AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Irina Teodorescu, souvenirs de Roumanie

26 août 2019

entretien

« Je voulais raconter l’effritement d’un régime, et parler des miettes de sa chute, en considérant ses signes avant-coureurs. » Avec ‘Ni poète ni animal’, Irina Teodorescu nous propose de plonger dans les souvenirs de trois générations de femme, témoins de l’histoire de la Roumanie. Elle nous en parle dans une interview dans laquelle il est question de révolution, d’histoire familiale et d’écriture.

Quand Miriam Toews nous fait entendre « ce qu’elles disent »

23 août 2019

Vidéo

Dans 'Ce qu'elles disent', Miriam Toews nous raconte de l'intérieur la condition des femmes dans une communauté mennonite en Bolivie. Ou quand la religion, instrumentalisée par les hommes pour soumettre les femmes, devient un vecteur d'émancipation. Découvrez ce livre dans notre interview de l'auteure, à travers ses mots.

Sondage : L'auteur et ses lecteurs

21 août 2019

Information

Babelio lance un nouveau sondage sur la relation entre auteur et lecteurs. Quelle relation entretenez-vous avec les auteurs ? Appréciez-vous les rencontrer ? Qu’attendez-vous d’une dédicace ? Suivez-vous vos auteurs préférés sur les réseaux sociaux ? Prenez quelques minutes pour répondre à notre grand sondage et tentez de remporter un bon d’achat de 60€ en chèques Lire.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

Rencontrez Jim Fergus

21 août 2019

Concours

A l’occasion de la sortie de son nouveau roman, ‘Les Amazones’, conclusion de la trilogie best-seller ‘Milles femmes blanches’, le cherche midi éditeur et Babelio vous proposent de rencontrer Jim Fergus à Paris le 19 septembre. Inscrivez-vous dès maintenant pour avoir une chance de participer à cette rencontre exceptionnelle et recevoir le livre chez vous en avant-première.

Découvrez la rentrée littéraire jeunesse des éditions Auzou

19 août 2019

Concours

Le 9 septembre prochain, les éditions Auzou et Babelio vous invitent à assister à la présentation de rentrée littéraire de leur collection Romans. L’occasion de découvrir les quatre nouvelles publications de l’éditeur en compagnie des auteurs Eric Sanvoisin, Yann Rambaud, Yaël Hassan et Erik L’Homme. Inscrivez-vous dès maintenant pour avoir une chance d’y participer !

Richard Mèmeteau et l’amour à l’ère numérique

09 août 2019

entretien

"Je n’interdis personne d’être amoureux… de mon point de vue, il s’agit plutôt du nom qu’on donne à une phase de questionnements et d’interrogations. L’amour est le nom d’une crise." Dans son nouveau livre 'Sex Friends', Richard Mèmeteau s’intéresse à l’éthique sexuelle et propose une réflexion très originale sur les relations amoureuses contemporaines. Voici notre interview de l’auteur.

La presse en parle Voir plus
Le calendrier des sorties Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
Soif
  22 août 2019
Soif de Amélie Nothomb
Vite écrit, vite lu et très vite oublié !
Pourtant, la problématique était intéressante, le challenge digne d'être relevé : quelles furent les dernières pensées de Jésus ?
Le sujet est traité de manière assez désinvolte, pourquoi pas après tout; mais la réflexion de l'auteur reste superficielle et trop légère à mon goût.
Après la lecture du cru 2019 d'Amélie Nothomb, je reste de bois, de marbre, mais je reste surtout sur ma soif !
Commenter  J’apprécie          566
La comédie du langage
  24 août 2019
La comédie du langage de Jean Tardieu
Ils ne savent pas que j'ai une grave maladie. Une case atteinte de mon cerveau qui m'oblige à parler tout bizarre. Cette comédie du langage qui m'incite à choisir un mot pour un autre est pathologique. Il est possible que durant le lampadaire de ma cambuse la salade me congédie. Vous voyez cela me reprend ! Et encore là on me comprend ! Je disais que le jour de ma mort je finirai ainsi : un vocabulaire incompréhensible comme tout linceul. le pire est que l'on me joue sur des scènes de théâtre. On me compare à Ionesco. C'est qui les vrais malades ? Je fais partie des surréalistes. Tu m'étonnes ! Ma chaussure est une tartine de graviers. Heu pardon je voulais dire ma vie est un joyeux bordel !

