AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Dernières citations /RSS
coco4649   08 mai 2021
Ainsi parlait W.B. Yeats de William Butler Yeats
  

  

Pourquoi la lutte pour parvenir à la vérité fait-elle disparaître notre pitié, et pourquoi la lutte pour surmonter nos passions la rétablit-elle de nouveau ?





/traduction de l'anglais par Marie-France de Palacio
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   08 mai 2021
Ainsi parlait W.B. Yeats de William Butler Yeats
  

  

Comment peuvent-ils savoir

Que la vérité fleurit là où a brillé la lampe de l'étudiant

Et là seulement, eux qui n'ont pas de Solitude ?





/traduction de l'anglais par Marie-France de Palacio
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   08 mai 2021
Ainsi parlait W.B. Yeats de William Butler Yeats
  

  

Il existe un instant où tout s'enflamme, peut-être une seule fois dans une vie, et c'est à ce moment-là que nous voyons la seule chose qui compte. C'est à ce moment-là que les grandes batailles sont perdues ou gagnées, car c'est à ce moment-là que nous faisons partie de la milice céleste.





/traduction de l'anglais par Marie-France de Palacio
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   08 mai 2021
Ainsi parlait W.B. Yeats de William Butler Yeats
  

  

La connaissance de la réalité est toujours dans une certaine mesure une connaissance occulte. C'est une sorte de mort.





/traduction de l'anglais par Marie-France de Palacio
Commenter  J’apprécie          00
Ladybirdy   08 mai 2021
Celle que je suis de Claire Norton
Je me terre, et je m’enterre. Ma seule évasion, encore et toujours, ce sont les livres. Leurs héros supplantent mes malheurs, leurs fantômes m’habitent avec persistance une fois l’histoire terminée. Ils restent en moi et je m’accroche à leur courage, à leur destinée, à leurs pensées qu’il m’arrive de faire miennes pour me donner l’illusion d’être ce qu’ils sont et non plus ce que je suis moi. Les personnages sont devenus mes seuls amis.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   08 mai 2021
Ainsi parlait W.B. Yeats de William Butler Yeats
  

  

Après tout, on ne peut que porter témoignage, moins pour convaincre celui qui se refusera à croire que pour protéger celui qui croit, comme le dit Blake, et qui endure de son mieux l'incroyance, les croyances erronées et le ridicule.





/traduction de l'anglais par Marie-France de Palacio
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   08 mai 2021
Ainsi parlait W.B. Yeats de William Butler Yeats
  

  

Le bon sculpteur, le bon poète, le bon peintre ou le bon musicien plaît à la longue aux autres hommes parce qu'il s'est d'abord plu à lui-même, seule personne dont il comprenne vraiment le goût.





/traduction de l'anglais par Marie-France de Palacio
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   08 mai 2021
Ainsi parlait W.B. Yeats de William Butler Yeats
  

  

Au cours de la vie, nous découvrons que certaines pensées nous procurent du réconfort dans la défaite ou nous donnent la victoire, que ce soit sur nous-mêmes ou sur les autres, et ce sont ces pensées, éprouvées par la passion, que nous appelons des convictions.





/traduction de l'anglais par Marie-France de Palacio
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   08 mai 2021
Ainsi parlait W.B. Yeats de William Butler Yeats
  

  

De nos querelles avec autrui nous faisons de la rhétorique, mais de la querelle avec nous-même, de la poésie.





/traduction de l'anglais par Marie-France de Palacio
Commenter  J’apprécie          00
ThibaultMarconnet   08 mai 2021
Les Misérables, tome 1 de Victor Hugo
La révolution, dont nous sommes les héritiers, doit avoir l’intelligence de tout. Attaquer le royalisme, c’est le contre-sens du libéralisme. Quelle faute ! et quel aveuglement ! La France révolutionnaire manque de respect à la France historique, c’est-à-dire à sa mère, c’est-à-dire à elle-même. Après le 5 septembre, on traite la noblesse de la monarchie comme après le 8 juillet on traitait la noblesse de l’empire. Ils ont été injustes pour l’aigle, nous sommes injustes pour la fleur de lys. On veut donc toujours avoir quelque chose à proscrire ! Dédorer la couronne de Louis XIV, gratter l’écusson d’Henri IV, cela est-il bien utile ? Nous raillons M. de Vaublanc qui effaçait les N du pont d’Iéna. Que faisait-il donc ? Ce que nous faisons. Bouvines nous appartient comme Marengo. Les fleurs de lys sont à nous comme les N. C’est notre patrimoine. À quoi bon l’amoindrir ? Il ne faut pas plus renier la patrie dans le passé que dans le présent. Pourquoi ne pas vouloir toute l’histoire ? Pourquoi ne pas aimer toute la France ?



