AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.23 /5 (sur 15 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) : 1908
Mort(e) le : 09/04/1999
Biographie :

Edith Mary Lutyens est une écrivaine anglaise.

Elle est la fille de sir Edwin Lutyens, un architecte, connu pour son style architectural et de sa femme Emily Bulwer-Lytton, qui a été la fille de Robert Bulwer-Lytton, un diplomate et poète.

Elle est l'auteur de plusieurs livres sur la vie et l’œuvre du philosophe Jiddu Krishnamurti qu'elle a connu depuis très jeune, en 1911, jusqu'à sa mort en 1986.

Elle a écrit également de romances sous le pseudonyme Esther Wyndham.

Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Mary_Lutyens
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
Jacopo   13 février 2019
Krishnamurti : Les Années d'Accomplissement de Mary Lutyens
La méditation est un des arts majeurs dans la vie, peut-être « l'art suprême », et on ne peut l'apprendre de personne: c'est sa beauté. Il n'y a pas de technique, donc pas d'autorité. Lorsque vous apprenez à vous connaître, observez-vous, observez la façon dont vous marchez, dont vous mangez, ce que vous dites, les commérages, la haine, la jalousie— être conscient de tout cela en vous, sans option, fait partie de la méditation. Ainsi la méditation peut avoir lieu alors que vous êtes assis dans un autobus, ou pendant que vous marchez dans un bois plein de lumière et d'ombres, ou lorsque vous écoutez le chant des oiseaux, ou lorsque vous regardez le visage de votre femme ou de votre enfant.
Commenter  J’apprécie          40
Jacopo   15 février 2019
Krishnamurti - La Porte ouverte de Mary Lutyens
A trente-cinq ans, il avait été l'un des hommes les plus beaux que l'on puisse imaginer, non seulement par les traits de son visage, mais par sa façon de se tenir, sa souplesse, l'impression qu'il donnait, dans toute sa personne, du plus lumineux bien-être intérieur. Pour ce qui est de sa vieillesse, je ne peux mieux faire que de citer la description d'un homme qui fut, pendant quelques années, très proche de lui :

Quand on le rencontre, que voit-on ? Je dirai, dans la plus extrême mesure, de la noblesse, de l'énergie intérieure, de la grâce, de l'élégance. Une politesse exquise, un raffinement du sens esthétique, une immense sensibilité, une compréhension pénétrante de tout problème qui lui est soumis. Nulle part en lui ne se trouve la moindre trace de quoi que ce soit de vulgaire, de moyen, de banal. On pourra comprendre ou non son enseignement, critiquer, peut-être, certains de ses actes, certaines de ses paroles, mais personne ne peut nier— ce serait inconcevable l'extraordinaire noblesse et la grâce qui se dégagent de toute sa personne. On serait tenté de dire qu'il y a là un style, une classe, qui le situent bien au dessus, bien au-delà de la moyenne des hommes. Je suis sûr que cette façon de m'exprimer ne manquerait pas de l'embarrasser, mais que puis-je dire d'autre ? Dans son vêtement, dans son maintien, sa manière d'être avec les autres, ses mouvements, ses paroles, Krishnamurti est un prince, au sens le plus élevé qu'on puisse donner à ce mot. Quand il entre dans une pièce, tout le monde sait, aussitôt, qu'il y a là quelqu'un d'extraordinaire.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   23 novembre 2015
Krishnamurti : Les Années d'Accomplissement de Mary Lutyens
Quand l’homme percevra le mouvement de sa propre conscience il verra la division entre le penseur et la pensée, l’observateur et l’observé, l’expérimentateur et l’expérience. Il découvrira que cette division est une illusion. Alors seulement apparaît la pure observation qui est vision directe, sans aucune ombre provenant du passé. Cette vision pénétrante, hors du temps, produit dans l’esprit un changement profond et radical.
Commenter  J’apprécie          40
Danieljean   02 mars 2016
Krishnamurti - La Porte ouverte de Mary Lutyens
Nous allons méditer ensemble... comme lorsqu’on laisse la fenêtre ouverte et que l’air entre à sa guise. La méditation c’est tout ce que l’air apporte, c’est tout ce qu’est le vent... Il faut qu’elle soit ouverte par amour, par affection, en toute liberté, et pas dans l’attente de quelque chose. Voilà ce qu’est cet état de beauté, cet état de l’esprit qui voit mais ne demande rien.

