AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
MelieGrey29 avril 2017
Unbreak me, tome 2 : Si seulement... de Lexi Ryan
- Que veux-tu que je fasse ?

Les larmes coulent sur mes joues parce que je ne suis pas insensible et que je me déteste pour ce que j'attends d'elles.

- Sérieusement. Dis-le moi. Parce que moi, je ne sais plus quoi faire.

Gabby serre ma main. Et, soudain, elle parle. C'est le premier mot que j'ai entendu de sa bouche depuis que je l'ai trouvée accroupie sur le sol à côté du corps sans vie de notre mère.

- Reste.
Commenter  J’apprécie          00
MelieGrey29 avril 2017
Unbreak me, tome 2 : Si seulement... de Lexi Ryan
Je me mords la lèvre inférieure quand nos regards se croisent. Il fait un pas vers moi et il est si près que je dois lever le menton pour garder les yeux dans les siens et croiser les mains pour ne pas le toucher. Il est en sueur, massif et si canon, putain !
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 avril 2017
Derrière les portes de Sylvie Gibert
Le sujet des conversations était immuable ; il s’agissait de déterminer l’importance du patrimoine légué aux héritiers. Chacun évaluait la valeur du bien comme, dans une foire, on estime la valeur d’une bête. On considérait l’emplacement malcommode des champs cultivables, on invoquait la boulbène qui rendait quasiment incultes les autres terres. Quant aux vignes, mieux valait ne pas en parler ; soit elles étaient atteintes de pourriture, soit elles étaient mal exposées, le plus souvent les deux à la fois… Après quoi chacun pouvait s’en aller, soulagé par le peu d’intérêt de cet héritage qui n’était pas le sien. Parce que l’héritage, c’était quelque chose de sérieux. Un événement important ! Plus important que le mariage ou les naissances. C’était ça, le plus considérable événement de leur vie, le plus attendu aussi.
Commenter  J’apprécie          00
bilodoh29 avril 2017
Demain les chats de Bernard Werber
— Ceux qui défendent les systèmes simples de type totalitaire ont toujours plus de succès auprès de foules que ceux qui défendent les systèmes compliqués de type démocratique. Souvent parce que leur discours est basé sur la peur. Peur de la nature, peur de la mort, peur d’un Dieu imaginaire omnipotent.



(Albin Michel, p. 175)
Commenter  J’apprécie          00
Fabric24229 avril 2017
Le moment est venu de penser à l'avenir de Jean Viard
Nous passons donc, certes, dans le temps, mais de plus en plus longtemps, ce qui bouleverse les équilibres de nos sociétés et de nos vies privées. D'où la nécessité d'inventer des mots nouveaux, des récits nouveaux pour le dire. Le temps est donc venu d'inventer ceux du monde qui vient.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 avril 2017
Derrière les portes de Sylvie Gibert
On ne se méfie jamais assez des gamins : ils voient tout et ils entendent tout, surtout ce qu’ils ne doivent pas voir et pas entendre…
Commenter  J’apprécie          00
Fabric24229 avril 2017
Le moment est venu de penser à l'avenir de Jean Viard
Partager une culture, et d'abord une culture du temps, devient chaque jour plus essentiel, car, dans un monde ouvert et inquiet, et de temps long, ce sont les cultures qui peuvent rassembler les hommes, et les relations entre les cultures, mener la mondialisation.
Commenter  J’apprécie          00
Bbmtl29 avril 2017
Je me renseigne sur la lune de Martha Shapp
La lune est le plus rapproché de tous les astres, mais la distance est quand même très grande. La lune est à près de 240 000 milles de la terre. C’est presque dix fois le tour de la terre. Un train voyageant à une vitesse moyenne de 65 milles à l’heure, jour et nuit, mettrait à peu près 150 jours à atteindre la lune, soit presque cinq mois. À 650 milles à l’heure, un avion à réaction ne pourrait franchir la même distance qu’en 15 jours.
Commenter  J’apprécie          00
sld0929 avril 2017
Astérix, tome 15 : La Zizanie de René Goscinny
une gauloise : Pas trop ! Pas trop !

