AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.98 /5 (sur 14397 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Aubagne (Bouches-du-Rhône) , le 28/02/1895
Mort(e) à : Paris , le 18/04/1974
Biographie :

Marcel Pagnol est un écrivain, dramaturge, cinéaste et producteur français.

Fils d’instituteur, il fait ses études au lycée Thiers de Marseille, puis obtient sa licence d’anglais et devient professeur à Aix-en-Provence; il enseigne ensuite à Paris, au lycée Condorcet.

Il se découvre très jeune une passion pour l’écriture dramatique, et devait publier dès 1922 un drame en vers: "Catulle". Il fonde également la revue Fortunio, ancêtre des Cahiers du Sud. Après deux pièces écrites en collaboration avec Paul Nivoix, "Tonton" et "Les Marchands de Gloire", qui sont représentées à Paris, Marcel Pagnol atteint au succès avec les deux premières pièces qu’il compose seul: "Jazz" (1927), et surtout "Topaze" (1928), l’une des pièces les plus constamment reprises du répertoire contemporain.

La suite de sa carrière devait se partager entre le théâtre et le cinéma, ce qui allait faire de lui le maître du "théâtre filmé", grâce en particulier à sa célèbre trilogie marseillaise : "Marius", "Fanny" et "César", écrite pour la scène avant qu’il l’adapte pour l’écran. Au septième art, il donne entre autres : "Merlusse", "Cigalon", "Le Schpountz", "La Fille du puisatier", "La Belle meunière", "Manon des sources", ainsi que plusieurs films inspirés de l’œuvre d’un autre provençal, Jean Giono : "Angèle", "Regain", "La Femme du boulanger". Il est servi par les plus grands interprètes de l’époque : Louis Jouvet, Raimu, Pierre Fresnay, Fernandel.

Marcel Pagnol a su faire revivre dans son œuvre une Provence vivante, dépeignant entre rire et émotion l’âme et les mœurs méridionales. Son talent, qui dépassait les frontières, l’avait immortalisé dès avant son élection à l’Académie, à quarante-sept ans seulement, le 4 avril 1946, par 15 voix au fauteuil de Maurice Donnay, qui avait occupé son siège de 1907 à 1945. Sa réception, le 27 mars 1947, par Jérôme Tharaud, est filmée, ce qui constituait une première dans l’histoire de l’Académie française.

Après 1956, il s'éloigne du cinéma et du théâtre, et entreprend la rédaction de ses "Souvenirs d'enfance", composé de quatre livres : "La Gloire de mon père" (1957), "Le Château de ma mère"( 1957), "Le Temps des Secrets "(1960) ou encore "Le Temps des Amours"(1977), qui fut publié à titre posthume.

François Mauriac a tracé de lui, dans son Bloc-notes, un portrait amical : "Pagnol, le seul à ne pas avoir de socle. Il semble s’être glissé dans cette antichambre de l’éternité en passant par la fenêtre, le seul qui sente l’air du d
+ Voir plus
Source : www.academie-francaise.fr,tombes-celebrites.com
Ajouter des informations

Dossier et informations sur cet auteur

Pourquoi lire Pagnol ?


« Tu me fends le cœur ! » Qui donc n'a jamais entendu cette réplique de César au cours d'une fameuse partie de cartes ? C'est d'abord pour ses films que Marcel Pagnol est connu. Pourtant, avant ses succès cinématographiques, qui lui valurent un César d'honneur posthume pour l'ensemble de sa carrière, Marcel Pagnol écrivit d'abord quelques poèmes dans sa jeunesse, qu'il publia dans la revue littéraire qu'il avait fondée. Puis il devint professeur et, dans le même temps, auteur dramatique. Éloigné par son travail de son Sud natal, c'est dans l'amour pour sa région qu'il puisa l'inspiration de ses pièces les plus célèbres comme Topaze et Marius. Marcel Pagnol était un extraordinaire créateur de caractères, et affirmait d'ailleurs : « Si j'avais été peintre, je n'aurais fait que des portraits. » Topaze, naïf floué devenu malhonnête pour le meilleur, est un parfait exemple de ce talent pour camper des personnages incarnant des types sans perdre de leur vie.