(p. 860-861, Le Livre de Poche)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Serge Lama
Snail11   08 mai 2021
Serge Lama
Bien sûr, j'ai d'autres certitudes

J'ai d'autres habitudes

Et d'autres que toi sont venues

Les lèvres tendres, les mains nues

Bien sûr

Bien sûr j'ai murmuré leurs noms

J'ai caressé leur front

Et j'ai partagé leurs frissons.

Mais d'aventure en aventure

De train en train, de port en port

Jamais encore, je te le jure

Je n'ai pu oublier ton corps

Mais d'aventure en aventure

De train en train, de port en port

Je n'ai pu fermer ma blessure

Je t'aime encore

Bien sûr, du soir au matin, bleme

Depuis j'ai dit, "Je t'aime"

Et d'autres que toi sont venues

Marquer leurs dents sur ma peau nue

Bien sûr

Bien sûr pour trouver le repos

J'ai caressé leur peau

Elles m'ont meme trouvé beau

Mais d'aventure en aventure

De train en train, de port en port

Jamais encore, je te le jure

Je n'ai pu oublier ton corps

Mais d'aventure en aventure

De train en train, de port en port

Je n'ai pu fermer ma blessure

Je t'aime encore

Bien sûr j'ai joué de mes armes

J'ai joué de leurs larmes

Entre le bonsoir et l'adieu

Souvent pour rien, souvent par jeu

Bien sûr

Bien sûr, j'ai redit à mi-voix

Tous les mots que pour toi

J'ai dit la première fois

Mais d'aventure en aventure

De train en train, de port en port

Jamais encore, je te le jure

Je n'ai pu oublier ton corps

Mais d'aventure en aventure

De train en train, de port en port

Je n'ai pu fermer ma blessure

Je t'aime encore

Mais d'aventure en aventure

De train en train, de port en port

Jamais encore, je te le jure

Je n'ai pu oublier ton corps

Mais d'aventure en aventure

De train en train, de port en port

Je n'ai pu fermer ma blessure

Parce que je t'aime

Je t'aime encore

Je t'aime encore

Je t'aime encore
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
c128057   08 mai 2021
Cendres de Eduardo Mallea
Je croyais que le monde était un gigantesque vol d’oiseaux et que je n’aurais qu’à tendre la main pour stopper celui qui me plairait. Mais ensuite, on s’aperçoit que l’on est soi-même l’oiseau et que la main qui vous piège, c’est le monde.
Commenter  J’apprécie          10
Pablo Neruda
xTHX1138x   08 mai 2021
Pablo Neruda
La terre s'est imposé l'homme pour châtiment.



Chant général, 1950
Commenter  J’apprécie          00
Chiyo Ni
marina53   08 mai 2021
Chiyo Ni
Je bois à la source,

oubliant que je porte

du rouge aux lèvres
Commenter  J’apprécie          00
René Char
xTHX1138x   08 mai 2021
René Char
Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience.



Fureur et mystère
Commenter  J’apprécie          10
hanyrhauz   08 mai 2021
Le Dit du Mistral de Olivier Mak-Bouchard
On sentait chez monsieur Secaillat cette force paysanne que rien ne fait plier et qui encaisse tout, obstinément, sans broncher. Avec lui, il y avait certes un temps pour la réflexion ; mais une fois que c'était pesé, décidé, il n'y avait rien d'autre à faire qu'avancer, en serrant les dents, les coudes et les fesses, peu importe si le chemin était dur à parcourir.
Commenter  J’apprécie          00
Fandol   07 mai 2021
La Sacrifiée du Vercors de François Médéline
Après le froissement des tôles et le silence, le souffle de l’explosion remonte les déclivités de calcaire plus vite que les flammes. L’écho est assourdissant. Le bruit se lève comme une boule de billard entre ses bandes. Il cogne la pierre et s’éteint trois secondes après, dans le ciel. (page 179)
Commenter  J’apprécie          20
Rosbade   07 mai 2021
L'Homme qui rit de Victor Hugo
[…] l’isolement de Dea était funèbre, elle ne voyait rien ; l’isolement de Gwynplaine était sinistre, il voyait tout.
Commenter  J’apprécie          00
Rosbade   07 mai 2021
L'Homme qui rit de Victor Hugo
Ils semblaient être nés chacun dans un compartiment du sépulcre ; Gwynplaine dans l’horrible, Dea dans le noir. Leurs existences étaient faites avec des ténèbres d’espèce différente, prises dans les deux côtés formidables de la nuit. Ces ténèbres, Dea les avait en elle et Gwynplaine les avait sur lui.
Commenter  J’apprécie          00
kikiberard22   07 mai 2021
Dérapage de David Cren
J'ai grandi dans un orphelinat, un établissement religieux très strict, dirigé par la mère supérieure. J'aime autant vous dire qu'on rigolais pas tous les jours.

Le dimanche, on nous faisait défiler pour des vieux à qui DIEU n'avait pas accordé de p'tit Jésus...

et pour être sur d'avoir un sourire impeccable, on se brossait les dents avec du savon...
Commenter  J’apprécie          00