AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Dernières citations /RSS
La rancune est un poison qui s'auto-entretient.
Commenter  J’apprécie          00
Si l'on n'a pas pu éviter une querelle,

Œuvrer pour qu'elle ne dure pas,

Et encore moins ne dégénère.

Éviter de finir la journée sur un conflit.

Le soir est le temps de l'apaisement.
Commenter  J’apprécie          00
Pourtant, dès l'enfance, nous sommes souvent amenés à privilégier certaines caractéristiques au détriment de facettes de notre personnalité moins en accord avec notre milieu familial ; ainsi une partie de nous-mêmes ne trouve plus de canal pour s'exprimer. Nous atteignons l'âge adulte en étant parfois inconscients de nos véritables aspirations et de notre fonctionnement intrinsèque, car nous sommes devenus ce qu'on attendais de nous. Mais cela n'est qu'une façade, qui nous enferme, nous encombre et cache notre véritable essence.
Commenter  J’apprécie          00
On dit couramment que le souci ronge.

Serions-nous susceptibles de faire un cancer à la suite d'une grande souffrance morale ?
Commenter  J’apprécie          00
Le maitre fait pénétrer la lumière dans le cerveau des enfants.
Commenter  J’apprécie          00
La connaissance et l'écoute de soi sont le thème central de la philosophie de la sagesse, celui duquel découlent toutes les autres voies de la sagesse : l'altruisme, la communication, l'action, la liberté, l'amour, le bonheur... Il est indispensable de se connaitre soi-même, de tendre vers une paix intérieure pour prétendre entrer en communication avec le reste du monde, pour choisir et mener sa vie en toute liberté.
Commenter  J’apprécie          00
- Si les salariés sont heureux, ils sont plus performants. - Ce qui a conduit à la création d'un poste de - référent bien-être - , un genre de chef d'équipe mais en plus décontract, créateur de liens, impulseurs de projets et générateur de synergies conviviales, responsable de la bonne ambiance générale.
Commenter  J’apprécie          00
Cette sourde hostilité produisit une pénible impression, et l'on se trouva mutuellement soulagé lorsque, les séances terminées, Mikhaïlof cessa de venir au palazzo, laissant en souvenir de lui un admirable portrait. Golinitchef fut le premier à exprimer l'idée que le peintre était envieux de Wronsky.

"Ce qui le rend furieux, c'est de vir un homme riche, haut placé, compte par-dessu le marché, ce qui les vexe toujours, arriver sans se donner grand-peine à faire aussi bien, peut-être mieux que lui ; il a consacré sa vie à la peinture, mais vous, vous possédez une culture d'esprit à laquelle des gens comme Mikhaïlof n'arriveront jamais."
Commenter  J’apprécie          00
Sois sage, Oma douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Commenter  J’apprécie          00
Cesser de trop anticiper l'avenir.

Il arrive toujours assez tôt.

Et souvent plus vite qu'on ne l'imagine.
Commenter  J’apprécie          00
Mais je revoyais surtout mes gazelles: j'ai élevé des gazelles à Juby. Nous avons tous la bas, élevé des gazelles. Nous les enfermions dans une maison de treillage, en plein air, car il faut aux gazelles l'eau courante des vents, et rien autant qu'elles, n'est fragile. Capturées jeunes, elles vivent cependant et broutent dans votre main. Elles se laissent caresser, et plongent leur museau humide dans le creux de la paume. Et on les croit apprivoisées. On croit les avoir abritées du chagrin inconnu qui éteint sans bruit les gazelles et leur fait la mort la plus tendre... Mais vient le jour où vous les retrouvez, pesant de leurs petites cornes, contre l'enclos, dans la direction du désert. Elles sont aimantées. Elles ne savent pas qu'elles vous fuient. Le lait que vous leur apportez, elles viennent le boire. Elles se laissent encore caresser, elles enfoncent plus tendrement encore leur museau dans votre paume... Mais à peine les lâchez vous, vous découvrez qu'après un semblant de galop heureux, elles sont ramenées contre le treillage. Et si vous n'intervenez plus, elles demeurent là, n'essayant meme pas de lutter contre la barrière, mais pesant simplement contre elle, la nuque basse, de leur petites cornes, jusqu'à mourir. Est-ce la saison des amours, ou le simple besoin d'un grand galop à perdre haleine? Elles l'ignorent. Leurs yeux ne s'étaient pas ouverts encore, quand on vous les a capturées. Elles ignorent tout de la liberté dans les sables, comme de l'odeur du male. Mais vous êtes bien plus intelligent qu'elles. Ce qu'elles cherchent vous le savez, c'est l' étendue qui les accomplira. Elles veulent devenir gazelle et danser leur danse. A cent trente kilomètres à l'heure, elles veulent connaitre la fuite rectiligne, coupées de brusques jaillissements, comme si, çà et là, des flammes s'échappaient du sable. Peu import les chacals, si la vérité des gazelles est de gouter la peur, qui les contraint seules à se surpasser et tire d'elles les plus hautes voltiges! Qu'importe le lion si la vérité des gazelles est d'être ouvertes d'un coup de griffe dans le soleil! Vous le regardez et vous songez: les voilà prises de nostalgie. La nostalgie c'est le désir d'on ne sait quoi... Il existe, l'objet du désir, mais il n'est point de mots pour le dire.

