AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Alcesto


Alcesto
  24 octobre 2020
Dans cette fiction, Patrick Cherbé nous parfume les odeurs des rivalités familiales et entre collègue avec un vocabulaire très soutenu. Nous suivons l'histoire d'une famille et de sa société nommée Heyman, plus particulièrement le fils ainé Gilles dit « Grassouille ». Au fil de la lecture l'auteur dresse les tableaux sociaux, psychologiques et physiques de chaque membre de la famille ainsi que quelques employés de l'entreprise. Patrick Cherbé nous montre l'emprise, le poids des familles appartenant aux classes dirigeantes, poussant leurs enfants à l'excellence et à la prospérité exponentielle caractérisé par la figure paternelle et le passage à la grande école communément appelée « L'X » où les plus brillants polytechniciens, chefs d'entreprises y compris Bernard Arnault si l'on peut en citer un, poursuivent leurs études. Nous apprenons également sur l'influence de l'éducation donnée par la mère de « Grassouille » sur lui-même et ses actions, édifiée par les ouvrages de Françoise Dolto sur l'enfance, avec la manière dont comment il faut faire attention aux signes que l'enfant en bas âge donne avec une éducation douce et aimante. L'utilisation d'un vocabulaire soutenu, voire du jargon à tendance à transformer la fiction en un musée de mot élitiste voire communautariste propre à une classe sociale très informée ou aux experts du monde de l'entreprenariat et de la parfumerie, ce qui freine la lecture à ceux dont ces mots sont inconnus. Un certain passage où l'auteur montre le déclin, la « barbarisation » (concept de Alessandro Baricco) du métier de parfumeur au vu des avancées technologiques, un appât de rentabilité toujours plus grand et une technique toujours plus simple à réaliser avec un background marketing spectaculaire pour toucher un marché le plus large possible. Cette fiction vaut le coup d'être lue ne serait-ce que pour comprendre comment l'hérédité, la concurrence mènent en querelles familles sur plusieurs générations. Ce livre nous permet aussi de comprendre un nouveau paradigme (pour ceux qui n'ont aucune connaissance de la vie des classes bourgeoises) sur la souffrance du héros qui à priori n'aurait aucune raison de se plaindre au vu de la vie aisée, programée qu'il mène, car il est contraint par son destin, son éducation et les enjeux, conséquences qui l'entoure à reprendre l'entreprise familiale afin de lui donner sa continuité, vie presque absolue.
Commenter  J’apprécie          41



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (4)voir plus