AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de OphelieCurado


OphelieCurado
  17 novembre 2018
Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'auteure a su immerger le lecteur dans son histoire ! On pourrait presque croire qu'elle a connu les années folles dont elle parle ! Dès les premières lignes, les décors sont réalistes, des bas-fonds de la ville aux luxueux décors des grands hôtels. Les tenues des personnages, de la robe coupe droite à franges en passant par les costumes trois pièces des hommes, l'élégance est de rigueur. Les voitures de l'époque, le swing, les soirées cocktails, la Prohibition et l'effervescence des années folles, le lecteur s'éloigne de son confort pour rejoindre un autre pays, un autre temps, d'autres moeurs. L'auteure est soucieuse des moindres détails qui nous raccrochent à l'époque - des préservatifs au couteau caché dans la jarretière, en passant par la montre à gousset. Un oeil expert qui procure des frissons de plaisir au lecteur, véritablement transcendé par sa lecture ! de ce côté-là, Jenn Bennett fournit un travail remarquable, réaliste et crédible qui démontre un talent particulier pour les romans historiques. Bravo !

Bien entendu, la trame de l'histoire tourne principalement autour du surnaturel. Notre héros, Winter Magnusson, un contrebandier séduisant, est poursuivi par d'étranges fantômes que seule Aida Palmer, la célèbre médium, est capable de voir et de faire disparaître. Étrangement, il n'y a pas trop de surnaturel ni d'esprits, ce qui permet de maintenir l'histoire dans la romance historique et non pas dans de la science-fiction pure. Ce sont de brèves apparitions, par-ci, par-là, qui viennent rythmer le récit et apporter juste ce qu'il faut de frissons.

À cette magie noire se mêlent les traditions chinoises, puisque le quartier chinois de San Francisco a une place importante dans ce roman. Entre culture orientale, croyances, coutumes et traditions, la cohabitation avec le modèle occidental et américain est parfois difficile. Les bonnes personnes ne sont pas toujours celles que l'on pense inoffensives et le lecteur apprendra à se méfier au fil de sa lecture. Cette touche exotique et spirituelle donne d'ailleurs tout son charme au roman. Nous sommes immergés dans les quartiers malfamés de la ville, partant aux côtés de nos héros, à la recherche du mauvais oeil et tentant de résoudre les énigmes semées sur leur chemin. Il y a donc juste ce qu'il faut de surnaturel pour que l'histoire reste crédible et addictive. Une belle réussite !

Le style d'écriture de Jenn Bennett est aussi à souligner. Les esprits amers est très bien écrit. L'auteure prend son temps pour décrire les détails qui lui semblent importants. C'est donc littéraire pour un roman contemporain, donc plaisant à lire. On sent le travail de fond et de forme qu'il y a derrière, aussi bien sur les recherches historiques afin de ne pas faire de faux-raccords, que pour la profondeur des personnages et les différents fils conducteurs de l'histoire. Il y a du rythme, de nombreux rebondissements et lorsque le lecteur pense avoir trouvé la solution de l'énigme, l'auteure arrive encore à le surprendre. C'est tout à fait délectable ! le récit va de surprise en surprise, jusqu'au dénouement digne d'un film. Il est donc évident que Jenn Bennett est une auteure remarquable, investie dans son travail et qui donne envie de lire ses autres ouvrages.

Malheureusement, cette romance érotique ne peut se dépêtrer de quelques clichés. Winter est un colosse bronzé et musclé, réunion de tous les détails qui constituent le fantasme de la femme ordinaire. de ce côté-là, Jenn Bennett n'hésite pas à en rajouter une couche, ce qui, au bout d'un moment, est un peu ridicule... Aida, qui incarnait au début de l'histoire une femme à poigne, qui ne se laisse pas manipuler, n'a que faire des hommes et incarne déjà la femme indépendante et moderne, se transformera en vierge effarouchée dans les bras de Winter. Là aussi, on frôle le cliché, ce qui dénature les personnages en les transformant en héros de romans Harlequin. Dommage, car ce n'est pas forcément ce que le lecteur recherchait...

Les esprits amers (Tome 1/Au coeur des années folles) de Jenn Bennett est un très bon roman historique. L'immersion dans les années 20 est d'un réalisme à couper le souffle, ce qui met en avant le talent littéraire et historique de l'auteure. Porté par une écriture travaillée, ce roman introduit habilement des petites touches de surnaturel, assez crédibles pour transporter le lecteur dans un monde inquiétant, spirituel et mystique. Les héros ont chacun leur personnalité, ce qui apporte du poids à l'histoire. La relation tout d'abord érotique, puis sentimentale entre la médium, Aida Palmer et le contrebandier Winter Magnusson, est originale et souligne l'audace de l'auteure. Une lecture addictive qui procure de nombreux frissons au lecteur, désireux de découvrir qui est le responsable de ses apparitions fantomatiques, autant que le dénouement de cette histoire érotique pour le moins excitante. Un très bon roman historico-érotique qui nous donne envie de dévorer la suite !
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (1)voir plus