AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

École nationale supérieure des beaux-arts


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Nayac
  03 juin 2021
Le dessin romantique de Emmanuelle Brugerolle
Un superbe titre pour un amoureux de la mer! Ce livre a été publié concomitamment à l'exposition éponyme organisée par le musée de la vie romantique.



Les illustrations reprennent les œuvres présentées. Elles permettent de voir et découvrir des peintures de Jean François Hue (élève de Vernet), l'audace des empâtements sombres et monochromes de d'Eugène Isabey, Louis Boulanger (remarquable Roi Lear et son fou pendant la tempête) et bien d'autres peintres peu ou pas connus (à tort!).



Mais l'ouvrage est aussi un texte qui permet d'aller plus loin que le simple plaisir de parcourir quelques commentaires sur les tableaux reproduits, notamment grâce aux  citations d'auteurs comme Diderot, Hugo, Baudelaire ...

Le texte établit également des correspondances avec la littérature ( avec l'influence de Shakespeare, de Byron), la musique (dont l'incontournable Beethoven).



Le thème du romantisme est omniprésent: exaltation des éléments déchaînés, noirceur, drame, comme miroir des angoisses, de la destinée, des sentiments humains.

Mais en fin de compte, le plaisir procuré par ce livre reste quand même largement lié à l'admiration des couleurs des "vagues se brisant sur le rivage" de Turner, du lavis "naufrage" de Hugo, de la tempête sur les côtes de Belle Ile de T Gudin.

Une belle exposition et un beau livre!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
morris45
  21 mars 2021
Nils-Udo - Nature de Josette Rasle
Nils Udo, artiste allemand qui travaille maintenant à Paris, a été un excellent photographe dans le cadre du mouvement Land Art avec des compositions éphémères d'une grande sensibilité, qui nous font découvrir la Nature sous un aspect séduisant et surprenant.



Nils Udo a par la suite entrepris un travail de peintre, toujours en s'inspirant de la Nature



Ce livre de taille modeste témoigne de la rétrospective organisée au Musée de la Poste à Paris en 2011 et présente à la fois des photographies et des peintures
Commenter  J’apprécie          10
jvermeer
  27 juin 2020
Un Henri de Toulouse-Lautrec de Thadée Natanson
*****



Seul, Thadée Natanson, avec sa plume ciselée, son humour, sa culture, la relation intime entretenue avec le peintre, pouvait ainsi croquer Toulouse-Lautrec. Découpé en une trentaine de courts chapitres illustrés de dessins, ce livre d'écrivain, se présente plus comme un essai amical et littéraire sur l'homme Toulouse-Lautrec qu'une véritable biographie.



Henri de Toulouse-Lautrec venait régulièrement faire de long séjour au « Relais » chez Thadée et sa femme Misia, la reine de Paris. Ce nabot génial se plaisait chez ce couple qui l'admirait profondément. Ses nombreux amis, célébrités du monde artistique et littéraire, habitués de la « Revue blanche » dirigée par Thadée, l'adoraient et le subissaient. « Quelques-uns de tous ceux-là savaient que Lautrec eût donné tous ses dons et son nom pour n'être qu'un cavalier hardi, maîtrisant un cheval entre ses cuisses, les cuisses qu'il avait, enfant, brisées l'une après l'autre… » Une maladie des os et des chutes de cheval l'avaient laissé estropié. de plus, il zézayait avec un accent languedocien.



À Paris, la fête est le domaine de prédilection de Lautrec. Il s'amuse à secouer des cocktails avec ses amis et boire toute la journée. Les boissons mettront peu d'années à le dévorer. L'alcool le faisait hoqueter de rire. Mais il ne peignait jamais ivre. Uniquement après son travail. « Non, je vous assure, chère madame, que j'bois sans danger… j'suis si près de la terre, hein ? »



Les bordels rendent le petit homme heureux. Il aime l'intimité familiale et les repas pris en commun avec ses modèles qui l'appellent « Monsieur Henri ». Elles le dorlotent et aiment sa gentillesse, son rire et ses puérilités.

« … Bordel… ben quoi bordel ? T'est (c'est) des maisons du bord de l'eau… Il y faut tellement d'eau, hein ? Tek-nik des ablutions. » Il utilise sans cesse le mot « technique » pour terminer ses phrases avec son accent provincial inimitable.



Lautrec jouit du théâtre par tous ses sens, tout comme l'opéra, les beuglants, les vélodromes, les salles de spectacle, tous les sports malgré sa difformité. le cirque l'intéresse tout particulièrement : clowns, écuyères, acrobates, danseuses sur fil de fer. Il y trouve tous les motifs et modèles, dont ses amis clowns Footit et Chocolat.

Au Moulin Rouge, au Jardin de Paris, Lautrec se plante au premier rang du cercle entourant les chahuteuses et garde son lorgnon à hauteur des dessous de lingerie qu'elles agitent. Il se repait des danseuses : Grille d'Égout, la Goulue, Demi-Siphon, Jeanne Avril… « Une danseuse, énonce Lautrec, ses muscles… au Moulin, ils n'arrivent à les durcir qu'à force de travail… C'est pus des femmes. C'est pus des jambes qu'elles ont. Les jambes, les cuisses ont pris tout le dur… C'est des animaux de luxe, quoi ?... Hors commerce… Tek-nik de l'entraînement… "



Il reste une profusion d'estampes ou de tableaux des modèles de femmes dont il s'éprenait. Il s'est trouvé des femmes que la misère de son corps et son appétit jamais rassasié de tendresse attendrissait, mais aucune jusqu'à la fin n'eut le courage de s'éprendre du petit homme, où la charité de lui faire vraiment croire. « le corps des femmes, explique-t-il, un beau corps de femme voyez-vous… c'est pas fait pour l'amour… c'est trop chouette, hein ? " Il avait besoin de leurs câlineries mais aussi de leurs larmes, pour les essuyer. « Henri, vous êtes un enjôleur » arrive à prononcer, parmi ses soupirs, une grosse tête blonde que font tressauter ses sanglots.



Lautrec rencontre Vincent van Gogh à l'atelier Cormon. Celui-ci ne souriait jamais des proportions de son camarade. Il fait un beau portrait au pastel de son ami attablé devant un verre d'absinthe. Van Gogh lui présente l'exemple de ce qu'un homme peut oser en ayant la volonté de n'exprimer que soi. Lautrec pouvait-il savoir qu'ils mourraient tous les deux à 37 ans ?

Au cours des années 1890, avec près de 400 lithographies, Lautrec va marquer de sa griffe l'histoire de l'affiche : « Jeanne Avril », « La Goulue et Valentin le Désossé », la « Troupe de Mademoiselle Églantine », « Aristide Bruant », « le Moulin-Rouge ». Il sait tirer une image unique qui en immortalisera l'instant. En 1895, la danseuse « La Goulue » se retire du « Moulin Rouge » pour s'installer dans une baraque à la Foire du Trône à Paris et demande à son ami Lautrec de la décorer. Deux panneaux, que l'on peut voir au musée d'Orsay aujourd'hui, le consacrent comme maître de l'affiche peinte sur panneaux.



Une attaque de paralysie terrasse Lautrec au coeur de l'été 1901. Sa « pauv'sainte femme de mère » accourt et l'emmène chez elle, au château de Malromé. Ses yeux fatigués qui l'ont si ardemment fait vivre ne se donnent plus la peine de regarder. Lautrec que ses désirs asservissaient, n'en éprouve plus. Aucun !

Tout enfant, il joua au pied de la magnifique cathédrale d'Albi, proche de la maison familiale, formidable cube de briques rouges ou roses, au gré du soleil, sans savoir que, plus tard, son musée s'y installerait dans l'ancien palais épiscopal.



***
Lien : http://www.httpsilartetaitco..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          278