À l'opposé de Feydeau, chez qui chaque scène est un pas nécessaire dans l'avancée de la trame narrative, Pagnol prend le temps d'installer ses personnages dans un cercle familial, dans un cadre amical et professionnel, au cours de scènes qui ne font pas progresser l'intrigue. Pourtant, ce sont souvent celles que les spectateurs retiennent, tant les dialogues en sont ciselés et révélateurs de la personnalité des protagonistes.

Curieux de tout, Marcel Pagnol se révéla profondément moderne en saisissant la chance que lui offrit la Paramount d'écrire pour le cinéma, qui représentait une opportunité d'élargir le retentissement de ses œuvres. De ce nouveau moyen d'expression, il fit le centre de ses activités, d'abord comme auteur puis réalisateur et producteur. Proche des comédiens et des techniciens, il tenait à l'ambiance familiale et joyeuse des plateaux de tournage, jouant à la pétanque entre deux scènes, mais aussi allant jusqu'à acheter un domaine et se convertir en cultivateur d'œillets pour sauver ses employés du STO.

À la fois créateur et théoricien, Marcel Pagnol fonda Les Cahiers du film, une revue qui lui permettait d'exprimer sa conception du cinéma à une époque où le septième art connaissait une expansion phénoménale. Néanmoins, il finit par abandonner cette carrière dès que les nouvelles contraintes de ce média bridèrent sa liberté créatrice. Il revint alors au théâtre pour quelques pièces dont un Judas osé et novateur. Mais il renonça finalement aussi bien aux planches qu'aux caméras.

« Quand je revois la longue série de personnages que j'ai joués dans ma vie, je me demande qui je suis… » disait Marcel Pagnol ; or c'est en écrivant ses souvenirs personnels qu'il révéla toute l'ampleur de son talent. Les Souvenirs d'enfance, empreints de tendresse pour sa famille et pour les paysages de la campagne aubagnaise, mirent en lumière ses talents de conteur, son goût pour les descriptions malicieuses, son style savoureux et imagé.

Figure emblématique du Sud, mais pas seulement, Marcel Pagnol a prouvé que l'attachement à ses racines n'empêchait pas de toucher le plus grand nombre. Il est aujourd'hui un auteur incontournable, souvent étudié dans les écoles, dont plus de cent cinquante en France portent son nom.

Le saviez-vous ?



• Marcel Pagnol écrivait toujours deux œuvres à la fois. Par exemple, Topaze et Marius ont été rédigés en même temps.
• En cherchant un lieu propice à la création d'une « Cité du cinéma », il achète en 1941 le château de la Buzine, sans l'avoir visité. Il découvre ensuite avec stupeur qu'il s'agit du « château de l'effroi », un lieu marquant de son enfance évoqué dans Le Château de ma mère.
• Contraint par la guerre à vendre ses studios à la Gaumont, Marcel Pagnol évite le STO à tous ses techniciens en les embauchant au domaine de l'Étoile, à La Gaude, pour se lancer dans « la culture intensive d'œillets ». Ce qui fait dire à Raimu : « Si Marcel devient fleuriste, alors moi, je n'ai plus qu'à aller vendre des rascasses ! »
• Passionné de sciences, il inventa des machines comme des pompes à eau et déposa le brevet d'un « boulon indéboulonnable ». Il conçut aussi une voiture, « la Topazette ».
• En plus de la pétanque, loisir cher à son Sud natal, Marcel Pagnol excellait au bilboquet.

Chronologie


28 février 1895 : Marcel Pagnol naît à Aubagne, fils de Joseph Pagnol, instituteur public, et Pauline Henriette Lansot dite Augustine, couturière.

1897 : la famille s'installe à Marseille.

Avril 1898 : naissance de Paul Maurice dit « Petit Paul », frère de Marcel.

