AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de yuukikoala


yuukikoala
  29 avril 2014
Après avoir lu l'Avocat du diable du même auteur, j'avais beaucoup aimé l'avocat, Perry Mason. Et de fait, j'ai voulu retenté l'expérience de cette série avec un autre tome, trouvé par hasard à une foire du livre. Je dois avoué que j'ai préféré ce tome là, et pourtant, l'histoire n'était pas aussi intéressante et intriguante que le premier. Mais j'ai retrouvé quelques ingrédients que j'avais perçu dans celui que j'avais lu avant, et j'ai pu me faire un avis général sur l'écriture de Gardner. J'ai compris sa façon de fonctionner pour cette série en tout cas, mais cela ne m'a aucunement dérangé, vu que je ne me suis pas douté du coupable (qui pourtant quand on y pense était facile à deviner), et encore moins de la façon dont Perry Mason allait le coincer. J'aime beaucoup ce personnage, calme, stoïque qui semble toujours réfléchir à tout et n'importe quoi pour protéger son client. C'est plutôt intéressant et ce même si parfois ses manières sont comme il le dit lui même "peu orthodoxes" Ici, l'histoire est très simple bien qu'assez décalé. Une femme est accusée du meurtre de son premier mari qui la faisait chanter. Rien de bien intéressant et pourtant j'étais totalement porté sur l'affaire à cause de son personnage principal et des gens qui l'aidaient. C'est sûrement un roman de gare, mais je ne sais pas pourquoi, l'écriture m'attire, et la façon de mener l'enquête également. J'aime bien les romans noirs faut croire. du coup ça me donne envie d'en acheter encore des Gardner... Surtout de ceux de la série de Perry Mason. Anecdote pour ceux qui regardent Phinéas et Ferb : Je lisais tranquillement quand je me suis rendue compte que Perry Mason s'appelait Perry...Je n'ai pu m'empêcher de lâcher un "Au fait, il est où Perry ?"
Commenter  J’apprécie          00



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox