AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Rencontrez Carole-Anne Eschenazi

23 mai 2018

Concours

Et si tu redistribuais les cartes de ta vie ? Voilà une question posée par Carole-Anne Eschenazi qui ressemble à s'y méprendre à une invitation. Cela tombe bien on vous invite à rencontrer l'auteur le vendredi 22 juin.

Les pique-niques Babelio sont de retour !

15 mai 2018

Communauté

Vous les attendiez avec impatience ? Ils sont de retour ! Les pique-niques Babelio bien sûr, qui cette fois s'exportent encore plus loin de Paris. En 2018, nous vous proposerons cet événement dans 15 villes, dont certaines hors de France ! Découvrez les détails ici.

A la rencontre des membres de Babelio

15 mai 2018

entretien

Comme chaque mois, nous vous faisons rencontrer un Babelionaute à travers une interview. Cette fois, c'est le voyage qui est à l'honneur, à travers la bibliothèque de le_Bison, qui évoque pour nous ses lectures et auteurs fétiches.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

Rencontrez Joann Sfar

23 mai 2018

Concours

Mercredi 6 juin, Joann Sfar sera de passage dans les locaux de Babelio pour parler de son nouvel album Aspirine ! Inscrivez-vous pour recevoir la BD et rencontrer l'auteur. 30 places sont à gagner.

Vaincre ses peurs avec Sandrine Catalan-Massé

16 mai 2018

Vidéo

L'agoraphobie n'est pas une fatalité. C'est ce que nous montre cette auteur dans son livre 'Dépêche-toi, ta vie n'attend plus que toi !'. Elle était chez Babelio en avril pour rencontrer ses lecteurs, et tourner une vidéo pour évoquer son livre en 5 mots. La voici.

En route pour l'Italie avec Mélanie Taquet

15 mai 2018

Compte rendu

L'auteur de 'Reste aussi longtemps que tu voudras' était chez Babelio le 19 avril dernier pour rencontrer ses lecteurs et répondre à leurs questions. Voici le compte-rendu de cette soirée sous le signe du secret, de l'amitié, et de la ville de Florence.

