AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Rencontrez Gayle Forman !

19 septembre 2018

Concours

Auteur jeunesse largement célébrée depuis son roman 'Si je reste', Gayle Forman viendra nous parler de son dernier livre 'Ce que nous avons perdu', ou l'histoire de trois ados paumés qui vont se croiser et passer une journée ensemble à New York. Inscrivez-vous dès maintenant pour tenter de recevoir ce livre et rencontrer l'auteur à Paris.

Un Nobel de l'imaginaire ?

19 septembre 2018

Concours

Trop souvent boudés par les prix littéraires les plus prestigieux, les auteurs de l'imaginaire sont encore et toujours relégués au second plan de la littérature. Et si ça changeait enfin ? Si on décidait d'attribuer un Nobel à l'un de ces écrivains ? Voilà ce qu'on vous propose dans ce concours, avec à la clé une Babelio box imaginaire à gagner !

Festival America : l'Amérique en grand

10 septembre 2018

Information

Pour sa 9e édition, America met les littératures du Canada à l'honneur, du 20 au 23 septembre. Au total, 70 auteurs américains qui disent le monde à travers la fiction. Rencontres, débats, petits-déjeuners, ateliers d'écritures, joutes de traduction, projections, événements jeunesse... Un programme riche et enthousiasmant.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

La vraie vie d'Adeline Dieudonné

17 septembre 2018

entretien

Son premier roman 'La Vraie Vie' est dans de nombreuses sélections de prix littéraires, et elle vient tout juste de remporter le prix du Roman Fnac : Adeline Dieudonné plonge dans le grand bain des Lettres en cette rentrée 2018, et fait quelques remous. Découvrez notre interview de l'auteur ici.

Les 5 mots de Jérémy Fel

17 septembre 2018

Vidéo

Le 6 septembre dernier, Babelio organisait une rencontre entre 30 lecteurs et Jérémy Fel pour son très remarqué 'Helena'. L'occasion de faire le point avec lui sur ses obsessions, sa manière d'aborder l'écriture, mais aussi de tourner une vidéo où il présente son roman en 5 mots et en vidéo.

Babelio défie la rentrée littéraire

20 août 2018

Information

Cette année encore, Babelio vous propose de mettre la main à la pâte pour participer à notre grand défi collectif : critiquer, tous ensemble, l'intégralité de la rentrée littéraire. Que vous en lisiez un, deux ou trente, chaque titre compte. Ensemble, nous parviendrons peut-être à atteindre notre objectif !

La presse en parle Voir plus
Le calendrier des sorties Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
Chien-Loup
  17 septembre 2018
Chien-Loup de Serge Joncour
Je suis encore sous le charme (et sous le choc) de ce fabuleux roman. Une histoire en deux époques pour un même lieu. Un roman de retour à la nature, en quelque sorte. Mais la nature, si d'aucuns l'imaginent douce et paisible, ce n'est pas le cas de notre auteur qui nous entraîne dans une histoire de sauvagerie animale et, pire, humaine.
Orcières 1914-1917 : Les hommes ont déserté le village, envoyés à la boucherie des tranchées. Restent les femmes et les enfants, les invalides, et un dompteur allemand installé sur les hauteurs avec ses fauves. Cris dans la nuit, disparitions de brebis, les pires rumeurs se propagent.
Même lieu, un siècle plus tard : un couple travaillant dans le cinéma, en baisse de régime, passe ses vacances dans un mas isolé, coupé de tout réseau. Elle en rêvait, il subit… Jusqu'à l'apparition d'un mystérieux chien-loup.
De cette histoire aux relents de légende, Serge Joncour fait un véritable suspense qui tient en haleine jusqu'au bout, et qui tient toutes ses promesses. J'ai adoré !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
Bienvenue
  15 septembre 2018
Bienvenue de Yi-seol Kim
Ce livre m'a été généreusement offert par un nouveau "voisin" ! ;-) Je ne connaissais absolument pas cette auteure coréenne talentueuse.
Une immersion intime, poétique et réaliste, loin d'un Séoul fashion et high-tech, mais plutôt proche de la précarité d'une certaine population, humble et besogneuse : ici, le difficile quotidien d'une jeune femme, épouse, maman, qui subvient seule aux besoins de toute sa famille. Serveuse dans un restaurant situé près d'une rivière, son "service" va aller au-delà de ses tâches strictement professionnelles...
Une plume qui m'a totalement captivée, juste et sans pathos. Ce que le récit raconte est tout simplement injuste et révoltant, la place des femmes coréennes peu enviable, leur sort soumis à la volonté, au désir, à la cupidité, à la paresse et à l'égoïsme des hommes. L'héroïne tente bien à quelques reprises d'exprimer sa frustration et sa colère, mais ce sont des coups d'épée dans l'eau, dont elle est finalement terriblement consciente. Pas de chemin de résilience possible pour elle, hélas ! :-(
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          448
Les dames de nage
  15 septembre 2018
Les dames de nage de Bernard Giraudeau
Bernard,

