AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Aventure et nature avec Miguel Bonnefoy

21 septembre 2017

Vidéo

Pour parler de Sucre noir, son dernier roman publié aux éditions Rivages, Miguel Bonnefoy a choisi les mots Amérique, nature, réel, nouvelle et aventure dans l'interview qu'il a accordée à Babelio.

BD de non-fiction : participez à notre sondage

19 septembre 2017

Etudes

Babelio lance un grand sondage sur la non-fiction en BD. Prenez quelques minutes pour répondre à nos questions et nous dire quelles sont vos habitudes de lecture. A l’issue du sondage, un participant sera tiré au sort, et remportera des chèques Lire d’une valeur de 60 euros.

Entre la France et l'Algérie avec Brigitte Giraud

19 septembre 2017

Compte rendu

Pour son dernier livre, Un loup pour l'homme, Brigitte Giraud nous convie à un voyage aux portes de l'Histoire franco-algérienne. Des lecteurs Babelio ont eu la chance de rencontrer l'auteure.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

Les Hommes d'après Richard Morgiève

15 septembre 2017

entretien

Babelio a rencontré Richard Morgiève à l'occasion de la sortie de son roman "Les Hommes" sorti aux éditions Joëlle Losfled. Découvrez notre entretien.

Partez à la chasse au trésor avec Miguel Bonnefoy

15 septembre 2017

Compte rendu

Avez-vous déjà rêvé de partir sur les traces d'Henry Morgan, à la recherche d'un trésor enfoui depuis des siècles ? C'est fascinés par cette chasse au trésor que trente lecteurs Babelio ont rencontré Miguel Bonnefoy pour la sortie de son roman Sucre noir.

Babelio défie la rentrée

14 septembre 2017

Communauté

Il n'y a même pas un mois que le défi de la rentrée a été lancé, mais plus de 50% des titres ont déjà été chroniqués ! Avez-vous déjà choisi le titre que vous allez critiquer pour, vous aussi, participer à ce grand défi collectif ?

La presse en parle Voir plus
Le calendrier des sorties Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
La petite fille de Monsieur Linh
17 septembre 2017
La petite fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel
Le paradoxe est là : une histoire simple, peu de personnages, on se laisse emmener, souriant, attendri ; et puis le sourire, peu à peu, se transforme en grimace et on pleure.
La description de M. Linh et son ami, est extraordinaire de précision, de subtilité.
Le style est agréable, doux, fluide. Ce roman se lit d'une traite, sans effort... mais il secoue !
Un vrai chef d'oeuvre qui émeut, fait réfléchir, change notre vision sur pas mal de choses.
Bref, un petit bijou d'humanité et un hymne à l'amitié
Commenter  J’apprécie          480
52 petits mensonges et autres vérités
19 septembre 2017
52 petits mensonges et autres vérités de David Dumortier
" J'ai deux jambes, l'autre jour elles se sont croisées et elles ont parlé de moi ".

On dirait du Prévert, du Vian eh non ! C'est du David Dumortier ! C'est simple, efficace, poétique, drôle, naïf et bienveillant, c'est tout ce que j'aime ! C'est déniché dans un livre pour enfants !

" Je n'aime pas la mer par contre j'adore les vagues"
52 petits mensonges et autres vérités est réservé aux 6-9 ans mais soit j'ai cet âge soit j'ai régressé pour kiffer et KIDifier autant ! Attention poésie !

" Les hérissons ont des piquants pour peigner l'herbe de la nuit ! Oui, oui, j'ai tiré la langue mais la bouche fermée ! C'est moi qui ai inventé la cuillères à larmes. "

Magnifiques illustrations (Evelyne Mary), magnifique ouvrage !

" Ce n'est pas le vent qui souffle, c'est quelqu'un qui est loin le jour de son anniversaire ! "
Commenter  J’apprécie          273
Les naufragés : Avec les clochards de Paris
20 septembre 2017
Les naufragés : Avec les clochards de Paris de Patrick Declerck
Ce livre est de loin le meilleur de tous les temps sur le monde de la rue, à savoir ceux qui n'ont que les étoiles comme toit. Chaque ligne m'arrache une larme de souffrance et une autre d'incompréhension. Comment dans une société dite moderne on peut laisser des hommes crever à petit feu dans la gangrène, l'alcool, l'abrutissement, l'oubli ? Oui cela fait mal de voir ces survivants peu à peu disparaître dans le sous-vivant.

