AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de brigittelascombe


brigittelascombe
  30 mai 2012
"Ils filaient sur l'eau, portés par une main invisible".
Une bien jolie formule, comme tant d'autres parsemées de ci de là dans ce roman d'aventure bien ficelé: La croisière d'ultime espérance (titre tiré de la baie éponyme), qui met en exergue les dangereuses péripéties que va vivre Marie Morvan, séduisante Parisienne divorcée, femme de tête (habituellement) rationnelle chargée de relancer "des contrats de retraitements des déchets nucléaires" ( terrés dans une usine du Port japonais de Rokkasho).
De Paris à Tokyo, de Rio de Janeiro à Dubaï, de Londres à Cherbourg, deCiudad del Este à Valparaiso puis Santiago.....De mission confidentielle aux "contraintes écologiques" et enjeux financiers, de confidences sur l'oreiller en dangereux complots....Alain Keralenn (dont c'est le premier roman), outre son goût des voyages (du à sa carrière diplomatique) sait faire monter la tension, tenir en haleine le lecteur et lui permettre une bonne identification aux personnages. le sujet est intéressant puisque le récent tsunami japonais et ses répercussions a troublé les esprits.
Un cadre Japonais "élégant et sûr de lui" mais aux mésaventures passées, des convictions religieuses bien ancrées, un défi à lancer peuvent-ils changer la donne des procédures de sécurité d'acheminement des déchets nucléaires transportés par bateau?
La croisière d'ultime espérance, comme un puzzle bien construit dont chaque élément s'enclenche, est agréable à lire plein de rebondissements et j'espère qu'Alain Keralenn offrira très bientôt à ses lecteurs une suite aux aventures de Marie...dans la Laguna Diamante, pourquoi pas?.... (des fois que son avion se poserait par inadvertance près des Andes:))): suggestion de lectrice enthousiaste!
Commenter  J’apprécie          80



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (7)voir plus