AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
Jacopo   19 janvier 2019
Dictionnaire d'orientalisme, d'occultisme et de psychologie ou dictionnaire de la science occulte. de Ernest Bosc
Nos grandes révolutions ont été des explosions populaires contre l'égoïsme du passé. Elles ont substitué la multitude au petit nombre et déchaîné toutes les convoitises. Elles n'ont pas introduit un nouveau principe de morale publique et de vertu privée.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   19 janvier 2019
Dictionnaire d'orientalisme, d'occultisme et de psychologie ou dictionnaire de la science occulte. de Ernest Bosc
On veut jouir de la vie et l'on ne veut pas être troublé dans cette jouissance. Les concessions faites aux déshérités ont pour de les apaiser, non de les élever à une vie supérieure.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   19 janvier 2019
Dictionnaire d'orientalisme, d'occultisme et de psychologie ou dictionnaire de la science occulte. de Ernest Bosc
Notre fin de siècle est profondément matérialiste, elle ne croit à rien, elle n'adore que le Veau d'Or.

De cet excès de mal naîtra nécessairement une réaction : du matérialisme, naîtra le Spiritualisme.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   19 janvier 2019
Retours de langue de Edith Azam
la vie demeure une surprise…





la vie demeure une surprise

quand on s'étonne d'être là

comme un poisson est dans l'espace

sentir qu'on respire sa vue

nous fait l'âme plus attentive



l'Autre y gagne de la présence

laquelle est toujours réciproque

le mouvement de la rencontre

est le début d'une clarté

tandis que tombent les peaux mortes

je me souviens... tu t'en rappelles ?

avant, Tu, ne s'existait pas

ni dans ton crâne ni dans le mien

puis les têtes se sont ouvertes

pour mêler l'âme : à la pensée





//Edith Azam, Bernard Noël,
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   19 janvier 2019
Retours de langue de Edith Azam
je me souviens…





je me souviens de ce regard

que tu avais en me parlant

on aurait dit tu souriais

d'avoir tout simplement au bord

des lèvres des mots... et l'espoir

le passé a fait notre dos

le présent veut la station droite

l'avenir se cache alentour

et nul ne sait qu'ils se mélangent

quand le regard te fait l'amour

je me souviens aussi ta main

qui me tenait m'a ramenée

vers toi... mon corps vers toi

mon corps que tu tenais soudain

et moi j'avalais le vertige





//Edith Azam, Bernard Noël,
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   19 janvier 2019
Retours de langue de Edith Azam
la main tendue…





la main tendue recrée du Nous

et voici le cœur dans la tête

le jour soudain change de goût

le présent ne va pas moins vite

mais il se mêle à nos caresses

je me souviens des premiers mots

des miens que je ne savais plus

du grand livre qui s'écrivait

mais en dessous mais... jusqu'aux os

et mes yeux ne savaient plus lire

un sourire efface l'obscur

le temps pourri n'est plus en nous

car l'amour l'a jeté dehors

la face tournée vers la face

les yeux font lever le bonheur





//Edith Azam, Bernard Noël,
Commenter  J’apprécie          00
marina53   19 janvier 2019
Roland est mort de Nicolas Robin
Faudrait que je fasse comme ce type qui s'arrête avec une poussette devant la terrasse du bar. Il a l'air plus jeune que moi. Il est svelte, d'allure sportive. Son pantalon est propre, sans taches de gras. Il porte un pull à col V. Il sourit à son bébé, le prend dans ses bras, ne le fait pas tomber. Il a l'air d'avoir une belle vie. Je me rends compte que je ne suis pas le genre à avoir un pull à col V. Je ne porte pas de chemise parfaitement amidonnée. Je ne suis pas baryton dans une chorale qui organise des concerts à but non lucratif. Je ne provoque aucune étincelle de satisfaction dans les yeux de mon employeur. D'ailleurs je n'ai plus d'employeur. Je n'embrasse aucune belle-mère au téléphone pour lui souhaiter joyeux anniversaire. Je ne rame pas dans une barque sur un étang le dimanche avec quatre enfants qui m'admirent en silence. Ai-je raté ma vie ?
Commenter  J’apprécie          20
coco4649   19 janvier 2019
Artiste et modèle de Carol Snow
POSITIONS DU CORPS, VI





Extrait 3



Cézanne, penché sur sa toile, aurait maîtrisé

cette vue, pensas-tu : les bleus et les verts

et les ocres du proche et du lointain, cette posture



précaire de la danse, non la réunion

des corps dissemblables, des semblables, mais le maintien

séparé du corps et du sol ; tu étais tellement



saisie, tu pensais que tu pourrais devenir ces collines,

ou bien être née de ces collines



ou bien ton corps

avait été une maquette pour ces collines.





//Traduit de l’anglais (États-Unis) par Maïtreyi et Nicolas Pesquès.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   19 janvier 2019
Artiste et modèle de Carol Snow
POSITIONS DU CORPS, VI





Extrait 2



                                      Tu t’es arrêtée

au bord de la route, étalement



de collines à mi-distance, quelques maisons. Seules les vertes

étendues du vignoble dans l’entre-deux



semblaient accessibles, c’est-à-dire humaines — question

d’échelle ; silence imposant, tel que seules

les collines (également

imposantes) pouvaient reposer.

...





