AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Profiteroles


Profiteroles
  30 avril 2017
Zoé, Thomas, Batavius et tous les professeurs de l'école ont quitté leur petite ville humaine bien tranquille, Wallangar, pour les Terres de Magie. Après avoir découvert leurs origines et la prophétie, Zoé et Thomas ne se sentent plus vraiment à l'aise parmi les humains, et ne sont plus vraiment les bienvenues, après l'attaque et la destruction qu'ont causé les sourciens. Batavius, le sorcier-lune, a décidé de trouver de l'aide en la personne de la reine des sorcières des marais de Houquelande, Esmera. Mais bien évidemment, tout ne va pas se dérouler comme prévu et leur périple va être semé d'embûches.

Après avoir enchainé les tomes 2 et 3 de Malenfer, je me suis lancée dans ce tome-ci. Un tome bien différent des premiers, tout d'abord parce que l'auteur Cassandra O'Donnell nous emmène dans un nouveau cycle, dans Les Terres de Magie, à la découverte des différents peuples qui règnent dans le royaume. Ensuite, parce que ce tome 4 s'adresse à un public un peu plus vieux que les 8-9 ans (on est plutôt vers les 13 ans). le public grandit, donc Cassandra O'Donnell s'adapte à son lectorat, à la façon de J.K. Rowling et de Harry Potter. le contenu s'en ressent donc énormément.

L'histoire de Les Sorcières des Marais est beaucoup plus sombre que les tomes précédents, avec des créatures effrayantes en la personne des sorcières, vivant et chassant dans les marais (je me suis cru dans L'Epouvanteur de Joseph Delaney par moment). Tout est brumeux, humide, ténébreux et l'auteur a su parfaitement rendre cet environnement flippant à souhait.

Thomas et Zoé sont devenus un peu plus adultes qu'avant, à cause des nombreuses responsabilités qu'ils ont sur le dos. Ils sont matures pour leur âge, mais chacun à leur façon : Zoé est plutôt déconnectée de la vie humaine, agissant souvent sans réfléchir. Pourtant, quand elle se met à réfléchir, c'est avec beaucoup de sagesse, les autres ont tendance à l'écouter. Thomas, quant à lui, suit de plus en plus les conseils de son dragon Elzmarh, et est de plus en plus dur, agissant souvent sur un coup de tête, sous le coup de l'émotion.
Ils restent toutefois des enfants, avec toutes les bêtises d'enfants que cela implique. Sauf que ces bêtises là ont de graves conséquences. On demande à Zoé et Thomas de grandir vite, trop vite.

Leurs pouvoirs grandissent aussi beaucoup : alors qu'au premier tome, ils ne savaient pas qu'ils étaient respectivement (attention spoiler) une Diseuse, un Sorcier-lune et un maître dragon, ils sont désormais capable de se servir de la magie comme ils le veulent (même s'ils manquent d'entrainement). Mais là encore, utiliser la magie a des conséquences, et ils vont en subir les conséquences.

On en apprend enfin un peu plus sur ceux qui accompagnent les enfants, le loup-garou, l'elfe, la troll, le nain, etc. et ce n'est pas plus mal, car on se rend compte qu'on ne sait pas grand chose d'eux. Ils sont toujours présents, mais les personnages principaux restent Zoé et Thomas.

L'écriture reste agréable, c'est toujours bien écrit, et les pages tournent vite tellement on veut connaitre la suite de l'histoire. Cassandra O'Donnell a su donner un nouveau souffle à sa série, avec un superbe univers, de plus en plus complexe. On n'est jamais déçu par ses livres que l'on fini souvent trop vite, qu'ils soient destinés aux adultes ou destinés aux enfants.

On retrouve les très belles illustrations de Jérémie Fleury (la couverture de ce tome-ci est magnifique !) 🙂

Ce quatrième tome de Malenfer est donc résolument différent des trois précédents et marquent une rupture avec le premier cycle. On se rapproche un peu de Rebecca Kean, tout en restant un livre pour enfant… bref, c'est génial 😀

Merci à Cassandra O'Donnell et Flammarion jeunesse pour l'envoi du livre !
Lien : https://profiteroleslovesboo..
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox