AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de ramettes


ramettes
  13 novembre 2019
Tom Fletcher a crée un univers que j'ai déjà pu découvrir dans "Le Noëlosaure" il y a deux ans. Une petite ville où les enfants vivent des expériences extraordinaires...

En ce qui concerne le hors texte on a un objet livre magnifique. Le format et la souplesse des pages est un plaisir pour la lecture. Le texte est assez aéré des chapitres relativement courts et surtout il est agrémenté de magnifiques illustrations crayonnées en gris et blanc. Pas d’agression visuelle, il y a un bon équilibre entre écrit et illustration. C’est un roman qui s’adresse pour les 9 ans et plus…

Le narrateur va nous raconter l’histoire à travers le personnage principal « Lucy ». Lucy est une petite fille sage et a la tête sur les épaules de par son caractère et de par son histoire familiale. Elle est bienveillante. Tom Fletcher a une tendance à montrer les enfants comme des personnages singuliers, ceux qu’on stigmatise pour des raisons sociale. Elle va faire équipe avec son voisin un « scout », il va se révélé complémentaire et très « utile ». On les trouve tout de suite attachants ils sont du côté des gentils. Je pense que beaucoup d’enfants vont pouvoir s’identifier.

Des histoires avec des parents qui disparaissent on en a tous lu une ou deux… celle-ci n’a rien a voir. Pour les sceptiques et terre à terre vous allez certainement trouver des incohérences comme par exemple les parents disparaissent et le soir chaque petit va dormir chez soi, on ne nous parle pas de nourrissons etc. On ne voit aucun collégien ni ado qui pourraient remplacer les parents… mais là n’est pas le propos de ce roman. Ce qui importe c’est cette histoire de monstres qui vivent sous nos lits… Un thème qui va parler même aux adultes ! On va donc voir Lucy et c° tout faire pour les retrouver. Ils vont affronter leurs peurs et autres épreuves… vont –il y parvenir ? Ne comptez pas sur moi pour vous le dire… bouche cousue !

Il ya beaucoup d’humour et on va avoir droit à des scènes délirantes. Car si Lucy est sérieuse et responsable, Norman le gars pratique et organisé… On va découvrir Ella la fille du maire sûre d’elle et fantasque prête à jouer la grande dame… mais les garnements eux vont s’en donner à cœur joie sans adultes pour interdire, certains vont faire toutes les bêtises qui leur passe par la tête…

Au niveau de l’écriture on a tout un jeu sur les noms des personnages. Juste pour l’exemple, Lucy se nomme « Ducrottin » et devinez ce que faisait son père ? Il était éboueur !

J’ai beaucoup aimé le narrateur qui parle à Lucy et aux lecteurs ou fait penser les personnages. « Oh Lucy, tu es la fille la plus ennuyeuse du monde ! - C’est pas vrai ! Se défendit Lucy. Si c’est vrai ! Les gens qui ont acheté ce livre n’ont aucune envie de te voir faire tes devoirs ! Cette histoire est censée raconter comment tu as sauvé la ville ! – Ah oui ? Vraiment ? Oui alors laisse tomber tes devoirs et passe à l’action ! » Il renforce la tension dramatique… « Vous allez avoir peur » « alors vous avez eu peur ? » etc. dans ce cas là le texte est en italique, ainsi que lorsque Lucy se parle à elle-même. J’adore les commentaires qui cassent un peu la narration, cela crée des changements de rythme, comme pour que les jeunes lecteurs fassent des pauses.

«Eh bien, dites-moi ! Comment ça va, vous ? C’était intense, pas vrai ? Des yeux sous le lit ! Des craquements dans l’obscurité ! J’aimerais vous dire que tout va aller mieux à partir de maintenant, que la suite de cette histoire est remplie de jolis poneys ailés galopants sur des arc-en-ciel et saupoudrant le monde de bonbons, mais malheureusement ce n’est pas le cas. Les choses ne vont faire qu’empirer. Vraiment. Mais que pourrait-il exister de pire qu’un Cracmonstre… ?

Vous verrez bien… »

C’est le genre d’interaction entre l’auteur et le lecteur qui j’aime et qui stimule l’attention du lecteur.

Les dialogues tiennent une grande place, généralement les enfants aiment cela.

Le côté fantastique et les scènes rocambolesques permettent de vraiment partir du côté imaginaire. On joue avec l’aptitude de l’enfant à faire semblant, à faire comme si… Il y a suffisamment de « réalité » pour s’identifier et assez de fictif pour faire la part des choses.

Est-ce que je vous ai dit qu’en page de garde il y avait une carte de Lossuos ? Non ? Vous ne le savez peut-être pas mais j’adore les cartes des lieux imaginaires… décidément ce livre a tout ce que j’adore !

Bon vous l’aurez compris j’ai dévoré cette histoire et c’est un nouveau coup de cœur. C’est un auteur que je vais suivre… A quand une version animée ? A quand le prochain roman ?


Lien : http://ramettes.canalblog.co..
Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (2)voir plus