AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Amnezik666


Amnezik666
  27 juin 2018
Ne connaissant le cycle de Krondor que de réputation (et quelle réputation !) c'est d'un oeil neutre que j'aborde ce roman de Raymond E. Feist, premier tome de la trilogie consacrée à La Légende Des Firemane.

Le Roi Des Cendres remplit parfaitement son rôle de tome d'ouverture sur un nouvel univers, il pose le décor, les personnages et le(s) contexte(s). On découvre un univers complexe riche d'un fort potentiel qui ne demande qu'à déployer ses ailes pour nous embarquer encore plus loin dans l'aventure.

L'intrigue du roman se déroule suivant deux axes distincts. D'une part l'on suit Hatu (orphelin que l'on sait être le dernier né des Firemane) au fil de ses missions pour le compte de la Nation Invisible. D'autre part l'auteur nous invite à suivre les premiers pas de Declan, récemment promu maître-forgeron qui va devoir, par la force des choses, installer sa propre forge.

Deux parcours initiatiques radicalement différents qui sont forcément appelés à se télescoper à un moment ou à un autre. Dans les premiers chapitres, l'on a un peu de mal à lier le sort de ces deux personnages ; on a beau comprendre assez vite que la rencontre sera fortuite (les deux étant appelés à se rendre, tôt ou tard, au même endroit), je ne doute pas que l'auteur nous réserve quelques surprises pour la suite.

J'ai bien aimé le soin apporté aux personnages, au fil des chapitres on les voit évoluer, que ce soit individuellement ou par leurs relations avec les autres. En effet, si Hatu et Declan sont les personnages principaux, les autres ne sont pas pour autant laissés sur le bas-côté. À commencer par leur entourage immédiat, mais aussi ceux appelés à jouer un rôle (pas toujours évident à définir à ce stade de la lecture) dans le déroulé de l'intrigue.

L'intrigue se tisse autour de dimensions politiques et religieuses (voire mystiques par certains aspects), ce qui implique son lot d'alliances, de complots et de trahisons. Certains éléments stratégiques se mettent en place dès ce premier tome, mais l'on en voit d'autres se tisser dans un avenir relativement proche.

Difficile d'imaginer un univers de fantasy sans créatures surnaturelles ni magie, si ces éléments se font plutôt discrets dans ce premier opus, on devine qu'ils sont appelés à jouer un rôle grandissant par la suite (au moins pour la magie).

J'admets volontiers que ce Roi Des Cendres ne révolutionnera pas le genre, il n'en reste pas moins que j'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir le monde Garn, ses personnages et ses intrigues. Il me tarde de découvrir les prochains tomes…

Je terminerai toutefois par un petit bémol, certains éléments sont répétés, encore et encore, au fil des chapitres (par exemple la colère sourde d'Hatu ou encore le fonctionnement du Conseil de la Nation Invisible…) ; je n'irai pas jusqu'à dire que c'est pénible (à moins de souffrir d'Alzheimer chronique) mais on s'en passerait volontiers.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
Commenter  J’apprécie          60



Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Ont apprécié cette critique (5)voir plus