AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Découvrez la rentrée littéraire jeunesse des éditions Auzou

19 août 2019

Concours

Le 9 septembre prochain, les éditions Auzou et Babelio vous invitent à assister à la présentation de rentrée littéraire de leur collection Romans. L’occasion de découvrir les quatre nouvelles publications de l’éditeur en compagnie des auteurs Eric Sanvoisin, Yann Rambaud, Yaël Hassan et Erik L’Homme. Inscrivez-vous dès maintenant pour avoir une chance d’y participer !

Miriam Toews : récit d'émancipation féminine

19 août 2019

Compte rendu

Dans son dernier roman ‘Ce qu'elles disent’, Miriam Toews nous raconte de l'intérieur la condition des femmes dans une communauté mennonite en Bolivie. Ou quand la religion, instrumentalisée par les hommes pour soumettre les femmes, devient un vecteur d'émancipation. Nous avons reçu l’auteure chez Babelio le 21 juin dernier, découvrez le compte-rendu de la rencontre ici.

Richard Mèmeteau et l’amour à l’ère numérique

09 août 2019

entretien

"Je n’interdis personne d’être amoureux… de mon point de vue, il s’agit plutôt du nom qu’on donne à une phase de questionnements et d’interrogations. L’amour est le nom d’une crise." Dans son nouveau livre 'Sex Friends', Richard Mèmeteau s’intéresse à l’éthique sexuelle et propose une réflexion très originale sur les relations amoureuses contemporaines. Voici notre interview de l’auteur.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

Le 17 septembre, rejoignez la Confrérie des Dragonniers !

07 août 2019

Concours

Eragon va faire son grand retour en librairie en septembre, avec 'La Fourchette, la Sorcière et le Dragon' de Christopher Paolini. A cette occasion, Babelio organise une soirée de lancement uniquement accessible aux dragonniers les plus valeureux. Au programme : des animations autour de l'univers de la célèbre Confrérie, une présentation du livre et de ses enjeux, ainsi qu'un buffet convivial. Inscrivez-vous dès maintenant pour avoir une chance d'être sélectionné(e) ! #EragonLaLégende

Le jeu de l'été, épisode 2 !

06 août 2019

Communauté

Pour cette seconde session de notre jeu de l'été 2019, on vous propose cette fois de retrouver les titres de 40 films à partir d'une image. Mais quel rapport avec la littérature ? Sur chaque image, un acteur lit ou tient un livre. Preuve s'il en fallait que même sur grand écran, le bouquin a bonne presse. A vous de jouer pour tenter de gagner un roman de la rentrée !

Défi d'écriture d'août 2019

02 août 2019

Défi d'écriture

En août, on vous propose un défi d'écriture on ne peut plus estival : racontez-nous une mystérieuse disparition sur votre lieu de vacances, qui vous pousse à mener l'enquête. Vous pouvez participer jusqu'au 31 août à minuit en postant votre texte sur Babelio, et tenter de gagner un livre !

La presse en parle Voir plus
Le calendrier des sorties Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
Trois petits tours
  19 août 2019
Trois petits tours de Hélène Machelon
Coup de coeur.
Je viens vous remercier car c'est grâce à vous tous et à vos critiques sur Babelio que j'ai mis ce livre sur la liste de l'été. Je suis fraîchement inscrite sur Babelio mais je viens glaner vos bonnes idées depuis des années.
J'ai adoré Réparer les vivants et avec Trois petits tours, j'ai ressenti un peu les mêmes émotions brutes et délicates à la fois. Je me suis sentie vivante, embarquée sur le même navire que tous les autres personnages. J'avais envie de rester avec eux. De les comprendre.
Il faut dire que l'auteure a une très belle écriture et jamais on ne décroche.
Je souhaite un beau succès à ce petit livre très réussi,
Bravo
Commenter  J’apprécie          143
Les reliques
  17 août 2019
Les reliques de Jeanne Benameur
Parmi une flopée d'incongruités pénibles j'ai le défaut considérable d'attaquer par la face nord les auteurs que je n'ai pas explorés. Là encore j'ai dû me planter d'itinéraire et rater mon envol !

D'entrée je retiens que l'auteur aime
bien
sauter
à la ligne.

Elle aime aussi les phrases courtes.

En général le coup de sauter des lignes c'est pour faire du style, pour donner un rythme aux histoires qui manquent de consistance, un vieux truc du métier. Gavalda et les auteurs de feel good sont des experts. Ici on est plutôt dans un feel bad sans d'autres issues que d'attendre sur la N7 le prochain bus qui nous ramène à la joie de vivre. L'auteur aime les phrases biscornues, les mots qui se masturbent en petits comités avec l'entrée gardée par un physionomiste aveugle.

"Enterrer les corps, c'est une belle chose si on reste à regarder l'herbe que cela fait pousser; Et pourquoi pas la rose et le lilas. Cela veut dire habiter une terre."

Je me suis vite retrouvé empaqueté dans le sommeil malgré le fait que ce livre ne fasse que 100 pages tout mouillé. En arrivant à la page 36, j'aurais réalisé un tiers du chemin. Vu que chaque page contient 20 lignes et que chaque ligne contient à peine 50 signes, je peux m'en tirer avant le repas du soir.