Et à nous, que nous manque t-il?
Commenter  J’apprécie          10
Le monde riche a condamné le tiers monde. Il a édifié des barrières en tous genres, morales, économiques, politiques, derrière lesquelles il a emprisonné, non pas à vie, mais pour de nombreuses vies successives, les trois quarts de la population du globe. Mais voilà que cette gigantesque prison se révolte pacifiquement. Des condamnés se sont échappés. Au nombre d’un million, sans armes et sans haine, je crois qu’ils viennent, simplement, demander justice.
Commenter  J’apprécie          00
On peut même affirmer, au risque d’encourir la prison ou la mort sociale, que lorsque l’Occident régnait, au moins le tiers monde travaillait-il efficacement.
Commenter  J’apprécie          00
il m’avait paru inéluctable que les innombrables déshérités du Sud, à la façon d’un raz de marée, allaient un jour se mettre en route vers ce rivage opulent, frontière ouverte de nos pays heureux.
Commenter  J’apprécie          00
Un jour les hommes et les femmes qui continuent de vivre, de survivre, sur la planète TAIRE devenue invivable, décideront peut-être, non pas de s'exiler et d'aller vivre à communiquer, à échanger, à partager autrement.
Commenter  J’apprécie          00
La maladie est-elle le rôle de ma vie ?
Commenter  J’apprécie          00
Au volant de ma vie

Un crabe déjanté

M'a fait une que de poisson



Au volant de ma vie

Un dérapage pas contrôlé

Une saleté de poison



Aquaplaning sur mes larmes

Mes cris de mots

Jamais finir dans un poteau



Décélération en douceur

Longer la ligne blanche

Ne céder qu'à ma priorité



Au volant de ma vie

Un crabe déjanté

M'a fait une queue de poisson



Au volant de ma vie

J'irai donc à pied

Vers la délivrance.
Commenter  J’apprécie          00
La patience commence avec des larmes, et, à la fin, sourit.
Commenter  J’apprécie          00
... Des femmes qui chassent... Elle avait vu des femmes qui chassent!

Certes très différentes d'elle, mais c'étaient incontestablement des femmes qui ne se contentaient pas du rôle de glaneuse ou de rabatteuse et qui portaient les mêmes armes que les hommes pendant que d'autres avaient fait le choix de rester au campement pour garder les enfants... Et pourtant le monde n'était pas pour autant entraîné dans le chaos tel qu'on le lui avait toujours prédit. La nuit qui occupe le jour. Le ciel duquel il pleut des pierres. Les aurochs qui mangent des lions. La rivière qui se met à couler vers l'amont. Et l'apothéose du genre : le monde qui se retourne comme une moufle en peau. "Tu as envie que ça arrive? Non?! Alors reste à ta place."

Mais rien de tout cela n'était advenu alors que ces femmes chassaient: on lui avait menti et on l'avait puni sans fondement!

(pp.37-38)
Commenter  J’apprécie          00
It doesn’t matter what the destination is, or what’s at the top; all that matters is that you keep climbing . That’s what it means to be alive.
Commenter  J’apprécie          00












{* *}