AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de mimipinson


mimipinson
  26 janvier 2013
La chronique « c'est à lire » de Bernard Poirette, est devenue un rendez-vous incontournable. Et si j'avais raté ces quelques minutes où il présenta le sang des maudits, j'aurais loupé une très bonne lecture… car ce n'est pas la couverture, pas très engageante qui aurait retenu mon attention.
Leighton Gage, embarque immédiatement son lecteur dans les coins les plus sombres et les plus malfamés du Brésil, au coeur d'une réalité de ce pays : une économie en pleine croissance mais dont les inégalités de répartitions des richesses sont les plus fortes.
Quand le nouvel évêque arrive en son diocèse et se fait aussitôt assassiner, nul ne peut imaginer où tout cela mènera le lecteur…c'est tout juste s' il devine que le voyage ne sera pas paradisiaque, et que le sang n'est pas prêt de sécher. Entre un richissime propriétaire terrien enterré vivant, une journaliste un peu trop curieuse sauvagement égorgée, un défenseur des petits et sans terre cloué à un arbre, Silva aura fort à faire pour démêler cette affaire où les flics ripoux pullulent, et les pauvres gosses des favélas s'invitent. Et l'évêque dans tout cela ? Parce qu'en plus les pères catholiques n'ont souvent de catholique que le nom…
Du lourd, vous dis-je !!! du très bon !!!
Leighton Gage donne du rythme à son livre avec des chapitres courts, beaucoup de dialogues, et une belle construction qui ne laisse pas le lecteur s'ennuyer, ni se lasser. Ajoutons à cela une jolie traduction, des personnages attachants, des méchants vraiment méchants, un décor qui sent une parfaite connaissance des lieux de l'auteur.

Rendez-vous incontournable, donc, qu'est devenue cette chronique radio hebdomadaire, et qui par la même occasion me fournit un énième alibi à mes tentations « livresques ».

Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
Commenter  J’apprécie          10



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (1)voir plus