AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Citation de Cielvariable


Cielvariable   07 mars 2018
Morphologie du conte de Vladimir Propp
Nous entreprendrons de comparer entre eux les sujets de ces contes. Pour cela, nous isolerons d’abord les parties constitutives des contes merveilleux en suivant les méthodes particulières, puis nous comparerons les contes selon leurs parties constitutives. Le résultat de ce travail sera une morphologie, c’est-à-dire une description des contes selon leurs parties constitutives et des rapports de ces parties entre elles et avec l’ensemble. […] Ce qui change, ce sont les noms (et en même temps les attributs) des personnages ; ce qui ne change pas, ce sont leurs actions, ou leurs fonctions. On peut en conclure que le conte prête souvent les mêmes actions à des personnages différents. C’est ce qui nous permet d’étudier les contes à partir des fonctions des personnages. Nous devrons déterminer dans quelle mesure ces fonctions représentent effectivement des valeurs constantes, répétées, du conte. Tous les autres problèmes dépendront de la réponse à cette première question : combien de fonctions le conte comprend-il ? L’étude montre que les fonctions se répètent d’une manière stupéfiante. C’est ainsi que pour mettre à l’épreuve ou récompenser la belle-fille, nous rencontrons aussi bien Baba-Yaga que Morozko, l’ours, le sylvain ou la tête de jument. En poursuivant ces recherches, on peut établir que les personnages des contes, si différents soient-ils, accomplissent souvent les mêmes actions. Le moyen lui-même, par lequel une fonction se réalise, peut changer : il s’agit d’une valeur variable. Morozko agit autrement que Baba Yaga. Mais la fonction en tant que telle est une valeur constante. Dans l’étude du conte, la question de savoir ce que font les personnages est seule importante ; qui fait quelque chose et comment il le fait, sont des questions qui ne se posent qu‘accessoirement. Les fonctions des personnages représentent ces parties constitutives qui peuvent remplacer les motifs de Veselovski ou les éléments de Bédier. Notons que la répétition des fonctions par des exécutants différents a été remarquée depuis longtemps par les historiens des religions dans les mythes et les croyances, mais ne l’a pas été par les historiens du conte. Ainsi que les caractères et les fonctions des dieux se déplacent des uns aux autres et passent même finalement aux saints chrétiens, les fonctions de certains personnages des contes passent à d’autres personnages. Nous pouvons dire en anticipant que les fonctions sont extrêmement peu nombreuses, alors que les personnages sont extrêmement nombreux. C’est ce qui explique le double aspect du conte merveilleux : d’une part son extraordinaire diversité, son pittoresque haut en couleur, et d’autre part son uniformité non moins extraordinaire, sa monotonie. Les fonctions des personnages représentent donc les parties fondamentales du conte et c’est elles que nous devons d’abord isoler. Pour cela il faut d’abord définir les fonctions. Cette définition doit être le résultat de deux préoccupations. Tout d’abord, elle ne doit jamais tenir compte du personnage-exécutant. Dans le plus grand nombre des cas, elle sera désignée par un substantif exprimant l’action (interdiction, interrogation, fuite, etc.). Ensuite, l’action ne peut être définie en dehors de sa situation dans le cours du récit. On doit tenir compte de la signification que possède une fonction donnée dans le déroulement de l’intrigue. […] Des actes identiques peuvent avoir des significations différentes et inversement.
Commenter  J’apprécie          40





Ont apprécié cette citation (1)voir plus