//Traduit de l’anglais (États-Unis) par Maïtreyi et Nicolas Pesquès.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   19 janvier 2019
Artiste et modèle de Carol Snow
POSITIONS DU CORPS, VI





Extrait 1



Voulant non seulement l’immobilité des collines

mais une médiation — comme un regain



sur les collines — mur

de silence au-dessus des collines, Moore sculpte une figure



massive en marbre noir : un corps

de femme, couché, lové ; une éloquence



d’os, de coquillage,

de pierres portées par-delà la contradiction.





//Traduit de l’anglais (États-Unis) par Maïtreyi et Nicolas Pesquès.
Commenter  J’apprécie          00
LauraLi   19 janvier 2019
Mille Femmes blanches : Les Carnets de May Dodd de Jim Fergus
- [...] Si les Blancs les laissaient tranquilles, arrêtaient de leur mentir, de leur donner du whiskey, tout se passerait comme il faut.

- Du whiskey et des femmes blanches... ajoutai-je.

- Ouais, faut toujours qu'on aille mettre le nez là où on n'a rien à faire, admit Gertie. Et c'est ça qui est bien, d'ailleurs, chez les Indiens, je parle de la façon dont ils vivent, ici tu passes pas ton temps à te demander si tu es heureux ou pas. D'ailleurs à mon avis, cette histoire de bonheur est une invention ridicule des Blancs à laquelle on attache trop d'importance.
Commenter  J’apprécie          20
Sharon   19 janvier 2019
Handsome Harry de James Carlos Blake
je serais le dernier à me qualifier d'homme cultivé, mais ça m'a toujours semblé assez évident, pourquoi la plupart des gars en prison sont en prison.
Commenter  J’apprécie          10
Sharon   18 janvier 2019
Handsome Harry de James Carlos Blake
Tout ce qui importe, c'est ce qui s'est passé pour de bon, pas ce qui aurait dû ou pu se passer. Comme le disait Gros Charlie, dès que c'est fait, ce qui aurait pu se passer...eh bien, ça s'est passé.
Commenter  J’apprécie          10
leonce   18 janvier 2019
Oeuvres complètes, tome 1: Poésie de Anne Hébert
Et je sens dans mes doigts

À la racine de mon poignet

Dans tout le bras

Jusqu'à l'attache de l'épaule

Sourdre un geste

Qui se crée

Et dont j'ignore encore

L'enchantement profond.
Commenter  J’apprécie          20
RaoulDartagnan   18 janvier 2019
Reviens de Samuel Benchetrit
Ces livres ressemblaient au Tour de France, dans lequel les cyclistes drogués ont moins d’intérêt que les villages qu’ils traversent
Commenter  J’apprécie          00
AlexSaeba   18 janvier 2019
Les Lames du Cardinal, Tome 2 : L'Alchimiste des Ombres de Pierre Pevel
(Marciac et Agnès se sont isolés pour échanger des informations: Marciac parle en premier)

[...]

- Dis...

- Oui?

- On nous a vu nous isoler.

- Et alors?

- Nous devrions peut-être nous embrasser. Afin de préserver les apparences, bien sûr.

- Je pourrais aussi te gifler et partir en me rajustant. Afin de préserver les apparences, bien sûr.

Souriant en coin, Agnès prit l'escalier aussi rapidement que sa robe et les convenances le lui permettaient.
Commenter  J’apprécie          00
AlexSaeba   18 janvier 2019
Les Lames du Cardinal, Tome 2 : L'Alchimiste des Ombres de Pierre Pevel
[...] le capitaine des lames annonça:

- j'ai à faire. A demain

Les deux autres se regardèrent avec étonnement.

Que La Fargue laisse le Gascon en plan n'avait rien d'exceptionnel. Mais qu'il se sépare d'Amadès...

- Capitaine, tenta Marciac, au nom du maître d'armes espagnol. Vous êtes bien sûr que...

- A demain

Et le vieux gentilhomme s'éloigna seul.

- Suivons-le, dit le Gascon après un moment.

- Non.

- Mais c'est pour sa sûreté !

- Non, répéta un Alamadès impassible.

- Eh bien reste. Mais moi...

- Non.

- D'où vient que tu me commandes?

Pour toute réponse, l'Espagnol tira son épée.

- Tu plaisantes.

- Non.

Marciac fit un pas en arrière et recula les épaules avec cet air de surprise qu'affiche une crapule dont on met en doute l'honnêteté. Il lui vint à l'idée que La Fargue ne les avait pas laissés ensemble pour être seul, mais pour qu'Almadès le surveille, lui, Marciac.

- Me passerais-tu vraiment ton épée à travers du corps?

- Oui.
Commenter  J’apprécie          00
Jangelis   18 janvier 2019
Le bungalow a des crocs de Annabelle Fati
- Normalement, les loups ne s'entre-tuent pas, a murmuré Jérémy.

- Oui, mais ceux-là sont à moitié hommes, a répondu Sacha du tac au tac.
Commenter  J’apprécie          00
Jangelis   18 janvier 2019
Le bungalow a des crocs de Annabelle Fati
[en musique]

Si t'as pas ta légende à l'âge que t'as

Ta vie d'garou, tu l'as ratée, crois-moi !
Commenter  J’apprécie          00
Jangelis   18 janvier 2019
Le bungalow a des crocs de Annabelle Fati
... c'est à ça que servent les doudous, hein ? À battre les monstres.
Commenter  J’apprécie          00