AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
NathalC   26 mars 2019
Une vie entre deux océans de M. L. Stedman
Nous ne vivons pas dans un monde parfait. Il faut bien s'en accommoder.
Commenter  J’apprécie          00
MadameRatou   26 mars 2019
Gardiens des Cités perdues, tome 1 de Shannon Messenger
Je préfère encore être punie pour avoir fait le bon choix que vivre avec la culpabilité de m'être trompée pour le restant de mes jours.
Commenter  J’apprécie          00
MadameRatou   26 mars 2019
Gardiens des Cités perdues, tome 1 de Shannon Messenger
Dex l'évita comme la peste le restant de la journée, ce qui n'était pas plus mal. Elle ne lui adresserait plus la parole tant qu'il ne lui aurait pas présenté des excuses sincères. Peut-être même des supplications. Avec un cadeau.
Commenter  J’apprécie          00
Cielvariable   26 mars 2019
D'encre et de feu, tome 1 de CAB
Écoute-moi bien, si je te revois par ici, le seul impôt que tu récolteras c'est une rafale de phalanges dans la gueule !
Commenter  J’apprécie          00
Aifelle   26 mars 2019
Dans le faisceau des vivants de Valérie Zenatti
C'est la ville de tous ses romans, même ceux dans lesquels elle n'apparaît pas, c'est la ville qu'il n'a pas besoin de nommer pour qu'elle existe, elle est là, enneigée, protectrice, peuplée de Juifs cultivés et inquiets, c'est la ville bordée par la Pruth, la rivière de son enfance, la rivière de la vie, des promenades avec ses parents, la rivière de la mort, Juifs noyés dans les eaux glacées, c'est la ville des écrivains et des poètes, Paul Celan, Ilana Shmueli, Gregor Von Rezzori, c'est la ville le plus à l'est de l'ex-empire austro-hongrois, Czernowitz, dont le nom prononcé par Aharon avait l'éclat d'un mythe.
Commenter  J’apprécie          00
AlphonseDaudet33   26 mars 2019
Catherine de Médicis de Ivan Cloulas
Le danger, que faisaient peser sur Rome les troupes du duc d'Albe, ne permit pas de réaliser l'entreprise. En compensation, le pape nomma, parmi les nouveaux cardinaux créés le 15 mars 1557, deux cousins de Catherine, Laurent Strozzi et Bernard Salviati. Ce geste ne suffisait pas à rassurer les Français sur les dispositions du paie à leur égard .

Page 108
Commenter  J’apprécie          00
Tatooa   26 mars 2019
L'Etoile du Matin de David Gemmell
- L'honneur est là, murmura-t-elle en plaçant sa main sur son coeur. Ou pensez-vous que le bien ne puisse exister que dans un environnement lisse, non affecté par les ténèbres de ce monde ? Quelle serait alors sa valeur ? La vertu est comme un anneau d'or. Peu importe où on le place, dans un marécage ou sur une bouse de vache ; ça reste de l'or, non terni. Les métaux inférieurs se corrodent, s'abîment, s'altèrent. Pas l'or. Un cœur pur demeure un cœur pur. (Astiana)

- Ce ne sont que des mots, répliquai-je plus hargneusement que je ne l'aurais voulu. Le mal triomphe toujours, car il est fort et sans pitié. Les hommes de bien sont entravés : l'honneur est une chaîne. Ils ne peuvent pas rivaliser, parce qu'ils ne jouent pas selon les mêmes règles.

(Owen)
Commenter  J’apprécie          00
armand7000   26 mars 2019
Viens, on s'aime de Morgane Moncomble
(...) Je t'ai aimé dès que tu m'as souri pour la première fois dans ce même ascenseur. Je t'ai aimé dès que tu m'as tendu ces paquets de farine comme si tu me tendais le ciel et les étoiles, je t'ai aimé dès que tu as eu ce réflexe bizarre auquel je n'ai jamais cru, je t'ai aimé dès que tes lèvres ont prononcé mon prénom pour la première fois...Alors je suis une idiote de ne pas te l'avoir dit plus tôt mais aujourd'hui je le fais. Et tu es la seule personne dans ma vie qui me fasse sentir si humaine, belle, vivante et incroyable.
Commenter  J’apprécie          00
tolstoievski   26 mars 2019
Demain les chiens de Clifford D. Simak
Il sentit la main froide de la solitude s'abattre sur lui et le toucher de ses doigts de glace. Une terrible solitude. La solitude de l'âge… La solitude du vieillard qui se sent suranné. Grand-père en convenait : il était démodé. Il appartenait à une autre époque. Il avait outrepassé son temps, il avait vécu trop longtemps.

Les yeux embués de larmes, il chercha sa canne appuyée sur le banc et se dirigea lentement vers la grille qui ouvrait sur la rue déserte derrière la maison.

Les années avait passé trop vite. Des années qui avaient apporté l'avion familial, puis l'hélicoptère, laissant l'automobile rouiller dans un coin et les routes inutiles se désagréger faute d'entretien. Des années qui avaient pratiquement supprimé la culture de la terre avec le développement des hydroponiques. Des années qui avaient mis la terre à vil prix maintenant que la ferme avait disparu en tant qu'unité économique, qui avaient éparpillé les habitants des cités dans la campagne où, pour un prix inférieur à celui d'un lotissement urbain, chacun pouvait devenir propriétaire de vastes arpents de terre. Des années qui avaient bouleversé l'architecture au point que les gens quittaient tout simplement leurs vieilles maisons pour aller s'installer dans des maisons neuves qu'on pouvait acheter toutes faites pour la moitié de ce que coûtait une construction avant la guerre et modifier à peu de frais si l'on en éprouvait le besoin ou l'envie.