Février 1902 : naissance de Germaine, sœur de Marcel.

1904 : premières vacances à la Bastide Neuve dans les collines de la Treille.

1909 : naissance de René, le dernier de la fratrie Pagnol.

1910 : décès d'Augustine. Marcel Pagnol commence à écrire des poèmes.

1914 : fondation de la revue littéraire Fortunio avec des camarades.

1916 : Mariage de Marcel avec Simone Colin à Marseille.

1921 : parution de La petite fille aux yeux sombres, premier roman de Marcel Pagnol.

1922 : Marcel Pagnol est nommé répétiteur d'anglais au lycée Condorcet (Paris).

1924 : création de la pièce Les Marchands de gloire coécrite avec Paul Nivoix.

1926 : création de la pièce Jazz.

1928 : Topaze, satire de l'arrivisme, est montée au Théâtre des Variétés à Paris. C'est un grand succès.

1929 : création de Marius avec Orane Demazis dans le rôle de Fanny.

1930 : naissance de Jacques Pagnol, fils de Marcel et de Kitty Murphy, jeune danseuse anglaise.

1931 : premier film de Marcel Pagnol, Marius, réalisé par Alexander Korda, suivi par Topaze de Louis Garnier et Fanny de Marc Allégret. Insatisfait, Marcel Pagnol décide que dorénavant il réalisera lui-même.

1932 : mort de Paul, d'une crise d'épilepsie. Parution du roman Pirouettes.

1933 : naissance de Jean-Pierre, fils de Marcel et d'Orane Demazis.

1934-1940 : Marcel Pagnol réalise plusieurs films par an : Jofroi, Angèle, Merlusse, Cigalon, une deuxième version de Topaze, Regain, César, Le Schpountz, La Femme du boulanger, La Fille du puisatier.

1936 : naissance de Francine, fille de Marcel et d'Yvonne Pouperon, une de ses collaboratrices.

1941 : divorce d'avec Simone Colin. Acquisition du château de la Buzine en vue d'établir une « Cité du cinéma ».

1945 : Marcel épouse Jacqueline Bouvier, rencontrée en 1938.

1945-1952 : réalisation de Naïs, La Belle Meunière, un troisième Topaze (avec Fernandel), Manon des sources, Ugolin.

1946 : naissance de Frédéric, fils de Marcel et Jacqueline.

27 mars 1947 : Marcel Pagnol est élu à l'Académie française, où il occupe le fauteuil 25. Il traduit Hamlet.

1951 : naissance de sa fille Estelle et mort de son père Joseph. La famille Pagnol s'installe à Monaco.

1954 : décès d'Estelle. Les Pagnol quittent Monaco pour Paris.

1955 : création de la pièce Judas au Théâtre de Paris.

1956 : création de Fabien, dernière pièce de Pagnol.

1957 : publication des deux premiers volumes des Souvenirs d'enfance : La Gloire de mon Père et Le Château de ma mère. Ils rencontrent un vif succès.

1959 : parution du troisième volume des Souvenirs d'enfance : Le Temps des secrets.

1962 : publication de Jean de Florette et Manon des sources.

1964 : parution d'un essai sur Le Masque de Fer

18 avril 1974 : mort de Marcel Pagnol à Paris. Il est enterré à La Treille.

1877 : parution posthume du dernier volume des Souvenirs d'enfance : Le Temps des amours.

Inspirateurs et héritiers


Adolescent, Marcel Pagnol était surtout féru de poésie et de théâtre classique. Il s'essaya d'ailleurs à ces deux genres, et traduisit les Bucoliques de Virgile. Parmi ses auteurs dramatiques fétiches, on peut également citer Shakespeare, dont il traduisit Hamlet et Le songe d'une nuit d'été. Ses débuts au théâtre furent parrainés par Louis Jouvet. Par ailleurs, il était proche de nombreux auteurs de son temps tels qu'Albert Cohen, qu'il connut au lycée, mais aussi Jean Anouilh, Joseph Kessel, Marcel Achard, Maurice Genevoix. Il devint également l'ami de grandes figures du cinéma et de la chanson comme Jean Cocteau, Raimu, Tino Rossi.