Bonnemine : Oh, vous savez, il n'y a que du lait, du sucre, des œufs, de la farine et de la graisse de sanglier ; ça ne peut pas faire grossir.
Commenter  J’apprécie          10
Xian_Moriarty29 avril 2017
Mordred de Justine Niogret
Ce qu'on aime pas ne nous appartient pas.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 avril 2017
Le temps des larmes: Roman historique de Annie Gaborit
Bien sûr les hommes se faisaient plaisir en prenant une femme parfois très jeune, c‘était le cas ici, mais l’épouse en titre boudait rarement la nouvelle venue qui lui apportait une aide non négligeable dans le travail. Cependant, chez les Cheyennes, Edwina ne connaissait que deux foyers où l’homme avait pris une seconde épouse. Et en ce qui la concernait, elle n’aurait pas du tout aimé partager son époux, le tout petit côté blanc qui subsistait chez elle l’aurait refusé catégoriquement. Ou bien elle serait partie, ou bien elle en aurait été très malheureuse.
Commenter  J’apprécie          10
araucaria29 avril 2017
Andromaque de Jean Racine
PHOENIX

Seigneur, vous entendez. Gardez de négliger

Une amante en fureur, qui cherche à se venger.

Elle n'est en ces lieux que trop bien appuyée :

La querelle des Grecs à la sienne est liée;

Oreste l'aime encore. Et peut-être à ce prix...



PYRRHUS

Andromaque m'attend. Phoenix, garde son fils.
Commenter  J’apprécie          10
Bbmtl29 avril 2017
Je me renseigne sur les pompiers de Martha Shapp
Les pompiers vont aussi à l’école. À l’école, ils apprennent comment combattre les incendies. Ils apprennent à sauver des vies. Ils apprennent à sauver leur propre vie.
Commenter  J’apprécie          00
FiftyShadesDarker29 avril 2017
Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman
Je pose mon avant-bras sur mon front. Ce n’est pas de sa faute. Ma mère avait raison. J’ai dissimulé ma véritable personnalité. J’ai abandonné mes rêves et je me suis transformée en la femme qu’Andrew voulait que je sois – originale, libre et peu exigeant.
Commenter  J’apprécie          00
FiftyShadesDarker29 avril 2017
Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman
Mon cœur me martèle la poitrine. Ne gâche pas cette amitié. Il se sent seul. Il est blessé. Jenna lui manque.
Commenter  J’apprécie          00
FiftyShadesDarker29 avril 2017
Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman
« Chère Brett,

Je suis désolée, ma chérie. Ce n’est pas l’homme qu’il te faut. Tu n’es pas amoureuse. Continue à chercher, ma chérie. »

Commenter  J’apprécie          00
FiftyShadesDarker29 avril 2017
Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman
Mais j’aime ce jour-ci, lui répondrais-je, avec ses nuages, son orage et tout le reste.
Commenter  J’apprécie          00
FiftyShadesDarker29 avril 2017
Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman
Je referme la porte derrière moi et cours vers la voiture où mon destin m’attend : les amours de ma vie, ceux qui interrompent les battements de mon cœur, ceux pour lesquels je serais prête à mourir. Mon mari et notre bébé.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui29 avril 2017
Le temps des larmes: Roman historique de Annie Gaborit
C’était même un atout pour lui, car une épouse par trop soumise n’aurait pas pris aux jeux de l’amour les initiatives que sa compagne osait et qui lui plaisaient beaucoup.
Commenter  J’apprécie          00
DELIE5329 avril 2017
L'ile d'espérance de Remarque Erich Maria
Le crépuscule gagnait de proche en proche dans un silenc

que rien ne troublait. La lumière étrange faisait tout

paraitre irréel.



"Regarde l'arbre là-bas, dit Elisabeth. Il est en fleur"



Grater se retourna. L'arbre avait été à demi déraciné

par une bombe. Une partie des racines se dressait

vers le ciel, le tronc était fendu et plusieurs branches

arrachées. C'était vrai pourtant qu'il était couvert de fleurs

blanches discrètement teintées de rose.



"La maison d'à côté a brulé. Peut-être que la chaleur

a accéléré sa floraison, dit-il. Il est en avance de plusieurs

semaines sur les autres arbres. Et pourtant c'est lui qui

a la plus souffert."



Elisabeth se leva et fit quelques pas. Leur banc était

à l'ombre, et la jeune fille s'avança dans le reflet mouvant

des incendies comme une danseuse sur l'avant scène.

Le rougeoiement l'entourait d'une auréole sauvage.

C'était comme la lueur d'une comète apocalyptique

annonciatrice de la fin du monde ou de la venue

d'un rédempteur de la dernière heure.



"Il fleurit, dit-elle. Pour lui, c'est le printemps, rien de

plus. Le reste ne lui importe pas.



Page 258 (livre de poche)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00