Avoir pleinement conscience des choses est un état d’esprit extraordinaire - avoir conscience de son environnement, des arbres, de l’oiseau qui chante, du soleil levant, là derrière vous ; être attentif aux visages, aux sourires, à la boue qui couvre la route ; percevoir la beauté de ce pays, d’un arbre se détachant sur la rougeur du ciel, du friselis de l’eau -, avoir de toute chose une conscience sans choix. C’est ce que je vous invite à faire en chemin. Écoutez ces oiseaux, ne cherchez pas à les nommer, à en identifier l’espèce, écoutez simplement leurs bruits.
Commenter  J’apprécie          30
Jacopo   20 juillet 2018
Vie et Mort de Krishnamurti de Mary Lutyens
Dans sa conversation avec le Swami, K définit son attitude vis-àvis des gourous. A la question du Swami, «Selon vous, quel est le rôle du gourou, un précepteur ou un éveilleur ?» K répondit : « Monsieur, si vous utilisez dans son sens classique qui est «celui qui disperse les ténèbres, l'ignorance », est-il possible qu'un autre personne, quelle qu'elle soit, illuminée ou stupide, puisse aider à disspier l'obscurité qui en soi ? » Le swami demanda alors : « Mais Krishna-ji accepteriez-vous que le fait de montrer soit nécessaire ? » K répondit : « Oui bien sûr, je montre. Je fais cela. Nous le faison tous. Je demande à un homme sur la route s'il peu m'indiquer le chemin pour aller à Saanen et il le fait; mais je ne perds pas pour cela mon temps en dévotion, ni à lui dire : «Mon dieu, vous êtes l'être le plus grand». Cela est puéril.
Commenter  J’apprécie          30
Jacopo   12 novembre 2017
Krishnamurti - Les années de l'éveil de Mary Lutyens
Vous devez vous libérer, non à cause de moi mais en dépit de moi... Toute cette vie, et particulièrement ces derniers mois, j'ai lutté pour me libérer, me libérer de mes amis, de mes livres, de mes relations. Vous devez combattre pour la même liberté. Il doit y avoir un bouleversement constant à l'intérieur de vous-même ? Placez toujours un miroir devant vous et si vous y voyez des choses contraires à l'idéal que vous vous êtes fixé, modifiez- les... Ne faites pas de moi une autorité. Si je vous deviens nécessaire, que ferez-vous lorsque je ne serai plus là ?... Certains parmi vous croient que je peux vous donner un breuvage qui vous libérera, que je peux vous donner une formule qui vous libérera ; ce n'est pas ainsi. Je puis être la porte mais c'est à vous de franchir cette porte pour trouver la libération qui se trouve au-delà... La vérité survient comme un voleur, quand on s'y attend le moins. Je voudrais inventer un nouveau langage, mais comme je ne le peux pas, je voudrais détruire votre propre phraséologie et vos conceptions. Personne ne peut vous donner votre liberté, vous devez la trouver en vous ; mais comme je l'ai trouvée, je voudrais vous montrer la voie... Celui qui est parvenu à la libération est devenu Instructeur, comme moi. En chacun se trouve le pouvoir de pénétrer dans la flamme et de devenir cette flamme. Comme je suis là, si vous me gardez en votre coeur, je vous donnerai la force d'y parvenir... La libération n'est pas réservée à la minorité, aux élus, aux êtres choisis. Tout le monde peut l'obtenir à condition de ne plus créer de Karma. C'est vous-même qui mettez en mouvement la roue de la naissance et de la mort dont les rayons sont angoisse et souffrance. Vous seul pouvez immobiliser cette roue. Alors vous serez libres. La plupart des gens se cramponnent à l'individualité, au sentiment du moi. C'est cela qui crée le Karma. La libération est vie et cessation de la vie. C'est comme un grand feu, quand vous y entrez vous devenez flamme ; puis vous en jaillissez comme des étincelles, appartenant à cette flamme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jacopo   09 février 2019
Krishnamurti - La Porte ouverte de Mary Lutyens
Mais les dirigeants de la Société Théosophique et la plupart des adeptes de Krishnamurti n'allaient pas tarder à être profondément choqués. En août 1929, au cours d'une réunion d'Ommen, en présence de Mme Besant et de trois mille membres de l'organisation nouvelle, Krishnamurti annonça qu'il dissolvait l'Ordre de l'Étoile. A aucun moment il ne nia directement qu'il pût être l'Instructeur du Monde. « Il m'est indifférent, dit-il, que vous me croyiez l'Instructeur ou que vous ne le croyiez pas. Cela n'a que très peu d'importance... Je ne veux pas que vous me suiviez... Vous avez été habitués à ce qu'on vous dise... ce qu'est votre statut spirituel. Que c'est enfantin! qui d'autre que vous-mêmes peut savoir si vous êtes beaux ou laids à l'intérieur... »
Commenter  J’apprécie          30
Jacopo   13 février 2019
Krishnamurti - La Porte ouverte de Mary Lutyens
Le cerveau s'use dans cette obscurité qu'il a lui-même créée et c'est de là que naissent les conflits. Le cerveau peut-il se renouveler ? Peut-on empêcher la détérioration des cellules cérébrales, la sénilité ? K suggère que grâce à la vision intérieure directe, les neurones sont susceptibles de changer, de subir une transformation physique. Ils agissent alors de façon ordonnée et le cerveau ne tarde pas à se guérir du mal que des années de mauvais fonctionnement y avaient introduit.
Commenter  J’apprécie          30
Jacopo   15 novembre 2017
Krishnamurti - Les années de l'éveil de Mary Lutyens
K se rendit de Montesano à Paris le 21 septembre. Il avait promis au sculpteur Antoine Bourdelle— qu'il avait connu grâce à Mme de Manziarly— de poser pour lui. Les séances commencèrent le lendemain. Bourdelle aurait voulu qu'il restât tout un mois pour lui permettre de faire une statue en pied, mais c'était impossible. K posa huit jours durant : deux heures le matin et deux heures l'après-midi. « Bourdelle est un sculpteur de première classe », dit-il à Mme Besant le 23 septembre, « c'est vraiment un maître dans sa profession. Il ressemble à Rodin, mais en mieux, je pense ». Bourdelle, qui avait alors soixante-dix ans, fut immédiatement conquis par K. « En entendant parler Krishnamurti, on est étonné : tant de sagesse chez un être si jeune... Krishnamurti est un grand sage et si j'avais quinze ans, je le suivrais ». Ce sont-là ses propres paroles. Son buste de K, aujourd'hui au Musée Bourdelle à Paris, lui paraissait être l'une de ses plus belles oeuvres.
Commenter  J’apprécie          20
Jacopo   09 février 2019
Krishnamurti - Les années de l'éveil de Mary Lutyens
L'étrange processus dont il a été question au chapitre précédent avait commencé le dimanche 20 août. K le décrivit à Mme Besant dans une lettre du 16 septembre, mais, en écrivant à Lady Emily le lendemain il donna plus de détails :

