AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Takalirsa


Takalirsa
  06 décembre 2014
Une enquête bien construite avec une idée de départ originale. La mise en place des personnages et de l'intrigue est bien menée, même si l'on a parfois l'impression d'être à une autre époque : l'héroïne est couturière, pauvre, a quitté sa campagne natale pour la capitale, vit dans une chambre de bonne et travaille à l'occasion pour un atelier clandestin ! On apprendra progressivement qu'elle cherche à échapper au destin familial (travailler dans l'exploitation agricole de ses parents) et que son choix de vie en fait une "bête curieuse" pour sa famille. "J'étouffe là-bas !" avoue-t-elle, "Je ne me sens pas à ma place." Hors de question donc de fêter Noël en famille...

Même chose pour Anthony dont la mère est partie un soir de réveillon, trois ans auparavant. Ajouté aux crimes que connaît L'Entrepôt, c'est un Noël plutôt sinistre qui est décrit dans ce roman ! Car les cadavres s'accumulent... L'enquête est menée par une jeune commissaire dynamique bien que malade, Florence Davant, secondée par son lieutenant Michel Garrigue. Les mises en scène, macabres, l'oriente rapidement sur la piste d'un psychopathe qu'elle démasquera à l'issue de plusieurs rebondissements pertinents.

La thématique des marionnettes, qui donne son titre au livre, est développée tout au long de l'histoire. Au sens propre, ce sont celles que fabriquent les quatre amis pour leur spectacle, aidés par M. Dupré, un vieil homme dont c'est le métier et qui condamne vigoureusement la société de consommation : "Je suis un dinosaure de l'ère du bois qui tente de survivre à l'ère du plastique." Au sens figuré, ce sont les victimes et la commissaire que le tueur manipule à sa guise : "Dans la pièce que j'allais construire," fanfaronne-t-il, "tous les acteurs agiraient selon ma volonté. Telles des marionnettes vivantes." C'est aussi le sentiment de Florence Davant : "Depuis les coulisses, [le tueur] tirait les ficelles, et elle, pauvre marionnette, dansait docilement." Heureusement elle finira par le démasquer, et le réveillon de Noël se révélera plus gai pour l'héroïne que prévu !
Lien : http://www.takalirsa.fr/les-..
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (1)voir plus