AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.64 /5 (sur 7 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Ciney (Belgique) , 1973
Biographie :

Florence Noël est Née à Ciney (Belgique) en 1973.

Ajouter des informations
Bibliographie de Florence Noël   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
Florence Noël
Piatka   09 janvier 2019
Florence Noël
parler de soi


c’est si facile


nous sommes des constellations


de peu dit


des myriades d’étincelles


aussi brèves


que brûlantes


vastes comme un peuple


un océan


un univers

et quel que soit le voyage entrepris


nous ne tournons


qu’autour de ce même petit


moi pâle
et troublant

 

je vous écris


d’entre les lèvres d’une blessure
Commenter  J’apprécie          351
Florence Noël
TerrainsVagues   12 février 2020
Florence Noël
Voici l’horizon entaillé

par tant de certitudes

la mer fendue en son milieu

par tant de rectitude

et moi

entre deux eaux

entre deux sels

semée sur des terres vieillies de doutes

moi

heureuse quand la brume

cueille sur ma bouche

le tremblement

fragile

de l’insolence.
Commenter  J’apprécie          321
Florence Noël
coco4649   06 mai 2019
Florence Noël
ma poésie…





Extrait 7



cette petite chose

modelée de cendres et

de désirs

ce reste

coincé en travers de

ma voix

qui troue mon chant

et mes ailes

brusquant la chute

en plein vol



ce n’est qu’une lancinance

une maladie

ma poésie

Commenter  J’apprécie          250
Florence Noël
sabine59   21 mai 2018
Florence Noël
Cette petite chose

modelée de cendres et

de désirs

ce reste

coincé en travers de

ma voix

qui troue mon chant

et mes ailes

brusquant la chute

en plein vol

ce n'est qu'une lancinance

une maladie

ma poésie
Commenter  J’apprécie          192
coco4649   01 février 2018
L’Étrangère de Florence Noël
 

 

dans l'écriture

des choses brèves lui viennent

inaugurant des ponts

tendus entre embrasements

et néants

ces passerelles

continuent à se balancer

à l'aplomb des gouffres

où mystères et indicible

se disputent

les dents des morts



 

 
Commenter  J’apprécie          120
Florence Noël
sonatem   17 juillet 2021
Florence Noël
Je ne sais rien…



je ne sais rien

la dorure des livres, peut-être

sur leur tranche qui aiguise mes doigts

– fioriture –



je ne sais rien

que l’or sur les lèvres d’icône

au matin froid d’une pierre romane

superbe dans sa courbure de vieille femme

et moi priant la bouche tout contre les moellons

moi mon épiderme hurlant dans les nervures du granit



je ne sais rien

enfant avant la lettre, bambin tiré à quatre étoiles

je ne sais que ton nom, peut-être

et la lumière avalée par le dallage

à l’arrière de mes pas



je ne sais plus – ai-je su – la litanie de tes amis

ton histoire tressée de signes

et tous tes gouffres où le cœur

tombe en torche

éclairant – enfin –

les angles morts de nos visages



je ne sais que mes jours et l’incertain

le désir minuté

la voie sourde des fleurs

encore sous la terre



je suis une vasque qui ignore son vin

une écorce de pain avide de la dent

qui le rompra encore

je suis lèvre scellée d’un baiser à venir

lourde d’enfants abstraits des caresses de leur mère

levain resté en rade à l’aune du pétrin





Extrait de « Survenir soif », inédit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
coco4649   18 mai 2021
Assise dans la chute immobile des heures de Florence Noël
Marée basse







extrait 3



d’un enfant vous me feriez

renaître

reine petite

pour des palais faits d’air



dans ce ventre de cendres

où poussent les rêves solides

jamais ne retisserai

la toile de l’innocence



ce qui est fait est fait

et défait disparu

Commenter  J’apprécie          40
coco4649   28 mai 2019
Solombre de Florence Noël
on écueille…





on écueille

les rigoles

les avaloirs

ces yeux noirs

d’une terre aveugle.
Commenter  J’apprécie          30
coco4649   29 mars 2020
Branche d’acacia brassée par le vent de Florence Noël
Premier mouvement : Presto





et si nous revenions…



et si nous revenions, tu sais, le cuivre des saisons, le parfum blanc l’égarement, si nous revenions à cette source où le jour coule sans discontinuer

et si tu me prenais la main, le premier seuil à dépasser comme un jardin qu’on nomme,

et qu’ainsi on habille et qui s’étonne d’un pied – nous foulons la houle herbeuse

et si nous disions ce mot, éparpillé dans nos silences, rassemblé de ma lèvre, ange, de la mienne pure parce que la tienne, ce souffle encore y œuvrerait

et si nous nous laissions aux berges, main ballante dans l’air levé, si nous nous lisions aux rives, battant l’eau échappée des vapeurs
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   29 mars 2020
Branche d’acacia brassée par le vent de Florence Noël
Premier mouvement : Presto





hurlé au tendre des côtes…



hurlé au tendre des côtes

la plainte plus tôt forera l’air

en son milieu

par mes poumons orgues à pétrir

cent fois sur le métier pétrir

et de nos blessures

fourrager l’évidence
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Florence Noël (4)Voir plus



.. ..