S'il a marqué son temps, la critique n'a pas toujours été tendre avec lui, lui reprochant d'être un homme d'affaires plus qu'un artiste, car il était devenu son propre producteur puis son propre éditeur. C'est en réalité par curiosité et par goût de la liberté qu'il s'adonnait à ces différentes activités. Il fut reconnu pour son œuvre dramatique lors de sa nomination à l'Académie française, et obtint un César d'honneur posthume en 1981. Roberto Rossellini et de Sica le considérèrent comme le « père du néo-réalisme », voyant en Jofroi le premier film de ce courant.

Ils ont dit de Marcel Pagnol…


Jean-Charles Tacchella : « C'est cela la leçon de Pagnol : en sortant d'un de ses films, on était heureux. Parfois même on se croyait meilleur. »
Louis Leprince-Ringuet : « Il s'intéressait aux découvertes scientifiques, et il s'y intéressait comme un poète. »
Jean Dutourd : « Je suis bien sûr qu'au fond Marseille sait très bien ce qu'elle doit à Marcel Pagnol. Il a fait du Marseillais un portrait épique, sublime et admirable. »
Pierre Tchernia : « Il aimait les mots et choisissait avec soin l'expression juste. L'ingénieur du son, un jour, avant de commencer l'interview, s'affaire, court en tous sens et explique : 'C'est dramatique, j'ai égaré mon micro !' Pagnol le reprend : 'Ce n'est pas dramatique, Monsieur, c'est embarrassant.' »
Maurice Druon : « Pagnol est puissamment français, puissamment provençal, puissamment méditerranéen, et c'est cela qu'il avait de particulier à apporter aux autres. On est universel par ce que l'on apporte aux autres. Avec talent, avec génie ; eh bien, il avait les deux. »
Lire la suite

étiquettes
Videos et interviews (89) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
L'émission intégrale : https://www.web-tv-culture.com/emission/bruno-masi-la-californie-51547.html Et vous, c?était quoi l?été de vos 13 ans ? Tel est la question que chacun se posera légitimement à la lecture du roman de Bruno Masi, « La Californie » qui a reçu le prix Marcel Pagnol 2019, prix récompensant un roman lié à l?enfance. Avec « La Californie », Bruno Masi signe ici son deuxième roman après « Nobody » paru en 2012. Mais l?écriture fait partie de sa vie depuis bien plus longtemps. Lecteur éclectique, Bruno Masi a suivi des études de lettres et de sciences politiques avant d?intégrer la rédaction de Var Matin, sa région d?origine. Puis, c?est « Libération » au service Culture. Dans ce parcours journalistique, il y a aussi un reportage à Tchernobyl qui donnera un livre et un documentaire saisissant dans lesquels l?auteur nous donne à voir cette zone sinistrée de Russie, oubliée de tous et qui s?est pourtant reconstruite, tel un monde parallèle et secret. Mais aujourd?hui, c?est Bruno Masi, le romancier, qui nous intéresse avec ce joli roman, largement salué par la critique. Marcus a 13 ans, nous sommes dans les années 80, l?été est là, le début des vacances pour certains. Pour Marcus, ce seront deux longs mois à trainer avec son copain Virgile, à tromper son ennui dans cette ville du sud de la France, écrasée de chaleur. Les deux ados passent leurs journées à regarder les voitures qui filent sur l?autoroute, vers un ailleurs. Marcus aussi rêve d?autre chose, et pourquoi pas de la Californie qui donne son titre au roman. Mais le quotidien, poisseux, est bien là. Annie, la mère, femme paumée qui lâche prise, Dimitri, le frère, qui cache son mal-être dans la violence, et puis les copains, et puis les filles, et puis la musique que Marcus écoute avec son walkman. Il ne se passe pas grand-chose pendant ces deux mois d?été et pourtant, ils seront deux mois déterminants dans la vie de Marcus, qui, vingt après, se raconte. Un beau roman, une ambiance et un univers bien particuliers, une belle écriture, et cet ado, Marcus, dans lequel chacun pourra s?identifier, à l?âge et où le temps ne semble jamais aller assez vite, à l?âge où l?on rêve sa vie avant que celle-ci ne nous rattrape, avec ses joies et ses désillusions. « La Californie » de Bruno Masi est publié chez JC Lattès.
+ Lire la suite
Podcasts (7) Voir tous