Grand-père eut un reniflement de mépris. Des maisons qu'on pouvait changer tous les ans, comme on change le mobilier de place. Est-ce que c'était une façon de vivre ?



LA CITÉ.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
tchouk-tchouk-nougat   26 mars 2019
L'Art du Crime - Tome 09: Rudi de Marc Omeyer
C'est le mystère de ce qui nous relie les uns aux autres? L'amitié. L'amour. Avec pour arme le seul véritable courage... ouvrir son coeur.
Commenter  J’apprécie          00
Aifelle   26 mars 2019
Une immense sensation de calme de Laurine Roux
Un soir, Baba m'avait parlé de l'ancien monde. D'habitude ceux qui l'avaient connu se taisaient. La guerre avait laissé tellement de cicatrices qu'ils faisaient comme si rien n'était arrivé. Comme si personne n'avait jamais disparu. Pourtant, au détour des forêts, on tombait encore sur des carcasses de tanks que le Comité avait oublié de déblayer. Les cours d'histoire ne remontaient pas au-delà de cinquante ans. Avant, ce n'était que légende. Notre génération était la première née après le Grand-Oubli. Nous supposions que beaucoup de réponses aux mystères du monde se terraient là
Commenter  J’apprécie          00
armand7000   26 mars 2019
Viens, on s'aime de Morgane Moncomble
Tu t'es pointée comme un arc-en-ciel après la pluie, comme la première violette au printemps, et je t'ai aimée plus encore.
Commenter  J’apprécie          00
michemuche   26 mars 2019
Affliction de Russell Banks
Parfois, dit-il, on oublie qui on est. Surtout quand on en a ras le bol de qui on est.
Commenter  J’apprécie          10
faeli   26 mars 2019
Les Ensorceleuses de Alice Hoffman
Qu'importe ce que disent les gens! Il y a des moments oú il faut savoir partir de chez soi. Et s'enfuir veut parfois dire que vous êtes précisément dans la bonne direction...
Commenter  J’apprécie          00
Fortuna   26 mars 2019
Terminus nuit de Patrick Pécherot
- A force de déconner, il a fini par boucler la boucle, le Gégé. L'ennemi, c'est le capitalisme, le capitalisme, c'est les États-Unis, les États-Unis soutiennent Israël... Ceux qui luttent contre nos ennemis sont nos alliés objectifs... C'est avec des conneries pareilles qu'on passe de l'autre côté du miroir. On y rencontre des marxistes fous qui font ami ami avec des fachos et de néo-nazis qui côtoient des islamistes dingues. Dans le genre, le pistolero abattu place d Clichy était un des piliers de Voie Nouvelle, le groupe rouge-brun où navigue Régis.
Commenter  J’apprécie          00
faeli   26 mars 2019
Les Ensorceleuses de Alice Hoffman
Après tout, les ennuis sont comme l'amour: ils surviennent à l'improviste et occupent le terrain avant que vous ayez eu seulement la chance de reconsidérer la question ou même d'y penser.
Commenter  J’apprécie          00
faeli   26 mars 2019
Les Ensorceleuses de Alice Hoffman
Un mensonge devient pieux si vous le dites en croisant les doigts dans votre dos ou s'il doit sécher les larmes d'un êtte cher...
Commenter  J’apprécie          00
Marlene_lmedml   26 mars 2019
Ce qui ne te tue pas... de Georgia Caldera
« Ce qui ne te tue pas…

Altère peu à peu ce que tu es sans aucun retour possible, te fissure jusqu’à te rendre sec, dur et imperméable en apparence, mais tellement plus friable et chancelant à l’intérieur. »
Commenter  J’apprécie          00
Marlene_lmedml   26 mars 2019
Ce qui ne te tue pas... de Georgia Caldera
« Hannah avait raison, Adam était terriblement sexy.

En fait, il était plus que ça. Les traits un peu âpres et anguleux de son visage m’étaient devenus familiers et, à présent que j’en discernais toute la subtilité, je le trouvais beau, tout simplement. Il émanait de lui une aura particulière et sombre, pourtant magnétique, qui me fascinait de plus en plus. Son charme était singulier, mais il m’apparaissait désormais tellement évident… »
Commenter  J’apprécie          00
LiliMatoline   26 mars 2019
À contresens de Elle Casey
Chapitre 2 :

«…Soudain, j’entends un boum retentissant. J’enfonce la pédale de frein sans réfléchir et lève les yeux, le cœur battant. D’abord, je ne vois rien, puis un type surgit de nulle part devant ma Toyota.

— Bon sang ! Me crie-t-il, le visage rouge comme une pivoine.

Il s’appuie sur le capot de ma voiture, et c’est alors que je comprends : Oh, merde. Cet homme a traversé en courant juste devant moi ! Mais quel genre d’idiot faut-il être pour faire une chose pareille ?

— Oh, mon Dieu, fait chier !

Je m’empresse de tourner la manivelle pour bisser ma vitre.

— Mais qu’est-ce qui vous prend de débouler comme ça en pleine rue ? Le sermonné-je. Vous êtes saoul, ou quoi ?

Je jette un œil vers le Lotta Java en me demandant si l’on sert des Irish Coffees dès le matin. Il doit y avoir une loi qui l’interdit.



L’homme me fusille du regard…»
Commenter  J’apprécie          00