« C'était le matin. Très froid. Très tôt. »

Difficile de briguer l'Académie Française avec ce genre de phrases. Les chapitres font une page. Ce n'est pas un roman, ce n'est pas un recueil de poèmes. C'est un fourre-tout acétique dont le calendrier se serait arrêté à la mauvaise date (ben oui moi aussi je sais faire des phrases qui ne veulent rien dire).

"Ils sont trois à continuer à pousser devant eux leur vie, une grosse boule passée d'étoiles".

C'est quoi une grosse boule passée d'étoiles ? Page 20 le style s'améliore mais l'ennui persiste malgré la venue de Mira. Ce qui me gêne c'est la présence de la narratrice moi ça m'a toujours emmerdé grave les narrateurs. Déjà petit je me bouchais les oreilles au théâtre quand le souffleur soufflait. J'aimais bien mettre des mots dans les trous. Ici pas de trous mais plein de creux. Le cirque se transforme en kermesse, en montages russes, en glissade qui avale ces petites vies.

« On ne garde pas l'air qui passe »

Que dire ? On sent la fatigue, la facilité, la nonchalance, le besoin de vite se débarrasser de ces personnages guère attachants. On sent que l'auteur est capable de bien mieux qu'un brouillon, je lui donnerai donc une chance de me captiver parce que sa piste aux étoiles ben y a trop de brouillard. Pas franchement un mauvais livre mais pas un livre pour moi. Je lui file la moyenne parce que la vie est belle et que je suis de Benameur (ah ah ah).

« Il y a des histoires sous chaque pierre de la route mais on ne soulève pas chaque pierre de la route. »

Donne cette route à Kerouac et tu verras qu'il en accouche des montagnes de ces cailloux ! Je regarde avec désarroi ma bibliothèque qui me fait des yeux de biche. Cette petite catin n'aime pas que je la trompe avec n'importe qui ou n'importe quoi. Elle est pathologiquement jalouse. Cette drôle me signale une pile de livres qui m'attendent les warnings allumés. Ce sont mes étoiles. Le glauque et le désespérant contenu de ce livre manquent d'attrait. L'ouvrage n'est pas fignolé au bistouri par un futur Prix Goncourt. La saine invention est en rupture de stock, maman j'ai trouvé ce moment momo-lassons !
Lien : https://pasplushautquelebord..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5118
Les essuie-glaces
  17 août 2019
Les essuie-glaces de Edmond Baudoin
Poser les valises de son passé pour partir. Retirer les souvenirs déchirés, les laver à l’amour naissant. Quitter sa vie pour s’exiler de sa mémoire. Défaire, refaire le nous sur les chemins du jeu, les traces du tu. Partir pour se rencontrer, se construire ou se détruire. Poser ses valises sur les quais de l’oubli, pour renaître à la vie. Monter dans la vie des autres jusqu’à la prochaine gare, le prochain péage, le temps d’un voyage dans les paysages de l’autre. Poser ses valises dans les consignes des regrets, sur les voies des questions, l’aiguillage des séparations. Poser son corps dans les sillons d’un autre, un amour en salle d’attente, le cœur composter pour un voyage d’incertitude, de volupté. Partir sans bagage, laisser les mensonges de la société, un aller pour réciter les courbes de sa vie, les écrits de son corps. Voyager le temps d’une symphonie, orchestre de deux êtres qui se cherchent, deux chairs qui veulent être. Poser les valises de ses fragilités, oublier les clés de ses peurs, oublier le sens des mots, réinventer inlassablement le mot amour, pour se reconstruire avec elle, se construire en elle, un retour pour l’apprendre, pour la prendre. Poser sa vie pour ne plus glisser à la surface des êtres, surfeur des sentiments sur la vague des déchirures, des départs. Partir pour rester quand les mots ne sont que silence et doute, partir pour ne pas avouer ce qu’on ne sait pas dire. Le temps d’un voyage visiter le regard, l’âme de ce pays inconnu, s’immerger dans les mers intimes secoué par la houle d’un langage sans mots, les bris de stupre.
Poser les valises de son passé, les remplir de nos attentes pour fuir nos inquiétudes, nos interrogations, chercher le billet idéal, les plages de nos âmes sœurs, les monuments qui ornent nos jardins secrets.
Le temps des adieux, le temps d’un voyage, les bagages de Baudoin s’alourdissent des regrets, des blessures. Funambule de la vie, il glisse sur le fil de ses rencontres, de ses amours…


Un aller pour la vie, un retour pour la nostalgie, lequel composter ?

Lien : https://mesgribouillemes.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314
Quiz à l'affiche Voir plus

Les animaux en littérature

15 questions
128 participants

Emma de Jane Austen

16 questions
17 participants

Les savants dans les livres

8 questions
51 participants

Hollywood et Littérature

10 questions
92 participants

Polars au féminin

8 questions
65 participants

Connaissez-vous Gaston Lagaffe ?

10 questions
96 participants

Citations à l'affiche Voir plus

 Anonyme
Nowowak   17 août 2019
Anonyme
Contrairement à la plupart des livres contemporains, un classique n'a jamais fini de dire ce qu'il a à dire.
Commenter  J’apprécie          510
Antoine de Saint-Exupéry
lamauvaiseherbe   20 août 2019
Antoine de Saint-Exupéry
Le soleil a tant fait l'amour à la mer qu'ils ont fini par enfanter la Corse.
Commenter  J’apprécie          346
Sujū Takano
marina53   17 août 2019
Sujū Takano
Du sang paysan
Dans mes veines
Moisson bleue.
Commenter  J’apprécie          510
.. ..