AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de diamelee


diamelee
  14 février 2019
Quand on est détective, peut-on avoir droit au repos? Surtout quand il s'agit de la famille?Roger Dercky va partir à la rescousse de son frère. L'aider dans son entreprise. Que va t-il se passer? Y arrivera t-il? Il lui faudra tout son flair pour y arriver. Est-ce plus facile quand il s'agit de la famille?
Evoluer dans un monde de coups bas. Nager parmi les requins affamés. Eviter les crocs trop longs de certains. C'est ainsi que Roger Dercky mène son enquête. Une enquête où le monde lisse suisse prends de grandes aspérités. le corbeau de Zurich nous entraine dans les bas-fonds de la société suisse. Cependant, quel rapport entre une société fiduciaire ayant pignon sur rue et le Milieu helvétique? Roger Dercky va tenter de faire la lumière sur cette question.
Gaspard Hubert Lonsi Koko donne des renseignements historiques sur tous les monuments. Ce qui pourrait n'intéresser qu'une partie du lectorat. Cependant, la lecture reste agréable. Plus les pages sont tournées et plus nous avançons dans le suspens. L'intrigue est bien ficelée et nous pousse à faire de nombreuses suppositions tandis que le suspens demeure jusqu'à la dernière ligne. L'enquête se déroule entre actions, sexe et meurtres, dans la froideur helvétique.
Le corbeau de Zurich nous fait entrer de plein pied dans un monde d'habitude secret. Un monde feutré malgré l'illégalité flagrante de certaines actions commerciales. Nous découvrons le monde des affaires. Plutôt le côté obscure de ce monde. Qui est ce fameux corbeau? Quel est son rôle dans cette histoire? Une enquête menée tambour battant, dans le luxe, le monde de l'argent facile. Une enquête qui prouve, une fois de plus, l'argent n'a pas d'odeur. Enfin, pour ceux qui désirent avoir un problème d'odorat.
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox