AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Critiques de Marie-Madeleine Hermet (3)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
Les Poèmes de la Nuit
  03 septembre 2008
Les Poèmes de la Nuit de Marie-Madeleine Hermet
Le Thème :



"Le recueil "Les Poèmes de la Nuit" est un cri de révolte, "un coup de pied dans tous les bénitiers", confessionnels ou autres, de droite comme de gauche ; une gifle féroce assénée aux idées reçues ! C'est aussi un appel à l'amitié, une quête d'amour en quelque sorte, pour qui sait scander entre les lignes ; et il n'y a pas que de ses chiens que l'auteur , cynique parfois, authentique toujours, cherche la tendresse."



Un tempérament fort, très fort, et en rébellion perpétuelle à peu près contre tout. Rébellion parfois lassante car enfin, tout ne peut être entièrement mauvais. Il est vrai cependant que les poèmes se prêtent, plus que la prose, à une vision manichéenne de l’univers.



Une assurance cependant, par-delà la haine des « soutanes » : celle que la Mort n’est rien et que, même si les idoles ont fondu sous l’acide des religions qui les encensaient, il n’en existe pas moins quelque chose, quelque part, ailleurs …



Le style est classique de formation, avec de curieux écarts « modernes » qui ne sont pas déplaisants. Bref, j’aurais noté 9, voire 10 si tout cela ne m’avait pas semblé un peu fourre-tout et, en tant que tel, trop brouillon.



A télécharger sur Alexandrie :



htpp://www.alexandrie.org/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Manque de Pot
  03 septembre 2008
Manque de Pot de Marie-Madeleine Hermet
Le Thème :



"Professeur de Lettres Classiques, Marie-Madeleine a enseigné à Tananarive, à Paris, à Vannes... ; mais elle fut aussi Franciscaine Missionnaire de Marie et Carmélite ; expulsée de ses couvents pour insubordination caractérisée, elle est, en fait, génétiquement libertaire, charmant euphémisme! "Manque de Pot" est le tracé humoristique de cet étrange itinéraire"



Là encore, de très réelles qualités, un sens incontestable du récit, peut-être quelques coquilles par-ci, par-là mais rien à redire sur l’orthographe et la grammaire.



Seulement, il y a le ton et cette éruption de haine et de douleur mêlées qui jaillit, sans retenue, sans recul … On souffre avec Marie-Madeleine Hermet mais cette souffrance ne transfigure pas le lecteur : elle l’angoisse, elle le plonge non dans le cauchemar vécu par cette femme – car sa vie a des connotations de cauchemar spirituel – mais dans son incapacité à l’exorciser. Pourtant, il est clair que tel n’était pas le but recherché par l’auteur.



J’ai pensé à Vallès et aux pires délires anti-religieux de Léo Taxil. Et moi, qui suis farouchement anti-cléricale et qui estime que plus de deux-mille ans de culture sous l’égide des trois grandes religions dites « du Livre » ( !! ), c’est beaucoup trop pour l’humanité, je ne retrouve ni mes révoltes, ni mes haines dans ce style anarchisant. Détruire, c’est bien beau et c’est même nécessaire. Oui mais après, on construit quoi ? …



La Haine, c’est bien, c’est même très bien – et je sais ce dont je parle, croyez-moi. Un outil puissant qui vous sort de tout à une seule condition : que vous la contrôliez. La Haine est, en cela, comparable à l’argent : elle est la meilleure des servantes mais la pire des maîtresses. Or, chez Marie-Madeleine Hermet, elle règne pratiquement sans partage.



Dommage.



A télécharger sur Alexandrie :



http://www.alexandrie.org/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Xénobie des Iles-sous-le-Vent
  03 septembre 2008
Xénobie des Iles-sous-le-Vent de Marie-Madeleine Hermet
Le Thème :



"Roman au parfum exotique qui se dilue sous les oliviers de la Basse-Provence dans les effluves d'une cuisine épicée. Un roman cruel mettant en scène une femme et un homme peu scrupuleux sur les moyens quand il s'agit de thésauriser, d'amonceler les victuailles qui vont engraisser leur florissante couvée ; mais aussi un roman rédempteur où le regard, derrière la vilénie des actes, sait entrevoir l'infime beauté des êtres. (Prix Spécial du Jury Alexandrie 2007)"



On m’avait dit le plus grand bien de ce roman et je l’avoue : je suis déçue. Oh ! Il n’y a rien à reprendre à la construction de ce livre et certainement rien à l’orthographe ou à la grammaire de l’auteur.



Mais quelle amertume ! On dirait de l’acide.



Encore pourrait-on s’y habituer si l’auteur faisait montre de recul envers les tares, effectivement épouvantables, qu’elle dénonce. Mais c’est loin d’être le cas. J’ai eu même très souvent l’impression de lire un pamphlet. Je crois l’avoir déjà dit : je n’ai rien contre mais enfin, dans un roman, voilà un exercice dangereux et qui nécessite un souffle permanent qui fait ici défaut.



Et puis, à mes yeux, l’écriture, si brutale, si impitoyable qu’elle puisse être, doit avant tout apaiser celui qui écrit. Or je suis sortie de ce livre avec l’impression que, bien loin de les avoir calmées, son roman n’avait fait qu’exacerber les plaies secrètes de Marie-Madeleine Hermet. D’où mon malaise – un malaise dont je ne parviens pas à me libérer. Déjà, « Les Poèmes de la Nuit » m’avait causé une sensation mitigée mais avec « Xénobie … » et tout en ne niant pas la puissance qui souffle dans certaines pages, cette sensation empire. Désolée.



A télécharger sur Alexandrie :



http://www.alexandrie.org/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Marie-Madeleine Hermet (1)Voir plus


Quiz Voir plus

Quizz sur La Parure de Guy de Maupassant

Comment s'appelle la femme dans La Parure

Jane
Claudia
Mathilde
Agathe

10 questions
256 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur