AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de finitysend


finitysend
  01 décembre 2014
La cité pastel est un texte assez bluffant à l'ambiance remarquablement singulière.
C'est un roman dense avec un aspect grandiose et grandiloquent .

La civilisation dans cet univers ( une terre d'un lointain futur ) est très largement agonisante .
La civilisation Y à reculée tout en maintenant un certain nombre d'acquis technologiques très avancés qui se mêlent à l'utilisation de dirigeables et d'épées et donc d'aspects régréssifs .

En fait je classerais ce texte dans le genre post apocalyptique . Avec ces apocalypses lentes et lancinantes , très connotées dramatiquement finalement qui parsèment ce sous-genre de la sf.

Sur une terre épuisée les hommes continuent à se battre et les empires à vaciller sur leurs pieds d'argile .
Les barbares se présentent aux portes de la cité pastel . L'empire en décadence vacille , et ses rouages internes dysfonctionnent .
La résistance s'organise cependant alors qu'un ennemi extraordinaire surgit et que la panique est palpable .

C'est un soldat poète qui nous raconte l'épopée que le lecteur découvre . Un soldat qui s'emploie à circonscrire la menace et à autoriser le lecteur à jauger cette civilisation en péril par la même occasion .
Un soldat dense dont la mission et l'héroïsme ne consistent pas à créer du neuf et à innover, mais à maintenir et à préserver ce qui reste en cherchant dans ce qui reste en stock .

Ce qui m'a frappé dans ce récit , c'est la profondeur sociologique de l'univers qui est finement taillée.
Le pourquoi du comment de cet avenir triste et mélancoliquement tragique est solide .
L'univers est palpable car les descriptions sont méticuleuses .

L'action est bien au rendez-vous , mais comment dire ? le final monte très doucement et franchement on langui du dénouement qui tarde ? jusque le moment où le lecteur mesure qu'il s'est fait piégé.
Car finalement c'est les rouages de cette société en route vers le délabrement qui est le véritable sujet du roman , alors que c'est indéniable aussi , que c'est la thématique de la résistance , qui est mobilisée par l'auteur pour traiter le sujet .

Cependant l'action est bien là , elle ne se dérobe pas même si le roman met principalement l'accent sur la menace et sa gestion par une civilisation en péril , pour ne pas dire une civilisation en perdition .

Ce délabrement et l'héroïsme désabusé et efficace du personnage principal , marque le texte d'une tristesse lancinante qui m'a pesée et que j'ai trouvé agréablement pénible .
Mais que l'on peut trouver tous simplement pénible , ce serra selon ….

C'est un roman relativement contemplatif , qui va au fond de problématiques civilisationnelles et politiques qui peuvent peser lourdement sur le plaisir du lecteur.
Enfin l'univers est très travaillé , il est une véritable thématique sociale et politique d'un point de vue systémique , cela peut gonfler ou bien cela peut passionner.

C'est le premier tome assez autonome d'un cycle , mais c'est finalement aussi une mise en place pour une ballade plus longue .

Mais bon , c'est incontestablement de la SF militaire ( aux lisières de la fantasy ) très haute gamme en fait !
Et c'est un texte assez court disons , pour finir …
Commenter  J’apprécie          400



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (37)voir plus