AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Etonnants Voyageurs : découvrez quelques auteurs présents

16 mai 2018

Vidéo

Avec près de 300 auteurs invités, le Festival international du livre et du film de voyage a de quoi attirer de nombreux lecteurs et cinéphiles. Si vous n'avez pas encore eu le temps de réviser, découvrez ici quelques auteurs qui seront au festival, du 19 au 21 mai.

Vaincre ses peurs avec Sandrine Catalan-Massé

16 mai 2018

Vidéo

L'agoraphobie n'est pas une fatalité. C'est ce que nous montre cette auteur dans son livre 'Dépêche-toi, ta vie n'attend plus que toi !'. Elle était chez Babelio en avril pour rencontrer ses lecteurs, et tourner une vidéo pour évoquer son livre en 5 mots. La voici.

Les pique-niques Babelio sont de retour !

15 mai 2018

Communauté

Vous les attendiez avec impatience ? Ils sont de retour ! Les pique-niques Babelio bien sûr, qui cette fois s'exportent encore plus loin de Paris. En 2018, nous vous proposerons cet événement dans 15 villes, dont certaines hors de France ! Découvrez les détails ici.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

A la rencontre des membres de Babelio

15 mai 2018

entretien

Comme chaque mois, nous vous faisons rencontrer un Babelionaute à travers une interview. Cette fois, c'est le voyage qui est à l'honneur, à travers la bibliothèque de le_Bison, qui évoque pour nous ses lectures et auteurs fétiches.

En route pour l'Italie avec Mélanie Taquet

15 mai 2018

Compte rendu

L'auteur de 'Reste aussi longtemps que tu voudras' était chez Babelio le 19 avril dernier pour rencontrer ses lecteurs et répondre à leurs questions. Voici le compte-rendu de cette soirée sous le signe du secret, de l'amitié, et de la ville de Florence.

Défi d'écriture de mai

09 mai 2018

Communauté

En mai, le voyage est à l'honneur sur Babelio. Participez à ce nouveau défi d'écriture qui prend pour thème le voyage, et tentez de remporter un livre !