La presse en parle Voir plus
Le calendrier des sorties Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
La nuit sous le pont de pierre
  23 mai 2018
La nuit sous le pont de pierre de Leo Perutz
Comme beaucoup, j'ai l'habitude de me montrer injuste envers les nouvelles. Pour celles qui m'ont intéressé, je regrette qu'elles n'aient pas été mieux développées ; quant aux autres, c'est sûr, elles auraient gagné à se voir écourtées... Mais avec ce recueil de Leo Perutz, un miracle inattendu se produit : quatorze nouvelles dont les intrigues oscillent entre les contes de Canterbury ou le Décaméron et les récits fantastiques d'époque romantique, et aucune qui ne paraisse trop brève ou trop longue. Parmi les multiples secrets qu'elles renferment, il en est un qui explique cela. D'une nouvelle à l'autre, nous retrouvons les mêmes personnages dont les destins s'entrelacent dans cette Prague de la Renaissance que l'auteur fait revivre devant nous, avec ses misères et ses fulgurances. Ils nous sont racontés par fragments d'un chapitre à l'autre, dans un ordre savant. C'est finalement un véritable roman composé de récits emboîtés les uns dans les autres qui se révèle, éclairé par le mystère de l'amour rêvé entre Rodolphe II et la belle Esther.
Leo Perutz est un écrivain qui a vécu la fin de l'Autriche-Hongrie, il puise son inspiration dans l'histoire de la Bohème et les légendes juives pour dépeindre les rapports compliqués des habitants du ghetto avec les gens de la ville et du château, artisans, marchands, nobliaux, courtisans, serviteurs zélés ou intrigants et, au-dessus de tous, Rodolphe II, roi de Bohème, souverain du Saint-Empire romain germanique, prince fantasque, tourmenté, amoureux des arts, toujours endetté et qui n'assume pas sa tâche, laissant le royaume aux mains de sa suite. On croise tour à tour Kepler dans un rôle d'astrologue qui le désespère, Wallenstein à l'aube de sa carrière militaire, des musiciens de rue, des voleurs, des chiens qui parlent, un bouffon expert en fourberies, un peintre qui ne dessine ni les saints ni les personnes respectables, un grand rabbin qui emploie son art magique contre son gré, un alchimiste désolé de ne pouvoir transformer le plomb en or. Mais il est pourtant un véritable alchimiste dans le quartier juif et il se nomme Mordechai Meisl. Banquier, prêteur sur gages, c'est lui le personnage central du livre, capable par les affaires de créer l'or ou l'argent à partir de rien. C'est chez lui que le roi vient clandestinement renflouer ses finances, ce roi dont il ne sait pas qu'il est son rival amoureux et dont il finira par se venger.
Tout au long du livre, on découvre avec fascination les pratiques magiques de la communauté juive. Même si la religion judaïque proscrit la sorcellerie au même titre que sa soeur chrétienne, ce ne sont pas seulement des diableries à exorciser que l'on y rencontre, mais tout un cortège de fantômes, esprits, anges, démons, qui forment un monde surnaturel, le grand rabbin connaît les sortilèges et formules à prononcer afin de les appeler ou les renvoyer, la kabbale n'est jamais loin. Ces croyances mystiques sur fond d'amour et de mort forment la substance du livre. En raison d'un sort jeté par le grand rabbin sous le pont de pierre, Rodolphe et Esther s'aiment dans leurs songes alors qu'ils ne se sont aperçus qu'une seule fois. Cela suffit à provoquer la colère du dieu terrible d'Israël qui envoie la peste aux âmes de la cité juive pour les punir de cet adultère, car oui, "Nuit après nuit, l'empereur rêvait qu'il tenait dans ses bras sa bien-aimée, la belle juive, et nuit après nuit, Esther, la femme de Mordechai Meisl, rêvait qu'elle était dans les bras de l'empereur."
Verbe subtil, atmosphère fantasmatique, tendresse et humour d'Europe centrale… une fois refermé, ce livre sans prétention mais au charme envoutant nous laisse parcourir encore longtemps les places et ruelles tortueuses de Prague à travers le dédale des pensées baroques de ses habitants d'autrefois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          633
Docteur Laënnec. Récit du film de Maurice Cloche
  25 mai 2018
Docteur Laënnec. Récit du film de Maurice Cloche de Jean Bernard-Luc
Quel Bonhomme, ce René Laënnec !
Ce livre est un vrai thriller, une lutte pied à pied contre "la Grande Faucheuse" que René regarde en sculpture chez lui.
Sous le premier empire, il travaille avec Gaspard-Laurent Bayle sur les maladies du poumon. Ce dernier détecte six phtisies (tuberculoses ) quand il est atteint par cette maladie, après la fiancée de René Laënnec. Ils en font alors une affaire personnelle, et réfléchissent à comment bien entendre la respiration et la toux. René voit des gamins avec une poutre. L'un gratte à un bout et l'autre écoute à l'autre extrémité. Bon sang, mais c'est bien sûr ! Il n'y a pas une minute à perdre :
"Pourras-tu me guérir ?
- Je le veux !
-Oui, mais le pourras-tu ?
Silence...
.
Ce livre est très bien écrit, fluide et palpitant. Palpitant, car c'est une course contre la montre, encore et toujours, une lutte pour gagner des journées à la mort : "encore un instant, s'il vous plaît, mon Dieu !"
.
Vous savez, cette tâche de sang que les jeunes filles (ou hommes ) romantiques crachent dans le mouchoir, au XIXè siècle ? L'amant soupçonne alors la phtisie, maladie très courante à l'époque, ... et c'est alors le drame, car il ne reste que quelques mois à vivre.
.
Grâce au jeu des gamins avec la poutre, Laënnec invente le stéthoscope ( 1816 ) qu'il met au point avec des quantités d'essais sur un tour à bois. Et malgré les moqueries de ses collègues, dont le célèbre François Broussais, qui en est encore aux sangsues et à la saignée, René progresse pas à pas, réduit les six phtisies à une seule, entend mieux la respiration et la toux des malades grâce au stéthoscope, et obtient sa première victoire : une amie était déclarée phtisique, Laënnec détecte autre chose, et la malade guérit.
L'altercation entre Broussais et Laënnec est magnifique !
.
Il a fallu du temps pour accepter Copernic et Gallilée. Il faut du temps pour accepter Laënnec. Cinquante ans après, Koch lui donne raison en isolant le bacille de la tuberculose. Puis, en 1943, Waksman découvre la streptomycine et guérit les malades.
.
Laënnec n'est même pas mentionné dans l'article "tuberculose" de wikipedia ! Est-t-il le plus grand médecin depuis Hyppocrate, comme le prétend le Dr Canetti dans l'introduction du livre ?
Peut-être pas, mais toutes ses recherches en font vraiment l'un des précurseurs de la "méthode expérimentale", avant Claude Bernard et Louis Pasteur. Il a fait sortir la médecine du "fé noir", comme on dit en créole, et a contribué à élever cette discipline au rang de science.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          339
Perros que duermen
  23 mai 2018
Perros que duermen de Juan Madrid
Perros que duermen. Chiens qui dorment. Des chiens qui passent et reviennent tout le long du roman. Les chiens ensauvages qui mangent les cadavres abandonnes pour un temps dans la ligne de demarcation entre fascistes et republicains a Madrid en 1936. La meute de chiens qui hante les cauchemars d'un homme qui a vu cela. Et, metaphoriquement, les hommes qui attendent leur heure, qui se mettent en veilleuse patiemment, pour mieux montrer leur crocs au moment voulu, mieux depecer leurs victimes, comme des chiens qu'on croyait apprivoises et qui redeviennent loups. Et m'est revenue en tete, pour ne plus me quitter pendant ma lecture, la course effrenee, effrayante, de chiens, qui ouvre le film d'Ari Folman, Valse avec Bachir (un film dechirant, a voir).

