AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Sharon


Sharon
  15 février 2020
Toute ressemblance avec un célèbre écrivain belge parti vivre aux Etats-Unis avec sa femme et sa secrétaire ne serait que pure coïncidence. François vit aux Etats-Unis, mais la frontière, cette célèbre frontière que l'on voudrait rendre infranchissable, est toute proche. Une femme est tuée – une mexicaine, une prostituée. Une deuxième est tuée à son tour, et là, la police tient un coupable (pour suspect, vous oublierez) : Jed, le meilleur ami américain de François. François, bien sûr, ne croit pas que son ami puisse être coupable. Il enquête donc, lui qui doit sa fortune et sa renommée à ses romans policiers, il ne peut laisser condamner un homme innocent, et peut-être un peu trop naïf.

Pour cela, François en apprenti détective, emmène dans cette galère Estrellita. Non, ce n'est pas sa secrétaire, c'est sa jeune domestique mexicaine, qui ne sait que trop, hélas, à quel point la situation d'une jeune femme peut être précaire. Elle est domestique, elle a de la chance par rapport à sa cousine et à ses amies, qui ont trouvé d'autres moyens de gagner leur vie, plus dangereux. Je m'étonne presque que l'affaire ait été résolue – oui, très facilement, la police ayant arrêté le premier coupable venu – parce que, d'habitude, la mort d'une ou même de plusieurs prostituées n'inquiète pas beaucoup les autorités. L'une d'entre elles le dira d'ailleurs : Les fédérales en ont rien à foutre des filles comme nous qui se font couper en morceaux, bambi.
Les couleurs sont fortes, violentes, les dessins des violences subies par ces femmes crus, sanglants. Je me suis prise à détester celui qui leur avait fait subir toutes ses atrocités, tout en étant persuadée que ce n'était pas Jed, le trop lunaire, et ma fois sympathique suspect. Tous semblent taillés dans les rochers, exprimant peu de sentiments, comme si la vie les avait forcés à se blinder par rapport à ce qu'ils avaient vécu – ou tout simplement parce qu'ils sont indifférents : les victimes sont celles qui n'ont plus rien à cacher, et expriment toute leur douleur.
Je serai franche : je n'avais pas vu venir le dénouement. Il faut dire que les indices pour nous mener jusqu'à lui étaient rares. J'ai cependant, à nouveau, ressenti un sentiment de gâchis, pour les victimes, y compris les victimes collatérales. C'est dire, finalement, à quel point moi qui lis peu de bandes dessinées, me suit attachée à ce récit et à ses personnages.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
Commenter  J’apprécie          90



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (9)voir plus