Je n'arrive même plus à m'asseoir à une terrasse de café sans attirer les regards dès que j'ouvre la bouche. Passer une commande au serveur court le risque d'être pris pour un fou ! Si je finis ma phrase une âme charitable ira prévenir les hommes en blanc et vous pouvez être sûr je croupirais dans une cellule capitonnée ! "Oh" vient de s'exclamer un aimable lecteur. Pourquoi ce "oh" ? Est-ce le "oh" de Molière quand il tombe chez lui d'un escabeau en plantant un clou pour accrocher le portrait de sa vieille tante ou le "oh" de Corneille quand il s'engloutit un plat de lasagnes et manque de s'étouffer que l'on doit appeler le SAMU ?

- Pupitre, veuillez me choper une gondole avec un rince-orteils pour me ligaturer le trombone, s'il-vous-souffle. Cornichon !

La tête bizarre du serveur incline à penser que ma zone du langage s'est encore bloquée et que ma gorge a laissé échappé des incongruités. Les quelques touristes s'en foutent royalement mais j'ai aperçu deux trois parisiens qui tiquaient et m'auraient volontiers balancé des mandales ou à défaut des roquettes, souffrant peu que le vent énigmatique d'un bavard mal embouché désopile leurs chastes oreilles. D'autres arrivent voilà qu'ils sont désormais deux et bientôt il faudra distribuer des tickets. Vous égosillez d'une telle parure, quel porte-manteau de promener le baldaquin de leurs tulipes ! Ah non cela ne va pas me reprendre !

Pas de quoi en faire un fromage de cette bouillie. Si le printemps est trop vert allez vous mettre au bleu. "Ah" ! Qui a dit "ah" ? Quoi qu'a dit ? A dit rin ? Mon oeil-de-cheval ! On n'a pas couché les boeufs ensemble ! Serait-ce Madame la Comtesse de Perleminouze ? Très chère peluche ! Depuis combien de trous, depuis combien de galets n'avais-je pas eu le mitron de vous sucrer ? Savez-vous qui me dégoise le charivari ? On parle dans mon dos de Monsieur Poutre ! Mon dos est sidéré. Je veux les noms ! Cette vacuité métaphysique de la môme Néant me donne une idée d'écriture mais il n'y a pas la place sur cette table. Comment ça va sur la terre ? Parce qu'ici.

- Gloussez ! Voici cinq gaulois ! Loupez chez le petit soutier d'en face : c'est le moins foreur du panier…

Oui j'ai osé écrire les produits fumeux de mon trombinoscope avarié et certains allumés du bulbe que ne citerai pas par pudeur envers leurs ayant-droits ont osé jouer avec en trouvant du génie dans cette torture foldingue de mots qui n'avaient rien demandé à personne. le stuc de ce bafouillis  les a fait chavirer dans le parloir et en ratissant leur limande ils en gazonnent encore !

- Et avec ceci ?

- Ah serveur puisque vous êtes là. Pouvez-vous s'il vous plaît me donner la définition exacte du mot "doudou" ?

- Doudou ? C'est que je ne suis pas trop doudoué.

Voilà de nos cours on ne peut plus rien démanger aux klaxons !


Lien : https://pasplushautquelebord..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          394
Comment je vois le monde
  23 août 2019
Comment je vois le monde de Albert Einstein
J'ai appelé mon chat Newton. Son ronronnement me calme. Il m'éloigne des conflits terrestres et des extrapolations interplanétaires. Sans lui je serais en chute libre. Je subirais la poussée d'Archimède. Newton me permet de relativiser.

J'ai bien fait de passer l'arme à gauche avant internet. Il paraît que mon apparaît n'importe où dès que l'on ne connait pas le responsable d'une sale blague ou d'une citation vaseuse. A chaque fois je me retourne dans mon cercueil. J'étais en train de boire l'apéro avec Marie Curie et son mari Pierre à la terrasse des « Quatre Zamis » (Arthur Koestler était en retard) quand j'ai appris que j'adorais l'astrologie et que j'étais végétarien.

« L'échec n'est pas de tomber mais de rester là où l'on est tombé. » a dit Socrate. Dans la même veine et qui est la mienne également je soulignerai : « La plus grande gloire dans la vie ne réside pas dans le fait de ne jamais tomber mais dans celui de se relever à chaque fois que nous tombons. » Une citation tantôt attribuée à Nelson Mandela, tantôt à Confucius sous la forme : « La plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber mais de se relever à chaque chute. » Quel est le véritable auteur ? Mystère. Pas grave, la phrase est belle. D'ailleurs elle est de moi (sourire) !

Ils m'appellent le génie insoumis, ils dissèquent mon cerveau soixante ans après ! Tant qu'ils ne touchent pas à mes équations ces grands enfants ne me dérangent pas. Mon cerveau n'a rien d'atypique c'est surtout leur bêtise qui est incommensurable ! Enfant je n'ai commencé à m'exprimer que fort tard tellement j'étais abasourdi, parfois je me demande si je n'aurais pas dû naître muet ! le portrait de l'humanité est édifiant ! de quoi donner envie de changer de système solaire ! A quoi cela sert d'exister si ce n'est pas pour vivre et laisser vivre ?