Voici plus de dix jours que je ne vous ai écrit... Je crois avoir une excuse sérieuse. Depuis cette mémorable expérience je ne me sens pas bien ». Chaque soir, vers 18h30, je sombre dans une semi-inconscience, je ne mange rien et je vais me coucher. Cela dure de 18 h 30 à 19 h 30, ou même 20 h 30. Je me tourne et me retourne dans mon lit ; je gémis et murmure des choses étranges. En fait, je me comporte presque comme un possédé. Je me lève en croyant qu'on m'appelle et m'écroule sur le sol ; je délire énormément, je vois des visages étranges et de la lumière. Je ressens constamment une grande douleur dans la tête et à la nuque, et je ne peux pas supporter qu'on me touche. En même temps, je suis très sensible, ne pouvant supporter le moindre bruit, aussi faible soit-il. Je me sens tellement fatigué et épuisé pendant le temps où cette chose se passe. Elle prend parfois une forme très aiguë et il faut employer la force pour me retenir. A d'autres moments, elle se poursuit doucement. Quand la crise est passée, je me rappelle certains passages de la situation créée ; je prends alors mon repas et vais me coucher. Je n'en connais ni la raison ni la cause. Cela dure depuis près d'un mois, presque chaque jour, sauf quand je vais à Los Angeles. Il est possible que je sois clairvoyant quand cela sera terminé ou que je devienne progressivement fou!!! Depuis cinq ou six jours, je vois ma défunte mère. Quand je ferme les yeux, surtout le soir, lorsque Rosalind qui veille sur moi à ces moments-là se trouve près de moi, je la vois très nettement, de fait, je l'appelle à haute voix et confonds Rosalind avec elle, depuis longtemps disparue. Peut-être qu'elle se sert de R. ou que R. est la réincarnation de ma mère. Je ne sais laquelle des deux hypothèses est la bonne ; cela n'a d'ailleurs aucune importance. Quand je suis dans cet état, je me rappelle des scènes d'enfance oubliées depuis longtemps: comme lorsque j'étais malade et reposais alors sur les genoux de ma mère!!! les mendiants à qui nous donnions à manger, comment elle me réveillait, le départ pour l'école, etc.. Je ne trouve aucune explication à tout cela mais je vais demander à C.W.L. de me la donner, s'il veut bien. Voilà comment je passe mes soirées. Nitya, étendu sur le transat de la véranda, Rosalind dans ma chambre, pour m'empêcher de tomber.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Petit hommage au chanteur Christophe

Christophe, né ...

Lucien Ginsburg
Claude Moine
Daniel Bevilacqua
Hervé Forneri

8 questions
16 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanteur , biographie , Chansons françaisesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..