L'auteur a fait plus que les suivre, il s'est immergé dans ce labyrinthe souterrain, chez ceux qui n'appartiennent plus au monde des hommes. Il les a côtoyés ivres, vociférants, comateux, hagards, obscènes, malades, incontinents, mourants et toujours puants. Il s'est joint à eux pour mieux les comprendre, lui le psychanalyste spécialisé dans l'écoute des gens en détresse. Quelle abnégation rare de nos jours !

Ce livre n'est pas un chef d'oeuvre pour cette unique raison, le style est bon, l'oeil vif, le trait perspicace. L'humour n'est pas absent, l'espoir non plus. Si le monde des clochards était l'enfer sur terre, la condamnation de l'homme déchu, de la créature dénaturée ? Personnellement je ne peux pas observer un SDF dans la rue sans me remettre en cause. Moi, pas lui. Moi et la société. Moi qui comme la plupart de mes chers concitoyens laissent plus ou moins se dérouler cette misère à ciel ouvert. Moi qui comme vous tous ou presque acceptons des dirigeants politiques qui par leur inaction cautionnent cette hécatombe ! Qui pour voter un revenu minimum universel sans traiter les bénéficiaires de profiteurs et d'assistés ?

Mais bordel de pétard de courge... les vrais assistés dans ce pays ce sont les députés, les cumulards qui s'endorment sur leurs biftons, pas les gens dans la rue, pas votre voisin, pas votre collègue, pas les réfugiés ! On est tous dans la même merde ! Tous des victimes des capitalistes qui se moquent du peuple, qu'importe sa couleur ! Les assistés ce sont ceux au sommet, ceux qui font mine de servir la patrie alors que leur patrie c'est leur compte en banque ! Ceux qui dépensent toujours plus et donnent toujours moins !

Ils marchent en titubant, en claudiquant, en geignant, en gueulant, en buvant. " Vaisseaux fantômes et mystérieux ". Que faisons-nous.... nous les navires de plaisance ? C'est si normal d'aider les plus démunis que l'on oublie souvent de le faire. Ils ne sont pas beaux à voir, alors on ne veut pas les voir. Leur monde est aussi cruel que le nôtre, parfois plus. Les règles sont aussi injustes que celles du Moyen-Age mais leur donner des leçons est hors de question. Notre société ne vaut guère mieux. On s'y bat pour une place de parking, pour une place dans une file d'attente, pour un regard de travers, pour une critique littéraire qui déplait. Quelle différence entre eux et nous ?

Il m'est arrivé récemment d'ouvrir ma maison à un jeune couple (26-27 ans environ) qui faisait la manche dans la rue en jouant de la musique. J'étais révulsé de les voir déballer leur pitance et de manger assis sur le caniveau aux yeux de tous et surtout des miens, les autres passants filant à leurs occupations, comme si je m'étais introduit dans leur salon. Ils ont pris une douche chez moi, ils sont restés un moment et ont ressenti cet instant comme le plus grand bienfait de l'humanité. Ils me remerciaient tout le temps. Pourtant c'était moi le plus gêné, moi qui avais honte de ce luxe que je possédais et qu'ils n'avaient pas.

Une plongée en enfer mais l'enfer est-il sous terre ou sur terre ? Nous qui les avons abandonnés, valons-nous plus que ces gens sans toit qui nous montrent la lumière en nous offrant l'ombre ?

Merci.... merci d'apprécier cette critique ou mieux encore........ sivouplé....... de laisser un commentaire ! :-) Messieurs-Dames, à vot' bon coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          298
Quiz à l'affiche Voir plus

Couples célèbres de la litterature

10 questions
151 participants

Les écrivains anglophones

14 questions
77 participants

Jules Verne sur petit et grand écran

10 questions
37 participants

Bourdes en tout genre

12 questions
52 participants

Citations à l'affiche Voir plus

Khalil Gibran
domisylzen18 septembre 2017
Khalil Gibran
Je connus une seconde naissance quand mon âme et mon corps s'aimèrent et s'épousèrent.
Commenter  J’apprécie          430
Sören Kierkegaard
palamede19 septembre 2017
Sören Kierkegaard
Les gens exigent la liberté d’expression pour compenser la liberté de pensée qu’ils préfèrent éviter.
Commenter  J’apprécie          491
mesrives18 septembre 2017
Vie auprès du courant de Tarjei Vesaas
QUARANTE DEGRES A CATANE

La mer chaude
étire une langue indolente
vers des cuisses dorées
sur un sable de braise.

La paralysie caniculaire sévit.
Derrière l'obscurité des lunettes
le cerveau a de hauts loupés
comme des avions blessés.

Le soleil est sauvage
et il ne faut pas en parler,
mais la terre est un fourneau,
et l'Etna sur le feu
fume du goulot.
Commenter  J’apprécie          380