bouquin, c'est tout ce que j'ai à dire !

Lien : https://audebouquine.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
La compagnie des menteurs
  17 août 2018
La compagnie des menteurs de Karen Maitland
Une belle petite surprise ce livre. Je ne m'attendais pas à grand chose et pourtant j'ai accroché très rapidement et c'est ensuite devenu impossible de lâcher ce roman.

J'ai vraiment pris du plaisir à suivre cette compagnie composée de 9 personnages avec des personnalités bien marquées et surtout des secrets qui seront dévoilés au fur et à mesure de la progression du récit.

L'histoire prend son temps pour démarrer et on a un peu de mal à la rattacher au résumé se trouvant en quatrième de couverture. Tout va s'accélérer à partir de la moitié du roman, cela va même peut-être un peu trop s'accélérer dans le dernier tiers du roman.

Au-delà des personnages au centre de l'histoire, j'ai également bien apprécié l'ambiance générale se dégageant du roman ainsi que les descriptions de l'Angleterre médiévale dans une période très sombre. C'est très noir mais on est vraiment plongé dedans.

On rejoint le fantastique par moment sans pour autant que cela ne devienne trop encombrant. En tout cas, ça ne m'a vraiment pas gêné.

Un road movie qui m'a vraiment surpris dans le bon sens et qui me donne envie de découvrir les autres romans de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Quiz à l'affiche Voir plus

Quelques fautes ?

14 questions
90 participants

Compléter les titres d'Astérix

15 questions
126 participants

Orages d'été et pluie de fraîcheur

14 questions
68 participants

Citations à l'affiche Voir plus

palamede   15 août 2018
Jacques à la guerre de Philippe Torreton
... on était confiants, on avait des ordres, c’est pratique un ordre, un ordre ça s’exécute, tu dis oui au chef, tu salues, tu tournes les talons et puis t’y vas comme t’es venu, ça repose, ça trace ton avenir immédiat.
Commenter  J’apprécie          420
marina53   15 août 2018
La vie parfaite de Silvia Avallone
On dit qu'on s'attache aux défauts, que ce sont les imperfections qui font de l'autre un être spécial. Mon cul, oui.
Commenter  J’apprécie          443
marina53   16 août 2018
La vie parfaite de Silvia Avallone
La douleur est une forme de langage.
Commenter  J’apprécie          380