AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Coédition Lienart


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
jvermeer
  12 mars 2021
Jean-Baptiste Perronneau : Portraitiste de génie dans l'Europe des Lumières de Dominique d' Arnoult
*******



« On voit un portrait en pastel, par un jeune homme nommé M. Perronneau qui est plein d’esprit et de vie, et qui est d’une touche si vigoureuse et si hardie qu’on le prendrait pour être d’un Maître consommé dans son Art. Que ne doit-on pas espérer de quelqu’un qui marque tant de talents dans ses premiers ouvrages ? ».



Jean-Baptiste Perronneau, est encore méconnu en 1747, lorsqu’il expose au côté de Maurice Quentin de La Tour qu’il admire.

Afin de remercier son maître Gabriel Huquier qui vient de l’embaucher dans son atelier à Paris, il fixe ses traits au pastel. Ce « Portrait de Gabriel Huquier » traité dans une gamme chromatique presque monochrome est absolument éblouissant dans son exécution. Lorsque l’on regarde le pastel de près on peut remarquer la juxtaposition des tons posés par touches audacieuses qui donnent une belle harmonie à l’ensemble.

Les frères Goncourt dans « L’art du dix-huitième siècle » en 1873 considèreront que Perronneau était un coloriste supérieur à La Tour. Ces gris souris… dans les fonds ils font valoir les couleurs. Il faut reconnaître que, lorsque l’on voit ce superbe portrait de Gabriel Huquier, il est facile d’acquiescer avec les Goncourt car la main de Jean-Baptiste Perronneau est celle d’un virtuose.



Le 18ème siècle est le grand siècle du pastel. Les pastellistes étaient nombreux, surtout depuis la visite à Paris de la vénitienne Rosalba Carriera en 1720. Cette italienne avait révolutionné le petit monde de la peinture parisienne.



Les deux plus grands pastellistes de l’époque sont incontestablement Jean-Baptiste Perronneau et Maurice Quentin de La Tour. Ils resteront rivaux durant de nombreuses années.

Au Salon de 1750, selon Diderot, le pastelliste Maurice Quentin de La Tour aurait commandé son portrait à son jeune rival Perronneau, afin de le comparer avec un autoportrait exposé peint par lui-même, espérant ainsi battre son rival et prouver sa supériorité au public. Diderot critique sévèrement la vanité de La Tour et s’exclame : « Eh ! ami La Tour, n’était-ce pas assez que Perronneau te dît, tu es le plus fort ? ne pouvais-tu être content à moins que le public ne le dît aussi ? » Et pourtant la duperie ne fit résonner qu’avec plus de vigueur les qualités du pastel de Perronneau saisissant superbement l’âme du modèle.



Durant toute sa carrière, Perronneau représente la société du monde des lumières et portraiture les personnalités de l’aristocratie, du monde des arts ou de la bourgeoisie. L’harmonie des couleurs et la vivacité de la touche vont rapidement le distinguer, essentiellement dans la ressemblance et la vie qu’il donne aux personnages.



De son côté, Maurice Quentin de la Tour, de par sa réputation ayant un quasi-monopole sur la représentation de la cour et de la haute-noblesse, ne permet guère à Perronneau de s’exprimer dans ce milieu. Celui-ci va donc, comme beaucoup des grands pastellistes de cette époque : Rosalba Carriera, Elisabeth Vigée-Lebrun, et d’autres, voyager dans toute l’Europe au gré des opportunités. Il finira d’ailleurs sa vie à Amsterdam.



Essentiellement pastelliste, Perronneau peint également à l’huile. Son public a ses exigences : il désire être représenté tel que, sans flatterie, sans ces arrangement avec la vérité dans lesquels sombrent beaucoup de portraitistes de l'époque. Dans cette technique une de ses productions les plus admirables est le « Portrait de Madame de Sorquainville », exposée au Louvre, une œuvre majeure qui témoigne de sa virtuosité. Je vous la décris :

Etonnant portrait ! Cette dame ressemble à Voltaire… Le peintre a parfaitement rendu l’apparence malicieuse, insouciante de cette quadragénaire. Elle n’est pas belle et paraît faite pour le bavardage avec des mains effilées aussi spirituelles que ses yeux noirs et pétillants. Vêtue élégamment dans des bleus juxtaposés aux ocres, gris ardoise du fond, son sourire indéfinissable et ses lèvres nous dévisage ironiquement. On peut parler de chef-d’œuvre devant la virtuosité d’ensemble du tableau.



Je vais me permettre de faire une recommandation au membre babeliote qui apprécie la peinture et le pastel de savourer le superbe portrait de la fille de Gabriel Huquier peinte deux années après son père « Marie-Anne Huquier tenant un petit chat » :

Il s’agit de l’œuvre la plus populaire de l’artiste. La délicieuse demoiselle est peinte en train de caresser son chat avec sensibilité et grâce. Je reconnais que la jeune fille est très jolie, mais l’attitude, la fraîcheur du coloris lui confère une beauté qui touche dès le premier regard.

Comment ne pas remarquer la légèreté et la finesse de la touche dans les détails : rehauts de lumière dans l’ombre du cou, sur les lèvres, le nez, les cheveux, intensité des couleurs, agilité des doigts caressant le chat. La liberté de traitement dans les reflets et zigzags verts sur le cou et la joue, la beauté de la chair, le sang circulant sur la joue, sont remarquables de préciosité et de raffinement.

La jeune fille dut apprécier son portrait lorsqu’elle le vit pour la première fois en 1749.

Du grand art.



Les tableaux, magnifiques, peuvent être vus sur mon blog.



***
Lien : http://www.httpsilartetaitco..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          237
Guillaume72
  05 août 2020
Royaumes oubliés de Vincent Blanchard
Cet ouvrage assez imposant publié par les éditions du Louvre se donne pour objectif de décrire les royaumes qui ont vécu après l'empire hittite et jusqu'à la domination araméenne sur le Moyen Orient.

L'ouvrage est richement illustré par des photos des oeuvres trouvées sur place . Il est centré sur une description des oeuvres et des trouvailles archéologiques. Ne cherchez donc pas à y trouver une histoire chronologique de la période.

Cet ouvrage n'est pas un livre de vulgarisation. Il est d'un accès assez difficile.
Commenter  J’apprécie          50
Acidus
  24 mars 2020
Un milliard d'obus, des millions d'hommes : L'artillerie en 14/18 de Gilles Aubagnac
Publié à l'occasion de l'exposition éponyme au musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux, « Un milliard d'obus, des millions d'hommes » est une vue panoramique de l'utilisation de l'artillerie dans l'armée française durant la Première Guerre mondiale.





Cet ouvrage très complet aborde sous toutes les coutures l'utilisation faite de l'artillerie durant cette terrible guerre : des différents métiers d'artilleurs au matériel proprement dit en passant par leurs développements. Pour le profane que je suis, cet ouvrage fut presque indigeste à lire car trop pointu sur certains sujets notamment ce qui concerne les différents calibres. Effet catalogue que je n'apprécie guère mais qui a le mérite de rendre le propos exhaustif. Mais on apprend de nombreuses choses... heureusement et j'ai apprécié le annexes sur l'artillerie chez les autres nations belligérantes.





A réserver pour les connaisseurs cependant.
Commenter  J’apprécie          10