AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.4 /5 (sur 5 notes)

Biographie :

Laurent Chemla est un informaticien français.

Il est le premier français à avoir été inculpé, puis relaxé pour piratage informatique[1], depuis un Minitel.

Il a participé à la mise en place du BBS pour le support des développeurs Atari, au développement de Assemble et Adebog, ainsi qu'au kit de développement Jaguar.

Il est également cofondateur de Gandi (Gestion et attribution des noms de domaine sur Internet), principal registrar français avec Valentin Lacambre, Pierre Beyssac et David Nahmias.

En 2002, Laurent Chemla écrit le livre Confessions d'un voleur : Internet, la liberté confisquée, où il décrit sa vision d'Internet. « Je me souviens qu’à cette époque, quand je disais “Internet”, mes amis me regardaient comme si je débarquais d’une autre planète. J’avais beau leur dire que ce bidule allait révolutionner le savoir humain, ils me regardaient d’un air apitoyé et retournaient à leur travail. »[2]. Ce livre est librement consultable sur Internet (Cf liens externes).
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

6 heures contre la surveillance : Laurent Chemla .


Citations et extraits (7) Ajouter une citation
leluez   05 février 2014
Confessions d'un voleur : Internet, la liberté confisquée de Laurent Chemla
En humble informaticien que je suis, je pose pourtant une question sans rapport avec mes compétences : d’où viennent ces œuvres sinon du passé commun à toute l’humanité ? D’où viennent les idées, les influences, les imaginations, les imaginaires, sinon de tout ce qui entoure les auteurs, de notre histoire et de notre culture commune ? De quel droit un auteur (ou son éditeur) peut-il s’approprier une idée qui n’existerait pas sans la collectivité tout entière ? Pourquoi priverait-on les plus pauvres du droit minimal de partager les fruits de ce passé en entravant une diffusion la plus large possible ?

Commenter  J’apprécie          180
leluez   07 février 2014
Confessions d'un voleur : Internet, la liberté confisquée de Laurent Chemla
Une grande part de la tribu informatique se met pourtant à renverser le modèle du « chacun pour soi » et affirme haut et fort qu’une idée, fût-elle traduite en langage informatique, n’est pas produite par une personne seule mais d’abord par toute la société. Une idée n’appartiendrait à personne parce que personne ne peut avoir d’idée qui viendrait du néant, quelle drôle d’idée !

Commenter  J’apprécie          130
leluez   10 février 2014
Confessions d'un voleur : Internet, la liberté confisquée de Laurent Chemla
L’Internet tel qu’il existe est une nécessité dans l’évolution de l’espèce humaine parce qu’il est le seul outil permettant le partage à l’échelle de la planète d’un savoir devenu trop important pour être diffusé par les anciens médias. En affirmant cela, je ne m’adresse plus ni aux politiques ni aux économistes, mais à tout le monde. La transmission du savoir est constitutive de notre humanité, elle est ce qui nous donne notre libre arbitre. Pour moi, c’est tout entendu, l’Internet est irréversible parce qu’il est le lieu d’une nouvelle liberté.

Commenter  J’apprécie          100
LSH   15 août 2012
Confessions d'un voleur : Internet, la liberté confisquée de Laurent Chemla
Je suis un voleur. Je vends des noms de domaine. Je gagne beaucoup d'argent en vendant à un public qui n'y comprend rien une simple manipulation informatique qui consiste à ajouter une ligne dans une base de données.
Commenter  J’apprécie          20
LSH   15 août 2012
Confessions d'un voleur : Internet, la liberté confisquée de Laurent Chemla
Je comprends très bien que les politiques aient peur de ce nouvel objet qui donne un tel pouvoir de nuisance à de simples citoyens. Quand le CSA, en bon dinosaure, se bat pour sa survie, l'homme politique, lui, se bat pour préserver sa part de pouvoir grâce au silence et au secret organisé tandis que les médias tentent de protéger leur monopole. Tous sont d'accord sur un point: la liberté d'expression publique est un danger. Pas pour la société, quoi qu'ils en disent, mais pour eux.
Commenter  J’apprécie          10
LSH   15 août 2012
Confessions d'un voleur : Internet, la liberté confisquée de Laurent Chemla
Le Minitel l'a bien montré en son temps. Un système prévu à l'origine pour diffuser des bases de données a dû son succès et sa rentabilité à l'industrie du sexe. L'Internet non plus n'a pas été prévu pour ça. Il a été pensé pour partager des ressources informatiques d'abord et, ensuite, pour servir de vecteur d'échange du savoir. Évidemment, le grand public y va pour trouver ce qui l'intéresse: du cul.
Commenter  J’apprécie          00
LSH   15 août 2012
Confessions d'un voleur : Internet, la liberté confisquée de Laurent Chemla
L'Internet est le repaire de tous les pirates, les néonazis et les pédophiles que compte la planète, tout le monde le sait puisque tout le monde le dit.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Laurent Chemla (8)Voir plus