La presse en parle Voir plus
Le calendrier des sorties Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
L'homme et la force
  21 mai 2018
L'homme et la force de Gilbert Andrieu
Gilbert Andrieu compare " l'homme physique", l'athlète du XIXè siècle à celui de la fin du XXè siècle, cent ans plus tard.
Justement, on "voit" bien l'homme de l'exploit sportif et l'homme de cirque qui sont des hommes forts, musclés, râblés, costauds, sur les affiches de la IIIè République. La Force est un élément noble de la "Culture Physique", à l'époque.
Les sportifs des années 1980 / 90 sont au contraire plus longilignes, souples, endurants, avec de l'amplitude dans leurs gestes. La Force est déprisée au profit d'autres qualités.
.
C'est une bonne trouvaille. Il argumente bien, il écrit très bien, mais il n'y a pas photo.
La silhouette a changé, moins râblée, plus allongée. Question de mode ? Sûrement, mais pas que ( mépakeu ). Pour ma part, je trouve que ce n'est pas plus mal. La valeur "Force pure" a décliné. D'autres valeurs de l'homme, et maintenant de la femme sportifs ont pris le relais. C'est moins bestial, plus stratégique. Cela me fait penser que, sur un autre plan physique, en 1930, il fallait bien manger, et qu'un gros ventre de gros bourgeois était pratiquement un signe de bonne santé !
Les modes sont aussi influencées par les découvertes scientifiques, et peu de sportifs, actuellement, sont valorisés par la force pure, à part les lanceurs de poids et les haltérophiles...
... Qui ont un physique à se faire péter la sous-ventrière, pardonnez-moi l'expression.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
Chasseur de Noirs
  22 mai 2018
Chasseur de Noirs de Daniel Vaxelaire
Aux XVIII et XIXè siècles, jusqu'à l'abolition de l'esclavage, les planteurs de café et de canne employaient des esclaves venus principalement de Mozambique pour couper la canne et s'occuper des plants de café, à La Réunion. Quand les maîtres étaient trop sévères, certains esclaves s'enfuyaient dans les hauteurs sauvages de l'île. On les nommait, comme dans les Antilles, les "marrons". Les propriétaires voulaient les récupérer pour montrer le châtiment à ceux qui restaient. Ils utilisaient des "chasseurs de Noirs".
.
J'ai passé la moitié de ma vie sur cette île. Daniel Vaxelaire est un zoreil comme moi-même, mais raconte très bien l'histoire de La Réunion. Ces marrons avaient une vie sociale primitive. Ils se réunissaient en clans, élevaient des cabris, et faisaient régulièrement des descentes dans les plantations pour chaparder.
L'un des grands chefs s'appelait Cimendef. En son hommage, un beau pic du cirque de Mafate porte son nom.
.
Peu de créoles connaissent bien l'histoire de leur île chérie, la perle de l'Océan Indien. C'est un beau melting-pot, car sur cette terre déserte au début du XVIè siècle, arrivent des "colons" blancs qui ont amené des femmes malgaches pour faire souche. Ils ont planté,et doivent importer des esclaves "cafres". Quand la loi interdisant l'esclavage est arrivée le 20 décembre 1848, les Noirs ont été remplacés par des Chinois, Pakistanais et Indiens sous contrat. Mais ceux-ci se sont vite libérés des tâches de coupeurs de cannes pour faire du commerce de textile, bâtiment, transport, ou épicerie.
.
J'ai déjà bien débordé de la critique du livre, mais je vais continuer un peu, une fois n'est pas coutume, car j'aime "mon" île.
.
Sudel Fuma, lui aussi, raconte bien l'île, tout comme Catherine Lavaux, qui explique que lors du partage des Terres, au XVIIè siècle, ce fut fait par famille, et en portions verticales, "Du battant des lames au sommet des montagnes", le fils aîné étant le "gros blanc" propriétaire principal près de la mer, et les cadets, "petits blancs", ou "Yab chouchou", se partageaient tant bien que mal ce qu'il y avait au dessus.
.
La culture "Kaf" a apporté la musique réunionnaise, dont le maloya avec un impressionnant "Roulèr", et le séga dont la danse consiste surtout à "rouler des hanches". Tous les 20 décembre sont l'occasion de la fête Kaf, où les musiciens s'en donnent à coeur joie.
.
L'histoire des "Hoareau" est aussi intéressante... Mais là, je partirais vraiment trop loin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          338
Wild
  19 mai 2018
Wild de Cheryl Strayed
Je suis bien embêtée avec ce livre car d'un coté je l'ai lu très facilement car on se prend vite au jeu de vouloir savoir ce qu'il va arriver à Cheryl et si elle va réussir aussi bien à terminer sa randonnée qu'à trouver ce qu'elle est venue chercher.
Puis de l'autre j'ai trouvé certains passages longuets, d'autres sans grand intérêt, redondant parfois dans la syntaxe des phrases et je m'attendais à quelque chose de plus profond, par rapport à ses émotions.
Peut-être avais-je trop d'attente...

Puis la dernière centaine de page m'a touchée par la justesse de l'écriture et la sensibilité qui se ressent enfin !

Du coup je reste quand même sur une très bonne impression. Comme l'indiquait un(e) babelionaute, une carte du parcours aurait été judicieuse au début du roman.
Commenter  J’apprécie          170
Quiz à l'affiche Voir plus

Camus - L'étranger (niveau IMPOSSIBLE)

10 questions
11 participants

Un jour, un titre

15 questions
471 participants

Le bon prénom

10 questions
556 participants

Ciel, mon mari !

11 questions
210 participants

Citations à l'affiche Voir plus

Haruki Murakami
palamede   21 mai 2018
Haruki Murakami
Ce dont les hommes ont besoin, c'est de quelque chose de beau, d'agréable, qui leur fait croire, au moins partiellement, que leur existence a un sens.
Commenter  J’apprécie          562
palamede   22 mai 2018
Eugenia de Lionel Duroy
Personne n’est de taille à sauver quelqu’un qui ne veut pas vivre.
Commenter  J’apprécie          372
palamede   20 mai 2018
Dans les angles morts de Elizabeth Brundage
La beauté dépend de ce qu’on ne voit pas, le visible de l’invisible.


(George Inness)
Commenter  J’apprécie          312