Et Dieu ? Je me doutais que ce sujet de discussion allait venir sur le tapis. J'ai souhaité prendre rendez-vous avec Saint-Pierre ou à défaut avec Gabriel son secrétaire mais on ne m'a pas entendu. J'ai une voix d'outre-tombe qui passe mal à la radio. J'ai toujours dit que le mot Dieu n'était pour moi rien de plus que l'expression et le produit des faiblesses humaines. J'ai ajouté que la Bible (les livres d'Histoire c'est pareil) n'était qu'un tissu de colportages, de mensonges éhontés où chacun tente d'imposer sa vision, toujours dans le même souci obsessionnel de manipuler les masses et de s'arroger le pouvoir. La religion est une arme de destruction massive.

Ils continuent de laisser faire. La planète s'effondre et ils cautionnent, pire ils y vont de bon coeur. Il ne faut pas compter sur ceux qui ont crée les problèmes pour les résoudre. Faire confiance à ceux qui ne seront pas les gestionnaires du résultat semble une assez mauvaise idée. Agir sur le court terme est une erreur de débutant ou de fou. Chacun de nous peut inventer une belle chose mais à force de nous conditionner aux pires choses l'individu est devenu médiocre. C'est voulu : on ne gouverne pas un peuple intelligent, il n'a pas besoin de vous !

« La sagesse ne peut pas entrer dans un esprit méchant et science sans conscience n'est que ruine de l'âme » disait Rabelais. Parmi un flot intarissable de stupidités anonymes, c'est la seule citation dont j'aurais bien recevoir la paternité. Comme lui je suis conscient de la finitude. Il faut être fort pour avoir conscience de sa faiblesse. L'humanité est inférieure à son potentiel de départ. La technologie doit s'accompagner d'un progrès moral. Il est nécessaire de réconcilier les capacités scientifiques et leur acceptabilité morale.

Ils m'ont consacré plus de deux mille livres, des millions d'articles, des documentaires, des films, aujourd'hui dans mon cercueil ça me fait une belle jambe. Au cimetière des allongés la configuration géométrique et mathématique du monde représente quelque chose de relatif, un concept dépendant de la distribution des masses et de leur vitesse. Nous sommes bien placés pour contempler les étoiles. Je lève mon verre aux astres et aux comètes ! Garçon un demi bien frais ! Santé ! Pour la postérité je préfère rester le scientifique du demi-siècle, celui qui a inventé le réfrigérateur !
Lien : https://pasplushautquelebord..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4017
Quiz à l'affiche Voir plus

Les animaux en littérature

15 questions
178 participants

Emma de Jane Austen

16 questions
26 participants

Les savants dans les livres

8 questions
71 participants

Hollywood et Littérature

10 questions
120 participants

Polars au féminin

8 questions
77 participants

Citations à l'affiche Voir plus

Georges Simenon
Nowowak   23 août 2019
Georges Simenon
Si vous voulez dire qu'il pleut dans un roman, écrivez qu'il pleut.
Commenter  J’apprécie          375
Robert Louis Stevenson
nath45   24 août 2019
Robert Louis Stevenson
Tiens-toi occupé. Quiconque est très occupé n’a pas le temps d’être malheureux.
Commenter  J’apprécie          460
Serge Gainsbourg
Eric76   23 août 2019
Serge Gainsbourg
Laissez parler
Les p'tits papiers
A l'occasion
Papier chiffon
Puissent-ils un soir
Papier buvard
Vous consoler

Laisser brûler
Les p'tits papiers
Papier de riz
Ou d'Arménie
Qu'un soir ils puissent
Papier maïs
Vous réchauffer
Un peu d'amour
Papier velours
Et d'esthétique
Papier musique
C'est du chagrin
Papier dessin
Avant longtemps

Laissez glisser
Papier glacé
Les sentiments
Papier collant
Ça impressionne
Papier carbone
Mais c'est du vent

Machin Machine
Papier machine
Faut pas s'leurrer
Papier doré
Celui qu'y touche
Papier tue-mouches
Est moitié fou

C'est pas brillant
Papier d'argent
C'est pas donné
Papier-monnaie
Ou l'on en meurt
Papier à fleurs
Ou l'on s'en fout
Laissez parler
Les p'tits papiers
A l'occasion
Papier chiffon
Puissent-ils un soir
Papier buvard
Vous consoler

Laisser brûler
Les p'tits papiers
Papier de riz
Ou d'Arménie
Qu'un soir ils puissent
Papier maïs
Vous réchauffer
Commenter  J’apprécie          773
.. ..