J’ai tenu comme j’ai pu depuis un peu plus d’un an et demi mais j’ai craqué. Tu sais à quel point j’ai repoussé le moment de t’écrire à nouveau, juste pour savoir que j’avais un dernier rendez-vous, un jour, avec ta plume. Comme pour me rassurer, comme pour avoir un peu d’air en réserve, en cas d’urgence. Chaque livre terminé, depuis la lecture du fabuleux « Cher Amour », a été une invitation à ouvrir « Les Dames de Nage », invitation de plus en plus difficile à refuser. Après quelques lectures estivales plus ou moins difficiles car sans grand intérêt pour moi, j’ai eu besoin. Un besoin errant dans les faubourgs du vital. Besoin de ressenti, besoin de mots qui vivent l’émotion. Forcément je me suis tourné vers toi, c’était le moment.
En tournant la dernière page j’ai eu un sentiment étrange, un bref instant, le regard fixé sur l’horizon que les vagues faisaient trembler. Un sentiment oscillant entre tristesse et bien être. L’océan a vite effacé le blues d’en avoir terminé avec tes mots en me rappelant que je resterai imprégné de ceux là comme de ceux de « Cher amour ». Tiens, moi qui n’ai rien mis sur babel, ils vont être mon île déserte parce que, je sais que je me répète, rares sont les écritures qui me touchent comme la tienne. C’est bizarre d’être si différent de toi et de me sentir si proche coté « sensibilité ».
Je suis un peu comme ton ami Roland du « Marin à l’Ancre », je profite de tes voyages, je les vis sans bouger en me disant que j’aurais eu tes mots si j’avais été à ta place, que je j’aurais vécu l’émotion de la même façon, que j’aurais témoigné de la poésie d’une rencontre, d’un instant, d’un lieu, j’aurais caressé de ma plume les doutes, les espoirs, la joie, la douleur, la peur, enfin j’aurais aimé faire ça à ta manière.
Encore une fois je me suis rempli de cette poésie qui transpire de chacun de tes mots déposés sur la page. Une poésie crue qui fera fuir quelques grenouilles de bénitier, alternant avec une poésie d’une douceur extrême où l’instant semble se figer, où l’espace d’une seconde les cœurs s’effleurent tout en retenue. Les peaux se frôlent, se donnent, se fuient. Quant aux âmes elles ne peuvent que se perdre dans la violence des sentiments. Fuir le bonheur avant qu’il ne se sauve, comme le faisait magnifiquement dire Gainsbourg à sa Jeanne, ou courir après lui à travers le monde comme on court après des chimères, quelle différence au final ?
A travers tes voyages, tes rencontres, tu as filmé la vie, tu as couché tes émotions sur la pellicule. Le support était trop étroit, trop impersonnel peut être, alors tu les as ancrées à tout jamais dans les plis du papier, ceux qui laissent la possibilité au lecteur de ressentir selon ce qu’ils sont. L’image impose alors que le livre propose. Quoi qu’il en soit Bernard, les portraits tracés dans ces dames de nage sont juste terriblement touchants dans des genres différents. Des femmes, des amis, des lieux, des rencontres. Je ne peux m’empêcher d’en ressortir deux.
Marguerite, tu sais qu’elle m’a nouée la gorge la mamie. Derrière les murs… ou les fenêtres. Tu as été un rayon de soleil pour elle. Tu as su… après
Et puis forcément Marco… Marcia… juste désarmant. Là je t’avoue que ce n’est pas que la gorge qui était nouée. J’ai vu le sillon laissé sur sa joue, sur son cœur, par une perle de rosée de l’âme. Une perle tombée lourdement d’un cil. Un sillon creusé depuis l’enfance, depuis la marine jusqu’au coup fatal porté par une mère qui… bref. L’espoir fusillé au petit matin, à l’aube d’une nouvelle vie. Il y a des rosées plus vivifiantes…
Il me semble bien que l’espace de quelques pages j’ai du résister pour ne pas suivre le sillage d’une de ces perles. Je ne sais plus si j’ai réussi…
Bernard, dans ces portraits que tu traces, il y a de la sanguine, du fusain, du noir et blanc, du vrai, du beau jusque dans l’intolérable (Juan), jusque dans la détresse. De l’humain tout simplement, ce qui malheureusement tendrait à se perdre proportionnellement à la misère du monde qui augmente, mais c’est un autre sujet…
Et puis bien sur tes « t’aime » favoris que sont les femmes et les amis, Amélie, Jo Camille, Ysé, Michel, Diego. Que dire si ce n’est que j’aime leurs authenticités, leurs failles, leurs forces, vos moments partagés. Des gens pas ordinaires dans tous les cas. C’est peut être pour ça que tu ne plais pas à tout le monde, juste parce que comme disait l’autre, les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux. De toutes façons, les braves gens on les « emmerde ».

J’aurais trop de choses à te dire ou plutôt à t’écrire, c’est tellement plus facile, mais ça va faire long. J’essaierai de ruser pour te faire parvenir un nouveau courrier ici parce que c’est la seule adresse que je connaisse pour te trouver. Celle que m’ont donné les vrp du bien et du mal, de la morale et de la peur, je n’ai pas l’impression que je t’y trouverai, question de ressenti, rien de plus, comme pour un bouquin.
Merci pour ces lectures et à bientôt ici… parce qu’ailleurs ou pas, il n’y a aucune urgence de mon coté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3810
Quiz à l'affiche Voir plus

Le CRI du Peuple ...animal

20 questions
16 participants

Les rois maudits

40 questions
19 participants

A l'abordage !

12 questions
28 participants

Méli-Mélo de titres (2)

10 questions
41 participants

Lecture de Musique...

11 questions
91 participants

Citations à l'affiche Voir plus

palamede   16 septembre 2018
L'Ange de l'Histoire de Rabih Alameddine
 ... la poésie, peu nombreux sont ceux qui s’y intéressent ... peu nombreux sont ceux qui souhaitent écouter les révélations d’une âme.
Commenter  J’apprécie          480
gill   15 septembre 2018
Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre
- Vous vous êtes "réfugié dans un trou d'obus afin de vous dérober à vos obligations" ...
Commenter  J’apprécie          400
palamede   15 septembre 2018
L'Ange de l'Histoire de Rabih Alameddine
Tous les enfers ont une devise à leur porte.
Commenter  J’apprécie          340