Citations et extraits (1093) Voir plus Ajouter une citation
Marcel Pagnol
dede   12 novembre 2008
Marcel Pagnol
Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Il n'est pas nécessaire de le dire aux enfants.
Commenter  J’apprécie          3332
Marcel Pagnol
SuperPomme   22 novembre 2013
Marcel Pagnol
La raison pour laquelle tant de gens trouvent qu'il est si difficile d'être heureux c'est qu'ils imaginent toujours le passé meilleur qu'il ne l'était, le présent pire qu'il n'est vraiment et le futur plus compliqué qu'il ne le sera.

Commenter  J’apprécie          2052
Marcel Pagnol
fredho   30 septembre 2013
Marcel Pagnol
Celui qui est capable de ressentir la passion, c'est qu'il peut l'inspirer.
Commenter  J’apprécie          1229
gteisseire2   27 juillet 2010
L'Eau des collines, tome 1 : Jean de Florette de Marcel Pagnol
-Et où est-il ?

-Au cimetière.

-Et qu'est-ce qu'il est allé faire là-bas ?

-Il est allé faire le mort.
Commenter  J’apprécie          1200
Marcel Pagnol
wiggybis   20 octobre 2013
Marcel Pagnol
Le rire est un cadeau que Dieu a fait aux hommes pour les consoler d'être intelligents !
Commenter  J’apprécie          1110
annie   18 avril 2009
Souvenirs d'enfance, tome 2 : Le château de ma mère de Marcel Pagnol
Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Il n'est pas nécessaire de le dire aux enfants.
Commenter  J’apprécie          1091
Marcel Pagnol
hotaru   06 avril 2012
Marcel Pagnol
L’ambition, c’est la richesse des pauvres.
Commenter  J’apprécie          900
Nastasia-B   03 février 2016
Fanny de Marcel Pagnol
CÉSAR : Mais s'il veut naviguer, qu'il navigue, bon Dieu ! Qu'il navigue où il voudra, mais pas sur l'eau !

ESCARTEFIGUE : Mais alors, où veux-tu qu'il navigue ?

CÉSAR : Je veux dire : pas sur la mer. Qu'il navigue comme toi, tiens ! sur le Vieux-Port. Ou sur les rivières, ou sur les étangs, ou… et puis nulle part, sacré nom de Dieu ! Est-ce qu'on a besoin de naviguer pour vivre ? Est-ce que M. Panisse navigue ? Non, pas si bête ! Il fait les voiles, lui ! Il fait les voiles pour que le vent emporte les enfants des autres !



Acte I, Premier tableau, Scène 9.
Commenter  J’apprécie          811
lisa3   12 février 2011
Souvenirs d'enfance (1) La Gloire de mon père de Marcel Pagnol
De plus, je découvris ce jour-là que les grandes personnes savaient mentir aussi bien que moi, et il me sembla que je n'étais plus en sécurité parmi elles.
Commenter  J’apprécie          820
Marcel Pagnol
NathalC   18 avril 2017
Marcel Pagnol
Tout le monde pensait que c'était impossible.

Un imbécile est venu qui ne le savait pas, et qui l'a fait.
Commenter  J’apprécie          810
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

L'univers de Pagnol

Quel est le nom de la mère de Marcel Pagnol?

Marie
Augustine
Rose
Il n'a pas de mère

9 questions
86 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel PagnolCréer un quiz sur cet auteur
.. ..