Juan Madrid est un vieux auteur de polars. Mais il a attendu longtemps avant d'inserer ses vecus d'enfant et le vecu de ses parents dans une de ses fictions policieres. Car dans ce roman tout est fiction mais on sent que l'athmosphere y est soutenue par force details qu'il a connu intimement.

C'est donc un polar. Bien noir. Noir surtout parce qu'il est leste de grandes accusations, portees sur les politiques a outrance et les agissements barbares des franquistes pendant la guerre civile et surtout après leur victoire. Mais aussi portees sur les etats democratiques de l'epoque, couards pendant la guerre et opportunistes après, preferant appuyer une dictature pour cause de guerre foide avec l'URSS. Celle-ci ne s'en sort pas mieux, ses manupilations (en fait l'elimination de non-communistes) n'ayant eu pour effet (peut-etre pour but?) qu'affaiblir la republique.

Derriere et devant la charge accusationnelle, denonciatrice, il y a un polar. Il y a un assassinat horrible, en fait deux. Il y a une investigation, qui commence dans les annees 30 du XXe siècle et finit dans les annees 2000. L'investigation que poursuit en cachette un policier contre les ordres de ses superieurs, esperant s'en servir comme d'un joker dans le jeu politique espagnol. Une investigation qui produira des accointances inusitees, des relations etranges entre un phalangiste invetere et un ancient combattant republicain enferme en prison puis dans un camp de travaux forces.

Le lecteur sera donc promene en diverses epoques et en divers endroits. La bataille de Madrid en 1936. Celle de Teruel en 38. Burgos, la capitale magouillarde du franquisme, entre 36 et 38. Malaga dans les annees 40, quand des opposants embusques revent d'un renversement du regime et sont trahis par les americains. Les prison de Puerto de Santa Maria et les camps de l'apres-guerre. Le Madrid des annees 50, ou chacun essaie de se forger une identite, la plus neutrale possible. Celui de l'agitation etudiante des annees 70. Et enfin les annees 2000, ou tout le monde parait vouloir tout oublier. Toute cette promenade, tous ces allers-retours font de ce polar presque un roman-temoignage, magnifiquement documente sur differentes epoques. Et qui reste, malgre ce "fardeau", captivant a la lecture.

Un bon polar. Un roman tres fort. Mais gaffe aux chiens: ils risquent de vous poursuivre.

P.S. Comme souvent, je dois remercier Pecosa, qui m'a oriente vers ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          675
Quiz à l'affiche Voir plus

Camus - L'étranger (niveau IMPOSSIBLE)

10 questions
47 participants

Un jour, un titre

15 questions
488 participants

Le bon prénom

10 questions
589 participants

Ciel, mon mari !

11 questions
217 participants

Citations à l'affiche Voir plus

Valdimir   23 mai 2018
La nuit sous le pont de pierre de Leo Perutz
Le chambellan de l'empereur, un certain baron Palffy, entretenait un serviteur chargé de jurer à sa place de la façon la plus abominable dès que le baron avait des ennuis, car il était trop pieux pour le faire lui-même.
Commenter  J’apprécie          390
Crossroads   25 mai 2018
Thoreau - La vie sublime de Maximilien Le Roy
J'espère que votre assemblée ne m'en voudra pas du peu de place...vous voyez, je n'ai que trois chaises...la première pour la solitude, la seconde pour l'amitié, et la troisième pour la société!
Commenter  J’apprécie          330
palamede   23 mai 2018
Dans les angles morts de Elizabeth Brundage
... les maisons sont pareilles à des enfants, elles n'oublient pas les mauvais traitements qu'on leur inflige.
Commenter  J’apprécie          472